Aimer, c’est quoi?

Crédit Pixabay

Au beau milieu de mes cartons et des meubles à démonter, je me suis d’un coup demandé si je savais vraiment aimer. Et là, toi qui me lit, tu dois te dire que la chaleur me tape clairement sur la caboche (ne t’inquiètes pas, je me fais la même réflexion – j’ai de ces idées!)

Alors du coup je t’explique. Jusqu’à très récemment, mes histoires d’amour et certaines de mes relations amicales trouvaient leur fondement dans le fait de sauver l’autre. J’étais comme un poisson dans son bocal, les deux nageoires dans mon élément. Sauf que, on en conviendra tous, l’amour c’est pas vraiment ça. Mais moi, je ne connaissais que cette forme là. Rendre les autres heureux, c’était dans ma programmation initiale. Je m’étais souvent retrouvée dans des situations aussi abracadabrantesques les unes que les autres, avec mon profil “Mère Theresa” sans la carrure ni la foi.

Un jour (Eurêka te voilà!)  j’ai compris que ce don total de moi-même, ne me faisait aucun bien et ne changeait rien pour les autres non plus. Qu’on le sache, le bonheur est affaire personnelle. Et sauver l’autre, une idée saugrenue et clairement pas une base saine pour une relation durable.

Du coup, j’ai fait ce que toute personne censée devrait faire, je me suis lancée dans un grand nettoyage de printemps. Et je me suis enfin regardée dans le miroir. Ça parait tout simple comme démarche mais c’est pas si évident. Surtout quand tu as passé le plus clair de ta vie à tenter d’échapper à toi même et que “les autres avant tout” c’était ton mantra!

Aujourd’hui donc, puis que c’est d’aujourd’hui dont je parle, et bien je n’ai plus de repères. Les autres étaient mauvais, certes, et je suis bien contente de les avoir lâchés. Mais sans repère c’est un plus compliqué de se situer. J’ai plus de questions que de réponses.

C’est quoi aimer? C’est comment? C’est instinctif? Ça s’explique ou ça se vit juste? Peut-être qu’aimer c’est juste aimer. Peut-être que je me fais des nœuds à la tête (sûrement même mais bon moi sans nœuds à la tête ça ne serait pas vraiment moi!) 

Est-ce qu’il y a des grilles pour savoir si on aime bien – ou trop – ou pas assez – ou mal? Est-ce que ça se voit qu’on aime? Est-ce que ça se sent? Est-ce que ça se dit, un peu, souvent? Et quand ça se dit, est-ce que ça dit vraiment tout?

Vous en pensez quoi vous? Vous vous êtes déjà posé ce genre de questions? Ou ça vous parait complètement tordu (vous avez le droit – après relecture de l’article je me dis que c’est très tordu!)?

Advertisements

36 thoughts on “Aimer, c’est quoi?

  1. www.avecunk.be

    Je ne sais pas.
    Je sais pas si j’ai déjà vraiment aimé un jour.
    En dehors de mes enfants bien-sûr ! Mais je parle amoureusement parlant.
    La seule fois ou j’ai été amoureuse et ou j’ai aimé c’était aussi une histoire de sauvetage.
    Je voulais le sauver, le faire changer et j’ai changé pour lui aussi, il ne me l’a pas demandé mais c’était ma façon de lui montrer que je l’aimais, que je l’acceptais.
    Du coup je ne sais pas, je ne pense pas que c’était sain vu que j’ai fini très très dépressive à la fin.
    Je me pose les mêmes questions que toi… 🙂

    Liked by 1 person

    1. “Je voulais le sauver, le faire changer et j’ai changé pour lui aussi, il ne me l’a pas demandé mais c’était ma façon de lui montrer que je l’aimais, que je l’acceptais.”
      Je me reconnais tellement. La fin n’a pas été à la hauteur de l’engagement pour moi non plus. J’ai fini par comprendre pourquoi, ça m’a libérée.
      Je ne sais pas si on sait vraiment un jour ce qu’aimer veut dire…quoique nos enfants en sont le meilleur exemple!!

      Like

  2. Coucou !

    Je pense avoir eu ce profil aussi. Vouloir aider les autres, en s’oubliant presque.
    Sauf que comme tu le dis, ce n’est ni bien pour soi, ni pour la personne que tu souhaites aider.
    Parce que la réponse est en elle.

    Pour ma part, il y a une sorte de filtrage qui s’est mis en place. J’aide si j’en ai envie, sans me mettre la pression. J’aide 1/2/3 fois pour le même sujet s’il faut. Mais après j’arrête. Parce que rabâcher la même chose c’est bien, mais c’est épuisant et usant. Notre énergie est importante, on doit donc se protéger.

    Alors je ne sais pas si c’est vraiment la question d’aimer dans ton article en fin de compte. C’est plus ton rapport aux autres qui à changer peut être ? Ça ne changera pas qui tu es au fond de toi. On a pas forcément besoin d’aimer pour vouloir aider quelqu’un.
    Exemple concret : j’ai donné a manger et a boire à plusieurs SDF dans Strasbourg. Je les connaissais pas, mais mon petit geste les a aidé (A s’hydrater en grande partie XD)

    Je ne sais pas si je t’aide vraiment avec ce commentaire. J’espère simplement qu’il sera compris.

    Bisous Marie 🙂

    Liked by 1 person

    1. C’est tout à fait ça. Chacun a ses réponses. On peut soutenir, accompagner. Pas plus.
      Je te comprends. Je me rends compte au fil du temps que je fais de même. Peut-être aussi qu’aimer c’est ça, laisser l’autre libre. De s’en sortir ou de ne pas le faire.
      Merci pour tes mots. Ton exemple est juste. Après est-ce qu’aimer ce n’est pas quelque chose de plus grand aussi? En anglais on dit “sharing is caring”. Quand on prend soin, on aime. Pas forcément au sens amoureux, mais au sens plus large. L’amour de l’autre dans ce qu’il est.
      Chaque commentaire me fait réfléchir donc merci vraiment.
      Je t’embrasse.

      Like

      1. Oui c’est ça… Puis à force, je suis fatiguée. Aider à trouver des solutions en permanence pour d’autres, alors que les autres ne nous aideront pas forcément. Parce qu’avant, il y avait de ça aussi dans mon échange avec autrui. J’attends qu’autrui soit pareil avec moi, que moi avec eux. Mais c’est pas possible. Donc a moi d’évoluer pour me protéger.

        Donc maintenant, j’aide si je le peux et si je le veux. J’avance et je n’attends très peu des gens, voire rien.

        Sincèrement je trouve qu’il y a beaucoup” d’aide” que de “aimer” dans ton article. Peut être que c’est ça.. Tu aimes aider ?

        Comme m’a dit une personne dernièrement, même quand on aide on attend une reconnaissance derrière. Même si elle est insconsciente. Que ça soit un sourire, ou un merci.

        Après je ne sais pas si actuellement tu parles de ton rapport aux autres en général (donc famille amis, connaissances etc) ou si tu penses a quelque chose en particulier ( aspect amoureux )

        Je me suis demandée si tu faisais bien la distinction entre aimer et apprécier aussi ? Tu peux apprécier quelqu’un sans l’aimer … M’enfin je me perds… Vu je ne sais pas exactement de quoi il en ressort dans ton article, je peux partir loin dans mon interprétation.

        Bisous

        Liked by 1 person

        1. J’ai compris avec le temps que chacun donnait ce qu’il pouvait.
          Je ne crois plus attendre en retour. Sauf quand je donne plus que ce que j’ai mais du coup là c’est un problème perso. C’est à moi de changer les choses.
          Je crois que je parle d’amour en général. L’amour de la personne telle qu’elle vient à moi. Je crois que j’aime profondément les autres. Et que chaque jour j’apprends L’amour – celui qui ne demande rien – celui qui est libre et est liberté. Comme c’est nouveau c’est déroutant…
          Merci beaucoup!!

          Like

          1. J’avoue que l’amour qui n’attend rien en retour, c’est déroutant ! J’ai aussi ce sentiment. Comme si, pour ma part, ” je ne méritais pas” ça.
            Je crois aussi que tu aimes profondément les autres. Mais a toi d’apprendre a “canaliser” cet amour. De donner oui, mais autant que tu peux.

            De rien ?
            Je pense que j’ai fait beaucoup de HS.

            Liked by 1 person

            1. Tous les commentaires sont intéressants et enrichissants. Même en dehors du “cadre” de l’article…
              On le mérite tous mais nous ne sommes pas tous à l’aise avec ça en effet. Pourquoi tu ne le mériterais pas?
              L’amour en soi c’est déroutant. C’est ce qui en fait tout le charme!!

              Grosses bises et merci encore pour cet échange!

              Like

  3. Amusant (enfin, amusant, on se comprend…), je me la suis posée il y a deux ou trois mois, et je n’ai pas la réponse. J’ignore si je sais aimer vraiment, notamment pour la même raison que toi, mais aussi parce que j’ai la sensation d’avoir besoin d’extrême, en la matière, et le tiède ne me suffit pas, et les sentiments finissent pas s’éteindre…

    Liked by 1 person

    1. Je me souviens, je crois que tu en avais parlé dans des commentaires Olivia.
      Pas évident à vivre j’imagine…Dans extrême tu entends quoi?
      Pour ma part j’ai la sensation de recevoir beaucoup mais de donner peu. Et pourtant ce n’est pas par manque de sentiments. Mais peut-être que les personnes autour de moi diraient le contraire…

      Liked by 1 person

      1. Oui, sur un autre blog. 🙂
        Extrême car j’ai été éteinte pendant trop longtemps, et, à l’heure actuelle, il me faut ressentir des émotions fortes, positives comme négatives, pour me sentir vivante. Aimer avec passion, me perdre dans les sentiments, avoir mal, pleurer plutôt qu’un quotidien gentil qui ne me convient pas (même si je sais que ce serait sans doute mieux pour ma santé mentale). Je donne beaucoup, mais à un moment, je me lasse…
        Demande à ces personnes, elles t’apporteront sans doute la réponse… 🙂

        Liked by 1 person

  4. sandmayer

    Alors figure toi que c’est la question que je me pose cette semaine. Je l’ai même partagée sur les réseaux sociaux espérant avoir des réponses.
    J’ai également commencé à écrire un article pour le blog allant dans ce sens. Ton article aujourd’hui j’aurai pu l’écrire moi-même mais je préfères le tiens il est plus joli.
    Moi aussi je me demande ce que c’est que l’amour ? Aimer et être aimer ? J’espère que nous aurons des réponses marie.
    Je t’embrasse bien amicalement

    Liked by 1 person

    1. Ça me rassure Sand, comme quoi je ne suis pas totalement à côté de la plaque!!
      Être aimée, ça me parle. Aimer, je ne sais pas. Pourtant j’aime les gens mais dernièrement j’ai la sensation que j’ai encore beaucoup de travail sur moi à faire pour aimer vraiment.
      Merci beaucoup en tous cas pour tes mots. Et si tu le sens, écris-le cet article, il sera intéressant avec tes mots à toi.

      Like

  5. Bonne question Marie ! Comme toi j’ai longtemps cru que aimer c’était aider les autres. Mais j’ai réalisé que les gens veulent être maîtres de leur destinée et depuis que je les laisse se dépatouiller seuls tout le monde s’en porte mieux, y compris moi lol Grosses bises

    Liked by 1 person

    1. Et c’est bien normal Paulette!
      Sauf quand ils demandent de l’aide, alors là, j’y vais, tout en essayant de ne pas m’investir plus que ce qu’ils attendent de moi. Tout est question de dosage et ce n’est pas toujours facile.
      Mais oui tout le monde s’en porte mieux. Bises

      Like

  6. toniporter888

    “Aimer, c’est tenir sans se lasser”…”Accepter l’age, l’érosion, puis tout recommencer comme au premier jour”.
    Une boucle qui se déboucle…
    Bisous ma petite Marie.

    Liked by 1 person

  7. Je crois que beaucoup se sont posé la question mais que la réponse varie selon ce qu’on attend du mot aimer et surtout selon le moment de la vie qui n’est pas le même à 30 ans qu’à 40, 50, 60 ou 70 et plus…

    Liked by 1 person

  8. Ouiii moi, je me pose beaucoup cette question. Et pour ma part, le véritable amour, c’est celui qui ne “possède pas l’autre”, qui se satisfait de voir libre quelqu’un qu’on aime pourtant très fort. On aime mal quand on a envie de transformer l’autre afin qu’il nous plaise plus, qu’il rentre plus dans nos critères. Bref, l’amour, c’est pas de sauver l’autre pour se sentir exister, c’est de répondre à une attente, quand une attente est formulée, c’est de la prévenance aussi bien sur. Tout est une question de nuances. Moi-même tu le sais, j’ai ce complexe du sauveur : mais je me soigne.

    Liked by 1 person

    1. Je suis tout à fait d’accord avec toi Ornella!!
      Je crois que j’ai souvent voulu sauver l’autre mais pas si souvent le changer…quoique!
      L’amour est liberté. L’attachement, la possession tue l’amour.

      Like

  9. Sabine Cohen

    Aimer c’est réaliser qe ‘amour a ses limites, les repousser ne sert à rien : l’autre ne peut donner que ce qu’il a ! L’amour n’est pas, de fait, une assurance-vie indéfectible : “sa moitié” peut en aimer subitement un(e) autre ou tout simplement… mourir. Seul l’amour de soi rime avec toujours, c’est une certitude. C’est en ce sens qu’aimer requiert une autonomie affective de qualité qui constitue une activité à plein temps, ne laissant guère de place à la mélancolie, à la dépression ou à la recherche de conflits ! Ainsi pour aimer, il faut avant tout s’aimer…

    Liked by 1 person

    1. Je retiens “une autonomie affective de qualité” Sabine, j’en suis arrivée à cette conclusion aussi.
      Et j’y travaille…
      On veut croire que l’amour est éternel et c’est dommage, on vit dans une illusion et quand on en sort, quel drame!

      Like

  10. Je ne sais pas si j’ai le complexe de la sauveuse…Peut-être que j’ai le réflexe du sauveur mais que je me rends vite compte que je tombe là-dedans et que j’abandonne assez vite. Par contre, ton manque de repères me fait penser à cette période où il y a 4 ans (après les antidépresseurs), je ne savais plus qui j’étais…Je n’ai qu’une chose à dire à ce sujet: les choses se mettent en place progressivement et de toute façon, on ne cesse jamais d’évoluer (sinon, c’est triste)…

    Like

    1. Je suis bien d’accord avec toi Elisa, on ne cesse d’évoluer!
      Et j’ai remarqué que le chaos précédait souvent les grands changements aussi…
      Aujourd’hui j’arrive en effet à repérer quand je tombe dans ce travers.
      Merci et belle journée à toi

      Liked by 1 person

  11. lacapacitedemerveillement

    Je me suis posée la même question aussi un jour. Et j’en suis arrivée à cela : aimer, c’est vouloir pour l’autre ce qu’on voudrait pour soi : un sourire, la paix, le respect, la liberté, le soutien, le partage., la confiance etc.. Aimer, c’est englober tout le monde même si les intimes y ont une place particulière. J’ai pour ma part décidé de ne plus vivre en couple, car cela ne correspond pas à ma vision de l’amour. Aimer, c’est la gratitude d’être en vie, et d’en respecter sa Nature profonde avec ses lois naturelles souvent sélectives. Je donne de l’amour avec un sourire et une attention chaque jour, depuis les jeunes des bas de tour aux personnes âgées rencontrées le soir lors de la promenade du chien. C’est çà l’amour pour moi 🙂 Belle journée, bisous 🙂

    Liked by 1 person

  12. Décidément Marie, on est sur la même longueur d’onde… j’ai les même questions et les même non réponse. Moi aussi, j’ai voulu tant de fois “sauver l’autre”, je me suis tant de fois perdue, j’ai sauter dans les pompes de l’autre et ensuite les tiennes, tu ne les reconnais plus, tu t’es échappée de toi-même… et l’autre, on nielle sauve jamais, je viens encore d’en faire la triste expérience avec celui qui est chez moi ! on ne sauve personne et on se fuit soi-même… Aujourd’hui tout est différent pour moi aussi, je n’ai plus personne à sauver, j’ai juste à aimer… mais aimer, c’est quoi ? j’avais lu un texte qui disait que l’amour, c’était “vas vers toi” et non pas ” viens vers moi”. Je crois que j’ai juste envie qu”on se libère l’un et l’autre de nos chaines mais surtout je me demande si l’amour, c’est pas la confiance. Faire son chemin et avoir confiance que l’autre fait son chemin… n’avoir aucun soucis des défauts de l’autre, être dans l’inconditionnel…Aimer tout entier, comme il est sans vouloir changer une virgule, car cette virgule fait parti de l’histoire même si elle nous renvois vers nous même ! Aimer, c’est peut-être accueillir, être…. C’est en tout cas la plus belle question qui existe…

    Liked by 1 person

    1. Je pense que ça a beaucoup avoir avec la confiance Kathou en effet. Quand on a confiance, l’amour peut s’épanouir, rien ne le limite ni ne le contraint. Il est libre et liberté.
      J’apprends cet amour là parce qu’il me transporte et qu’il est vérité.
      Mille pensées

      Like

  13. lecanardquifaitcoincoin

    je crois juste que tu te poses trop de questions, quand tout baigne pourquoi penser au pire ? Il faut profiter du moment présent et pas se prendre la tête pour un oui pour un non, du recul mais pas forcément tout remettre en question !

    Like

      1. lecanardquifaitcoincoin

        Nous n’avons en effet pas la même lecture. Si dire “je ne sais pas si je sais aimer” ce n’est pas une remise en question alors moi je sonne les cloches dans un monastère.

        Liked by 1 person

  14. Eh bien ça me rassure car je me les pose très souvent ces questions. Au final, je pense qu’il n’y a pas qu’une seule façon d’aimer….”Il y a autant de façon d’aimer qu’il y a de coeur” Léon Tolstoï

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.