Et un jour, se respecter

Le jour de ma naissance je ne suis pas seulement devenue la fille de mes parents, je suis devenue la petite-fille de mes grands-parents. Rien de plus normal.

Pourtant sans le savoir un mécanisme s’était mis en place, dont je ne dénouerais les fils que 37 ans plus tard, vomissant tout ce que cette relation biaisée avait été.

L’amour démesuré de mes grands-parents pour moi a pesé lourd dans ma construction. Avec mon grand-père j’ai réussi à déconstruire les schémas. Il est parti en paix. Je l’ai laissé partir en paix. Je crois que nous nous comprenions, au-delà des mots. Même si l’excellence était la seule voie possible. J’étais celle qui devait réussir, rétablir l’ordre dans le désordre qu’avait été sa vie.

Cela n’a rien à voir à côté de l’emprise de ma grand-mère. C’est à partir de là qu’on comprend mieux certains évènements. J’ai servi sans le savoir une cause qui avait pour unique but de détruire la personne qui comptait le plus, celle qui m’avait mise au monde, ma mère.

Fut un temps, j’adorais ma grand-mère. Elle était ma confidente, mon soutien. Elle était mon phare dans la tempête. Pendant des années, je suis rentrée dans le moule bien fait de la vraie petite fille modèle. On avait l’impression que j’étais le deuxième enfant attendu, jamais eu. Mes quelques débordements étaient recadrés par un « elle est complètement folle ». Puis tout rentrait dans l’ordre. Je suis devenue la gardienne de la mémoire familiale, le prolongement d’elle-même. Je suis devenue celle qui arrondissait les angles, en toutes occasions. Je faisais en sorte que tout se passe bien, j’apaisais les esprits.

Ma sœur à côté, n’a jamais compté. Elle en a souffert. Et pourtant ce désintérêt l’a épargnée.

Quand je me suis rendue compte du manège, le mal était fait, la proie ferrée, la marche arrière impossible. J’ai essayé de briser l’image. J’ai posé des actes qui allaient à l’encontre de ses valeurs. J’ai choisi des chemins avec l’espoir de descendre de ce piédestal sur lequel elle m’avait placée. A chaque phase de rébellion contre l’ordre établi, ma grand-mère prenait ma défense. Quelles que pouvaient être ses idées, elle s’opposait à mes parents. Diviser pour mieux régner. Toujours.

Je me suis souvent sentie tiraillée : protéger ma mère – faire plaisir à ma grand-mère (qui savait parfaitement faire basculer la balance en sa faveur, en jouant les femmes éplorées et sensibles malmenée par le monde. Ça marche à tous les coups, à l’extérieur surtout)

J’ai fini par adhérer inconsciemment à ma propre mise à mort. Devenir quelqu’un que je n’étais pas. A tous les niveaux. Fermer ma gueule et rentrer dans le rang. Et ça a fonctionné. Puisque j’ai toujours cru que mes choix, mes sentiments m’appartenaient. Alors qu’une autre tirait les ficelles.

Jusqu’au jour où, à force de mots violents à l’égard de mes parents, à force de vouloir me faire porter le poids d’une histoire qui ne m’appartient pas, je suis rentrée chez moi et j’ai liquidé tout ce qui avait un lien avec elle. Un jour, j’ai choisi de me respecter avant tout.

Je ne pourrais jamais comprendre tout ça, les mensonges, ce désir de nuire, cette méchanceté gratuite, cette violence psychologique. Mais comme dirait quelqu’un qui compte beaucoup pour moi c’est une réalité, ça existe. Je peux me révolter, refuser les faits, ça n’y changera rien. J’ai plus de chances de me faire davantage de mal qu’autre chose. J’ai décidé d’accepter et d’avancer, en prenant mes distances, beaucoup de distances.

Je ne lui dois rien. Je me dois tout.

Advertisements

32 thoughts on “Et un jour, se respecter

  1. Bébé est Arrivé ! April 16, 2018 / 11:32 am

    Ton billet est criant de vérité et violent à la fois. J’imagine le choc en découvrant et en saisissant la réalité. Ce genre de personnes existent évidemment. Dans l’absolu, elles sont à fuir mais c’est toujours très compliqué lorsqu’il s’agit de la famille proche.

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:05 pm

      Merci Cécilia. Le choc est rude. Surtout de constater que j’ai fais l’impasse sur cette réalité pendant des années, comme un trou noir.
      Je te rejoins ces personnes sont à fuir. C’est ce que ma mère n’a pas réussi à faire – en face de ses propres parents la loyauté et cette envie, ce besoin d’être un jour aimé est terrible.

      Like

  2. elle a 40 ans April 16, 2018 / 11:33 am

    J’ai une amie qui vit la même chose. Elle se compare a un pion que l’on place quand on a besoin. Sa grand-mère maintenant assez âgée l’utilise et la culpabilise. Pas facile de dire non après tant d’année. Pas facile de dire non à une vieille dame qui a une sacrée personnalité !

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 3:57 pm

      Jamais facile encore plus quand les personnes vieillissent je trouve. On se sent davantage redevable peut-être ou bien on se pose du côté du respect des ainés. S’affranchir de ce genre de relation toxique offre une liberté sans égale. Il faut toutefois être prêt à en payer le prix. Plein de courage à ton amie.

      Liked by 1 person

  3. Untraceable37 April 16, 2018 / 11:49 am

    Une histoire humaine, faite de hauts, puis de bas.
    Mais on ne doit rien à personne, ça c’est bien clair ma petite Marie…RIEN !
    Des bisous
    Tony

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 4:01 pm

      L’histoire du monde en effet Tony.
      On met quand même du temps à intégrer qu’une mère souhaite à tous pris détruire sa fille…
      Bonne fin de journée

      Liked by 1 person

      • Untraceable37 April 16, 2018 / 5:12 pm

        « Je pense que la rébellion est une forme d’honnêteté. Être son ‘moi’ authentique, c’est être rebelle. Nous savons que vivre notre légende personnelle est la seule manière pour nous de vivre une vie pleinement épanouissante. »
        Noor Tagoori
        C’est un peu toi ça Marie !
        Des bisous
        Tony

        Liked by 1 person

        • Latmospherique April 16, 2018 / 5:20 pm

          Complètement. J’adore!
          Merci Tony.
          Je crois que cette citation va trouver sa place chez moi.

          Liked by 1 person

          • Untraceable37 April 16, 2018 / 6:15 pm

            Génial ma petite Marie.
            Belle soirée à toi.

            Like

  4. doublerose April 16, 2018 / 2:32 pm

    Ma fille ainée est souvent placée dans cette situation. Ma belle-mère ne cesse de lui dire qu’elle est sa raison de vivre (sympa pour les autres petits enfants) et elle se pose régulièrement entre elle et moi. En tant que maman, ce n’est pas facile à vivre. Et Fleur est encore petite alors elle profite parfois de cette situation en obtenant de sa grand-mère quelque chose que je viens de lui refuser!
    Je n’imagine même pas comme cela risque d’être difficile à l’adolescence.

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 3:59 pm

      Toujours très agréable pour les autres enfants c’est clair.
      Je déteste cette prise de position qui est dure pour la mère (je comprends ton sentiment) et pour l’enfant dans l’avenir. Vient un jour où en tant qu’enfant on ne sait plus où se placer, qui croire.
      Tu en as conscience et tu seras vigilante. Mes parents l’ont été même si ça ne s’est pas fait sans souffrance.

      Like

  5. Estelle April 16, 2018 / 2:57 pm

    L’héritage familial est souvent bien lourd à porter…

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 3:45 pm

      Pas toujours une partie de plaisir en effet Estelle. Le tout est d’arriver à s’en affranchir.

      Like

  6. bienamicalementvotre April 16, 2018 / 5:38 pm

    Hola, je n’ai jamais vraiment eu de relation avec ma grand mère, qui était la seule “vivante” et cela sera toujours un regret pour moi

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:03 pm

      Je comprends Leti.
      Pour ma soeur, je sais que ça a longtemps été une blessure.

      Like

  7. Allumer les couleurs April 16, 2018 / 6:40 pm

    J’ai vécu quasiment la même chose Marie. J’en avais deux, une grand-mère et une arrière grand mère et toutes les deux se détestaient. Ma mère a clairement rejoint le clan de mon AGM car elle aussi avait des problèmes avec sa mère. Et moi j’étais là au milieu à vouloir réconcilier tout le monde ! je ne comprenais rien a leurs histoires, je n’arrivais pas à prendre parti puisque j’étais la raison de vivre des 2, elles me comblaient et m’adoraient et j’avais besoin de leur soutien car ma mère était perdu… Une sorte de lignée de mère-fille sur 3 générations qui se fâchaient. Résultat, à 26 ans, j’ai accompagnée d’abord mon AGM et 2 ans plus tard ma GM jusqu’a leur dernier souffle toute seule sans aucun soutien… Et je te dis pas les problèmes au moment de l’héritage quand ma mère à pris conscience que ma GM et mon grand-père m’avait tout laissé ( sauf la part obligatoire qui revient aux enfants). elle est devenue folle et m’en voulait alors que je n’y était pour rien du tout. J’étais prête à tout laisser quand une psy m’a dit que je n’étais pas responsable de leurs histoires et je devais accepter ce que l’on me donnait… mais avec ma mère ça a été l’enfer pendant un bon moment et d’une certaine manière je comprends son ressenti et j’ai du vraiment faire toute un travail pour éviter de couper la relation avec ma mère qui faisait tout pour. C’est vraiment terrible ces histoires de famille !

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:02 pm

      Très délicat Kathou. Les deux en plus. Moi il est clair que je ne veux rien de ma grand-mère. C’est trop chargé en négatif.
      Mais c’est très vrai nous ne sommes pas responsables de leur histoire, du passé. S’en affranchir n’est pas aisé.

      Like

      • Allumer les couleurs April 16, 2018 / 10:17 pm

        Quand mon AGM est DCD ( elle m’avait élevé jusqu’ a 6 ans ), j’ai demandé à ma grand-mère qu’elle me raconte au moins un évènement positif avec sa mère, elle n’a pas trouvé ! Moi je les aimais toute et je passe encore beaucoup de temps a tenter que les gens se réconcilie. J’ai beaucoup de mal avec les fâcheries sans limite ! Ces gens qui ont tant de haine souffrent beaucoup et font souffrir les autres.

        Liked by 1 person

  8. zenopia April 16, 2018 / 7:14 pm

    L’héritage est parfois douloureux… sans que mon histoire ressemble à la tienne, ma grand mère maternelle a fait pas mal de dégâts…
    Gros bisous Marie ❤

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:00 pm

      Oui Cécile, c’est dommage je trouve. On devrait se passer le meilleur de génération en génération. Mais c’est loin d’être le cas. Et les dégâts sont parfois très lourds.
      Grosses bises et merci pour tout

      Like

  9. lacapacitedemerveillement April 16, 2018 / 9:05 pm

    Pour se libérer de l’héritage familial, il faut accepter que chaque instant fut une page tournée. Percevoir aussi la famille sans continuité ni attaches. Aujourd’hui, je leur souhaite à tous du fond de mon coeur le bonheur et la sérénité. Mais je Sais que nous sommes différents et je n’ai pas envie de jouer à un jeu. Auj, ma soeur a posté sur FB son barbecue. Hier, mon beau-père postait son apéro. Je ne mange pas de viande, ne bois pas. Alors pour éviter la culpabilité, les faux-semblants, etc, je les vois très peu. Mais je ne culpabilise pas, je les aime. Mais nous sommes trop différents. Cela n’a pas trop à voir avec ton billet mais je n’avais pas envie de rentrer dans le détail. Libère toi de ta famille. Aime les mais Vis 🙂 voilà le conseil que je pourrais te donner 🙂 ta grand mère souffrait, c’est certain, personne n’est “langue de vipère” juste comme çà 🙂 Ma mère était une éternelle angoissée car sa mère l’était aussi, elle a élevé seule 5 enfants pendant que mon grand père marin était en mer. Elle avait été orpheline à 12 ans. Ma mère a dormi avec ses frères et soeurs dans la même pièce, a été enlevée de l’école à 14 ans pour travailler à la coop. Forcément, la 1ère demande en mariage, elle l’a accepté, à 18 ans. Bref, on a tous nos blessures. C’est mieux de ne pas abîmer les autres, c’est certain. Mais il faut pardonner, je crois.

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:09 pm

      C’est beau le pardon, c’est quelque chose qui est toutefois encore un peu délicat pour moi. Même si comme je le dis je n’ai pas d’amertume ou de colère. Je ne lui souhaite pas de mal. Pour le moment, je digère et pour ça j’ai besoin de m’éloigner un peu.
      Le plus dur pour moi c’est de voir les dégâts sur ma mère (qui commence à envisager sereinement l’avenir à 64 ans) et cette éternelle quête de quelques grammes d’amour.
      C’est vrai que la méchanceté n’est pas gratuite mais ce n’est pas pour autant qu’elle est excusable.

      Like

      • lacapacitedemerveillement April 17, 2018 / 7:45 am

        je comprends. Pour ma part, je commence à voir les choses différemment mais c’est un long chemin d’acceptation, surtout délicat quand l’affectif s’emmêle. Quand j’ai commencé à dépasser mes ressentis dans la vie de tous les jours, cela a eu une incidence positive dans le privé aussi. Il y a deux ans , une collègue me détestait, son regard en disait long chaque jour, car j’avais remis en question sa façon de déprecier les enfants. Aujourd’hui, nous nous entendons professionnellement bien, nous nous respectons, et elle m’invite même à son mariage. C’est un bon test de pardon 🙂 Bref, le sujet serait très long 🙂 Belle journée

        Like

        • Latmospherique April 17, 2018 / 9:52 am

          J’imagine en effet que c’est un processus, comme tout deuil d’ailleurs.
          Aujourd’hui j’en suis à la prise de conscience. Je ne rejette pas tout en bloc, je souhaite juste me protéger. Je continue à aller voir a grand-mère avec mon fils, jamais seule par contre. J’ai modifié mon comportement mais je reste respectueuse et conscience de ce qu’elle a apporté à ma vie (même si ça a été violent).
          Chaque relation demande du travail sur soi. Ton exemple montre que tout peur changer et bien changer. Merci pour ce partage et douce journée.

          Liked by 1 person

  10. dhelicat57 April 16, 2018 / 9:31 pm

    Je te rejoins Marie sur cet ecrit qui me parle tant mais c’est ma mère qui ressemble a cette description et je n’ai jamais eu le courage de couper les ponts juste de m’éloigner c’est encore plus dur depuis que mon père n’est pas bien… bisous

    Like

    • Latmospherique April 16, 2018 / 9:40 pm

      Pas facile quand c’est un parent Catherine. Couper les ponts c’est radical et douloureux. Plein de pensées.

      Like

  11. Food & Art sans blabla April 16, 2018 / 11:40 pm

    Je fais actuellement un travail personnel… tout est parti de mon travail mais je me suis rendue compte que la vie personnelle n’allait pas si bien que cela grâce à ce travail personnel, qui m’aide. Je dois également travailler sur ma famille, les liens, les connexions, les attentes de chacun de la vie, de moi… j’en apprend beaucoup. Je comprends petit à petit que je porte l’histoire de mes parents sur certaines choses. Ma famille est recomposée (mariages…). Mon père a une famille où la maladie est très présente, elle me fait peur bien évidemment… mais j’apprends à l’apprivoiser et à ne pas prendre ce qui n’est pas à moi. C’est assez interessant en fin de compte de me rendre compte de l’intérêt d’un simple génogramme. 🙂 Très belle soirée à toi,
    Jessica

    Like

    • Latmospherique April 17, 2018 / 3:32 pm

      Tout travail sur soi nous aide à débloquer pas mal de situations Jessica. C’est important de le faire, je suis sûre que tu apprends beaucoup de choses, tu vas en sortir grandie Jessica. Merci pour ton partager et belle journée ensoleillée à toi.

      Liked by 1 person

  12. Marie April 17, 2018 / 9:10 am

    Une douloureuse prise de conscience qui me rappelle pas mal de choses Marie. Prendre ses distances est nécessaire, ne fût-ce qu’émotionnellement. C’est déjà un grand pas.

    Like

    • Latmospherique April 17, 2018 / 9:54 am

      Oui Marie, prendre ses distances s’est imposé à moi. Je prenais tout très à cœur récemment et chaque fois que je revenais de chez ma grand-mère je me sentais mal émotionnellement et physiquement.

      Like

  13. clem April 18, 2018 / 8:02 am

    Merci pour ce partage poignant Marie, j’ai moi même eu du mal à accepter et à comprendre que certaines personnes pouvaient être profondément mauvaises mais c’est réel comme tu le dis. La seule solution est de s’en éloigner, j’ai essayé de mettre des kms pour acter cet éloignement mais la véritable protection est intérieure.
    Tu as fais un long chemin Marie, bravo à toi pour ton courage.
    Passe une très belle journée ❤🌺🌼

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.