Posted in Atelier écriture, Variations Littéraires

Vide-Grenier

balance-3340455_640
Crédit Pixabay

Je me demande bien ce que je fiche là. Encore une brocante! Étienne en raffole. Depuis sa découverte l’année dernière lors de notre périple en Provence, il ne cesse de noter celles à venir, dans notre région et ailleurs. Quelle plaie!

Aujourd’hui, il m’y a trainée de force – le mot n’est pas faible! Il m’a juré qu’il s’agissait d’une occasion inespérée de  trouver notre bonheur pour la décoration de notre nouveau salon.

Voilà déjà une heure que nous vagabondons dans les allées, qu’il s’arrête à tous les stands, sans exception. J’aurais pu l’attendre à la buvette avec un bon bouquin. Je préfère garder un œil sur lui. Je dois dire, qu’à défaut d’être intéressante, la balade m’offre de bons fous rires. On trouve de tout, surtout des choses immondes et inutiles, des vieux vêtements à moitié mités, des chaussures sans lacet, des bouquins sans intérêt sur le jardinage dans les années 20 ou encore la bible de la bonne ménagère, des chaises percées, des ustensiles de cuisine d’avant-guerre, valises de régiment,…

Attendez, Étienne a l’air d’avoir repéré quelque chose. Je m’approche. Quelle horreur! Un tapis en crin de cheval. Mais comment peut-il trouver ça beau? Je me demande si je n’ai pas fait la connerie de ma vie en l’épousant  – je vous l’accorde c’est un peu tard pour s’en rendre compte.

Au stand suivant, c’est la cour des miracles, des bibelots à n’en plus finir. Tout est tâché, ébréché, les lampes pointent vers le bas, épuisées, les nounours sont défraichis. Je dois rêver! Il faut que je garde les idées claires et rattrape Étienne avant qu’il ne s’entiche d’une énième absurdité.

Oh là là il prend à gauche, il se dirige vers le cul de sac. Quatre stands perdus au milieu de nulle part. Si on trouve chaussure à notre pied, on sera sûrement leur seule vente de la journée. Avec un emplacement pareil, faire fortune doit être le cadet de leur souci. La vieille dans son transat a tout compris. Voilà qu’Étienne se tourne vers moi pour me montrer sa trouvaille: un clown en papier mâché, le genre de truc qu’un môme réalise pour la fête des mères à l’école primaire. Ce mec a vraiment un problème de goût! Ça ne s’arrange pas avec les année!

Tout d’un coup, il me tend un paquet, un cadeau. Je m’attends au pire. Un vase en forme d’écrevisse! Je souris, dis merci. Pour l’intention uniquement. Et l’originalité aussi, tant qu’on y est. Si ça continue comme ça, l’année prochaine, c’est moi qui me colle aux vides-greniers, j’aurais de quoi faire. Et je ne me sentirais même pas hors-jeu!

Texte écrit dans le cadre d’un atelier d’écriture – Mai 2017 – Thème: Vide-Grenier

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

12 thoughts on “Vide-Grenier

  1. Pitié Marie, je passe mon aussi…
    Je déteste les vides greniers, pour bien des raisons !
    Bonne journée
    Tony

    Like

    1. J’ai commencé à apprécier en tenant mon stand. Depuis j’en fais au moins un par été. L’ambiance est bonne et l’argent que je récolte me permet de mer faire quelques plaisirs!
      Je suis curieuse, pourquoi tu n’aimes pas? Des souvenirs?
      Bonne journée également

      Like

      1. Par ce que je donne tout, je ne sais pas vendre et ma femme est désespérée
        Une autre chose, j’ai de grandes difficultés à rester en place Marie Grrrrr
        Belle journée à toi.
        Bises
        Tony

        Like

        1. C’est vrai qu’il faut pouvoir rester 10 heures debout à taper la causette avec tous types de personnes (et être un peu patient aussi – j’apprends – quand pendant 2h il n’y a pas âme qui vive en vue…)
          Je donnais aussi beaucoup avant!

          Like

  2. Je ne supporte plus ce déballage de vieilleries. C’est à peine si je regarde , peur d’être taxée de voyeurisme lol Très bien imaginée cet instant brocante 🙂 Grosses bises

    Like

    1. Merci Paulette!
      Moi j’adore. Enfin surtout depuis que je suis derrière le stand! En vidant le grenier de mes grands-parents, j’ai eu de quoi tenir sur 3 été déjà (et ce n’est pas terminé)!
      Bises

      Like

  3. J’ai déjà évoqué mon allergie au vide-grenier même si parfois comme l’histoire je me laisse trainer dedans au milieu de tout ce bordel. Ca me fait du bien de lire que je ne suis pas la seule… mais je suis certaine que les vides greniers soient source d’inspiration. Bisous

    Like

    1. Ils le sont pour moi en effet Kathou!
      Par contre autant vendre, j’aime, autant me balader dans les allées, ça me file vite le tournis!
      Grosses bises (je file te lire)

      Like

  4. Sympa ta petite histoire. Parfois on peut trouver des trucs intéressants au vide grenier, ça m’est arrivé. Sinon il y a des années de ça, j’ai vendu aussi au vide grenier pendant une année et je m’étais payée un voyage avec l’argent

    Like

    1. Parfois c’est vrai Sabine, ça m’est arrivé aussi. Il faut chiner.
      Je me suis offert la couverture de mon livre Chuchotis et Ricochets avec l’argent d’un vide-grenier. Cet été je pense que ce sera pour un nouvel objectif pour mon appareil photo!
      Merci

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.