De la beauté et du chaos

Le monde autour, un véritable capharnaüm, du bruit partout, dans la rue, dans l’air, dans notre sac à main, des sonneries et des touches qu’on frappe frénétiquement. Le téléphone toujours à portée de main.

Autour du monde, on procrastine. Les bonnes résolutions seront pour demain. On a déjà assez de drapeaux d’alertes pour toutes les choses, en liste, à faire. Bien assez de rendez-vous à assurer, de photos à traiter, de fils d’actualité à dérouler, de discussions à suivre?

Est-on seulement capable de débrancher ? Pour quelques minutes ou quelques heures ? Est-on seulement capable de voir la beauté, les couleurs magiques des ailes d’un ara, le dessin soigné des boites de la boutique de thé dans la rue d’en bas ?

Est-on seulement capable de regarder un coucher de soleil, juste pour soi, taquiner le brochet, sans exposer au monde sa proie ?

Ou bien vivre séparément ces évènements, c’est comme être coupé de la source qui nous tient en vie ?

Ce texte a été écrit dans le cadre de l’atelier d’écriture d’Olivia. Les mots imposés étaient: procrastiner – drapeau – Ara – boîte – séparément – capharnaüm – taquiner

Advertisements

21 thoughts on “De la beauté et du chaos

  1. des questions tout à fait d’actualité! je lisais justement ce matin un article où des savants étaient unanimes: toutes ces ‘connections’ 24 h sur 24 ruinent le cerveau et la santé de toute la jeune génération…

    Liked by 1 person

  2. J’adore ce texte Marie! Quelle belle réflexion. Dire qu’il y a des gens qui ne se permettent jamais d’observer un coucher de soleil, qui n’admire jamais les vitriines de magasins. Ils sont tous trop pressé faut croire!

    Liked by 1 person

  3. Il faut franchir le pas Marie, c’est difficile mais tellement bon…
    Celui d’être soi dans un milieu que l’on a choisi !!!
    Très bon lundi Miss Marie.

    Liked by 2 people

  4. Eh bien les mots imposés de l’atelier d’écriture nous amènent à un texte qui donnent à réfléchir. Et quoi que, je me dis souvent tout ça, l’envie de se déconnecter pour de bon un bon moment des réseaux sociaux se fait souvent sentir. Ne serait-ce que pour mieux se connecter à la nature, être plus présente au monde aussi. Beaucoup d’essais mais qui ne durent jamais bien longtemps, quelques heures, une journée, deux grand maximum.
    Se recentrer sur l’essentiel, voilà qui est pourtant indispensable
    Merci Marie pour ce billet. A bientôt.

    Like

    1. Le tout est de le savoir SOlène, certaines personne n’en sont pas conscientes.
      Je ne déconnecte complètement que l’été.
      Sinon quelques heures aussi, un weekend. Rien que ça, ça fait du bien et ça permet de maintenir l’équilibre.
      Merci pour ton partage et à très vite ici ou chez toi.

      Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.