Insoumise

Les mots glissent, se parlent entre eux. Ils touchent, se touchent. Ils s’entrechoquent, choquent puis s’évanouissent.

Tant qu’ils ne sont pas posés, ils continuent leur manège, ils cognent contre mes tempes, ils s’immiscent dans mes cauchemars, ils jouent avec  mes absences, mon silence. Ils se muent en doutes, en incertitude. Le reste du monde se demande bien pourquoi ça tourne sans cesse à l’intérieur. Les mots attendent leur heure.

Les mots frappent à la porte. J’aimerais les faire taire mais ils s’obstinent. Alors peut-être que je dois les laisser sortir. C’est cela aussi écrire : lever le voile, accoucher de soi-même.

Les mots ont tissé au fil des conversations, des lectures un malaise qui grandit. Puisque les autres semblent adhérer à certaines idées, pourquoi moi je m’y refuse ? Pourquoi je me tiens à distance de certains choix qui semblent naturels pour d’autres, aberrants, insensés pour moi ? Pourquoi ce mot “soumission” me glace le sang ?

Au début c’était intriguant, troublant. Puis angoissant. Le mot est devenu une muraille, une forteresse. Le mot s’est mué en une longue plainte, un cri sourd. L’esprit a fait barrage avant que le corps ne prenne le relais. C’est devenu physique, terrifiant.

Comment ?

Comment adhérer ?

D’autres mots se sont greffés. Des mots qui ne parlent pas la même langue. Quel respect ? Quelle confiance ? Et l’amour dans tout ça ?

Quand les mots se sentent limités, le pire reste à venir. Les images ont pris la place des mots et les souvenirs ont refait surface. Les blessures se sont ouvertes sur un dégoût dense. La peur palpable a pris d’assaut mes sens.

Rien ne pouvait venir à bout du traumatisme. Pas même toutes les discussions du monde. Pas même tous les mots du monde, pas même la délicatesse, pas même l’attention, l’échange, l’écoute. Pas même les sentiments.Plus les mots se pressaient, plus je perdais pied. Rendre des comptes. Recevoir des ordres. Demander pour. Baisser les yeux. Cela revenait à se perdre dans les méandres d’un passé qui a laissé des traces. Quand est-ce que c’est tacite ? Quand est-ce que c’est forcé ? Quand est-ce que c’est pour soi? Quand est-ce que c’est pour l’autre?

Non, décidément je ne peux pas y associer les mots respect et confiance. Encore moins amour. C’est plus fort que moi. C’est viscéral. Je ne peux pas y adhérer.

Doucement les mots qui me font mal font silence. Ils perdent en intensité. Ils acceptent mon choix. Chacun le sien.

PS – je tiens à conclure cet article en précisant que je ne porte aucun jugement et respecte le choix de chacun/chacune.

Advertisements

28 thoughts on “Insoumise

  1. Angie April 9, 2018 / 11:46 am

    Je pense que ça vient de ton vécu Marie et c’est normal. Et on n’a pas tous à pratiquer ce genre de choses, il en faut pour tous. Ca fait peur au début, mais il ne faut pas confondre soumission et esclavage voire possession. Si c’est forcé, ça ne va pas, voilà la limite à ne jamais franchir 😉

    Liked by 1 person

    • Sweet-Things April 9, 2018 / 12:05 pm

      Il en faut en effet pour tous les goûts

      Liked by 1 person

    • Latmospherique April 9, 2018 / 12:45 pm

      Merci Angie. Je pense en effet qu’il en faut pour tous les goûts. Chacun ses choix. Et heureusement d’ailleurs!
      Il est clair que j’associe tous ces mots (mais comme tu le dis ça découle de mon vécu). J’ai juste mis du temps à me l’avouer.

      Liked by 1 person

  2. Sweet-Things April 9, 2018 / 11:59 am

    Chacun à ses sujets tabou 😉
    Je ne pense pas que tu changeras d’avis sur le sujet😁
    Je vais prendre unauvais exemple…..
    Tu dis parfois non à ton enfants lorsqu’il veut prendre des friandises, parce que tu penses que ce n’est pas le bon moment… Et pourtant tu l’aimes, tu le respectes 😉

    Liked by 1 person

    • Latmospherique April 9, 2018 / 12:49 pm

      Il est clair que je ne changerais pas d’avis sur le sujet. J’ai juste mis un peu de temps à intégrer que j’avais le choix.
      L’exemple est en effet mal choisi! Un enfant on l’éduque…
      Enfin après chacun sa vision des choses…

      Like

  3. lacapacitedemerveillement April 9, 2018 / 12:09 pm

    Venir à bout (je préfère guérir) d’un traumatisme, ce n’est pas y mettre des mots, car les mots justifient l’injustifiable et surtout ce qui n’est plus. Tant que je justifiais mes fragilités et faiblesses par des événements difficiles du passé, je n’y trouvais aucun repos et surtout aucune réponse. Le passé est une leçon à apprendre que l’on fut victime ou bourreau. Car oui, même les bourreaux peuvent y puiser un changement. Je pense donc que cette incapacité d’y mettre des mots n’est pas qu’une blessure encore ouverte, mais bien ta compréhension intrinsèque à ce que cela induit : faire revivre inutilement ce qui n’est plus. Quand on comprend ce que certains gestes et mots induisent, on ne le voit plus de la même manière, il s’agit là encore plus de maturité que de fragilité. Par exemple, je viens de voir une vidéo d’un petit garçon pêcheur qui a peur d’un poisson au bout d’un hameçon. Tout le monde a ri sauf moi car j’y vois un petit être vivant arraché dans sa chair et suffocant. On a tous notre propre perception du réel. La soumission sexuelle est un jeu pour certains mais ne fait pas rire d’autres qui l’ont subi sans consentement. Bref, dis toi que ce qui t’arrive n’est pas une fragilité à cause de cet événement mais bien une leçon acquise, une meilleure compréhension de la relation conjugale mortifère (que nombre de femmes connaissent malheureusement) et qu’il est sain de ne pas y mettre de mots aussi. Nous n’avons pas le devoir de témoignage à chaque fois. J’ai aussi vécu une relation similaire, en parler ne m’intéresse plus et crois moi j’ai morflé. Parce que je sais que ceux qui sont pris dans ces tourmentes doivent faire leur chemin seul. Comme mon fils qui découvre ces jeux, il en est au début de son chemin, et j’accepte qu’il sera abrupt pour lui. C’est par amour que je l’y laisse. Ne t’inquiète pas, tu as le droit de guérir avec toutes les étapes (colère etc..) Ton intelligence de coeur fera qu’un jour, tu pourras en parler car plus détachée, j’en suis convaincue 🙂 Bonne journée 🙂

    Like

    • Latmospherique April 9, 2018 / 12:57 pm

      “La soumission sexuelle est un jeu pour certains mais ne fait pas rire d’autres qui l’ont subi sans consentement”.
      Tout est résumé dans ces quelques lignes.
      Merci pour tes mots remplis de sagesse. Ils sont apaisants, ressourçants.

      Liked by 1 person

      • lacapacitedemerveillement April 9, 2018 / 12:59 pm

        Pour infos, j’ai mis 4, 5 ans après la fin d’une relation qui dura autant à m’apaiser d’avoir été la soumise d’un homme abusif. Aujourd’hui, je suis réparée. Je suis persuadée que tu y arriveras, courage…

        Liked by 1 person

  4. lacapacitedemerveillement April 9, 2018 / 12:14 pm

    Et puis, je crois sincèrement au regard de ce que tu racontes ici, que le chemin à parcourir ici est l’estime de soi. L’estime de soi est aussi d’accepter d’avoir passé des années en la bafouant. Ces années étaient utiles et non perdues, t’aident à devenir meilleures et non bourrée de remords, de culpabilité et de colère. Le passé est, t’aide à savoir ce que tu veux dorénavant. Pardonne lui et à toi surtout. Forte de ce que tu ne veux plus, le présent sera merveilleux 🙂

    Like

    • Latmospherique April 9, 2018 / 12:52 pm

      L’estime de soi, oui. J’y travaille. J’ai beaucoup gagné de ces années en effet. Certaines blessures ressurgissent quand certains sujets sont évoqués. C’est plus physique que mental. J’ai besoin de m’isoler, de faire le vide, de reprendre mon souffle dans ces cas là. Cinq ans c’est encore frais…

      Like

      • lacapacitedemerveillement April 9, 2018 / 1:01 pm

        L’isolement est important, j’ai avancé à pas de géants une fois mon fils grandi. Car tant qu’on s’inquiète et qu’on veut bien faire affectivement, on reste tributaire de cela et on est fragilisé. Tu y arriveras 🙂

        Like

  5. Untraceable37 April 9, 2018 / 1:13 pm

    “Se soumettre ou se démettre.”
    Léon Gambetta
    -Bravo ma petite Marie, tu as su faire un choix que je soutiens sans contestations ! (te battre)
    Des bisous ma belle.
    Ton ami Tony

    Like

  6. Petitgris April 9, 2018 / 1:59 pm

    Je te comprends Marie 🙂 Prisonnière d’une situation familiale à la mentalité d’un autre temps j’ai dû rester soumise 15 longues années durant. Lorsque j’ai secoué mes chaînes tout le monde a joué la comédie de la surprise . Il est des cas où notre salut vient grâce à l’égoïsme ! Je ne regrette rien si ce n’est de ne pas avoir osé avant ! Grosses bises Marie

    Like

    • Latmospherique April 9, 2018 / 2:17 pm

      Je pense que la soumission ne peut pas être comprise par tout le monde de la même façon. Quand elle est lié à la souffrance et à l’emprise, on se dit “plus jamais” quelques soient les critères retenus.
      Tu as fait le pas, c’est l’essentiel Paulette. Grosses bises

      Like

  7. escarpinsetmarmelade April 9, 2018 / 3:10 pm

    Les mots te semblent insuffisants, pourtant, tu les manies magnifiquement bien, et on ressent toute ta douleur et ta volonté à travers eux. Je dirais qu’ils sont un bel espace de travail en tout cas et que tu les sers à merveille!

    Like

    • Latmospherique April 9, 2018 / 4:39 pm

      Merci ma belle. En effet ils m’aident à dénouer le “vrai” du “faux”, à savoir ce que je peux me permettre, et les limites qui restent importantes pour moi. Même si tout peut évoluer.

      Like

  8. ornellastro April 9, 2018 / 4:18 pm

    C’est aussi confus et bordélique qu’une émotion toute chaude. J’aime beaucoup.

    Like

    • Latmospherique April 9, 2018 / 4:38 pm

      Merci Ornella! Tu m’as fait rire. C’est assez bordélique en effet…

      Like

  9. Sweet-Things April 9, 2018 / 4:30 pm

    En fait, et en lisant les commentaires, j’ai l’impression qu’il y a en fait un detail qui fait toute la différence….
    La soumission subie vs la soumission partagée

    Est ce bien un détail en fait….

    Liked by 1 person

    • Latmospherique April 9, 2018 / 4:37 pm

      Je pense que les personnes qui ont subi la soumission ne peuvent pas imaginer, envisager qu’elle puisse être partagée et acceptée, ni en quoi cela peut être quelque chose de positif et de bon. Peut-être que les personnes qui voient cela comme un moyen de se “connaître” davantage , un “jeu” n’ont jamais subi cette forme d’emprise…
      Tout est affaire d’expérience je pense.

      Liked by 2 people

  10. Lampy April 9, 2018 / 7:28 pm

    Nos expériences nous interdisent ce genre de choses je crois quelque part.

    Like

  11. elle a 40 ans April 10, 2018 / 3:46 am

    Pour moi être insoumise c’est n’être soumise qu’a moi-même. Avoir le choix, dire où écrire ce que l’on veut. Bravo Marie.

    Like

    • Latmospherique April 11, 2018 / 9:29 am

      “Avoir le choix, dire où écrire ce que l’on veut” Ca me plait Stéphanie!
      Bonne journée

      Liked by 1 person

  12. zenopia April 10, 2018 / 9:02 am

    Tout a déjà été tellement dit dans les com… (j’ai envie de dire à Sweet, que, si, il y a des lecteurs qui lisent aussi les coms… je ne sais pas s’il lira celui-ci mais je rebondis sur un des siens ^^). Perso, je pense que c’est une question de vécu et puis aussi de choix. Je fais une différence entre la soumission psychologique et la soumission du corps. Voulue et acceptée ou imposée. Tout est une question de mesure, semble-t-il. Toujours est-il que, en ce qui me concerne (ceci n’est donc pas un jugement de valeurs), j’associe soumission et avilissement. (Pardon, je ne le fais pas exprès ^^ et je suis certaine qu’on me trouvera plein d’arguments m’expliquant que non… je sais, je les ai déjà entendu… c’est juste que c’est un truc viscéral en moi… je n’arrive pas à le voir autrement pour moi… les autres faisant bien ce qu’ils veulent)…
    Gros bisous Marie ❤

    Liked by 1 person

    • Latmospherique April 10, 2018 / 10:23 am

      Je crois que l’essentiel est le choix en effet Cécile – c’est ce qui fait la différence. Mais au regard des commentaires laissés, j’ai l’impression que les personnes qui ont subi la soumission (psychologique et/ou physique) ont une vision différente de ceux qui en font un “jeu” ou un “moyen” pour se libérer, se connaître davantage.
      Comme quoi oui tout dépend des expériences de la vie. J’associe ces deux mots aussi dont je te comprends parfaitement.
      Merci ma belle.

      Like

  13. missfujii April 10, 2018 / 8:48 pm

    Un refus qui s’étayent sur des souvenirs certes douloureux, mais qui présentent cependant une résonance utile, permettant de décider de mettre un terme à toute répétition masochiste….

    Like

    • Latmospherique April 12, 2018 / 5:32 pm

      Tout à fait Sabine. Je sais ce que je ne veux plus.
      En apprenant à me respecter, je suis en relation avec une personne qui me respecte et respecte mes choix. C’est tellement différent que ce que j’ai connu que parfois je me demande si c’est bien vrai!

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.