Posted in Carnets de route

Qu’est-il arrivé à mon chagrin?

Crédit Pixabay

Il se tenait là, près de moi, un allié de taille, à qui je faisais confiance.

Il se tenait là, sa main dans la mienne, nous avancions sur des terrains connus. Inséparables, nous faisions face, envoyant valser tous les bien pensants qui croyaient savoir mieux ce qui était bon pour nous deux.

Il partageait mon quotidien, se lisait dans mes larmes, mes doutes. Il était ma béquille, mon salut, mon kit de survie.

Il m’appartenait ou je lui appartenais. Enfin, nous nous étions trouvés. Le chaos semblait moins lourd à porter, lui à mes côtés.

Puis un matin il s’est volatilisé.

Je ne le trouvais plus ni dans le miroir, ni dans mes draps. J’ai eu peur que mon cœur se sente orphelin. Comment vit-on sans le chagrin? J’ai paniqué. Je n’étais pas prête. Qu’allais-je devenir?

J’ai cherché partout. Un mot, une explication. Rien. Le grand vide. L’inconnu. Même les larmes ne coulaient plus.

Il fallait se rendre  à l’évidence, mon chagrin avait pris le poudre d’escampette, lâchement. Et je restais là, seule, à devoir affronter l’inconnu.

Quelle étrange sensation de retrouver l’usage plein et entier de mes membres, de ne plus avoir besoin d’une aide extérieure pour faire un pas devant l’autre. Loin de se sentir abandonné, mon cœur reprenait vie, battait à un rythme plus léger, comme revenu d’une longue convalescence. Le monde m’apparaissait enfin tout en nuances.

Le chagrin parti, je reprenais doucement goût à la vie. Je ne peux cacher qu’il me manquait parfois et que dans un moment de blues passager, je me sentais prête à lui tendre la main. Je le connaissais si bien. Je savais qu’il rappliquerait à la moindre demande, à la plus petite supplication.

Puis il se fit de plus en plus rare. Il devint un souvenir du passé. Et quand quelques larmes couraient sur mes joues, elles le faisaient en toute indépendance. Le chagrin que je tenais pour mon meilleur ami, n’avait fait que me couper du monde. En adhérant à sa main mise, j’avais choisi de vivre en marge, de laisser mon cœur s’appauvrir, de ne plus croire en rien, de me protéger en dressant des murs, en les ficelant de barbelés, auxquels nul ne souhaitait se frotter.

Mon chagrin s’en est allé, au gré des vagues de l’existence, des chocs, des virages, des moments de félicité. Du haut de mon équilibre retrouvé, je lui dis merci pour ce qu’il m’a enseigné et bon voyage!

Et vous le chagrin, vous l’avez rencontré?

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

33 thoughts on “Qu’est-il arrivé à mon chagrin?

  1. J’ai rencontré le chagrin en maintes occasions : avec l’amour, les amours, ma fille, mes amis qui ont fui quand j’ai divorcé, la mort de mon père, la terrible maladie d’Alzheimer de ma mère, la perte de gens que j’aimais, de compagnons à 4 pattes qui ont rejoint leur paradis, ceux dont j’ai dû me séparer pour des raisons diverses et à qui j’ai trouvé de bonnes familles (ce qui n’a pas empêche mon chagrin), face à la folie du monde… il y a tant de raisons d’avoir du chagrin…

    Like

  2. C’est mon coloc depuis quelques semaines. Il m’attend au retour du travail et on s’occupe ensemble de tâches anodines, tel le ménage, la vaisselle, le repassage, les courses. Je ne lui parle pas, mais il comprend tout et sait reconnaître ce qui est essentiel. Pour l’instant, il a pris ses aises et s’est bien installé, mais il m’a aussi fait comprendre qu’il n’est là qu’en visite et qu’éventuellement, il ira vivre ailleurs où on aura davantage besoin de lui.

    Liked by 1 person

  3. Il m’a longtemps tenu compagnie jusqu’à ce que j’ai le courage de lui dire d’aller voir ailleurs ! Si parfois il revient je ne le laisse plus s’installer ! Grosses bises

    Liked by 1 person

  4. Comme paulette il ma longtemps tenu compagnie il est encore la de temps en temps je le repousse ou ne le laisse plus s’installer vraiment c’est à cela que sert l’expérience sûrement…

    Liked by 1 person

  5. Il était ta carte d’identité en quelque sorte ! Lorsqu’on sort de l’étayage, c’est qu’on n’a drolement avancé…

    Liked by 1 person

  6. Ce faux ami, ce faux frère… il m’a tenu compagnie jusqu’au jour où le père de mes enfants est entré dans ma vie. Ceci, il est parfois nécessaire de le côtoyer un peu. On n’en savoure que mieux les petits bonheurs de la vie quand ils viennent à nous. Encore un très beau texte, quel régal !

    Liked by 1 person

  7. Encore un texte qui me parle beaucoup Merci Marie et contente de savoir que cette tristesse ne t’accompagne plus Mon chagrin s’appelait mélancolie Et je suis très heureuse de l’avoir quitté et de vivre aujourd’hui sans elle Superbe texte ❤

    Liked by 1 person

    1. Comme je te comprends Emeline. Et je suis très heureuse pour toi.
      La mélancolie me visite encore de temps en temps mais j’ai appris à en tirer le meilleur.
      Merci pour tes mots. Grosses bises

      Like

  8. Il est là, il se tient debout comme un grand en ce moment ! une étape…oui, tu as bien raison de le remercier pour tout ce qu’il t’as appris. je vais faire de même. l’accepter et le remercier et je compte bien pouvoir écrire un article comme celui-là dans peu de temps.bisous

    Liked by 1 person

  9. Que j’aime lire ce genre de billet !
    J’ai été triste mais du chagrin ? non, je ne pense pas… Je crois que je vis avec l’idée que tout finira par s’arranger (bon, à certains moments, j’avoue, c’est moins clair pour moi ^^)
    Gros bisous ❤

    Liked by 1 person

  10. Le chagrin est ancré en moi depuis 10 ans maintenant et ne me quitte que rarement ! mais la vie est ainsi et elle peut être cruelle, enchanteresse, merveilleuse……. Un beau billet Marie.

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.