Il est l’heure de pardonner…

Crédit Pixabay

A chaque respiration, elle s’en va. Elle sent la fin arriver. Elle compte les pas avant le dernier saut. Elle respire mal d’ailleurs. Elle sent son sang manquer de vie. Elle s’achemine vers la fin de la sienne. Seule.

C’est bien ça, elle est seule. Le vide s’est fait autour d’elle. Au fil des années. Au fil des mots blessants qu’elle a  prononcé. Au gré de ses départs sans retour en arrière possible. Au volant de ses idées incompatibles avec la notion même d’amitié.

Elle part. Elle est triste puis elle est dure. Elle laisse planer le doute. Elle fait mal. Elle brise à l’intérieur. Et donne le change à l’extérieur. Elle méprise et supplie presque. Elle largue des bombes à intervalles irréguliers. Elle s’intéresse si le conflit est sous-jacent. Sinon elle laisse couler. Pas assez intéressant.

Elle nous voyait puis elle nous voit moins. Elle ne se pose pas de questions. Nous passons forcément pour la jeunesse sans reconnaissance. Qui ne retient rien. Quand on la voit, elle s’énerve vite. Tout ne va pas au juste rythme. Les enfants crient et font du bruit. Nous aussi. Un peu trop. C’est usant.

Elle nous tient à l’écart. Puis elle veut nous voir, craignant que ça ne soit la dernière fois. Comment voit-elle la mort? Quelle allure a t-elle? Celle d’un linceul noir ou bien d’un ange blanc? Comment vit-elle ces heures qui la rapprochent de l’éternité?

***

Elle ne sait plus. Elle voudrait que tant de choses soient différentes. Elle aurait voulu une vraie mère qu’on accompagne dans ses dernières heures douloureuses. Elle aurait voulu de la tendresse. Pouvoir prendre soin d’elle.

Elle ne fait que son devoir de fille. Elle s’occupe de l’intendance, les visites médicales, les courses. Puis s’enfuit. Trop de mépris. Trop de maux qu’elle trimballe. Toute une vie. Du gâchis.

Elle voudrait pouvoir faire plus. Mais face à la méchanceté, son amour ne fait pas le poids. Elle pleure ce qui n’a jamais été. Elle pleure l’enfance blessée. Elle pleure le rien, tout ce qu’elle n’aura pas eu, tout ce qu’elle n’aura pas connu.

Elle espère. Peut-être. Elle sait que non. Mais elle espère. Un regard en arrière. Un pardon. Des regrets. Pouvoir dire aurevoir. Juste ça. Elle attend un “je t’aime” qui ne viendra pas.

***

Je suis actrice et spectatrice. Je suis l’enfant et la petite fille. Je suis d’un côté, forcément. Celui de l’amour. Bien évidemment. J’écoute. Ma mère. Je sais le poids de tout, du présent et du passé. De l’avenir. J’imagine.

Je ne saurai jamais qui elle était, pourquoi elle a tant détesté ma mère, pourquoi elle m’a tant utilisée sous couvert d’un amour débordant, pourquoi elle n’a jamais regardé ma sœur, pourquoi elle n’a jamais aimé mon père, pourquoi elle a toujours cherché à nous diviser.

Je me dis qu’aujourd’hui, pour moi, il est temps de pardonner. Pour que ma grand-mère parte en paix. Pour que je reste en paix. Les questions n’ont pas de réponse. Le mystère reste entier.

Advertisements

10 thoughts on “Il est l’heure de pardonner…

  1. Tu m’as fait revivre le départ de la femme qui m’a mise au monde pour me rejeter . Ses dernières paroles pour moi furent : ” je n’ai jamais été une mère mais c’est comme ça ! ” J’aurais préféré qu’elle ne dise rien ! Pardonner ? C’est ce que j’ai fait durant toute sa vie car mon père me disait qu’elle était malheureuse ! A présent c’est le vide , rien ! Grosses bises

    Liked by 1 person

    1. C’est horrible ce manque d’amour. Je crois que ma mère voulait pardonner avant le départ. Mais rien ne l’aide dans le contexte actuel. Elle se dit “quel gâchis!”
      Je comprends. Le silence valait encore mieux dans ce cas.
      Grosses bises Paulette

      Like

  2. Je maîtrisais bien le pardon autrefois, à présent je crois que je ne sais plus. Quand on m’a blessée je n’oublie pas et je ne pardonne plus, je m’éloigne de ceux qui m’ont fait mal, sans regrets. Avec la famille c’est un peu différent et voir partir un proche en étant fâché est de mon point de vue difficile…

    Liked by 1 person

  3. C’est une grande question que je me pose. Le pardon est-il nécessaire ? Je me dis que l’absence de vengeance ou de rancœur est déjà, en soi, un pardon suffisant. Quand la personne en face campe obstinément sur son déni, que peut-on faire ? Ton texte est superbe, comme toujours ❤

    Liked by 1 person

    1. On pense souvent que le pardon est pour l’autre. Alors qu’il est avant tout pour nous. Pour notre paix à nous. L’autre l’accueille. Ou pas. Cela ne nous regarde plus tant qu’on a fait le pas.
      Merci beaucoup pour ton retour.

      Liked by 1 person

    1. Elle n’est pas encore partie…
      Je ne sais pas si elle connaitra la paix. Elle est certaine que le monde / son monde est contre elle,. Mais peut-être que dans les dernières heures ce sera différent…

      Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.