De la découverte des corps

Crédit Pixabay

On avait vu le corps. En cours de physique-chimie. Les ressorts de la procréation. Les phénomènes du col du l’utérus, les tissus, les trompes de Fallope, la fécondation. Même l’accouchement. Moi j’avais tourné de l’œil. Le corps en schéma. Le corps extérieur, corps procréateur. Le corps intérieur aussi, les organes de vie. Savoir. Connaître. Comprendre le fonctionnement. Le corps, une machine parfaite, digne des plus grands maîtres d’art.

Découvrir. Non. Ou si peu. Écarter les cuisses, ce sera pour plus tard. Chez le gynéco. Ou pour l’autre. Pour soi, on n’en parle pas. Ça ne se fait pas. Cette intimité, c’est un pouvoir qu’on ne dérange pas.

Ressentir. Encore moins. Corps et plaisir ne se conjuguent pas. Ou alors en secret, dans le silence des nuits solitaires.

“Maman” disait qu’un jour on devient femme et que cette intimité il faut la préserver. Est-ce qu’on peut la regarder ? Est-ce qu’on peut la toucher ? Est-ce qu’on peut s’aventurer plus loin ? Est-ce qu’on peut marcher nue dehors et sentir le vent prendre d’assauts nos sens ?  Est-ce qu’on peut être fière du plaisir qui nait à la portée de nos mains ?

Le corps s’exhibe et le corps dérange. Les sens se perdent dans un dédale d’interdits érigés pour préserver la « morale » alambiquée de la société. Quitte à faire du corps un territoire ennemi – le naturel se plie aux injonctions erronées. Ou se révolte et se livre sans limite, objet plus que sujet, violent dans sa recherche d’identité.

“Maman” disait que le corps de la femme est la beauté par excellence, le corps de l’homme, peu flatteur. Alors on regardera en douce, on essayera de glisser un œil sur un poignet, le creux du cou. On basculera pour un sourire, un regard. On figera l’instant sur des mains que l’on espérera fermes et tendres en même temps. On érotisera les zones visibles tant en craignant la nudité. Peu flatteur, dit-elle, mais alors comment pourra t’on se rencontrer ? Quel lien pourra se créer entre moi qui ne connais pas mon corps et son corps à lui sur lequel mon regard ne doit pas s’appesantir ?

Alors il faudra aller chercher plus loin, creuser un sillon sur un corps inconnu, aller chercher ce qu’on ne nous dit pas au creux des draps qui voilent mais ne dissimulent pas. Il faudra oser la découverte pour se rendre compte de la beauté du corps des hommes.

Du corps on n’a pas fini d’en parler, ni de le découvrir, seul(e), à deux, à  quatre, six, huit mains. A le vivre dans le plaisir, un plaisir assumé, accepté. On n’a pas fini de l’écrire, sous toutes les coutures, le décrire sous tous les angles, de le regarder vibrer, s’exhiber, s’affirmer, frissonner. De l’érotiser, au soleil, sur le sable, pieds nus sur l’herbe fraiche, au contact du froid, du chaud, de l’eau, de la terre, du feu, de l’air, de la peau. De l’intégrer surtout comme une chance et non un fardeau.

Advertisements

15 thoughts on “De la découverte des corps

  1. alteyrac June 20, 2018 / 1:23 pm

    Le corps est objet de tous les interdits et de toutes les injonctions. Parce que tout, finalement, se rapporte à lui.

    Liked by 1 person

  2. Petitgris June 20, 2018 / 1:41 pm

    Pas besoin du corps pour que je fasse un malaise, un peu de sang dans un bocal et je filais inconsciente à l’infirmerie 😀 Pourtant je les aimais ces cours car ce sont eux qui m’ont tout appris ! Mais le corps reste avec ses interdits, je ne m’imagine pas chez les naturistes ! Avec le tact et la douceur du partenaire il est toutefois possible d’en faire une chance ! Grosses bises

    Like

    • Latmospherique June 21, 2018 / 11:52 am

      Je suis comme toi Paulette. J’ai été incapable de suivre un cours de bio de A à Z!
      Nous avons tous nos limites bien entendu. On parlait naturisme justement hier et je me demandais si c’était quelque chose avec lequel je me sentirais à l’aise – pas sûre!
      Pourtant je ne me considère pas comme quelqu’un de particulièrement pudique.
      Grosses bises te belle journée

      Like

  3. Cosmique Aileza June 20, 2018 / 2:49 pm

    “Aller chercher ce qu’on ne nous dit pas au creux des draps qui voilent mais ne dissimulent pas…”
    Tu es une vraie poète Marie ❤

    Like

    • Latmospherique June 21, 2018 / 11:50 am

      Merci Aileza!
      J’aime jouer avec les mots tout simplement

      Like

  4. zenopia June 20, 2018 / 2:59 pm

    Lors de ma formation en massage, j’ai eu l’occasion de découvrir un rapport au corps encore inconnu pour moi… et passer outre certaines appréhensions…
    Bisous Marie ❤

    Liked by 1 person

    • Latmospherique June 21, 2018 / 11:49 am

      Un de mes amies donne des massages et elle m’a souvent parlé de ce rapport particulier au corps de l’autre. C’est une vraie découverte je pense, comme tu dis, au delà des appréhensions et des blocages.
      Grosses bises Cécile.

      Like

    • Latmospherique June 21, 2018 / 11:46 am

      Mille merci pour ta visite et ton adorable retour sur mes mots.

      Like

  5. pierforest June 21, 2018 / 3:08 pm

    Ton texte m’inspire une idée que je vais tenter de développer ce weekend. Merci!

    Like

  6. Sweet-Things June 22, 2018 / 2:22 pm

    2, 4, 6, 8…

    Like

    • Latmospherique June 22, 2018 / 2:33 pm

      Tant de combinaisons sont possibles…
      Il parait qu’il en faut pour tous les goûts!

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.