Ce monde de “Tabou”

Standard

Source Internet

Tabou. On entend le mot à toutes les sauces ces temps-ci.

Le tabou sur le désir ou non d’enfant, sur le couple et ses choix de vie, sur les maux physiques, psychiques, l’endométriose, la fausse couche, le deuil d’un enfant, sur nos préférences sexuelles, nos choix politiques, la manière d’élever notre progéniture, le harcèlement, le burn-out, le bore-out, la dépression, le choix d’allaiter ou de ne pas le faire, le sexe, la religion, la PMA, les couples libres, le mariage, la pornographie, la sodomie, l’accès à la propriété, l’argent, l’anorexie, l’infidélité, le “terrible two” et ceux qui suivent, l’adolescence, le célibat, la violence, l’avortement, les familles monoparentales, la prostitution, les problèmes de santé intimes, l’immigration, le nucléaire, le handicap, les maladies auto-immunes, l’orgasme, la maladie en général, les MST, l’autisme, le plaisir masculin, le divorce, l’échec scolaire, l’euthanasie, la drogue, la mort…(vous en aurez sûrement d’autres à ajouter)

Et on se vante d’être plus tolérants que par le passé! Alors même que nous jugeons tout le monde et tout le temps.

Nos vies sont passées au crible de ce que non seulement la société mais les “bien-pensants” jugent “bon” ou “mauvais”. Tout le monde a une opinion sur tout et tout le monde la partage, sans se soucier des conséquences.

Certaines chosent se disent quand d’autres ne se disent pas. Mais rien ne se dit vraiment au final. Tout reste en suspens. On reste dans les non-dits, les silences et la culpabilité. Ce n’est plus la religion qui nous traumatise, c’est le regard de tout un chacun sur la manière dont nous choisissons de vivre notre vie. Comme si nous devions rendre des comptes à tout le monde, tout le temps.

Tous ces sujets ne sont ils pas pour la plupart liés à des choix personnels. A partir du moment où ils ne causent pas de tort à autrui, pourquoi vouloir absolument les remettre en question? Pourquoi vouloir absolument avoir raison? Que manque t-il dans nos vies pour que nous cherchions sans cesse ce qui pourrait clocher dans la manière de vivre, de penser, d’être de l’autre?

Maintenant…

Imaginez un monde dans lequel vous pourriez parler de tout ça, sans vous poser cent fois la question sur votre légitimité à le faire, sans vous demandez si une fois de plus on va vous regarder de travers, un monde dans lequel chacun accueillerait votre confession avec bienveillance, en acceptant votre point de vue, sans pour autant le partager.

Ne vous sentiriez-vous pas plus à l’aise dans ce monde-là? Ou préférez-vous rester dans celui qui voit la différence comme un travers à dompter, qui voit chaque individu comme un électron libre à faire rentrer dans le droit chemin?

23 thoughts on “Ce monde de “Tabou”

  1. Alors là Marie, vaste sujet dont on pourrait discuter pendant des années si ce n’est des siècles. Cela semble pourtant bien plus simple de se respecter dans nos différences. Mais non, il faut faire plier l’autre et le résoudre à notre cause. Je n’ai jamais été à l’aise avec ces tabous dont on nous affuble, personnellement j’ai le sentiment de pouvoir parler de tout avec n’importe qui, ce sont les autre qui cherchent à me préserver ou à préserver les autres. C’est encore de l’infantilisation que de considérer que l’autre en face n’est pas capable d’entendre ce qu’on va lui dire et que ça va le détruire. Tout est fonction de la manière de le faire. J’aime mieux savoir les choses et pouvoir en parler plutôt que de vivre dans la dissimulation. J’espère que tu te sens assez libre de tous ces tabous 🙂

    Like

    • Merci beaucoup.
      Tout pourrait pouvoir se dire, tout le monde pourrait pouvoir écouter.
      Il n’y a pas de bon ou mauvais chemin, juste celui qui convient à chacun.
      Je me sens assez libre de parler de tous ces sujets, toutefois autour de moi je suis atterrée que certaines personnes se sentent bridées dans leurs dialogues et échanges.

      Like

      • C’est vrai qu’il y a beaucoup de personnes se sentent bridées, et souvent se brident d’elles-mêmes, c’est ça qui est assez intrigant, c’est à dire que la pression qu’il y a autour de certains sujets ou manières d’être agit sur les individus. Comme qui dirait “le verre est dans le fruit”, l’autocensure est en place. Il y a toujours la possibilité de déconstruire et se libérer, pourvu que l’on en prenne conscience.

        Liked by 1 person

  2. Encore une fois je retiens une phrase très juste que je partage dans ton article “Nous jugeons tout et trop”. Tout le monde met son grain de sel sur tout et les réseaux sociaux sont une plaie parce que beaucoup de gens confondent partage et n’importe quoi…

    Like

    • Tout à fait Marie.
      S’exprimer librement devient de plus en plus difficile. Je ne suis pas très présente sur les réseaux sociaux mais quand j’entends des proches à moi en parler, je suis atterrée. C’est triste.

      Like

  3. Écrirature

    “Sur un bout de table un tabou à bout c’est tabou”, dit le boa qui joua du tuba avant de mettre les bouts à Bilboa…

    Like

  4. Sweet-Things

    Très vrai, on parle d’avancée, de liberté d’expression mais qu’en est-il vraiment…
    Je me rappelle il y a quelques années certains qui se moquait des USA pudibonds en façade et délurés en coulisse, je trouve qu’on leur resemble de plus en plus.
    Tout est parfait, clinique, édulcoré sur les FB et autres Insta et la vraie nature des choses n’apparaît que derrière le rideau, les masques

    Like

    • Un sujet qui fait couler de l’encre…
      Oui c’est très faux tout ça. Et on se cache derrière des masques qui parfois sont bien difficiles à porter. Et à lâcher.
      La liberté d’expression reste très illusoire.
      Merci!

      Liked by 1 person

  5. Cécile C

    Bonjour Marie,
    Il faut rentrer dans des cases dans cette société et ne pas faire de vagues … on peut parler de tout tant que l’on a besoin de rien … comme tu le dis, c’est tabou sur les tabous … il.ne faudrait quand même pas que l’on réfléchisse 😯😑😲
    Superbe texte, bravo et merci 👍😍
    Belle journée à toi

    Like

  6. Comme je suis d’accord avec toi ! Tout est tabou et tout est source de polémique, comme si on ne pouvait plus rien dire, et plus rien se dire, on fait attention à tout ! Moi aussi, je rêve d’un monde où on peut se parler de tout, sans risque de se faire insulter ou pire se faire tuer pour un avis.

    Like

    • Plus nous serons nombreux à en rêver, plus ce monde aura des chances de changer Soa…
      C’est toujours triste d’assister à cette violence. Parce qu’au final que gagnons nous à ce que tout le monde pense comme nous, vive comme nous?

      Like

  7. Je suis atterrée de voir que les vies privées sont mises à nues et surtout critiquées . N’est-ce pas une forme de dictature que de ne plus avoir la possibilité de faire des choix de vie sans que tout à chacun y mette le nez et critique ? Un peu de respect de la vie privée serait bien . Ne pas oublier que ta liberté commence par le respect de celle des autres ! Je voudrais être libre de penser ce qui me plaît ! Bonne journée Grosses bises

    Like

    • Je te rejoins Paulette, pour moi cela s’apparente à une dictature en effet: pensez comme moi et vous serez heureux! Ca ne laisse aucune place à la liberté de penser et d’être soi.
      Je n’ai jamais compris le but de la critique et du jugement…peut-être que ceux qui s’y adonnent pourraient nous l’expliquer…
      Grosses bises et merci

      Like

  8. Le problème du tabou est qu’il est empreint de morale, c’est-à-dire de ce qui se dit ou de ce qui se fait, à distinguer de ce que l’on ne doit pas dire ou de ce que l’on ne doit pas faire. les interdits que nous nous imposons ne sont, en aucun cas, les nôtres mais les interdits de tous ceux qui nous ont précédés et ce, en remontant jusqu’à la nuit des temps ! ils ne nous appartiennent pas puisque, encore une fois, ils ne sont que des idées, des préjugés empruntés à d’autres histoires, d’un autre temps, d’un autre ailleurs, animées par d’autres personnages, il s’agit ensuite de se libérer du regard de l’entourage et ne plus se comporter comme un enfant qui redouterait toute réaction extérieure face à ses choix…

    Like

    • Tout à fait d’accord pour les interdits Sabine. A nous de nous en affranchir. Plus on se connait, plus on y arrive.
      Pour les tabous, oui c’est lié à la morale, mais là encore nous en avons tous une définition différente!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.