On change

Crédit Pixabay

On change. Pas l’essence. Juste l’enveloppe.

On se construit en se protégeant au fil du temps, comme si la vie était faite pour nous malmener. On apprend à penser aux autres avant soi, à faire attention, à donner sa confiance au compte-goutte. On désapprend l’exubérance, la joie d’être, le présent. On désapprend la beauté dans un grain de sable. On se métamorphose pour s’insérer dans une société qui catalogue dès le plus jeune âge. Puis on se rebelle contre l’ordre établi. Un peu. Beaucoup.

On se perd. Puis on se cherche.

On s’apprend au fil du temps, des rencontres, des échanges. On ne sait plus trop où, quand, comment. On avance à tâtons. On cherche sa voie. On se voudrait différent. On a du mal avec nos failles, nos défauts. On se voudrait plus comme ci, moins comme ça.

On attend des autres, on s’éloigne de soi. On pense que pour eux tout est plus simple, évident. On voudrait se fondre dans la masse, ne plus rien ressentir. On s’enferme dans le cercle vicieux de la mésestime.

On se met des limites, on s’impose des choix. On se bloque de l’intérieur. On se verrouille parfois. A double tour. On se cache derrière une armure. On se protège. On espère que la roue va tourner sans s’en donner les moyens.

On tombe. On se demande à quoi ça sert tout ça. On ne retient que les erreurs, les faux pas, les échecs. On se construit sur des fondations approximatives. On espère que ça tiendra.

On se perd. Puis on se trouve. On s’écoute enfin. On pense un peu plus à soi. On se regarde avec davantage de bienveillance. On rencontre des personnes qui collent davantage à ce que nous sommes, ce que nous souhaitons devenir. On s’accepte. On se respecte. On prend conscience que le passé est un tremplin, l’avenir une page à écrire. Nul ne sait de quoi demain est fait. On vit au présent. On avance plus sereinement. On met en lumière ses victoires, ses progrès. On se sent plus léger quand on cesse de se convaincre qu’on a quoi que ce soit à prouver. A soi. Au monde.

On ne change pas vraiment. On évolue. On retrouve notre essence. On nous révèle. On se révèle. On ôte toutes les couches de ce qui n’est pas nous. On ose prendre notre place. En nous. Autour de nous.

Advertisements

18 thoughts on “On change

  1. Untraceable37

    Chaque matin, au réveil, je renais Marie !
    Le monde est pour moi comme au premier jour, il y a tout à faire, à construite…
    La découverte est une source de vie, un réservoir inépuisable…
    Je te vois aussi comme cela…
    Bien à toi Marie.
    Tony

    Liked by 1 person

  2. Une vie entière pour se trouver 🙂 Non ce n’est pas trop ! Je me méfie des personnes trop sûres d’elles qui affichent une supériorité écrasante : je ne peux m’empêcher de penser qu’il y a forcément une faille derrière ! Se construire pas à pas est plus solide 🙂 Grosses bises

    Liked by 1 person

    1. Je te rejoins, ce n’est pas trop et c’est passionnant aussi Paulette!
      J’ai la même approche que toi devant des personnes trop sûres qui ne se remettent jamais en question.
      Grosses bises et bonne soirée.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.