Day: October 11, 2019

Les États d’Esprit du Vendredi 11.10.2019

J’ai zappé la semaine dernière pour cause de fatigue mais je reviens cette semaine avec plaisir. Avec une pensée encore et toujours pour les fondateurs de ce moment privilégié de la semaine.

Début [18h45]

Photo: Octobre rose

Fatigue : pas tant que ça
Humeur : excellente
Estomac: libanais, tisane, fruits
Esprit: heureux
Cond. phys. : kiné, abdos, yoga
Projet/boulot: un manuscrit envoyé aux maisons d’édition, un en cours de relecture finale, un livre sorti et un manuscrit en cours de réécriture après retour de bêta lectrice.
Culture:  Livres: terminé Fugitive parce que reine – En cours: Amours sorcières de Tahar Ben Jelloul TV: un téléfilm sur Alzheimer et un autre sur la pornographie et les jeunes

Penser à:  préparer les vacances de loulou
Avis perso (1): constat glaçant de l’impact de la pornographie sur les enfants et les adolescents
Avis perso (2): mettons fin au tabou sur la sexualité et parlons avec nos enfants. Avant qu’il ne soit trop tard.
Avis perso (3): idem parler menstruations et cycles à ses enfants c’est quand même mieux que de leur mentir
Avis perso (4): il est temps de se détacher des angoisses des autres, de couper le cordon…

Message perso (1): bravo d’avoir osé ce premier pas et bravo pour ton projet aussi (2) tu fais de très belles choses (3) merci de toujours trouver du temps au milieu de semaines très chargées (4) merci pour ton écoute aussi (5) ils ont de la chance tes enfants (même si c’est normal, c’est pas courant)

Loulou: chante Jean Ferrat, fait du yoga avec moi, presse son jus d’orange tout seul, s’endort un peu mieux
Amitiés : mail, cartes envoyées, colis aussi, au téléphone
Love : Love
Sorties : match de volley d’une amie et chez mémé
Essentiel: s’aimer et se le dire (ou l’écrire)
Courses: cadeau pour le départ d’une collègue
Envie de: écrire encore et encore…
Zic: Demis Roussos (j’avoue j’adore!)

Fin [19h10]

Sur ce bon weekend à tous et à toutes. Prenez soin de vous et profitez de cette belle saison qu’est l’automne!

Vivante!

Elle se tenait debout, les bras le long du corps, poitrine en avant, pieds nus sur le sable mouillé, les yeux braqués sur l’immensité devant elle. La mer telle une furie, déchainée depuis les premières gouttes de jour, offrait un spectacle de fin du monde. Les gens qui passaient, capuche sur la tête, pressés de rentrer chez eux, la regardait d’un air soupçonneux. Ils se demandaient bien ce que faisait cette fille, là, par ce temps froid, ce qu’elle pouvait bien voir au milieu de ce brouillard oppressant. Eux, ils n’aspiraient qu’à un chocolat chaud, bien installés dans leur canapé, à l’abri des secousses du temps, leur gazette favorite ouverte sur leurs genoux recouverts d’une couverture en laine. Leur bulle de douceur.

Elle venait souvent là, quand le déséquilibre menaçait l’ordre fragile de son monde. Quand elle ne se sentait que faille et que la complicité d’une étreinte lui manquait pour refaire surface. Elle restait le temps qu’il fallait.
Ils n’étaient pas nombreux à comprendre ce lien particulier qui l’unissait à cet endroit. Peu nombreux à saisir pourquoi, cette fille au cœur plein d’espoir, se sentait parfois si vide, qu’elle partait loin, seule, se confronter de la sorte aux éléments.
Elle voulait juste se sentir vivante!

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture d’Olivia. Les mots imposés étaient: souvent – ordre – soupçonneux – gazette – espoir – bulle – particulier – faille