Le syndrome de la page blanche – et moi

Crédit Pixabay

Pour tout vous dire ce matin je n’avais pas moins de quatre idées de sujets. J’ai choisi celui-ci car cela fait un moment que nous n’avons pas parlé écriture ici. Et pourtant c’est  l’essence même de ce blog.

Qui n’a pas entendu parler du syndrome de la page blanche, la hantise de tout écrivain. Quoi de pire en effet que de se mettre devant son ordinateur ou face à son cahier et de n’avoir rien à dire, de se sentir perdu face au vide.

Je peux dire en toute franchise que ça ne m’est pas souvent arrivé. D’une part parce que je ne n’impose aucune contrainte ni pression. Je reste à l’écoute de mon envie. D’autre part parce que je considère que les « mauvais textes » ont tout autant le droit d’exister que les « bons ». Parfois on est satisfait, voir fier (les écrivains ne sont pas tous des âmes torturées qui pensent que leurs écrits ne valent pas cher) de ce que l’on vient d’écrire. Et parfois on s’interroge sur le sens des mots mis bout à bout quand ce n’est pas plat et sans intérêt.

Quand les mots viennent c’est le bonheur, à l’état brut. On se réjouit de ce qu’on va pouvoir partager.

Quand les mots se font discrets, rien ne sert de les forcer. Le mieux pour moi est d’aller me balader, de me prendre un bain de foule, pas celui des supermarchés ou des grands magasins, celui de la rue, de la vie qui bat dans les quartiers, les jardins, les transports en commun. L’écriture se nourrit d’espaces, de nature, de rencontres, de conversations. Et si la foule ne nous tente pas, passer du temps avec ceux que l’on aime, les écouter, les regarder est tout aussi inspirant.

Certains diront que les mots me viennent aisément. Il est des cas où il suffit d’un souvenir, d’un coup d’œil dehors, d’un partage pour qu’une idée germe et devienne un texte en moins de quelques minutes. Mes poèmes par exemple naissent assez rapidement, ils traduisent un état d’esprit souvent, ils sont le reflet de mes ressentis, des émotions qui me traversent. Pour une nouvelle ou un hypothétique roman, cela demande plus de concentration et de rigueur, il me faut alors des plages horaires plus longues pour rester concentrée sur le sujet traité, les personnages, le cadre, les évènements. Cela demande aussi plus de recherches parfois. Ecrire sur ce que l’on connait c’est facile. La fiction quant à elle nous emmène un peu plus loin, il faut se sentir prêt à sortir de sa zone de confort.

Pour finir, je vous donne quelques nouvelles de mon projet en cours – un recueil de poésie, cela faisait longtemps. Il est bien avancé, presque terminé dans l’écriture. Puis il y aura la mise en page à faire, la photo à trouver et il pourra venir occuper une place particulière, je l’espère, dans vos bibliothèques, sacs à mains, sur vos étagères ou vos tables de chevet. Pour le décrire, je vous dirai qu’il parle d’amour, de passion, d’extase, de plaisir, de fantasmes, qu’il est tout en sensualité et en arabesques. Il est représentatif de la femme que l’homme que j’aime a révélée, moi qui avais tellement de mal à assumer mes goûts, mes envies, à m’affirmer. Il pourrait parler aux femmes qui se cherchent dans leur intimité, dans leur sexualité et qui souhaitent s’affranchir des tabous comme des interdits qui  les empêchent de pleinement s’épanouir. Il pourrait parler tout aussi bien aux hommes attirés par la poésie érotique. Le choix restera le vôtre.

Sinon la page blanche, vous connaissez? Comment réagissez-vous face à elle?

 

Advertisements

24 thoughts on “Le syndrome de la page blanche – et moi

  1. cestecrirequiestleveritableplaisir

    Le soleil se cache, c’est agréable aussi les prémisses de l’automne..
    C’est étonnant comme notre écriture évolue selon les saisons !
    Moi par exemple l’automne évoque les soirées feutrées, un bon café en scrutant la vallée…
    Et toi Marie, quel est ton contexte actuel ???
    Eté =Erotisme
    Printemps=L’éveil des sens
    Et l’automne..
    Je t’embrasse.
    Tony

    Liked by 1 person

    1. Tu sais l’automne c’est ma saison Tony! L’automne ce serait les feuilles qui tombent, les thés fumants épicés, la pluie fine qui dégouline et nous invite à rester à la maison le temps d’un après-midi.
      L’érotisme c’est en toute saison!
      L’été ce serait plutôt la liberté, les pieds nus sur la plage, les glaces, la mer, les jupes courtes.
      Bon début de semaine Tony

      Liked by 2 people

  2. Coucou Marie!
    Je t’avoue que je suis très impressionnée par ta faculté à écrire! Et a toujours trouvé de nouveaux sujets! Et sincèrement je trouve tes textes bons, donc je suis vraiment impressionnée (oui j’ai pas d’autres mots :3).
    Continue de faire comme bon te semble, tu as raison de ne rien t’imposer!
    Je fais de même, ca ne sert à rien de s’imposer une pression inutile ^_^

    Passe une bonne journée!
    😘 Bisous!

    Liked by 1 person

    1. Latmospherique

      Merci pour ton adorable commentaire. Ca me touche!
      Une passion doit rester un espace de liberté, dans lequel on s’épanouit. Il y a bien assez de choses que nous sommes obligés de faire au quotidien.
      Belle soirée et grosses bises

      Liked by 1 person

  3. Comme toi je connais peu le syndrome de la page blanche quand il s’agit de prose mais combien de bois en revanche l’ais-je s’agissant de mes poèmes…. Il faut parfois attendre longtemps avant que la plume ne reparte seule sur le clavier du PC mais je la trouve aussi bienfaitrice car elle nous permet de retrouver un peu d’humilité.

    Liked by 1 person

    1. Latmospherique

      Tu as raison Marie.
      Et puis parfois prendre le temps c’est aussi important pour poser ses idées, se poser. On trouve aussi l’inspiration dans le calme et le silence.

      Like

  4. Quand ça m’arrive de faire face à la plage blanche, je passe en écriture automatique, laissant mes doigts filer sur le clavier sans rien retenir, sans me relire, sans chercher à faire sens, juste laisser les mots remplir la page. Puis, je me relis et je décide d’en faire un billet, une pensée ou alors juste un document qui reste là sur mon ordinateur et que je relirai périodiquement.

    Liked by 1 person

    1. Latmospherique

      Bonne idée l’écriture automatique. Parfois ça peut se révéler inspirant. Et puis c’est un bon exercice pour lâcher prise et accueillir ce qui se présente.

      Like

  5. Écrirature

    Je connais comme toi le syndrome de la page noire, l’embarras du choix, le boulot est alors de gommer voire de dégommer ce qui ne résiste pas à plusieurs jours de mûrissement dans un tiroir…

    Like

  6. Moi, j’ai déjà été confrontée, à la page blanche. Je ne sais pas si on peut dire “souvent” en revanche. Le fait est que je suis très critique avec moi-même et je suis capable sur un coup de tête de supprimer des milliers de lignes juste parce que mon EGO estime que c’est vraiment de la merde et qu’il n’y a rien à en tirer. Je touche du bois, en ce moment je suis inspirée.

    J’aime bien le thème de ton recueil. Ca promet !

    Liked by 1 person

    1. Latmospherique

      Ah l’EGO! Tout un programme Ornella.
      Supprimer des milliers de lignes – ça fait peur. Surtout que ça ne doit pas être si nul que ça au final.
      Reste inspirée, pour notre plus grand bonheur!!

      Like

  7. Je suis comme toi, je ne force pas les choses, je me rabats sur les photos. Les mots arrivent toujours d’eux-mêmes au détour d’une conversation, d’un sujet d’actu, d’un livre, ou d’un film. Çà va, çà vient, et rien n’est jamais bien grave 😉

    Liked by 1 person

    1. Latmospherique

      Oui les mots savent revenir, il faut les laisser souffler aussi de temps en temps.
      Il y a toujours à dire pour qui aime partager.
      Merci Soa!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.