Carnets de route

Déception…

Elle arrive quand un évènement vient bouleverser nos plans, quand une attitude, une réaction, un mot vient chambouler notre vision des choses, quand il faut faire face à l’inattendu…

Nous avons tous été déçu un jour ou l’autre. Nous avons tous planifié un rendez-vous qui s’est vu annulé à la dernière minute. Nous avons tous attendu un acte, un geste qui n’est pas arrivé. Nous avons tous voulu un jour quelque chose très fort…

Le mot “déception” me met à l’aise. Est-ce que j’ai appris à ne pas connoter les évènements et à prendre les choses comme elles se présentent? Bien souvent être déçu n’y changera rien, la déception ne fonctionnera pas comme une baguette magique qui viendrait redresser la situation. On ne peut rien contre la météo, les incidents, les accidents, les annulations, les retards, les pannes de réseau…

Je crois que composer est le mot qui me vient le premier à l’esprit. C’est ce que la vie nous demande, de composer. Je partage rarement ma “déception” parce que je sais que l’autre, en face, n’y es pour rien. Je dis souvent qu’à l’impossible nul n’est tenu! Ce n’est pas de l’indifférence, loin de là…

Et si je suis “déçue” par un comportement, n’est-ce pas parce que j’ai trop attendu de quelqu’un, n’est-ce pas un indicateur de mes propres limites et faiblesses? Est-ce que j’ai assez parlé de mes besoins, de mes envies avec cette personne? N’est-ce pas une appréciation purement subjective?

J’ai souvent entendu “tu m’as déçu” ou “quelle déception!” Ce sont des mots durs qui opèrent un transfert de responsabilité que je trouve non fondé. La personne qui les prononce n’imagine souvent pas leur impact. Il faudrait pourtant.

Et vous la déception, ça vous parle, ça vous dit quoi?

ps – la personne qui m’a inspiré cet article se reconnaîtra.

Advertisements

26 thoughts on “Déception…”

  1. Je trouve que c’est très juste ce que tu dis… Dire à l’autre qu’il nous a déçu, c’est lui faire endosser le poids de nos attentes. Après, il y a déception et déception, s’il s’agit d’une promesse non tenue, alors on a le droit d’être déçu et de le dire à la personne concernée. Nos vies sont pleines de petites déception, mais aussi de joies inattendues qui viennent rétablir l’équilibre (au moins un peu). Belle et douce fin de journée à toi !

    Liked by 1 person

  2. Des mots que je n’ai encore dit à personne…peut-être parce que je n’attends pas toujours beaucoup des autres ? Par contre la grande déception du moment est la situation mondiale en général ! Passe un bon week end Marie grosses bises

    Liked by 1 person

  3. Oui je te comprends. Souvent nos attentes (expectations en anglais je crois plus indicatif) des autres sont si ancrées en nous, que nous sommes blessés lorsque la réalité ne suit pas. Ceci s’applique bien sûr au comportement des autres mais c’est notre interprétation (il ne m’a pas remerciée, elle m’a menti etc…) qui fait que l’on a mal. Mais sans aucune attente y aurait-il lien humain? Je me demande. Et puis il y a le pardon qui rentre en jeu, c’est important. Merci pour ton texte.

    Liked by 1 person

    1. Je préfère Expectations aussi!
      Oui c’est la façon dont on réagit qui fait la différence Kenza.
      L’attente est humaine je pense en effet, tant qu’on est capable de se remettre en question.
      Belle soirée et merci pour ton partage.

      Liked by 1 person

  4. oui je pense que nous sommes déçus des gens car on met souvent trop de choses, trop d’espoirs, trop de trop dans une relation….. J’ai été déçue bien des fois, et après coup je suis déçue par moi même d’avoir mis tous ces “trop” en attente de l’autre……

    Liked by 1 person

    1. On n’attend peut-être trop des autres parfois…
      C’est humain aussi. Quand on s’en rend compte, il est toujours temps de redresser la barre, de voir différemment.
      Les gens sont comme ils sont et pas comme on voudrait qu’ils soient…
      C’est tout un travail d’acceptation de l’autre aussi.

      Like

      1. je suis entièrement ok avec toi Marie, c’est un travail sur soi autant qu’un travail de l’acceptation de l’autre…. J’ai donné jusqu’à il y a 1 an 1/2 et aujourd’hui j’attends moins, depuis un 29/8 le jour de mon accident j’ai appris à voir petit à petit les choses autrement et voir que je peux compter que sur une seule et unique personne en PERMANENCE c’est moi et seulement moi. Quel travail sur moi….. Et c’est pas fini….

        Liked by 1 person

  5. Cela m’est arrivé dernièrement d’être très déçue par quelqu’un que je pensais être une amie comme quoi à tout âge on peut-être déçue… j’ai fait des allusions sur le blog pris de la distance jusqu’à ne plus avoir envie de rien partager c’est dommage mais finalement passé le moment de déception …je n’ai même pas dit tu m’as déçue car c’est drôle on voit soudain les défauts on passe a autre chose bonne soiree marie bises

    Liked by 1 person

    1. Après il y a en effet des actes, des paroles, des choses faites contre nous et qui nous bouleversent. On est en droit d’attendre quelque chose de l’amour, de l’amitié. Et quand la confiance est brisée, c’est compliqué Catherine. Prends soin de toi

      Like

  6. Désirer, c’est avant tout prendre le risque, d’une part d’attendre et, d’autre part, de se confronter à une réalisation improbable dont l’impossible raison nous échappe… Plus on n’a de maturité, plus on n’est en mesure d’accepter, potentiellement, le refus qui peut se révéler définitif ou différé. À chacun de nous donc la nécessité de quitter le « doux leurre » qui consiste à fantasmer que l’autre est là pour satisfaire nos besoins les plus fous et nos attentes les plus indécentes !!! Le pire quant à lui n’est jamais décevant… 🙂

    Like

    1. Très juste encore une fois Sabine!
      Oui à chacun de travailler sur ses limites et ses attentes. J’avoue m’en détacher de plus en plus et apprendre à accepter l’autre tel qu’il est , et non tel que je souhaiterais qu’il soit…

      Like

  7. Coucou Marie !

    Je réalise en lisant ton article que pour moi il y a les déceptions liées aux événements ou aux choses qui ne se passent pas comme nous l’avions prévu, dans ce cas là “je suis un peu déçue”, en général c’est des déceptions que je qualifierais de “petites”.

    Et qu’il y a les déceptions liées aux relations et aux comportements “qui m’ont déçue”. Et là c’est un autre sentiment, plutôt proche de la blessure et de la désillusion. Comme si on n’enlevait un voile d’un miroir et que tout à coup on voit la réalité de la relation telle qu’elle est. Un peu comme une désillusion triste.

    Quand on est déçu par l’autre ou qu’on le déçoit, c’est que la relation n’est pas vécue de la même façon par les 2 protagonistes.
    Je pense que l’on ne doit pas se laisser enfermer par “les déceptions de l’autre” à notre égard qui ne sont pas justifiées. Parfois la déception à notre égard peut nous amener à nous remettre en question si nous sentons qu’elle touche quelque chose de juste. Et dans d’autres cas la déception de l’autre à notre égard traduit le schéma de pensée de l’autre et ses attentes envers nous qui nous placent dans un rôle que l’on ne souhaite pas tenir.

    Accepter de décevoir l’autre,dans certains cas, c’est remettre à l’autre les pleins pouvoirs sur sa vie et accepter que nous ne sommes pas là pour le rendre heureux. Cela peut être le signe d’une affirmation de soi.

    Et quand on est soi-même déçu profondément, la question est alors comment souhaite-t-on faire évoluer la relation et quelle énergie souhaite-t-on y mettre.

    Je suis en ce moment en train de vivre une déception, désillusion, que je ressens envers des personnes et aussi en train d’être l’objet de déception d’autre personne avec qui je ne veux plus jouer un rôle de sauveur.

    Tout un travail en cours, mais je ne l’avais pas encore mis à plat ainsi. Merci pour ton article Marie qui m’a permis de mettre des mots dessus !

    Like

    1. Waouhh!
      Merci Stéphanie. Je suis contente que mon article t’ai permis de mettre les choses à plat.
      Parfois on déçoit et on est déçu c’est vrai. Tes mots me rappellent l’épisode périlleux de mon mariage. J’ai beaucoup déçu mes proches en faisant un choix qu’ils ne validaient pas et je me suis sentie déçue face à une absence de respect de ce choix à un instant T. C’était plus compliqué bien entendu mais j’ai mis du temps à l’accepter. Et eux aussi.

      Tout un travail qui ne peut que porter des fruits positifs!
      Belle journée à toi!

      Like

  8. J’ai tellement été déçue dans ma vie : des gens, du système, du monde artistique aussi qui dès que des enjeux économiques s’en mêlent, oublie le talent mais privilégie le côté bankable. Mais je crois que les déceptions sont des bénédictions. Elles m’apportent toujours a posteriori, beaucoup d’enseignements.

    Like

  9. Avec l’âge, j’ai appris à avoir moins d’attentes, et ainsi être moins susceptible d’être déçue. Mais ça arrive… Cela dit, si je communique au sujet de ma déception, je veille au vocabulaire que j’utilise : jamais je ne dis “tu me déçois” ou “tu m’as déçue”, je dis “je suis déçue car x ou y”. 😀

    Like

  10. Un article qui m’inspire énormément… Je n’ai pas le sentiment d’être une éternelle insatisfaite et j’essaie (de plus en plus) de prendre la vie comme elle vient, sans en attendre grand chose. Mais n’est-ce pas déjà trop ? Car au final, je me sens très souvent déçue par la vie, tout en sachant qu’elle ne me doit absolument rien. Pourtant, je n’ai pas ce revers de blâmer l’autre ou ses décisions. La plupart du temps, c’est envers moi que j’ai le plus de déception. Je m’en veux d’avoir eu des attentes trop lourdes justement, d’avoir cru que les choses se passeraient de telle ou telle manière ou que l’autre réagirait de telle ou telle façon. En vieillissant j’essaie changer ce travers en tentant d’être plus “détachée” et de ne pas faire reposer trop de responsabilités sur autrui (car j’ai bien conscience que je suis seule responsable de mon bonheur) mais ce n’est pas évident quand cette “habitude” est solidement chevillée à notre corps (et coeur…). Comme toujours, ta sagesse et ta faculté à composer m’inspirent. Je t’embrasse ma Marie

    Like

    1. Non ce n’est pas évident ma belle. C’est tout un processus de changement de nos croyances.
      Je pense qu’à trop attendre des autres, on leur impose aussi une façon d’être qui ne leur correspond pas toujours. Et ils peuvent eux aussi du coup se sentir responsables de notre bonheur (alors que ce n’est pas leur rôle) – c’est parfois lourd à porter!
      Je crois que nous devons apprendre à accepter les autres comme ils sont. C’est le plus évident et le plus compliqué…
      Nous pourrons en reparler!!

      Like

  11. Je prèfere tellement quand on parle au je qu’au tu. Il appelle davantage à l’écoute à l’empathie qu’à la confrontation et aux positions qu’on défend parce qu’on se sent jugé ou faussement accusé.

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.