Posted in Humeurs d'Auteur

De l’écriture érotique…

Qu’on le veuille ou non, qu’on l’accepte ou pas, la fonction érotique fait partie de nous tout autant que nos caractéristiques physiques, notre intellect, nos sensations, nos émotions, notre inspiration ou notre intuition. Il ne tient qu’à nous d’y faire attention, de l’intégrer, de la développer dans notre vie de tous les jours. Ou pas. C’est un choix personnel que j’ai pour ma part négligé pendant de nombreuses années. Il aura suffi d’une rencontre que j’espérais autant que j’appréhendais pour que la roue tourne.

Comme je l’évoquais avec vous récemment et suite à vos commentaires (ils étaient et restent essentiels), je me suis lancée (non sans appréhension, encouragée et soutenue tout de même) dans la rédaction d’une nouvelle érotique. J’en suis à la page 17 donc on peut dire que ça avance bien ! Il parait même que ça se tient !

De prime abord on pourrait penser, après le succès “phénoménal” de « Cinquante Nuances de Grey » (125 millions d’exemplaires tout de même), que la littérature érotique est un style accessible à tous. Pour ma part, je n’ai pas accroché à ce roman, j’ai trouvé l’histoire un peu tirée par les cheveux (et pour cause), pas très intéressante (et ça n’a rien à voir avec le thème) et pas spécialement bien écrite. Loin de moi l’idée de juger le travail de l’auteur, peut-être que le principal résidait plus dans le sujet que dans le style, auquel cas c’est réussi (la sortie du film a même fait des heureux chez Décathlon !)

Pour en revenir à la littérature érotique, je pense que c’est un style encore mal connu ou considéré comme « à côté », pas assez noble, surfait peut-être. Il suffit de fureter dans une librairie pour s’en rendre compte. Pourtant ne vous fiez pas aux apparences, de nombreux auteurs classiques étudiés à l’école se sont un jour prêtés au jeu : Zola, Musset, Rimbaud, Baudelaire, La Fontaine, Maupassant, Verlaine entre autres.

Nous avons beau évoluer dans un monde dit « libéré », j’ai l’impression que nous sommes encore plus limités qu’il y a 50, 100 ou 200 ans. On s’offusque facilement du corps d’une femme sur une publicité, alors même que nos musées regorgent de peintures mettant en avant ce même corps. Que ressentons nous devant l’œuvre de Gustave Courbet « L’origine du monde » ? Sommes-nous choqués ?

La littérature érotique comme son nom l’indique est de la littérature, les codes restent donc les mêmes, les règles de style aussi. Ce n’est pas de la littérature de bas étage pour amuser la galerie. Après réflexion, j’en suis venue à la conclusion qu’outre le fait d’être une écriture assez intime – et qu’on garde souvent pour soi, comme un jardin secret préservé – c’est une écriture variée, qui peut aller de la suggestion à l’évocation brute et sans fard. Avant de partir en vacances, j’avais pris soin de me procurer un recueil de nouvelles – quand on veut se lancer, c’est l’étape obligée – et si je me suis « forcée » à lire chaque nouvelle, je ne peux pas dire que toutes m’ont plu tant dans le choix du sujet que dans celui des mots. Là aussi, il y en a pour tous les goûts : sensualité, bestialité, mots imagés, mots crus, scandale, violence, humour, mystère…

J’ai du mal avec la vulgarité, la violence, les mots un peu trop cru. Dans la vie en général. Je trouve que la sexualité c’est tellement plus que deux êtres (ou plus – là aussi chacun ses préférences) qui interagissent autour de / avec leur corps et la réduire à un acte banal, animal, c’est dommage. Certaines nouvelles m’ont laissé un goût amer en bouche (les nectars n’ont pas tous la même saveur) alors que d’autres m’ont littéralement transporté, même sur des sujets sensibles. Tout est question de juste mesure, d’équilibre. C’est ce qui distingue, à mon avis, l’érotisme de la pornographie. Le débat est ouvert…

De mon côté, je mise sur tout ce que j’affectionne quand j’écris, le choix des mots, l’art de la suggestion, la révélation imagée. J’aime le secret, la retenue tant en acceptant que parfois tout s’emballe et que  les mots s’entrechoquent, jusqu’à être plus audacieux. Et alors ils glissent comme nés de la plume d’une autre femme. A moins que cette femme qui ose à présent soit celle que j’ai longtemps refusé d’être…

A vous! Que pensez-vous de la littérature érotique ? En avez-vous déjà lu ? Ou bien ça ne vous fait ni chaud ni froid ? Avez-vous de bons livres à me conseiller ?

Si vous en écrivez, dans quel style vous sentez vous le plus à l’aise ? Si vous avez envie d’en écrire, qu’est-ce qui vous empêche de sauter le pas ?

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

45 thoughts on “De l’écriture érotique…

  1. C’est effectivement un style à part et pas si aisé que cela.
    Je pense qu’ à appris à beaucoup..
    Je me rends compte que j’en ai peut-être plus écris que lu…

    Like

    1. Tant qu’on n’a pas essayé on ne sait pas ce que c’est – comme tout!
      La lecture aide pour l’inspiration. Quoi que tout dépend de notre imagination en la matière…

      Like

  2. La cravache, c’est paraît-il dépassé…Dépôt de bilan en masse chez Décathlon ! En revanche, après la sortie de 50 nuances de Grey 3, chez Buffalo Grill il vende un fouet avec le menu !!!
    Je suis en pleine reconversion Pro et grace à la sortie du 3eme Chapitre, je compte prendre une franchise…
    Je t’embrasse Marie.

    Liked by 1 person

  3. J’en ai écrit longtemps pour un homme, j’avais un blog sous le nom d’Avalon qui marchait très bien, et j’étais “bonne” à l’exercice, sans doute parce qu’amoureuse. Et puis, ce n’était pas que de la littérature à l’époque 😉 Aujourd’hui, j’en suis à mille lieues, mais cela m’appartient. Deux auteures de littérature érotique au dessus du lot pour moi : Anais Nin et Alina Reyes 🙂

    Liked by 5 people

  4. Coté lecture, j’ai lu 50 shades bien sur. Les 3 (je suis obstinée mais j’ai capitulé pour le point de vue de Grey). Je te rejoins sur ton avis, c’est pas génial. Bref, il en faut pour tous. J’ai lu surtout pas mal de récit, nouvelles gratuites. Mais si il y a des recommandations de lecture en commentaires, je les noterais. J’avais débuté Histoire d’O et je n’ai pas accroché.

    Coté écriture. Chut … lol

    Liked by 1 person

      1. Je suis rassurée de ne pas être la seule à ne pas avoir accroché. Je me sentais un peu inculte sur le coup tellement il revient en conseil de lecture érotique.

        Ça dit tout en effet 😉
        J’ai plus parlé sexe ces derniers temps sur le blog, mais de là à partager ces petits bout de moi avec des personnes qui me connaissent à travers La vie d’Angie, je ne suis pas prête je crois.

        Liked by 1 person

    1. Je n’ai pas d’avis sur 50 shades que je n’ai pas lu… mais essayez encore une fois Histoire d’O. C’est à coup sûr un livre érotique puisqu’il traite de l’amour physique dans une de ses manifestations extrêmes, mais c’est surtout un conte philosophique, et littérairement, à mon avis, un chef d’oeuvre.

      Liked by 2 people

  5. Comme pour toutes les formes d’art il en faut pour tous les gouts !
    Je crois que j’aime bien les deux, le subtil et le cru, selon comme c’est amené je pense qu’ils ont chacun leur effet.
    Dans le tome 2 des Petites Choses il y a des scènes un peu plus “hot”, et j’ai aussi découvert que c’était passionnant à écrire 😀

    Pour ce qui est de la femme que tu découvres, je crois que découvrir qui l’on est dans l’érotisme est une des pièces du puzzle pour savoir qui l’on est… Connaitre son corps, ses plaisirs et ses désirs pour mieux se comprendre au quotidien ! C’est en tout cas comme ça que je le vois 🙂

    Liked by 2 people

  6. J’ai lu quelques livres de Sade, c’est bien écrit et pour le coup c’est vraiment de la littérature.
    Sinon un recueil de nouvelles trouvé sur un canapé. Pas plus d’intérêt.

    Like

  7. Je pense que tu as tout a fait raison quand tu parles d’équilibre. Je me rappelle dans ma jeunesse avoir lu la série de la byciclette bleue et avoir dévoré les scènes érotiques.

    Like

  8. Pour moi l’érotisme doit être beau ! Rien de bestial ..Je me suis vraiment forcée pour arriver à lire les aventures de 50 nuances de Grey ! Le style est plat, les répétitions pleuvent . C’est l’évocation de moeurs dépravés qui a fait le succès du livre. A aucun moment je n’ai accroché car je n’y ai pas cru. Je pense que l’érotisme doit faire rêver ! Bonne soirée Marie Grosses bises

    Like

    1. Tout à fait d’accord Paulette, l’érotisme doit faire rêver. Il y a bien assez de “violence” dans le monde, pour qu’on en rajoute…
      Grosses bises et merci. Ca me rassure de voir que je ne suis pas la seule à avoir trouvé “50 nuances de Grey” sans intérêt.

      Like

  9. Merci Marie car si je me sens bien loin du sujet, j’ai en revanche, grâce à tes articles très envie de lire de la littérature érotique mais effectivement j’ai toujours eu cet apriori que c’était forcément mal écrit et vraiment pas passionnant… Alors je vais essayer Anaïs Nin car j’en ai beaucoup entendu parler. Comme pour les autres bouquin, j’ai besoin de qualité… Je suis impatiente de te lire car j’ai le soupçon que ton écriture me plaira. Bisous

    Like

    1. Sincèrement si mes articles sur le sujet te donnent envie d’approcher ce style de littérature, j’en suis ravie.
      Je tâtonne encore dans le registre, j’apprends. Je viens de franchir le cap des 20 pages, c’est limite un exploit pour moi, alors je m’accroche.
      Grosses bises

      Liked by 1 person

  10. Comme toi, je n’ai pas du tout aimé 50 nuances de grey, et je n’ai pas vu le film ! C’est le genre de livre qui réduit l’amour à une performance et renvoie l’idée qu’il faut être un virtuose pour faire l’amour,…

    Like

    1. J’ai évité à tous prix le films Sabine! Ma voisine m’a prêté le tome 2, il attend depuis 4 mois dans une armoire, pas le courage de l’ouvrir. Je crois que je vais me contenter du résumé.

      Like

  11. J’ai lu 50 nuances de Grey… je n’ai pas aimé. Pour moi, c’est du roman de gare à la sauce érotico-nunuche. Après, j’ai tenté un roman dont j’ai oublié l’auteur : Dolorosa Soror… On était bien loin de 50 nuances. Est-ce que j’ai aimé ? pas assez pour retenter une nouvelle lecture. Par contre, j’ai apprécié tes textes… Bisous Marie

    Liked by 1 person

    1. “érotico-nunuche”, j’aime bien ça Cécile! Ca traduit parfaitement mon ressenti.
      Ce sont tes commentaires, en partie, qui m’ont donné envie de tenter sur un format plus long. A suivre donc…
      Merci et belle journée. Je t’embrasse.

      Like

  12. Hâte de lire ta nouvelle ! J’aime beaucoup la littérature érotique. Elle m’a permis d’assumer mon corps et de me calmer ma timidité par rapport à ma sexualité.
    L’imagination est beaucoup plus solliciter que via des vidéos et se qui rend cette lecture d’autant plus excitante

    Liked by 1 person

  13. Ecoute comme tu l’as justement évoqué, je fais partie de ceux qui trouvent ce type de lectures pas assez nobles, tout simplement parce que voir les convertir des SAS, est vraiment rageant et ridicule de vulgarité. Mais en effet, quand je lis Marguerite Duras et ses idées lubriques, j’adore. C’est un genre rempli de sensualité alors tu aurais tort de te priver, et peut-être même que tu redresserais la barre.

    J’ai lu aussi le premier tome de cinquante nuances de Grey pour comprendre l’engouement. Et j’ai réalisé que les gens n’ont pas de goût tout simplement. Parce qu’en dehors du fait que ce ne soit pas spécialement intéressant, c’est tout de même extrêmement mal écrit.

    Like

    1. C’est ce qui m’a saisi aussi Ornella. Je me suis dit que si je l’avais lu en anglais, ça aurait peut-être fait une différence! Pas sûre au final…
      Tu sais quand je vois tous les livres qui sortent aujourd’hui, je me demande parfois si les gens y comprennent encore quelque chose à la littérature!

      Like

  14. Je n’ai pas lu les différentes nuances de Grey, parce que les extraits que j’ai pu lire ne m’ont pas inspirée, même si je n’ai jamais lu vraiment de livres ou de nouvelles érotiques non plus (bon je viens de lire les posts sur ton autre blog, ça compte du coup ^^ et j’ai beaucoup apprécié tes choix dans les mots justement, je crois que c’est ce qui fait toute la différence. Si tu avais dit les mêmes choses plus vulgairement, peut-être que j’aurais été plus mal à l’aise, alors que là ce n’est pas le cas -sinon je me serais arrêtée au 1er texte mais je n’ai pas eu envie ^^-).

    Like

    1. Le premier m’a suffit Delphine…
      Merci d’avoir lu, ça me touche énormément. En me frottant à ce style je me rends compte que c’est facile de tomber dans le vulgaire. On méprise énormément ce genre littéraire et pourtant je trouve qu’il est encore plus exigeant que les autres.
      Je t’embrasse bien fort Delphine.

      Like

  15. Ecrire c’est déjà une étape importante. On s’exhibe dès les premières lectures. Alors écrire de l’érotisme c’est d’une certaine manière soumettre ses fantasmes à des regards inconnus. Ca exige de soi une personnalité assumée. Usé d’un langage charnel, sensuel, érotique ce doit être difficile à faire sans tomber dans le grossier. Ca réclame une imagination débordante pour retravailler ses images poétiques afin de les rendre attirantes et suggestives. Quand tu écris ce genre d’histoire, si tu les écris avec honnêteté, n’es tu pas toi même excité par tes textes ? En privé je me suis déjà livré à cet exercice. Quant à l’idée de les publier… J’avoue ne pas m’assumer suffisamment pour cela. En cela je te félicite !
    Mais comment écrire de l’érotisme sans tomber dans du surfait et la vulgarité ? Je pense que le fait que le sexe soit connoté et rendu tabou rend cette notion d’interdit plus troublante. L’interdit et la suggestivité sont donc deux piliers importants. Le contexte, et la mise en scène sont là pour jouer avec ces notions. Enfin, c’est comme cela que j’aime l’érotisme et la romance. Sinon ce n’est plus de l’érotisme mais de la pornographie où du fastfood érotique.

    Like

    1. Merci pour ton intérêt et pour ce commentaire riche.
      Tout d’abord oui il faut assumer et ce n’est pas le plus facile, surtout dans une société où la sexualité est encore un sujet assez tabou. Même si on se prétend un pays libéré!
      Tout est parti d’un “défi” on va dire. J’avais du mal à évoquer mes fantasmes et mon cher et tendre m’a incité à écrire une nouvelle érotique. Je me suis lancée, j’ai apprécié l’exercice.
      Je trouve que l’écriture érotique est un style méconnu et pas si facile d’approche, comme tu le soulignes si justement. Il faut jongler avec les images, les mots, susciter l’envie du lecteur sans tomber dans le vulgaire.
      Cela m’apporte énormément, je laisse libre cours à mon imagination (plutôt fertile) et je me libère de toutes les couches d’interdits, de tabou, de croyances que j’avais sur le sujet.

      Liked by 1 person

  16. J’attends de lire la prochaine avec impatience 😉
    Le tabou de la société est aussi celui de la religion. Le sexe c’est pêché, aimer le sexe c’est flirter avec le démon… De tels injonctions on finit par pousser vers la perversion. Mais pas seulement. Aujourd’hui ce tabou, cet interdit rend cela plus fort, plus rare, plus intense. Mais j’ai tout de même du mal avec cette notion de Tabou et de censure du corps, du plaisir qui n’est rien d’autre qu’un bien être naturel. Je me demande si sans le Tabou, le sexe serait aussi fort.

    Like

    1. Société, religion, nous ne sommes pas aidés c’est vrai! Les idées reçues font de sacrés dégâts.
      Toutes mes nouvelles et réflexions érotiques sont sur mon blog “danssesnuits.wordpress.com”. Merci pour ton intérêt.

      Liked by 1 person

      1. Je t’invite à jeter un coup d’oeil à mon blog. Ce n’est peut être pas le même univers mais je pense apporter d’avantage de sensualité à mes personnages

        Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.