Quand les masques tombent…la liberté!

Dans la vie de tous les jours, nous nous adaptons souvent. Nous sommes différents en fonction des personnes, des situations, des lieux.

Avec mes amies, je suis souvent assez à l’aise. Certaines me connaissent depuis longtemps. D’autres sont entrées dans ma vie plus récemment. Parfois je m’adapte à certains caractères, je sais rester en retrait. Je ne sur-joue pas pour autant.

En famille, je me suis souvent rebellée contre l’ordre établi. J’ai longtemps cherché ma place. Puis j’ai voulu être acceptée alors je suis rentrée dans un moule. Parce que c’était rassurant pour mes proches. Je pouvais être plus authentique ailleurs, alors pourquoi ne pas faire semblant, un peu, de temps en temps.

Au travail, il est clair qu’on joue plus facilement un rôle. Il n’y a que Bridget Jones pour être 100% naturelle au boulot ! On est plus ou moins obligé de savoir se tenir, de contrôler ses états d’âme. On ne se travestit pas non plus, on trouve son équilibre. On renvoie une image (qui n’a pas toujours grand-chose à voir avec qui nous sommes dans la vie de tous les jours).

Dans l’intimité du couple (il va de soi que je parle d’une relation saine), les masques tombent complètement. Peut-être pas tout de suite, mais progressivement c’est certain. C’est le seul espace qui nous permet d’exprimer tout ce que nous sommes, de révéler ce qui se cache à l’intérieur et que nous n’osons pas toujours laisser sortir. Nus face à face (autant physiquement qu’émotionnellement) nous nous exposons, nous lâchons prise, nous nous abandonnons mutuellement. Il n’y a plus de codes, de règles à respecter, de tenue à avoir. Il n’y a rien à prouver ni à soi, ni à l’autre. C’est un espace de liberté totale, où les mots, les gestes, les envies ne passent par aucun filtre. Le contrôle n’est pas de mise. Même si parfois il nous rassure. La complicité qui s’installe devient le terrain de tant de possibles, qui nous font sentir pleinement vivants. Les barrières tombent, les tabous disparaissent (avec le temps). Les corps se fondent, se confondent, s’extasient. L’intimité offre à l’esprit une trêve. Nos sens prennent le relais et donnent à nos corps l’occasion d’expérimenter une large palette de sensations. Nous nous découvrons chaque fois davantage. Nous-mêmes. L’autre. L’intimité nous nourrit de l’intérieur, nous remplit d’énergie, de force, de confiance.

Et vous l’intimité, vous la vivez comment ? Elle vous apporte quoi?

Advertisements

31 thoughts on “Quand les masques tombent…la liberté!

  1. Rozie & Colibri

    L’intimité, en couple, je n’ai rien connu de plus beau, ni de plus simple. Avec lui, ça coule de source. On a vu nos masques tomber, on s’est révélé l’un à l’autre, c’est quelque chose d’absolument extraordinaire. Si facile, si beau, si incroyablement vrai.
    J’adore ça.

    En famille, je joue un rôle. C’en est un à demi. Disons que c’est une partie de moi qui est mise en avant pour les besoins de tous. Je crois que c’est comme ça que fonctionne une communauté, quelle qu’elle soit. On lui donne une part de nous pour l’équilibre, quitte à ce que cela nous pèse parfois, ou ne nous corresponde plus vraiment.

    Avec mes amis … Les nouveaux c’est facile : j’arrête de jouer un rôle, je me propose comme je suis, comme je fais avec mon amoureux. C’est un test, on verra bien ce que ça donne. Avec les anciens, je régule pour arriver au même résultat. Mais on reste un groupe, une communauté.

    En amoureux c’est … Le plus juste. Quel bonheur à vivre, quelle liberté !

    Liked by 1 person

  2. C’est au sein du couple que je peux être moi-même , tu en parles si bien ! Mais je deviens inquiète car l’Hom change et ne se livre plus : je le soupçonne de mal vivre l’approche de la vieillesse et des diminutions qui vont fatalement arriver ! Il faudra bien que je lui fasse accepter ! Grosses bises Marie

    Liked by 1 person

  3. Untraceable37

    “Marié : n’être ni seul ni ensemble.”
    Nathalie Clifford Barney
    “L’intimité” à mes yeux ma petite Marie, c’est être là quand ta moitié en exprime le besoin et savoir disparaître, quand elle veut se retrouver avec “elle-même”!!! Pas toujours facile je l’admets, mais hyper efficace en terme de longévité…Une pointe de bisous, un zeste d’engueulade et le tour est joué LOL.
    Des bisous.
    Tony

    Like

  4. Angie

    J’aimerais connaitre ça. Etre avec une personne qui veut me connaitre moi toute entière, pas la seule partie de moi qui l’intéresse. La personne avec qui on peut tomber le masque, totalement et sans honte. Et qui en fait de même.

    Like

      1. Angie

        Parfois je doute de connaitre ça ou même de rencontrer quelqu’un et parfois je me dis que ça va m’arriver bientot, que c’est possible.

        Like

  5. sijosais

    Sujet fort intéressant 🙂 J’aspire a ne plus être si différente d’un environnement à un autre, d’une personne a une autre. Je construis mon avenir professionnel en ce sens. Pour réussir a être moi le plus possible sans porter de masque. Je trouve que le plus dur a quitter est celui que je porte en famille. C’est pourtant l’endroit ou je devrai le plus me sentir en sécurité…

    Like

    1. Je crois que c’est ce à quoi nous devrions tendre Emeline. J’ai le même problème en famille, même si doucement je m’affranchis de pas mal de limites que je me suis imposée pour ne pas déranger.
      Merci pour ton partage.

      Like

  6. Mon problème, c’est que souvent, je ne porte pas trop de masques… chose qui a tendance à m’handicaper. J’ai déjà eu plein de mauvaises surprises à cause de cela mais je n’y arrive pas…

    Like

  7. lacapacitedemerveillement

    En gagnant en âge, je ne suis plus si différente de ce que je suis au travail, famille etc.. Je gagne en authenticité. J’ai eu la même trajectoire que toi avec ma famille : rebellion puis faire semblant de rentrer dans le moule. Même si c’est apaisant au niveau relationnel, cela n’empêche qu’ils n’en pensaient pas moins. Alors, j’ai décidé d’être moi-même, et ne réponds plus aux critiques. Elles se sont taries. Je n’ai plus l’impression de porter de masques où que ce soit.

    Like

    1. Je tombe doucement le masque aussi en famille. Je le portais parce que je me cherchais énormément je crois. Aujourd’hui je me dis de plus en plus que je n’ai de comptes à rendre à personne. Le tout est d’être en phase avec soi-même. Quand on y arrive dans les différents espaces de nos vies, on gagne en sérénité et en liberté. Merci!

      Liked by 1 person

  8. Merci pour ce partage. Tu as tout à fait raison. On a tendance à porter un masque selon les personnes, les contextes, le feeling aussi… en ce qui concerne l’intimité au sens dans une longue relation, je n’ai pas connu pour l’instant mais c’est tres beau dit comme cela. 🙂 Je suis tout à fait d’accord que l’on tombe le masque dans ces cas-là et ça peut faire “peur” aussi. Personnellement, je recommence à m’accepter totalement et ça me fait donc de moins en moins peur, ma carapace se fissure petit à petit.
    Tres bonne soirée à toi,
    Jessica

    Like

    1. S’accepter entièrement est le premier pas Jessica. Oui ça fait peur mais quel enrichissement. On se découvre aussi dans le regard de l’autre et ce regard peut-être bienveillant (on l’oublie parfois).
      Je te remercie pour ton partage et douce fin de journée à toi. A très vite.

      Liked by 1 person

      1. Merci beaucoup. Je prend note… et je compte bien me ré-ouvrir au monde maintenant. J’ai passé des mois dans mon cocon, renfermée…
        Tu as en effet raison, j’ai été éduqué dans la méfiance vis à vis des hommes (je pense). En tout cas, beaucoup de phrases entendues dans mon cadre familial ne m’ont pas vraiment permis de voir l’aspect bienveillant de l’autre. 🙂
        Merci à toi, très belle fin de journée. À très vite !

        Like

        1. J’ai connu la même chose alors je sais combien ça peut être handicapant Jessica. Chaque expérience est différente. Mais surtout je crois qu’il faut arrêter avec cette diabolisation des hommes. Qui est un frein à l’évolution de relations saines et respectueuses.
          Je te souhaite une belle ré-ouverture au monde alors!
          Au plaisir Jessica

          Liked by 1 person

  9. Avec l’âge, je sens que je suis plus “équilibrer” dans mes différentes relation. J’ai passer toute la première partie de ma vie à alterner entre la rebelle, ce qui me valait à chaque fois des retours disons pas forcément agréable, j’avais l’impression de dire tout haut ce que tout le monde pensait tout bas et de m’en prendre plein la gueule, et l’effacée, celle qui ne disait rien pour éviter l’esclandre. Puis j’ai lâcher la rébellion chroniques qui, je pense était trop souvent alimentée par mes peurs pour une plus grande écoute et pour prendre de la distance avant de réagir. En vrac, j’ai aussi souvent joué le rôle de la victime pour que l’on s’occupe de moi, là encore j’ai pris de la distance. Aujourd’hui, il m’arrive souvent de joué au contraire la joyeuse déconeuse, ça fait du bien même si je ne me sens pas forcément très bien. Hier, pas exemple, à ma chorale, je n’étais pas bien, je l’ai dit assez tranquillement et j’ai eu le droit à 3 massages qui ont finit par me faire pleurer et j’étais assez contente de me sentir proche de moi sans en faire un fromage… Ca c’est assez nouveau…bisous Marie

    Like

    1. C’est en se cherchant qu’on se trouve Kathou.
      Dire quand ça ne va pas fort je trouve que c’est essentiel et beau aussi. Comme si on lâchait la barre et on acceptait ses émotions. Bravo!
      Grosses bises et merci

      Like

  10. Tu mets des mots sur ce que je pense et ressens. J’ai longtemps joué le rôle de l’épouse parfaite et j’ai bien dit « joué ». Je devais. C’était à une autre époque finie. Mais elle a contribué à ce que je suis aujourd’hui et ce que je ne veux plus. Mes textes sont le reflet de la vie actuelle que je vis. Sans filtre. Sans voile. Moi-même. Quant à l’aspect « intimité », je découvre avec joie et plaisir un homme qui me veut et m’accepte comme je suis. Avec mes courbes ainsi que le corps d’une femme ayant enfanté trois fois. Je ne suis pas pire quand même. Mais j’ai déjà eu un prob avec mon acceptation de mon corps et ça a laissé un impact sur l’intimité. Avec cet homme qui m’aime et me voit comme un tout, c’est une autre histoire. Je me redécouvre dans ses yeux. J’ai laissé tomber mes gardes. Et je me laisse aller.
    Une anecdote pour dire à quel point je suis moi-même, je soupais chez lui avec ses deux jeunes adultes qui sont partis après le souper avec leurs amis. Il a un spa dans sa cour arrière donc il m’a dit qu’il avait oublié de me dire d’apporter mon maillot de bain pour en profiter. J’aurais jamais penser dire ça un jour mais j’ai simplement dit, on peut en profiter…nus. Une soirée ds le spa (nus) sous un ciel étoilé. Magique et libérateur. Oui à ce point il me met en confiance d’être moi-même. Sans masque et sans prétention. Ouff et j’en parle en plus lolll. Bisous Marie. Un excellent texte comme toujours.

    Like

    1. C’est très bien Dina. Quand on a “joué” un rôle et qu’on a dit stop un jour, je crois qu’on attend ça justement une personne qui nous regardera telles que nous sommes et nous acceptera ainsi.
      Je sus heureuse pour toi ma belle. Prends soin de toi, de vous.

      Liked by 1 person

  11. J’ai tombe le masque, me suis cassee la figure. Je me cherche encore, et étant seule, pas facile pour obtenir soutien, confort, réconfort. Alors j’avance, avec masques ou pas en fonction des gens que je rencontre.
    Bizz Marie

    Like

  12. Merci, ça commence dès ce soir avec un cours de danse thérapie. J’ose croire que cela m’aidera à mieux ressentir mon corps, déjà.
    Je suis tout à fait d’accord. J’entends tellement de phrases comme “ça c’est typique d’un homme” et je me dis que non, tous les hommes sont différents… alors merci beaucoup. 😉
    Tres bonne fin de soirée !
    Jessica

    Liked by 1 person

  13. Pingback: Etre humain(e) – La vie d'Angie

  14. C’est important que nous puissions être nous même en couple mais il ne faut pas négliger le fait qu’en société nous sommes capable de nous retenir, de nous comporter alors pourquoi ne pas l’être aussi en couple. On dit souvent que nous nous permettons plus de chose avec une personne qui est proche de nous. Cependant je ne trouve pas cela juste. Cette même personne devrait aussi avoir ces avantages et ce respect! Je dis n’importe quoi ?

    Like

    1. En effet être nous-mêmes ne veut pas dire nous permettre des choses avec un proche que l’on ne se permettrait pas avec quelqu’un d’autre. Le respect reste la clé de tout Leti. C’est la valeur qui doit primer dans toute relation.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.