Posted in Emprise et Renaissance

Cet impact (de la violence) que j’ai sous-estimé

Source La vie (La puissance de l’emprise psychologique)

Je n’ai jamais vraiment “nommé” ce que j’ai vécu pendant 7 ans. Le mot “violence” est venu tardivement. Et même, j’ai toujours eu du mal avec lui. J’ai toujours minimisé les impacts de ce que j’avais vécu. Comme si, seule la violence physique était recevable, seules les victimes de coups étaient légitimes dans leur combat pour renaître.

A la réponse “pourquoi es-tu partie?”, j’ai souvent répondu un truc un peu alambiqué. Comme si avouer la violence psychologique c’était courir le risque de paraitre ridicule. Du coup, peu ont réellement saisi de quoi il s’agissait. Je me suis souvent retrouvée seule face à moi-même, avec beaucoup de doutes et de culpabilité.

La violence a continué après mon départ et il m’a fallut un temps certain pour me soustraire à l’emprise – de celui que je voyais comme mon unique salut. C’est très paradoxal comme expérience. On fuit et en même temps on recherche comme une absolution. On se demande si vraiment ça a existé, si ce n’est pas nous qui avons tout inventé. On évolue dans un espace sans filet de sécurité.

Il m’a fallut une énergie incroyable pour nous protéger, me libérer de ce chaos nauséabond, cette main mise infernale sur ma vie, mes choix. Et après ce grand bond en avant , j’ai cru que ça allait rouler. Que ce n’était qu’une question de volonté. Qu’après la peur, j’allais enfin m’en affranchir une fois pour toutes.

J’ai sous-estimé la puissance de cette violence. Qui m’a fait perdre tous mes repères. Et le peu de confiance que j’avais. Qui a brisé mes fondations. J’ai sous-estimé son impact.

Avec le recul, je prends conscience qu’il reste encore des murs à abattre, des schémas à déconstruire, une confiance, elle, à reconstruire. Il reste des évidences à intégrer, cette idée de “ne pas être assez” à lâcher. Pour embrasser le présent avec plus de sérénité.

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

15 thoughts on “Cet impact (de la violence) que j’ai sous-estimé

  1. “Comme si avouer la violence psychologique c’était courir le risque de paraître ridicule.”
    “On se demande si vraiment ça a existé, si ce n’est pas nous qui avons tout inventé.”
    “J’ai sous-estimé la puissance de cette violence.”
    “cette idée de « ne pas être assez » à lâcher”
    Comme ces phrases me parlent. :/

    Ça fait sept ans que j’ai fui, j’ai réussi à me reconstruire.
    J’ai été éteinte, je revis.
    Mais, parfois, au détour d’une phrase anodine, d’un petit souvenir, je me prends un flot d’émotions en plein cœur, et j’ai mal.
    Peur.

    Je te dirai que, oui, tu es légitime. Tu me diras la même chose. Alors, il faut nous le dire à nous-mêmes…

    Liked by 1 person

    1. J’ai beaucoup pensé à toi en écrivant cet article Olivia.
      Je me retrouve moi aussi dans tes mots – cette année ça fait 7 ans également!
      Je suis bien différente.
      Mais il y a en effet encore ces moments où un petit rien déclenche un cataclysme à l’intérieur de moi…
      Oui, tu as raison. Nous sommes toujours meilleurs pour dire aux autres et nous oublier dans la balance.
      Mille Mercis

      Liked by 1 person

  2. Il faut beaucoup de courage pour parler de cette page de vie… et trouver les mots pour te dire mon ressenti est quasi impossible. Je ne suis jamais passée par là mais je crois que j’aurais pu tuer si cela avait été le cas

    Liked by 1 person

  3. La violence psychologique n’est pas moins légitime que la violence physique ! Et elle est plus sournoise, plus destructrice peut être parce qu’il est si difficile de la décrire, et surtout parce que le manipulateur te fait ressentir que c’est de ta faute ! Ça tient à des riens, moi il m’appelait ” ma pauvre fille “, et j’ai pensé être cette pauvre fille qui décidément ne comprenait rien et qui faisait tout de travers … Alors oui, après ça, il faut se reconstruire, rebâtir la confiance en soi qui s’est effondrée. Mais tu vas y arriver, j’en suis persuadée !
    Bises.

    Liked by 2 people

    1. Merci Catherine.
      Bien sûr ça tient à des “riens” mais qui mis bout à bout forme un “tout” très nocif.
      J’imagine que se reconstruire prend du temps. J’apprends le temps.
      Je t’embrasse affectueusement et merci pour tes mots et ton soutien

      Liked by 1 person

  4. Merci :). I still doubt myself many times. Am I not patient enough? Am I overreacting? Is this really going on? In the end, I think the most important thing is knowing who we are and not letting anything convince us otherwise. With some years and perspective we will understand, as I guess you’ve done.

    Like

  5. Une relation de couple équilibrée décuple l’épanouissement personnel. À l’inverse, une union perdurant selon un binôme névrotique bourreau/victime se révèle hautement toxique et destructrice. Une séparation juste ne doit alors pas être envisagée comme une rupture mais, au contraire, telle une réconciliation avec soi-même ou encore avec « soi m’aime, mais le chemin du déni à l’acceptation est long…

    Like

  6. Je n’ai pas connu personnellement ni la violence physique ni la violence psychologique. Mais je pense que cette dernière fait certainement beaucoup de ravage, et que les séquelles quand bien même ne se voient pas forcement, ne sont pas moindre pour autant.
    Je ne te connais pas depuis longtemps. Je ne sais encore rien de toi, et pourtant je pense que tu as fait déjà pas mal de chemin en avant. En partant pour commencer. Et ça c’est énorme. Il faut beaucoup de courage et de détermination pour faire ce pas de géant. Quitter sa zone d’inconfort n’est pas plus évident que de quitter sa zone de confort.
    La confiance en soi, ça revient, non ?
    En tout cas, on ressent un certain apaisement en te lisant. Peut-être est-ce le commencement de la réconciliation avec toi-même, que sais-je encore exactement… courage Marie, tu es sur la bonne voie. Tu en parles en même temps que tu avances.
    Amitiés

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.