Posted in Humeurs d'Auteur

Écrire du triste, ras le bol !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Venant de moi, cette phrase me choquerait presque. Je ne suis pas très roman à l’eau de rose ou feel-good, je préfère souvent la réalité brute à toute forme d’artifice. Et pourtant j’arrive à saturation des drames.

En courant il y a quelques semaines, j’ai eu une idée. Et comme toute idée qui se respecte chez moi, j’ai fait ni une ni deux, je me suis mise à écrire, toute guillerette à l’idée d’avoir enfin un sujet intéressant sur lequel travailler. J’étais plutôt satisfaite de moi quand tout à coup, en relisant les 20 pages écrites, je me suis sentie mal. Toute cette tristesse, ces destins tragiques, j’en ai marre. J’ai l’impression de régler des comptes avec une histoire qui n’est pas la mienne.

Encore un texte qui va finir sa vie dans le dossier «  projets avortés » de mon ordinateur. Ne vous inquiétez pas, il a de la compagnie ! Tout un tas de débuts de romans, nouvelles aussi lourds les uns que les autres, qui parlent de vies brisées, de destins saccagés, que des mots qui mis bout à bout tentent d’appréhender l’humain, dans sa complexité et ses paradoxes, dans la souffrance et la violence. Comme si la vie ce n’était que ça !

Est-ce que je suis capable d’écrire autre chose que ce ramassis d’horreurs ? Est-ce que je peux prétendre moi aussi à quelques idées légères sans être insipides, à quelque texte passionné sans être pétri de chaos ?

Je pourrais passer des heures à me demander pourquoi j’en reviens toujours à ça. Mais ça ne servirait à rien. Et puis au bout du compte des heures, j’en arriverai à une conclusion qui ne refléterait absolument pas la réalité. Mieux vaut accepter qu’écrire, c’est aussi se planter parfois.

Je crois qu’il est préférable dans un cas comme celui-là, de faire une pause, de regarder le monde, de respirer la vie. Et peut-être qu’au milieu de tout ça, il y a une belle histoire qui attend d’être contée. On verra !

Et vous, comment écrivez-vous? Arrivez-vous à parler de choses légères? Ou bien vous sentez-vous attiré par l’absurde, la tragédie? 

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

49 thoughts on “Écrire du triste, ras le bol !

  1. Je ne veux que du positif dans mes écrits. Depuis que j’ai cessé de parler de mes malchances pour ne pas dire “malheurs”, mon attitude envers la vie a changé. Je veux être messagère de joie, d’espoir et de cheminement positif pour ceux qui prennent la peine de me lire. Si le besoin me prend pour parler de tristesse, je l’écris dans mon journal intime. La tristesse attire la tristesse et le positif attire le positif. En tout cas, c’est moi. Chacun est libre de s’exprimer comme bon lui semble. Mais disons, je commence à éviter les billets lourds chargés de négativité et de chialage.

    Liked by 1 person

    1. Je te comprends Dina. Je suis tout à fait d’accord, le beau amène le beau. Parfois il est essentiel de partager le moins beau, plus dans un souci de partage – les avis des uns et des autres peuvent nous aider aussi à avancer. Mais alors il faut être prêt en soi à faire ce chemin.
      J’aimerais trouver une belle idée à monter en nouvelle, roman. Pour le moment, rien à l’horizon. Mais je reste optimiste, ça viendra!
      Grosses bises et vive la vie!

      Liked by 1 person

      1. Oui le moins joyeux dans le but de montrer le cheminement et que l’espoir est toujours là pour qui veut l’accueillir. Je te souhaite plein de belles choses, de beaux projets et beaucoup d’amour encore et encore❤️

        Liked by 1 person

  2. Ah, intéressant sujet de discussion.

    Je pense qu’on écrit parfois pour exorciser un truc qui reste pris à l’intérieur et qu’on n’arrive pas à verbaliser. Pour ma part, c’est un peu ça. Quand c’est trop fort, que c’est triste ou que ça fait mal à l’intérieur, on dirait que les émotions se bousculent et je n’arrive plus à y voir clair, alors j’écris, je me relis et je raffine jusqu’à ce que ça me dise “Oui, c’est ça, c’est exactement ça!” et ensuite, ça me libère. C’est sorti. D’autres, comme mon amoureuse, ont plutôt besoin de parler, d’extérioriser, de dire pour ensuite y voir plus clair. Je pense que ça dépend de la nature des gens plus introvertie ou plus extravertie.

    J’aime les histoires qui finissent bien, j’aime les séries et les livres qui font du bien et à moins d’être dans une situation émotionnelle plus difficile, c’est souvent à la base des sujets sur lesquels j’aime écrire.

    Généralement, quand on fait l’achat d’une nouvelle voiture, on remarque tout à coup tout ceux qui ont le même modèle. Il n’y en a pas plus, c’est juste qu’ils attirent alors davantage notre attention.

    Pour moi, c’est un peu comme ça avec les sujets tristes ou dramatiques. Si j’y porte trop attention, on dirait ensuite que je ne vois plus que ça, mais la beauté de l’affaire, c’est que c’est la même logique s’applique aussi aux sujets qui font du bien.

    Liked by 1 person

    1. Tout comme toi dès que quelque chose me tracasse, l’écrire me fait un bien fou. C’est d’ailleurs ce qui m’a aidé à sortir tout ce que j’avais sur le coeur lors de ma séparation.

      Par rapport à mes textes, je sens que je me dirige rapidement vers du sordide et c’est là que ça coince du coup. Parce que c’est très noir et que ça ne reflète pas toujours mon état d’esprit ou que ça renvoie à des choses du passé, pas forcément le mien d’ailleurs.

      Je crois en la force du beau et j’espère pouvoir écrire davantage de ce point de départ à l’avenir.

      Merci!

      Liked by 1 person

  3. Oh ce sujet me parle ! 😉 Je crois surtout qu’écrire doit rester un plaisir Et si ce n’est pas le cas, quelque chose ne va pas Il semblerait que pour toi actuellement c’est le contenu et cette empreinte de tristesse Et bien, je te fais confiance, balayes là ! 😉

    Like

    1. Oh oui avant toute chose en effet Emeline. Je me fais toujours plaisir en écrivant mais parfois ça vire à l’overdose. Parce que c’est vraiment trop noir et dramatique. J’ai besoin de légèreté!
      Merci pour ta confiance. Ca me touche.

      Like

  4. J’en ai écrit du triste et je pense que je vais encore en écrire mais au milieu du triste il y a du joyeux…. Alors oui le triste fait partie de la vie….. Donc pourquoi le zapper absolument? Le beau attire le beau mais pas que…… Bonne soirée

    Like

    1. Je suis d’accord Maud. Les deux existent et on ne peut les occulter.
      C’est plus par rapport à mes textes, nouvelles, idées potentielles de roman que ça me trouble, car je n’arrive souvent qu’à faire dans le noir, très noir.Alors que la vie est aussi pleine de belles choses à mettre en lumière!
      Bonne soirée à toi aussi. Merci

      Like

  5. On parle toujours des trains qui ne partent pas ou qui sont en retard, et non des milliers d’autres qui arrivent à bon port à l’heure, de la même façon on écrit plus souvent la tristesse et les épreuves que la joie et la sérénité. Mais un roman peut toutefois être teinté d’optimisme 🙂

    Like

    1. C’est le constat que je fais Estelle. Et ton texte m’a rappelé qu’on pouvait aussi écrire de belles choses (même sur un sujet délicat). C’est un peu de ce que je souhaiterai faire, écrire même sur des sujets graves ou difficiles mais sans tomber dans du dramatique, ce qui m’arrive encore souvent.

      Like

  6. N’écrire que du triste risque de contaminer ton humeur ! Ecrire c’est aussi le reflet de la vie et dans la vie il y a toujours la pointe d’optimisme et de gaieté qui fait que la vie est belle ! Suis ton instinct Marie Grosses bises

    Liked by 1 person

  7. Je pense qu’on écrit avec ses tripes… avec ce qui nous touche ou nous a touché. Et je suis convaincue que tu peux écrire autre chose que du “triste” : il n’y a qu’à lire un de tes textes érotiques pour s’en convaincre ! Fonce Marie ❤

    Like

    1. C’est très vrai Cécile. Parfois c’est essentiel et profondément libérateur aussi!
      Merci beaucoup. Je crois que ce style m’appelle car il me permet justement de tenir le tragique à distance, même si il révèle parfois des zones d’ombres en moi, autour de moi.
      ❤❤

      Like

  8. je peux écrire sur du léger… mais le trafique m’appelle… pourtant… hormis quelques pages qui m’ont fait du bien, c’est rarement le cas… marre aussi parfois! 🙂

    Like

    1. J’ai l’impression que c’est plus fréquent qu’on ne le pense…peut-être qu’on écrit sur le tragique pour mieux l’appréhender – juste une idée. En fait j’en sais rien et parfois c’est un peu lourd.

      Like

    1. C’est pas si simple que ça en fait!
      Je crois que c’est une des raisons pour lesquelles l’écriture érotique m’appelle Ornella – un léger un peu différent, un chaos sublimé en quelque sorte.

      Like

  9. S’épancher un petit peu de temps en temps pourquoi pas, mais sinon, ça peut donner l’impression qu’on se complaît là-dedans, non ? Il y a peut-être une réflexion à avoir sur la manière dont on appréhende les choses, voir si on ne se laisse pas trop envahir par certaines façons de penser.

    Liked by 1 person

    1. Oui s’épancher est parfois nécessaire, surtout quand c’est libérateur.
      Je pense que ça a en effet avoir avec la façon dont on appréhende les choses – très juste. Me sensibilité me joue des tours parfois.

      Like

  10. Ton sujet avait pourtant l’air de te plaire …. qu’est-ce qui t’empêche de rendre la fin plus positive ?

    Like

  11. Je rumine, ressasse, repense au passe. J’ai saoule mon entourage avec mes histoires, avec mes histoires avec Big, mes sautes d’humeur, alors maintenant je me tais. Y a le blog pour m’épancher mais meme plus le temps d’écrire. Alors je garde ses pensees pour moi et attends des jours meilleurs. Et puis le present n’étant pas tout rose j’essaye de relativiser sur ce passe et me concentre sur ma maman pour l’instant….
    Bizzz Marie

    Liked by 1 person

    1. Parfois on a besoin de parler, d’écrire Carrie. Quand tout est trop lourd, cela devient aussi vital que de respirer.
      Je t’envoie de tendres pensées pour toi et tes proches. Grosses bises

      Liked by 1 person

  12. C’est un sujet récurrent Marie. Je me suis aussi posé cette question: pourquoi toujours des textes tristes? Je crois que c’est un exutoire, un chemin possible pour exorciser ce qui nous fait mal. Et puis peut-être que c’est plus percutant là où le bonheur pourrait sembler fade? Comme toi, j’ai envie de légèreté. Je me sens un peu au creux de la vague.

    Liked by 1 person

    1. C’est très vrai en effet Marie.
      “peut-être que c’est plus percutant là où le bonheur pourrait sembler fade” – c’est ce qui m’interpelle. Pourquoi le bonheur serait fade? Nous y attachons de l’importance et quand il se présente, nous le trouvons sans goût. Nous sommes des êtres complexes Marie!
      Je t’envoie d’affectueuses pensées en cette période de vacances et te souhaite de vivre des jours meilleurs.

      Like

      1. Merci Marie. Je vais très bien en réalité! Par “au creux de la vague” je voulais dire dans une période charnière. Espérons qu’elle soit une période de maturation!

        Liked by 1 person

  13. j’ai ouvert mon blog avec l’idée d’une écriture légère et profonde. Pour moi, c’est le plus dur… la légèreté et la profondeur associées. Quelque chose qui a a voir avec pouvoir rire de tout ou presque… Je me sens souvent “lourde” dans mon écriture ( et dans ma vie aussi d’ailleurs ) même si ça se termine toujours bien. je voulais changer ça parce que l’écriture est pour moi un “soin”. Je me rends compte que ce n’est pas simple et que ça me demande une grande attention sinon je repars directement dans le “lourd”. Ca n’a rien à voir avec la qualité de l’écriture. Il m’est parfois arrivé d’écrire des articles et de ne pas les publier tant que je n’avais pas trouvé cette légèreté à l’intérieur de moi et parfois je ne trouve pas ! C’est un chemin. mais peut-être qu’il y a aussi un décalage qui se crée entre les habitudes d’écriture et les changements intérieurs. C’est peut-être ce qui t’arrives. Tu te sens différente mais tu as toujours les même habitudes au niveau de l’écriture…Bisous

    Liked by 1 person

    1. J’aime ta réflexion sur le décalage, je trouve ça très juste Kathou.
      Pas toujours aisé de trouver son équilibre entre ce qu’on veut écrire, l’inspiration et les émotions qui nous traversent.
      Peut-être qu’il nous faut être plus indulgent avec nous mêmes.
      Grosses bises. Et merci pour ton partage

      Like

  14. Un écrit doit révolutionner qu’il soit triste ou joyeux, il doit exprimer des choses nouvelles, non entendues mille fois et si elles ne sont pas nouvelles qu’elles soient bien exprimées : avec originalité et talent. La question de savoir si la plume doit être mélancolique ou bucolique est une fausse question mais force est de reconnaître que l’encre du malheur est plus jubilatoire que l’encre du bonheur.

    Like

  15. J’aime écrire des histoires sombres. Je m’y retrouve d’autant plus que cela s’éloigne de la fantasmagorie bisounours. L’obscurité fait partie de la vie. Si l’on peut en la romançant lui donner un aspect extraordinaire, ça rend la chose, selon moi, plus intéressante. Mes images poétiques trouvent d’autant plus de force dans ce genre d’émotions. Bien sur, il va de soit que cela colle avec ma personnalité. Non pas que je sois une sorte d’ermite au fin fond de sa grotte. Ceci étant j’aime de temps à autre aller faire la conversation avec ce vieille ermite et profiter de sa sagesse. On apprend des expériences de notre vie en se confrontant à la laideur, rarement en comptant le nombre des pétales d’une fleur ou en respirant son parfum. C’est des coeurs sombres que viennent les plus belles allégories. C’est mon sentiment.

    Mais dans la vrai vie, je profite de celle-ci avec le sourire. Je joue tel un gosse avec toute une panoplie d’émotions. La vie et la fantasmagorie je pense sont deux choses différentes 😉

    Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.