Je quitte Paris!

Crédit Pixabay

Ne jamais dire jamais. Et oui, je sais…

Quand je suis revenue vivre à Paris, j’étais certaine qu’entre elle et moi ce serait à la vie à la mort. Oui, rien que ça. Un pacte.

Il faut dire qu’entre elle et moi, c’est une drôle d’histoire. Petite, quand j’allais la voir – mes grands-parents y vivaient – je la trouvais insoutenable. Trop grand, trop de monde, trop de bruit. Et ces couloirs de métro interminables. Et ces odeurs, ce chaos…Je lui préférais le calme du bord de mer. Et puis, une fois mes études terminées, il a fallut se rendre à l’évidence. Tout se concentrait à Paris. Alors comme de nombreux provinciaux, j’ai pris ma valise et je suis partie, certaine de ne pas y faire de vieux os.

Paris m’a prise au dépourvu, elle m’a séduite. Deux mois plus tard, je ne me voyais pas retourner en Province. J’étais amoureuse. De sa vie, de ses jardins, de ses boutiques, de ses quartiers, du mien en particulier, de sa population cosmopolite, de son ouverture sur le monde. De ses cinémas et ses salles de théâtre, de ses restaurants et de ses brasseries, de ses cafés et des heures que je passais à écrire en regardant la ville vibrer. J’aimais les gens et les couloirs du métro. J’aimais ma balader avec mon crayon, un carnet et mon appareil photo. J’aimais découvrir.

Voilà près de 6 ans que je suis Parisienne. Le 16e n’a pas été un vrai choix. Je me suis trouvée parachutée là par relation – à l’époque un logement était une urgence pour loulou et moi, au milieu du chaos du divorce.

Dans quelques mois, la propriétaire va reprendre son appartement et nous, nous allons migrer. En banlieue. Ça aussi j’avais dit jamais. Je devrais évincer ce mot de mon vocabulaire. Je sais que pour beaucoup ça ne représente pas grand chose mais pour moi, c’est tout un programme d’acceptation! Mais comme je suis plutôt du genre “verre à moitié plein”, j’y vois un nouveau départ, qui correspond à mon / notre évolution. Où que l’on soit, je sais que nous y serons heureux!

Et vous, vous êtes aussi adeptes du “jamais” ou plutôt ouverts aux opportunités qui se présentent?

 

Advertisements

45 thoughts on “Je quitte Paris!

  1. C’est dingue ça 🤔, nous avons eu le même parcours avec des repères visuels et olfactifs identiques 😁
    Ah Panam , ses after …ses coulisses, ses mystères… l’avantage dans tout cela, c’est que quand je avais plus de cigarettes, je savais où en trouver à n’importe quelle heure 🍀😘

    Like

    1. C’est un des grands avantages de Paris – je me demande si cette ville dort Tony! C’est ce que j’aime aussi!
      Je ne pars pas loin, je reprendrais le métro. Ce sera une nouvelle étape de vie.
      Bises et beau weekend

      Liked by 1 person

  2. Le “jamais ça” ou “pas question” ou “on ne m’y reprendra pas”, j’ai connu. J’ai vécu durant 3 ans à Paris pour mon job de l’époque et j’ai adoré Paris pour tout ce que tu dis, je pourrais avoir écrit tes lignes. Mais un jour je me suis souvenue que, quand j’étais ado, j’avais découvert la montagne avec Chamonix et ses environs et que j’avais adoré. Et Paris, avec les 3 moyens de transport que je devais prendre matin et soir pour me rendre là où je bossais (banlieue Cergy Pontoise), me devenait lourd à supporter et puis, le week-end, nous étions obligés de faire pas mal de voiture pour aller dans des coins calmes respirer un meilleur air. Alors j’ai cherché du boulot dans les Alpes et j’ai trouvé un bon job à Grenoble et je m’y suis installée. Je n’ai jamais regretté même si Paris me manque pour tout ce qu’on peut y faire et y voir.
    A la retraite, je me suis dit “bon maintenant ce serait bien de retourner sur tes terres natales, en l’occurrence la Bretagne, mais je n’ai jamais pu car un déménagement pour l’autre bout de la France c’est hors de prix et les retraites sont hors d’imagination côté modestie. Alors je me fais une région et je reste dans ma belle région alpine mais avec toujours au coeur une frustration de ma Bretagne. Mais voilà ce que je me dis pour me consoler. La Bretagne me manque cruellement mais si je m’y installais, c’est la montagne qui me manquerait cruellement . Je ne sais si mon message répondra à ta question finale

    Like

    1. Je crois qu’il faut rester ouvert aux opportunités de la vie.
      3h de transports ça faisait long Marie.
      L’important c’est de trouver sa place là où l’on est. Parfois on rêve d’un endroit mais ce n’est pas possible. Au lieu de se battre, mieux vaut accepter ce qui se présente. C’est aussi plus facile à vivre.
      Merci pour ton partage!

      Liked by 1 person

  3. Whaou, un saut dans l’inconnu, le vide intersidéral.
    Ps: il paraîtrait que certains ont survécu 😉
    Courage pour le déménagement en perspective

    Liked by 1 person

  4. Ah je comprends que ce soit difficile pour toi de quitter Paris, c’est une ville attach(i)ante ! Mais tu as raison de voir ce changement comme un nouveau départ. Après, il y a banlieue et banlieue. A toi de voir quels seront les meilleurs compromis pour toi et ton fils.
    Grosses bises Marie !

    Like

    1. Oui Cécilia, nous allons rester dans la banlieue proche de Paris. S’éloigner un peu mais pas trop.
      Se rapprocher de mes parents aussi un peu, pour un confort de vie. Ce sont des choix, les miens, donc cela me va.
      Grosses bises et merci.

      Like

  5. Bonjour Marie,
    Je dis parfois”jamais”, mais c’est comme “toujours”, ça ne veut pas dire grand chose. Nous ne sommes que de passage dans ce monde et fort heureusement, la vie c’est évoluer, changer et se remettre parfois en question. Les “jamais” d’hier s’envolent sans regret quand se présente une opportunité. Je te souhaite un emménagement serein pour ce nouveau départ. Bisous tourangeaux !

    Like

  6. Bonne chance en banlieue! Je suis née et j’ai grandi dans le 16ème, et Paris reste Paris… J’y retourne tout le temps mais je reste dans le 6ème maintenant. Après avoir vécue de part le monde et entre autres dans des grandes villes (NY, Londres, New Delhi, México bien sûr) je suis contente de vivre dans une toute petite ville où je peux marcher partout; où les gens du marché me connaissent et me gardent les plus belles fraises; ou même le monsieur de DHL me connaît…. c’est tellement plus humain. J’espère que toi et ton fils seront contents en banlieue et j’espère que tu n’auras pas à faire des heures de trajet tous les jours. Bisous!

    Like

    1. Je ne savais pas Kenza.
      J’aime beaucoup le 16e. J’aimais beaucoup le 20e quand j’y habitais.
      Je pense en effet que l’effet quartier changera la donne aussi pour nous deux. Quant aux heures de trajet, non, c’est un de mes non-négociables. Je veux garder la flexibilité de pouvoir me rendre à pied au travail si je le souhaite.
      Merci et beau weekend à toi

      Liked by 1 person

  7. Bon jour,
    J’ai vécu des années à Paris … j’aime bien cette ville … on revient toujours vers quoi on a aimé un jour 🙂
    Avec le temps le mot “jamais” prend une autre dimension et on l’enferme dans un placard et les opportunités sont possibles il faut savoir prendre des risques … 🙂
    Max-Louis

    Like

  8. Moi je suis plutôt du ” jamais “, genre” jamais la banlieue”. J’y ai grandit et pas envie d’y retourner. En même temps certaines circonstances font que parfois on ne choisit pas, donc on y va et on reste positif comme tu dis, on y voit un nouveau départ…. Perpignan, j’aurais jamais imaginé… mais c’est là que je me suis sentie accueillit, alors j’y suis restée ! bisous

    Liked by 1 person

    1. Oui Kathou. Le risque du “jamais” c’est de réduire son champ de possibles.
      Quand j’ai atterri dans le 16e je ne savais pas vraiment où je mettais les pieds.
      Le tout est de garder l’esprit ouvert…
      Grosses bises

      Like

  9. Je quitte vers de nouveaux horizons, de la rive sud de Montréal vers la Vieille capitale, la ville de Québec à 250 km de distance. Je travaille déjà à Québec une semaine sur deux en fonction de la garde partagée de mes enfants et je passe mon temps à faire 500 km à toutes les semaines en aller-retour. Grand déménagement fin juin. Aucun regret malgré la fatigue du voyagement. Je n’ai pas peur du changement et ouverte à de nouvelles possibilités, à de grandes décisions. Bientôt un an avec chéri. On célèbre ce premier anniversaire sous le même temps, ça coincide avec ma date de déménagement. Il y a un an ce n’était même pas envisageable. Comme quoi la vie est remplie de surprises! Courage ma belle et bonne chance, ça va bien aller. Tu es une dure à cuire💕

    Like

    1. Un grand changement pour toi et tes proches Dina.
      Oui tout bouge et c’est bien aussi. A trop résister on s’empêche de vivre.
      Je vous souhaite plein de belles choses dans cette nouvelle vie / ville.
      Grosses bises ensoleillées

      Liked by 1 person

      1. Oui en effet. Des fois j’ai peur. Mais ça n’empêche pas mon chemin et cheminement. Merci pour tes beaux souhaits. Bonne chance aussi à toi dans ce que tu entreprends. Je te fais un câlin amical et te souhaite un bon début de semaine☀️❤️

        Liked by 1 person

        1. C’est bien humain Dina. Mais comme tu le dis tu avances et tu es bien entourée. Ca c’est une valeur sûre. La peur finira par laisser place à l’apaisement.
          Affectueuses pensées ma jolie et mille merci! ❤️

          Liked by 1 person

  10. Ne jamais dire jamais !
    Un nouveau départ pour vous, un nouveau quartier de vie, et peut-être que tu y feras aussi de belles découvertes 😊
    Des bisous !

    Liked by 1 person

    1. Oui Julie.
      J’avoue je ne me projette pas trop. J’attends de voir où nous serons. Et au fil du temps, comme à chaque déménagement, je sais que je trouverais mes marques.
      Bises

      Like

  11. Cela fait près de 20 ans que j’habite Montrouge, c’est-à-dire Paris 🙂
    J’ai toujours dit que jamais je n’habiterai en grande banlieue juste pour avoir un plus grand appartement ou une maison, et que je préférais vivre dans ma deux pièces à deux pas de Paris.
    Et pourtant…et pourtant cela fait quelques semaines que je fais beaucoup d’infidélités à ma ville pour me retrouver dans la maison du bonheur sur une île en bord de Seine, happée par l’amour.
    Bon courage pour tes recherches Marie! Bisous

    Like

    1. J’ai les mêmes réflexions que toi Rachel
      Mais après je comprends aussi, de nouvelles portes s’ouvrent, de nouvelles rencontres. Et la vie change. Et nos envies aussi.
      Je te souhaite plein de bonheur dans cette ile!!

      Like

  12. Moi je m’étais dis que jamais je n’irais vivre en Seine et marne, trop “campagne” pour la citadine que j’étais. J’adorais regarder par mes fenêtres les tours de La Défense. Je les comparais à la skyline newyorkaise. Pour moi le béton, il n’y avait que ça de vrai.
    Aujourd’hui que je vis en Seine et marne, je me dis que plus jamais je ne ferais un retour en arrière. J’en suis même à regretter l’urbanisation galopante de ma ville.

    Liked by 1 person

    1. Je crois qu’on finit par se faire à nos environnements Maude. Chacun a son charme. C’est pour cela qu’il faut resté ouvert aux opportunités qui se présentent.
      La Seine et Marne, il faudra que j’aille y faire un tour un jour, je n’en entends que du bien!!
      Merci et belle semaine à toi.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.