Posted in Carnets de route

Le top 5 des phrases que je ne peux / veux plus entendre !

Crédit Pixabay

Ces phrases ont bercé mon enfance (famille / école, je vous aime !) – la vôtre peut-être aussi. Ou bien elles ont débarqué dans le paysage plus tard. Quoi qu’il en soit, elles me dépassent et dès que je les entends je sens une colère sourde monter en moi. Tous aux abris!

Il n’y en a pas une pour rattraper l’autre. Je vous les livre dans le désordre et vous pourrez ensuite me dire si vous aussi elles vous disent quelque chose ou si vous en avez d’autres à partager.

  • Ca fait aller OU il faut bien que ça aille

Cette réponse annonce la couleur tout de suite. Ça ne va pas. Mais comme « ça ne va pas », ça ne se dit pas – chez certains (ils sont nombreux !) – on contourne le problème comme on peut.

Pourquoi ça devrait aller ? Pourquoi ça devrait aller tous les jours, 365 jours par an ? Pourquoi il y a des jours où on ne pourrait pas dire que ça ne va pas, qu’on n’a pas le moral, sans pour autant que ça signifie qu’on soit au fond du trou ?

Et puis ce « il faut », quelle horreur ! Le moral ce n’est pas une machine qu’on programme. Quoique ! Si on s’efforce à voir le beau, le positif, on va mieux. Mais ce n’est pas toujours possible, et puis on n’en a pas toujours envie non plus.

Il y a des jours où ça va, d’autres où ça ne va pas. Et le dire ne fait pas de nous des êtres névrosés. Juste humains.

Surtout que le « ça fait aller » est souvent accompagné d’un semblant de sourire, presque une grimace. Comme si on n’avait pas le choix de toute façon ! Comme si nous n’étions que des moutons allant chaque jour à l’abattoir.

  • On ne peut pas tout avoir dans la vie

Alors là, on sort le grand jeu ! Il faut faire un choix.

Un boulot super, une passion, des enfants, une vie de couple réussie, une belle maison, des projets, de l’argent, la santé…  Prenez en trois ! Pas plus. Le reste c’est pour les autres. Si tu as une vie de famille, ne demande pas le job de tes rêves. Si tu as un super boulot, ne demande pas en plus d’avoir une fille / un mec  génial dans ta vie. Si tu as la santé, ne demande pas l’argent. Si tu as l’argent, oublie la vie de famille épanouie.

De toute façon ma fille (ça vaut peut-être pour les garçons aussi…) tu ne pourras pas tout cumuler. C’est ta famille ou ta carrière. C’est un boulot passionnant qui ne rapporte rien ou un boulot chiant qui rapporte gros.

Et si tu as tout, si tu manges du bonheur à chaque repas, dis-toi que la roue va tourner. Ça fera mal. Tu as cru que tu pouvais tout avoir, c’est du flan. La vie ce n’est pas ça. La vie c’est faire des choix.

Hyper enthousiasmant comme programme !

  • Ca ne va pas bien dans ta tête OU tu es complètement fou/ folle

Tout ça pour dire que si tu n’arrives pas à gérer tes émotions (que tu sois enfant, ado ou adulte) c’est que quelque chose ne tourne pas rond chez toi.

C’est plus facile de taire ses émotions, de faire semblant, de crier de l’intérieur. Si tu t’affirmes un peu trop, si la coupe est pleine et que tu lâches les vannes – c’est vrai que c’est moche les larmes, la morve, les cris, le chaos (on n’a pas toujours un coussin à portée de la main ou la chance de pouvoir s’éclipser pour aller hurler dans la nature) – tu rentres dans la case des postulants à l’asile.

Certes chacun réagit comme il peut face à la crise de colère / chagrin d’un proche.  Une fois ça passe, c’est la répétition qui est désastreuse. Ça s’imprime. Ça s’est imprimé en moi, alors quand j’entends ces mots, il faut calmer la petite fille à l’intérieur de moi, il faut respirer pour retrouver de la contenance et ne pas envoyer chier tout le monde.

  • Le sexe, c’est mal, c’est sale

On ne peut pas en être encore là aujourd’hui ! Qu’est-ce que vont devenir nos enfants avec ça ? On n’en a pas assez bavé nous-mêmes pour arriver à dépasser des idées toutes faites, lever des tabous, assumer notre plaisir?

C’est un retour terrifiant à la case départ. Franchement ça me fait aussi peur que la violence des armes. C’est juste une violence plus sournoise. C’est une négation pure et simple de notre humanité, de notre corps, de nos envies, de notre identité.

  • La vie c’est déjà assez compliqué comme ça…

J’aurai pu écrire « la vie est une soupière de merde / un combat ». Parce qu’on peut dire que j’ai été biberonnée à ça. Le bonheur c’est une illusion. C’est bon pour les rêveurs. Les rêveurs payent toujours leur idéalisme.

Ne nous méprenons pas, la vie est foncièrement injuste. Nous n’avons pas tous les mêmes chances. Mais est-ce la vie qui est en cause ? La vie qui n’est même pas palpable, la vie qui n’est même pas quantifiable. Est-ce que maudire la vie y changera quelque chose ? Est-ce que l’on doit tous s’armer pour combattre ? Combattre quoi ? Se battre contre qui ?

Et si la vie c’était simple. Injuste mais simple. Et si accepter la vie c’était la clé d’une vie épanouie. Et si en changeant notre regard sur la vie, on changeait notre façon de l’appréhender. Non plus comme un champ de bataille mais comme un champ des possibles, d’expériences. A nous ensuite d’en tirer le meilleur!

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

62 thoughts on “Le top 5 des phrases que je ne peux / veux plus entendre !

  1. Je n’en connaissais pas certaines

    Trop vrai malheureusement….

    J’ai l’impression qu’elle ne le guide pas trop 😉

    Like

  2. Coucou Marie,

    Alors je parle juste en mon nom ^_^. Pour t’avouer il m’arrive régulièrement de dire “je fais aller”. Non pas pour faire mon AW, simplement que je vais ni bien ni mal. Ou parfois je vais mal mais je n’ai clairement aucune envie d’en parler. Donc je fais aller pour dire qu’il y a quelque chose mais pas en état d’en discuter.
    Des fois je dis aussi “il faut”. Simplement pour me booster moi même à ne pas sombrer :). Toujours se booster sans trop minimiser ses symptômes.

    Par contre je comprends très bien que ca puisse saouler ^_^. Il y a parfois des moments où j’en ai marre de mon état donc je cherche juste des moyens d’aller.

    En tout cas, je comprends très bien que cela te crispe. Ainsi que toutes les autres phrases

    Bisous Marie !

    Liked by 1 person

    1. Cela dépend des situations, de nos vies.
      Certaines sont plus compliquée que d’autres. On vit parfois avec des maux qui nous dépassent.
      C’est plutôt quand les gens disent ça à longueur d’année et d’années. Des vies de “ça fait aller”…c’est lourd.
      Plein de bises et de pensées.

      Liked by 2 people

    2. Je comprends que ce genre de phrases puissent t’énerver mais je suis 100 % d’accord avec le Cercle Parfait concernant la 1re : perso quand je vais mal je ne le dis jamais car je ne veux pas que ça entraîne le combo regard contrit+excuses+questions ou conversation sur ce qui me rend triste… Quand je vais mal ce que je veux c’est penser à autre chose, rire si j’y arrive, bref je ne veux pas aborder le sujet douloureux, c’est le meilleur moyen de m’enfoncer dans ma tristesse…
      Après chacun a sa façon d’appréhender les coups durs, certains ont besoin d’extérioriser… Moi pas.

      Sinon une autre phrase qui me gave, c’est “tant pis, faut faire avec”. En gros, faut se résigner… Super ! Ya aussi “ça sert à rien de râler”, ouh que ça m’énerve d’entendre ça ! Sans râler on obtient pas grand chose dans ce monde…

      Liked by 2 people

      1. Je comprends. Moi même je ne partage pas tout avec tout le monde.
        C’est bizarre parce que “faut faire avec” ça me fait penser à “faut que ça aille”. Comme quoi tout est juste question de façon d’appréhender les mots aussi!
        Merci et bonne journée

        Liked by 2 people

        1. Pour moi, “faut que ça aille”, c’est plus personnel : je suis attristée parce que … mais faut que ça aille.
          Alors que “faut faire avec”, c’est plus quand on râle : “t’es pas contente parce que nos logiciels sont pourris mais faut faire avec”… ça va de pair avec le fameux “ça sert à rien de râler”…

          Mais tu as raison, je pense que tout est question d’appréhension, et je pense même que c’est aussi en fonction de la région où on vit : perso, “on fait aller” se dit beaucoup plus que “faut que ça aille” par chez moi… Et je sais que les expressions peuvent varier d’une région à l’autre…

          Liked by 1 person

          1. Tu as raison, d’une région à l’autre il y a aussi des expressions différentes…
            Oui je comprends mieux pour “faut faire avec”, c’est une façon un plus plus jolie de dire “c’est comme ça, bosse et tais toi!”

            Liked by 1 person

            1. Tout à fait, ou “paye tes taxes/tes factures/ton amende et tais-toi”, ou “Subis pendant 5 ans ce président que tu n’as pas élu et tais-toi”, etc. En fait ça s’applique à pas mal de cas !

              Liked by 1 person

                    1. C’est vrai que c’est plus violent quand quelqu’un te le dit que quand tu te le dis à toi-même…

                      “Sors-toi les doigts du cul” ça me fait rire parce que ça me rappelle Aimé Jacquet dans les Guignols de l’info en 98.. ^^

                      Liked by 2 people

  3. Alléluia ma sœur…
    J’adore ton article !!!
    Un gros bisou pour toi.
    Tony

    Like

  4. Parmi ces phrases toutes faites que tu cites j’en ai subi un grand nombre ! Ces phrases se veulent générales pour convenir à tous et en fait ne conviennent à personne car nous sommes tous différents , et c’est une chance ! Pour réussir sa vie il faut la conquérir et savoir tirer le meilleur pour continuer ! Grosses bises

    Liked by 1 person

  5. J’entends encore la 1ere entre autre régulièrement quasi à chaque fois que j’ai ma mère au téléphone… reste à se blinder et fermer les ecoutilles😁😘bonne journée Marie bises

    Liked by 1 person

  6. Complètement d’accord avec ces phrases qui respirent la négativité ou qui impose des limites. Dans un autre genre je ne supporte pas “Quand on veut on peut”. Bah non, pas toujours, c’est juste une phrase qui culpabilise les personnes qui essayent des choses sans obtenir de résultat, et pourtant elles en ont mis du cœur et de l’envie ! Je déteste vraiment ces adages à la con. Bref, merci pour cet article ! 😀

    Like

    1. Merci Ornella!
      Ca me rassure…
      Sur une vie c’est juste l’horreur absolue.
      Ma grand-mère est adepte du “bon bah si ça va pas trop mal c’est déjà ça” quand tu lui dis que tu vas bien. No comment!

      Like

  7. Je suis tellement d’accord pour la première ! Et plus largement, je trouve que, trop souvent, on pose la question “ca va ?” de manière totalement mécanique. À se demander parfois si le but est vraiment de se renseigner sur l’état de la personne à qui on s’adresse, ou si c’est juste machinal. Bon, il ne faut pas généraliser, ce n’est pas toujours le cas. Mais je me suis quand même fait la réflexion plusieurs fois alors maintenant j’essaie de faire attention quand moi-même je demande à quelqu’un s’il va bien :).

    Liked by 1 person

    1. Je suis bien d’accord. C’est souvent un “ça va?” qui ne veut rien dire, juste un “ça va?” par habitude puis on passe son chemin sans attendre la réponse de l’autre!
      Merci et bienvenue chez moi!

      Like

      1. Le bonheur endort les résistances… c’est un plus dans un monde idyllique mais pas forcément dans un monde où il faut fighter !

        Like

          1. je trouve que le bonheur isole au contraire, il n’y a qu’à voir les couples d’amis qui cocoonent une fois casés (!) et ne font plus rien ! Avoir un assistant/confident n’est ni la marque du couple ni celle du bonheur si l’on imagine que le bonheur est forcément synonyme de vie en couple… le bonheur c’est juste des pointillés qui vont et viennent… rien de plus………

            Liked by 1 person

            1. Le bonheur n’est pas qu’affaire de couple. Et heureusement!
              Les couples qui s’isolent ça me fait toujours bizarre – pour ma part je n’ai jamais compris ce choix de se couper ainsi du monde.

              Like

              1. Ils sont dans la fusion, synonyme factice du bonheur. Le bonheur ne peut être que dans la liberté et la satisfaction des besoins n’est pas forcément une liberté….

                Like

  8. Moi ce que j’ai entendu et re-entendu c’est il faut souffrir pour être belle et la notion de mérite. et je ne parle pas des mots non dits mais avec influence inconsciente comme l’insécurité financière et l’obligation de cdi ou propriété…

    Liked by 1 person

  9. J’ai mis fin à une relation (“toxique” sans doute) avec une “amie” qui me qualifiait de “t’es complètement folle” régulièrement. C’est lassant 😉
    une autre phrase horripilante : “c’est comme çà”. A chaque fois, j’enchaine en chantant la chanson des Rita Mitsouko :p beau dimanche 🙂

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.