Posted in O bonheur des sens

Rêverie estivale

Credit Pixabay

Sur la plage déserte, un bateau. Abandonné. Aux saisons de la vie. Témoin de tant de destins. Refuge des enfants, inventeurs épris de nouveauté. Elle entend encore l’écho des voix du passé. Le sien et d’autres. Histoires écrites du bout d’une plume d’oiseau.
On pourrait réécrire le monde à partir de là.

Et l’avenir? Peut-on, à défaut de le programmer, en créer un de toute pièce? Une scène, juste une. Pour qu’un reflet puisse se voir. Qu’un arrêt sur image puisse s’imprimer dans le bois brut. Laisser une trace…

Le vent souffle. Une voix au loin. Son prénom dans l’air. Il serait là. Sur la digue. Pas très loin. Elle ne l’entendrait pas vraiment. Elle imaginerait juste. Le sable étoufferait ses pas. Il avancerait sans bruit, surfant sur des hypothèses.
Elle resterait dans la pénombre, une main calée entre ses cuisses. Une caresse comme l’attente de sa silhouette. Caresse muette d’un corps en demande.
Elle sentirait sa présence dans le périmètre de sécurité. Et ses mains se presseraient davantage.

Il la regarderait faire avant de s’approcher. La voir jouer avec son corps lui plaisait. Il aimait la danse discrète de ses doigts. Et les bruits mesurés d’un plaisir qui se prend par petites touches.

Il viendrait par derrière. Enserrer sa taille. Ses mains sur ses hanches sentiraient bon la prise imminente de possession. Ses doigts  rejoindraient les siens. Ils creuseraient des chemins dans les profondeurs de son temple. Puis sortiraient pour s’attaquer à la fleur sauvage, jusqu’alors effleurée. Il prendrait le rythme qui est le sien.
Sa bouche se rapprocherait de la sienne dans un mouvement lent. Une fois ses lèvres à portée, il les croquerait dans un geste vif. Leurs langues mélangées. Leurs salives imprégnées d’envie de plus.
Ils se désireraient sans mot.

Il coulerait son corps contre le sien, lui offrirait son érection. A savourer. Du bout des cils. Avant que sa langue ne se faufile et vienne lécher la peau marbrée de veines apparentes. Le gland d’abord. Rondeur presque enfantine. Avant le grand voyage des sens, l’appropriation de l’espace. Sa bouche en maîtresse de cérémonie donnerait la marche à suivre.
Il se laisserait faire tout en cherchant frénétiquement un point d’attache pour un partage. L’ovale de ses seins, le pic de ses tétons dressés, les vagues de son ventre.

Elle relâcherait son étreinte, guidant son membre tendu vers l’ouverture. Prête. Il relâcherait la pression sur ses seins. Descendrait ses paumes dans le creux de son bassin mouvant.

Et il répondrait positivement à l’invitation. La pénétrant. Avec vigueur. Jusqu’à se sentir pleinement accueilli. Aspiré par son audace. Elle planterait ses ongles dans sa peau, l’attirant davantage en elle. Il la dévorerait du regard. Avant d’aller encore plus loin. Ils feraient de ce temps un voyage. Le plaisir du parcours. L’inconnu. Au milieu des herbes folles. Et leurs prénoms, dans une respiration.

Si vous avez aimé ce texte, passez faire un tour sur Short Édition pour soutenir ma nouvelle en compétition. Merci!

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

6 thoughts on “Rêverie estivale

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.