Posted in Carnets de route

Cette pression (inutile) que je m’impose

Ce matin, avant le réveil de Loulou, je me félicitais d’avoir assez bien géré mes émotions depuis quelques semaines. Ne jamais crier victoire trop vite!

Ce matin, tout est parti en vrille, moi la première. Je suis montée dans les aigus (pour un rien, une histoire de SMS et de pantalon qui ne plaisait pas), Loulou a suivi. Envolées toutes les belles théories. Dans ces cas-là, s’isoler est recommandé, dans  40m2 c’est compliqué. Sur le moment, il y a une petite voix qui me dit de me calmer (la voix de la raison). Je ne l’écoute pas, je continue dans mon délire.

Au final, un câlin a apaisé les esprits, séché les larmes. Mais pas réglé le problème.  Et sur le chemin du travail, je me suis quand même posé la question. Rien de telle qu’une petite balade à l’air libre pour mettre ses idées au clair

Qu’est-ce qui déclenche ses moments de ras le bol, de colère, d’impuissance, dans lesquels j’ai le besoin irrésistible de crier, de sortir tout ce que j’ai sur le cœur ?  Généralement, je précise toujours à Loulou que ce n’est pas contre lui, que maman a juste trop de choses à gérer et que parfois à l’intérieur de sa tête tout ne se connecte pas normalement. Quand j’entends les gens dire « sois sage avec maman pour qu’elle ne se mette pas en colère ou qu’est-ce que tu as fait pour que maman crie comme ça ? », ça me reste en travers de la gorge. Ce n’est quand même pas à l’enfant de s’adapter à l’adulte, c’est plutôt à l’adulte d’arriver à gérer ses émotions, se maîtriser dans des situations « délicates » – chose que je n’arrive bien entendu pas toujours à faire. Pourquoi ?

Parce que je me mets énormément de pression. De pression par rapport à quoi / qui, vous allez me dire ?

Par rapport au regard des autres. C’est l’éternel recommencement. Et pour moi l’éternelle recherche d’équilibre entre affirmation de soi et lâcher prise.

En effet, chaque jour (sauf le weekend) il y a un de mes parents chez moi pour garder Loulou en rentrant de l’école. C’est une chance pour lui comme pour moi. Le problème et il vient de moi, je le sais depuis longtemps et je me cogne dedans à toutes les occasions , c’est leur regard (qui selon eux est dénué de tout jugement – juste pour vous dire que le problème vient bien de moi) sur ma gestion quotidienne de ma maison (et de ma vie de manière générale). Les matins où on court, je pourrais laisser la table du petit déjeuner en place, juste mettre les assiettes et tasses à tremper, laisser les Lego sur le canapé, en me disant « on gérera ce soir ». Toutefois chaque jour, même les jours de course, je mets un point d’honneur à ce que ma maison soit nickel (cette notion est très relative en fonction des personnes), que tout soit rangé, les tasses lavées, la table nette, les jouets à leur place…

Qu’est-ce que ça changerait si je laissais tout en plan ?

Le soir, à mon retour, tout serait en ordre. L’un ou l’autre aurait débarrassé la table, nettoyé les bols, fait le repassage, nettoyé l’évier, passé le balais…Cela part d’un bon sentiment, mais à tous les coups vous pouvez être sûrs que ça me touche à un endroit bien précis, ça m’agace parfois, j’ai l’impression de ne pas être à la hauteur.

A la hauteur de quoi ?

Quand je vous disais que je me pose beaucoup de questions, je ne blaguais pas ! Celles-ci me permettent d’avancer, c’est toujours intéressant.

On est bien d’accord que la hauteur c’est une question assez personnelle. Chacun sa manière de gérer sa vie, son travail, ses priorités, sa maison, ses relations, à partir du moment où cela se fait dans le respect. Ce qui est essentiel pour les uns ne le sera pas pour les autres. Pour ma part, ce qui est essentiel, c’est que je sois bien dans ma vie et que Loulou soit bien dans la sienne. Le matériel, c’est secondaire. Quant à la façon dont je gère l’entretien de mon appartement, j’ai envie de dire que j’apprécie que ce soit propre mais tu ne me verras jamais tous les soirs de la semaine avec mon balai et mon chiffon, ou ma table à repasser sortie (il parait que c’est meilleur pour la planète de toute façon !)

Donc, il est clair que je me mets une pression inutile qui me pèse, m’empêche de m’épanouir pleinement, met à mal ma vie de maman et me demande sans cesse de rentrer dans des cases qui ne me conviennent pas (et si toi aussi tu as déjà essayé de faire rentrer un rond dans un carré, tu sais que c’est peine perdue. Et si jamais tu y arrives, c’est que ton rond n’en est plus un depuis longtemps).

Comment sortir de ce schéma ?

C’est ce sur quoi je travaille depuis…

Depuis belle lurette ! Je ne désespère pas d’y arriver un jour.

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

33 thoughts on “Cette pression (inutile) que je m’impose

  1. Oh Marie, si tu savais…LOL
    Trêve de plaisanteries, je suis comme toi parfois, crois-moi on s’en rend pas compte mais, on corrige le tir bien mieux que l’on ne le pense !!!
    Tu es une maman nickel, sauf que toi tu oses en parler ouvertement et c’est très bien comme ça.
    Des bisous
    Tony

    Like

      1. Oui tu as raison, il arrive un temps ou notre timidité maladive doit laisser place au libre arbitre !!!
        Bon WE ma petite Marie.
        Tony

        Like

  2. Je rangeais, tout etait a sa place, puis est venu Muppet, puis Big et alors la… mes amis ne me reconnaissaient plus ou presque. Le “bazar”, la routine a ete efface, revenait, un peu ou ps du tout, tout etait a sa place, range, etc. ou parfois rien du tout et…. incroyable mais j’arrivais quand meme a vivre et respirer LOL mais c’est d nature de contrôler, de diriger sa vie. On peut lâcher prise mais avec un peu de retenu si je puis dire
    Tentons de lâcher prise et disons nous: respirons un peu, sortons respirer l’air a grands poumons et comme dit maman; on arrivera tous en meme temps au 31 decembre….. 😉
    Bizz Marie. You’re doing great!

    Like

    1. Je me répète mais ta maman est pleine de sagesse!
      Je crois qu’il faut apprendre à lâcher prise, souffler oui, ne pas se mettre trop de pression pour être comme ci et comme ça, s’écouter. Après tout chacun ses priorités!
      Grosses bises Carrie

      Liked by 1 person

  3. Oui c’est “crise” là m’arrive régulièrement à moi aussi malheureusement… Le pire c’est que je me vois faire ! Je sens bien comme ma colère est décorrèlée de ce que je vis et n’a rien a voir avec mon loulou… mais je persiste et signe 😦 Et après tout quoi toi, je m’explique et les câlins sont de rigueur. Je me rassure en me disant que c’est juste ça être humain 😉 Bisous Marie

    Like

    1. On se voit faire, on est conscient que ça ne sert à rien et que ça ne fait pas avancer les choses mais on continue…
      Tu as raison c’est être humain Emeline.
      Toutefois je préférerais utiliser “ma colère” pour des choses qui en valent la peine…Ce serait plus productif.
      Grosses bises

      Like

    1. Cette pression ambiante n’est que de la pression, cela n’a rien avoir avec nous. Il n’y a pas de règles. Je pense que nous ne sommes pas responsables de ce que pensent les autres mais responsables de la manière dont nous réagissons face à tout ça.

      Like

      1. C’est certain. Mais si moins de pression était mis sur les femmes à qui on demande d’être “parfaite”, elles se sentiraient moins obligées de répondre à cette attente

        Like

  4. çà doit être très compliqué en effet. Malgré mes belles volontés et paroles, j’ai mis la pression à mon fils aussi. Dire qu’il avait envie de “vivre comme un vagabond” ne rentrait pas dans les cordes… Alors que moi, je vis avec 1000 euros, bardée de diplômes et d’expériences ! C’est l’hôpital qui se fout de la charité ! Je n’aurais pas de “clés en mains” à te dévoiler, car la vérité, je l’ai acquise au fil des années, et surtout lorsque confrontée à moi-même. Il m’a fallu 20 ans pour me dédouaner du regard parental, pas à pas. Courage, gravis problème par problème. Analyse le pourquoi à chaque fois, prends du recul sur ce pourquoi et souris à ce problème. J’ai embêté mon fils pour ses sarouels. C’était idiot. Bref, je dois y aller, courage… Autre conseil : ne culpabilise pas mais focalise sur : “ce que je ne ferais plus si cela se reproduit”, car ce qui est fait est fait, l’essentiel est le défi de changer ses schémas 🙂

    Like

    1. De sages conseils. Pour nos enfants, nous faisons de notre mieux.
      L’important est en effet de prendre les choses une à une, puis de voir comment renverser la vapeur. Merci beaucoup

      Like

  5. J’ai eu cette attitude aussi. Figure-toi que bien sûr ce n’était pas pour mes parents que je rangeais et astiquais la maison mais , je te le donne en mille, pour ma femme de ménage ! Je mettais un point d’honneur à me lever plus tôt afin qu’elle n’ait pas l’impression de travailler chez une souillon. Résultat ? Elle faisait de la tapisserie pendant ses heures de travail 😀 Grosses bises Marie

    Like

  6. Tu y arriveras ! J’en suis certaine ! Je le sais parce que je me mets une pression de dingue et que, tout doucement, je commence à entrevoir le fait de lâcher prise. Je me suis rendue compte du fond du pourquoi de cette culpabilité (avec ma thérapeute) et je commence à réagir différemment. La route est encore longue mais je sais que ça ira mieux…
    Bisous Marie ❤

    Like

    1. La prise de conscience aide à mettre en place de nouvelles façons d’être, de réagir. C’est tout un travail. Libérateur au final.
      Grosses bises Cécile et mille merci

      Like

  7. Je suis certaine aussi que tu y arriveras Marie. Et si il n’ y avait pas tes parents à la maison, tu laisserais les logos et la table en place ? Moi aussi je me mets une pression terrible surtout par rapport à mon fils et j’essaie aussi de lâcher…Je me demande si il existe des femmes qui ne se mettent pas la pression…Mais on va y arriver ! bisous

    Liked by 1 person

  8. Depuis des années, je pratique des cours ou l’on apprends à se contrôler par la respiration en profondeur, et malgré les années, j’apprends encore et encore de nouvelles techniques. C’est quelque choses que j’utilise partout. Tu ne peux pas imaginer le bien que ça fait. c’est clair que ça ne s’acquière pas en 5 minutes. D’ailleurs quand la pression est trop fort ne dit-on pas laissez moi respirer…

    Like

    1. La respiration tout passe par là. On se dit toujours avec Loulou que dès qu’on sent la colère monter on devrait s’asseoir puis respirer. On est en apprentissage!!

      Like

  9. tu y arriveras marie… j’ai connu cela avec le temps je me dis que j’avais choisi a solution de facilité ou plutôt celle de l’amour des enfants pour leurs grands parents et de mes parents je l’ai payé très cher et je le paye encore… Si c’était à refaire ils n’entreraient plus dans mon intimité pas à ce point mais on fait toujours ce qu’on peux. BISOUS ET COURAGE TOI AU MOINS TU EN PARLES

    Like

    1. Oui on fait ce qu’on peut Catherine. Je tente de garder mon intimité sous scellé. Et de ne pas tout partager. Après mes parents le respectent.
      Bisous et merci

      Like

  10. Je suis certaine que tu vas y arriver Marie! Le fait d’en prendre conscience est déjà un grand pas je trouve, le reste n’est que travail sur soi (et quel travail). Mais je suis sûre qu’avec de la patience, tout arrive ❤

    Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.