Je me souviens #1

Crédit Pixabay

Quand un mot, un geste avaient le pouvoir de déclencher ce que je redoutais le plus, la punition ultime, un silence insondable.

Rien que ça. Souvent un mot simple, presque rien. Souvent un geste anodin, un rictus. Quelques secondes d’inattention, puis le couperet tombait, la sentence était glaçante.

Il n’y avait pas que le silence, il y avait le mépris aussi, l’humiliation. Et devant son regard froid je redevenais cette petit chose fragile, les yeux qui dérivent et décrivent des cercles vers le bas, pour ne pas offenser celui qui sait, qui dit, qui dicte sa loi.

L’atmosphère qui devient épaisse, le silence qui inonde l’espace, la peur qui s’immisce, fait des vagues, anéantit tout sur ton passage. Et viennent les heures d’angoisses, à se croiser sans se parler, à se fuir, à s’ignorer, à se demander quoi faire, quoi dire pour que cesse l’agonie.

Revenir, comme une petite fille qui aurait mal appris sa leçon, et demander pardon.  Plusieurs fois, lui demander pardon sans savoir pourquoi. Juste ce mot là pour que l’autre mette fin au supplice. Qui gangrène les jours et asphyxie les nuits.

Je ne parlerai pas des nuits, elles sont mortes. J’ai chassé les images, elles ne viennent plus me hanter. Je sais juste qu’elles ont existé. Dans une autre vie.

C’est terminé et toujours là, un peu, parfois.

Quand je me souviens qu’un jour un mot, un geste avaient le pouvoir du pire. Et que le pire est derrière moi.

Advertisements

18 thoughts on “Je me souviens #1

  1. Tu l’ignores peut-être, mais “Je me souviens” est la devise du Québec. On la retrouve sur toutes les plaques d’immatriculation et elle réfère à ceci:

    Je me souviens / Que né sous le lys / Je croîs sous la rose.

    I remember / That born under the lily / I grow under the rose.

    En référence au lys (La France) et à la rose (L’Angleterre) qui font toutes deux parties de notre histoire, d’abord comme un peuple conquérant et ensuite comme un peuple résilient.

    Être résilient, c’est prendre acte du passé et partant de là, avec ce qu’il en reste, se construire courageusement un présent et un avenir et je trouve que tu le fais vraiment très bien.

    Liked by 1 person

    • Je l’ignorais et j’aime beaucoup. Se souvenir c’est important. Le chemin parcouru alors se dessine en victoires gagnées. J’aime regarder le passé en prenant en compte tout ce que j’ai dépassé.
      Merci pour tout.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.