Posted in Carnets de route

Le rêve du silence

Crédit Pixabay

Bip. Bip. Bip. Ce n’est pas le réveil, juste une énième notification sur ton téléphone. Une fois, deux fois, dix fois, cinquante fois dans la journée, le Bip Bip Bip résonne.Tu as reçu un message. XYZ a aimé ton commentaire. XYZ a répondu à ton commentaire. AZE a partagé ta publication. Tu as quatre messages non-lus sur Facebook. Deux personnes te demandent comme amis. Rejoins le groupe de ZER pour partager tes bonheurs de la semaine…

OTY a publié une photo. OTY a publié une photo. OTY a publié une photo…

Les mails se suivent et se ressemblent. Newsletter mensuelle, hebdomadaire, quotidienne. Chacune son créneau horaire. Chacune son message, chacune son offre. Des inconnus qui tout au long de la journée te disent “je peux changer ta vie” – “sois fière de toi, tu es belle” – “tu as toi aussi essayé le flux instinctif, dis-moi tout” – “l’offre que je te propose est révolutionnaire” – “je peux t’aider à devenir une femme épanouie” – “la couleur de ta semaine est…” – “j’ai développé le programme fait pour toi” – “tu n’as rien à faire, juste à être” – “la peur est en toi, il est temps de la regarder en face” – “tu peux gagner beaucoup d’argent, il suffit de le vouloir” – “retrouve confiance en quinze jours” – “si j’ai réussi, tu peux y arriver, dis-moi tout…”

Les minutes sont devenues des heures et les heures ont filé. Sans moi. J’étais là sans être là. Pas dans l’instant en tous cas. J’étais entre la newsletter qui me proposait un programme révolutionnaire pour entrer en contact avec mes guides spirituels et une story Instagram qui me parlait féminisme et beauté de la nature – maintenant il ne suffisait plus de la vivre, il fallait la partager avec la terre entière pour qu’elle existe. J’étais dans un fil quasi ininterrompu d’informations qui ne me parlaient pas mais que je faisais défiler par habitude. J’étais dans le 25e message envoyé sur le groupe Whats’app des parents de l’école qui dissertaient sur la tenue appropriée pour le prochain cours de tennis. J’errais entre le partage de l’une, de l’autre, entre un “peut-être” et un “peut-être pas”, entre “tiens j’achèterais bien ce bouquin” et “ou pourquoi pas cette huile de massage”. J’écoutais des étrangers parler de leur routine beauté et de leurs fringues achetées en vide-grenier. J’étais dans l’apparence, dans l’appartenance à un truc vide de sens pour moi. Certainement pas dans le plaisir du soleil sur mon visage, pas dans le souvenir de la douceur de sa peau.

Beaucoup de bruit. Trop de bruit. Trop de bip. Trop d’informations. Trop de propositions. Le vacarme, le chaos et la perte d’équilibre.

Trop.

D’un coup j’avais besoin de silence, de me reconnecter à moi, de revenir à l’intérieur, de lâcher toutes ces newsletters qui au lieu de m’apporter un peu de bien-être me filaient le tournis. De partir loin des notifications, de cette pression de chaque instant. Que je m’imposais en tant que spectatrice, en tant qu’actrice. Quelle était devenue la valeur de mon partage? Qu’est-ce que je cherchais, qu’est-ce que je fuyais dans cette course à la “proposition qui va changer votre vie”?

Trop de bruit. Stop. J’arrête tout. J’arrête cette machine infernale, cette recherche de likes à tout va, ces chiffres qui ne veulent rien dire. Je mets le frein à main avant que le bruit ne devienne trop assourdissant, avant que je m’y habitue surtout, avant que je ne me rende plus compte de rien.

Le silence. Oui le silence. L’apaisement. Le calme. Les rayons du soleil. La caresse du vent. Les rires des enfants. La vie, sans téléphone. Penser à lui. Penser à toutes ces histoires qui n’attendent que moi pour voir le jour. Photographier le monde, juste pour le plaisir de ce temps là. Le regarder vivre. Être là, dans chaque instant. Et savourer le silence. Surtout savourer le silence. Vivre.

 

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

24 thoughts on “Le rêve du silence

  1. Mon téléphone est toujours en mode silencieux. Je vois les mails et les avis lorsque je décide de les lire. Que ce soit dans les salles d’attente médicales ou au restaurant, je trouve indécent de faire participer une salle ! Et même chez moi, je ne conçois pas de vivre en alerte permanente 😀 Bon après midi Marie Grosses bises

    Like

    1. Le mien aussi, enfin le perso!
      Quand je vois toutes les newsletters que je reçois c’est terrifiant. En fait je me rends compte que ça me fatigue tellement que tous ces gens qui me parlent de leur vie, de leur boulot, de leurs aventures, de leurs projets révolutionnaires, j’ai juste envie de les bazarder. Du coup j’ai fait un grand tri. Et ça fait juste un bien fou. On a l’impression de respirer normalement à nouveau!!
      Tu as bien raison Paulette.
      Bises

      Like

  2. Quelle belle harangue ! et je dois dire qu’elle est pleinement justifiée. A force de subir cette avalanche d’info tous azimuts, on est perdu dans ce labyrinthe bloguesque. Je rêve d’un village édénique, sans téléphone, sans bruit, sans info, sans images, que celles que m’offrent la nature nue et sans fioriture.

    Like

    1. La nature, le silence, le chant des oiseaux…un rêve d’absolu!
      Si loin de tout ce bruit.
      Je crois qu’il suffit de trouver son équilibre au milieu de tout ça. C’est parfois périlleux mais nécessaire.
      Mille mercis!

      Like

  3. On se laisse très vite envahir par ces bruits qui parasitent notre existence. J’apprécie le silence moi aussi, de plus en plus. Mon heure de méditation le matin me fait du bien. Dès que je peux, je coupe radio et télé et je savoure le calme de la maison. Un petit répit dans ce monde de fous!
    Bisous Marie

    Like

  4. Bravo pour ton article court et percutant. On sent bien l’urgence et le chaos dans ta façon . d’écrire ! Je suis sûre que tout le monde se reconnaîtra dans ce message. ll est urgent de se reconnecter à soi, et de vivre sa vie. Je crois bien que l’hyper connexion n’a jamais été aussi importante, nous sommes tous intoxiqués et moi la 1ere je l’avoue, cette hyper connexion qui fait que nous sommes surtout ailleurs et pas avec nous, toujours en train de se comparer aux autres. STOP, ralentissons, apprécions le goût de l’instant présent, vivons nos rêves au lieu de vivre ceux des autres. Le temps est une ressource que l’on ne peut rattraper, à nous de voir ce qui est important et ce que nous avons envie d’offrir au monde.

    Like

    1. Merci beaucoup Lydie.
      Je crois que tant que l’on en a conscience ça va. Quand on perd ça alors il n’est même plus question d’équilibre mais de fuite en avant.
      ” à nous de voir ce qui est important et ce que nous avons envie d’offrir au monde” c’est très juste et essentiel.
      N’oublions pas de VIVRE!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.