Posted in Carnets de route

C’est quoi “être soi”?

Crédit Pixabay

Cet article fait suite à un billet et à une discussion – brève et qui mérite certainement d’être approfondie.

Être soi-même c’est quoi au juste?

Nous serons tous d’accord sur le fait que c’est le cheminement d’une vie. C’est un “travail” constant dans le lien de soi à soi et de soi aux autres. Nous naissons nous-mêmes, puis nous apprenons à vivre dans le monde. Nous renonçons tous un peu à ce que nous sommes (sans toujours nous en rendre compte) au fil du temps afin de trouver notre place dans la société, nos familles, nos relations. Notre ADN ne bouge pas. Il évolue. Nous changeons ou plutôt nous nous redécouvrons au fil des expériences que nous faisons.

Je crois que là encore chacun aura sa définition (n’hésitez pas à partager la vôtre en commentaire!). Pour moi, être soi-même, c’est être fidèle à ses ressentis, envies, valeurs, c’est savoir s’écouter, c’est prendre le temps de se remettre en question et de se demander à chaque instant “est-ce que tel acte / telle pensée est mien(ne)?”.

Être soi c’est aussi réussir à se détacher du regard d’autrui. Un regard parfois cruel, on ne peut pas le nier, et parfois purement imaginaire. On prête à l’autre des intentions qu’il n’a pas à nôtre égard. Mais dans notre désir de plaire, on préfère faire porter le chapeau à quelqu’un d’autre. La place de victime est une place convoitée par l’espèce humaine!

Pour être soi-même, il faut apprendre à se connaître. Et se connaître se fait là encore de manière personnelle et dans notre lien aux autres. Chaque rencontre nous accompagne sur ce chemin de découverte(s).

Être quelqu’un d’autre, nous avons tous (plus ou moins) testé un jour. Pour plaire. Pour faire partie d’un groupe. Pour appartenir à quelque chose de plus grand. Ce n’est pas un mal en soi. Cela fait partie de notre développement et de notre construction. Toutefois on ne peut pas passer sa vie à être autre que soi-même. A un moment donné il est nécessaire de revenir à ce qui compte et ce qui fait sens.

Être soi-même n’est pas une image figée. Nous nous réinventons à chaque instant. Nous avons même parfois conscience d’agir, d’être, de faire d’une manière qui ne nous est pas propre. Pour éviter les conflits. Par nécessité. Par peur. C’est à partir de ce moment là qu’il est important de réagir. Pour que ça ne devienne pas une habitude.

Être soi-même c’est s’affirmer, et avant tout s’aimer. Une fois qu’on sort du circuit du paraitre et du plaire, on n’a plus de raison de vouloir se fondre dans la masse. Et alors on peut librement jouir du plaisir d’être. Tout simplement.

Je vous rassure, je n’en suis pas là, enfin pas tout le temps. Il y a de moments où je me sens pleinement moi et d’autres où je sens que ça coince encore. Si je me pose pour y réfléchir, je me rends compte que la réponse est la même depuis près de 38 ans : la peur de perdre l’amour de ceux qui m’entourent.

Et vous, ça vous dit quoi “être soi”? Est-ce quelque chose auquel vous réfléchissez ou pas du tout? Vous sentez-vous vous mêmes souvent ou bien c’est rare? Quelles sont vos peurs?

 

 

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

21 thoughts on “C’est quoi “être soi”?

  1. Il m’est bien difficile à répondre à cette interrogation toujours bien menée avec des mots de qualité. Je pourrai juste avancer une chose : on le devient parfois en vieillissant car il arrive un moment où on laisse de côté tous les artifices, le paraître, le bien penser pour envoyer tout ça par dessus bord. Mais être soi c’est aussi se faire parfois peu apprécier car dire ce qu’on pense, faire ce qu’on aime, être cash, n’est pas bien vu de tous…. ca dérange et plus encore si on est une femme

    Liked by 1 person

    1. Oui je pense que c’est plus simple avec le temps. On a peut-être moins besoin de plaire, tu as raison Marie.
      Je te rejoins complètement sur le fait que ce n’est pas toujours bien vu. Et parfois on préfère lâcher plutôt que d’enfoncer des portes closes.
      Merci pour ton partage.

      Liked by 1 person

      1. J’ai une politique imparable concernant le “lâcher”. Comme ce n’est pas trop dans mes gênes de me taire quand j’ai quelque chose à dire, je pratique la fuite, je ferme la porte, je coupe les ponts avec les gens qui m’emmerdent. Ca aussi c’est un privilège de l’âge… si on peut dire.

        Liked by 1 person

  2. J’ai eu l’occasion maintes et maintes fois de me poser cette question au cours des 10 derniers mois. Je crois qu’il n’y a pas de réponse fixe dans le sens où chacun se définit progressivement. Ou plutôt chacun apprend à se découvrir et mieux se connaître tout au long de sa vie. Je partage ton point de vue : être soi, c’est d’abord se détacher du “moule” dans lequel on a grandi, prendre de la distance vis à vis du regard des autres, apprécier ce qui est propre à chacun, et apprendre à s’aimer tel qu’on est. Je crois qu’il est impossible d’apprécier la Vie dans toute sa complexité et toute sa beauté si on est sans cesse en conflit avec soi. Il est vrai qu’il faut une certaine force pour s’affirmer, pour que la vie qu’on mène soit en adéquation avec nos valeurs, nos envies, notre sensibilité, nos affects, notre passé… mais là est la clé du bonheur ! Oui, je crois vraiment qu’être soi, c’est ça le bonheur ! Ce n’est pas éphémère, c’est quelque chose qui s’installe, qui reste ancré.
    Merci pour ce bel article, je t’embrasse 🙂

    Liked by 1 person

    1. Merci pour cette belle réponse Julie.
      Je crois en effet que c’est la voie de la plénitude. Mais s’affirmer n’est pas chose aisée en effet. Il faut se laisser le temps. Vivre en accord avec soi même est plus enrichissant et constructif aussi.
      Je t’embrasse et te souhaite une douce soirée.

      Liked by 1 person

  3. Tout au long de ma vie j’ai eu le sentiment que la personne que je connaissais le moins c’était moi ! J’ai parfois dépassé mes possibilités au point de m’en étonner 😀 Et surtout j’ai toujours l’impression de me formater en fonction des autres ! Difficile même après tant d’années de s’affirmer quand tu as entendu toute ta vie : ” tais-toi, tu n’es rien ” ! J’avais ma rebellion interne mais n’ai pas su faire éclater la bulle ! J’aime le travail que tu as su faire sur toi Marie Grosses bises

    Liked by 1 person

  4. Tu l’as très bien défini, rien à ajouter 🙂 Apprendre à se connaître, c’est identifier ce qui ne nous correspond pas. J’identifie les gênes et malaises même minimes désormais. Quand je fais quelque chose qui incrimine, qui juge, qui critique et se victimise, alors, je m’éloigne de moi-même. Etre soi, c’est savoir respecter ses valeurs malgré l’environnement. Et ce n’est pas évident du tout, c ‘est difficile. Mais faut pas lâcher l’affaire quand même. C’est notre richesse intérieure après tout 🙂 en tout cas, très belle réflexion 🙂 belle journée 🙂

    Liked by 1 person

  5. J’ai encore parfois peur de mal faire, mal dire. Je ne suis donc pas complètement exemptée du regard d’autrui. Le meilleur moyen d’y remédier n’est pas de s’interdire les “erreurs” mais de les poser et d’en discuter en toute humilité mais sans exagération. Juste dire avoir conscience qu’on aurait pu dire ou faire différemment mais maintenant que c’est fait, accepter et évoluer avec 🙂

    Liked by 1 person

    1. Nous sommes avant tout humains. Nous gagnons jour après jour en sagesse.
      Le tout comme tu le dis est d’être capable de regarder ses erreurs en face, de les accepter et de faire mieux la fois suivant.

      Liked by 1 person

  6. Eh bien sacrée question ! En fait je suis en pleine tourmente, je ne sais plus qui je suis … J’ai découvert récemment que ma mère aurait préféré avorter que de me mettre au monde et cela explique bien des choses notamment ma volonté de plaire à tout prix, tout au long de ma vie. Mais la personne que je suis réellement je ne la connais pas … Bonne fin de journée Marie 😊

    Liked by 1 person

    1. Une découverte plutôt difficile à digérer Catherine.
      Je crois qu’on se découvre au fil du temps. J’espère que tu apprendras à te connaître. En vérité et en paix.
      Belle fin de journée également. Et merci.

      Liked by 1 person

  7. Coucou Marie, très beau texte, je te rejoins totalement.
    Ma plus grande peur est de perdre mes enfants, qu’il leur arrive quelque chose et de ne pas être là pour les protéger, les sauver.
    Très belle journée à toi 🙂

    Liked by 1 person

  8. En ce qui me concerne je pense qu’être soi, c’est être en accord avec l’existence que l’on mène. s’accepter avec ses qualités et ses défauts, sans chercher à ressembler à qui que ce soit, pour être irremediablement en adéquation entre penser, dire et faire. Mais surtout, être soi même n’est pas une image figée…

    Liked by 1 person

  9. J’y pense souvent. Je me stoppe, et je me regarde, je me demande : Est-ce que cette réaction était la tienne ou celle dont tu sais qu’on l’attendait de toi, est ce que cette réaction est celle que tu donnes pour satisfaire, pour ne plus peur d’être laissée. Mais je crois que 97% du temps, je suis moi. Et être moi, c’est pas linéaire, il y a des jours où je suis comme ci, d’autres ohm je suis comme ça. Je ne cherche pas à tout prix la cohérence, seulement d’être en accord avec ce que je suis, ce que je sens au jour le jour.

    Like

    1. Je trouve que se poser cette question aide en effet à se positionner.
      Mon problème c’est que je cherche un peu trop la cohérence, mais comme tu le dis nous sommes multiples et c’est important de s’en souvenir.
      Merci Ornella!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.