Les ressorts de l’emprise (et pourquoi c’est si difficile à expliquer)

J’ai souvent écris sur l’emprise. C’est un sujet d’actualité. Mais c’est surtout une étape de ma construction.

Pourtant parler d’emprise est très difficile. Parce que les ressorts de l’emprise sont très pervers et que la personne qui tire les ficelles de cet engin machiavélique va arriver à ses fins, en vous faisant croire que tout ce que vous avez consenti à faire vient de vous.

La personne est blanche comme neige dans l’affaire. Les rôles sont échangés. Le bourreau devient victime et la victime devient bourreau.

Le principal problème de l’emprise, c’est que vous ne vous rendez compte de rien.  Souvent le dialogue dans la relation est inexistant, l’échange une perte de temps puisque une seule parole prime, celle de l’autre – il ne cherchera jamais vraiment à savoir ce que vous pensez sur telle ou telle question, qui vous êtes non plus. Ça ne l’intéresse pas, ce qui l’intéresse c’est la faille qu’il a perçu en vous et dans laquelle il va se faufiler pour diriger votre vie. Jusqu’à ce que vous vous retrouviez au pied du mur, pieds et mains liés.

Le manipulateur ne vous “aime” pas tel que vous êtes, il vous “aime” tel que vous allez devenir. Tout est prêt dans son plan pour que vous rentriez dans SES cases, pour que vous vous abaissiez à SES volontés. Pas de polémique, il sait, il a raison. L’emprise fait que vous y adhérez, sans trop vous poser de questions. Après tout, c’est pour votre bien. Il le dit. Vous le croyez. La seule chose que vous avez à faire c’est de le vénérer comme un Dieu et vous soumettre. Si vous restez dans le droit chemin, tout ira bien. Si vous déviez, vous le faites à vos risques et périls.

Au début vous prendrez plaisir à jouer avec le feu, vous aurez l’impression que vous aussi vous pouvez le manipuler. Grave erreur. A ce jeu il a des longueurs d’avance sur vous. Vous vous brûlerez les ailes à coup sûr.

Il faudra parfois un engagement, un enfant, un appartement, des dons d’argent, un changement de pays, de religion, un régime draconien, un nouveau style vestimentaire, une démission (et j’en passe).

Avant que les gens ne vous demandent si tout va bien, pourquoi ces changements saugrenus et qui ne semblent pas du tout vous correspondre. A ce moment-là, il y a de fortes chances pour que vous vous refermiez sur vous-mêmes en vous disant que les gens n’y comprennent vraiment rien. Au lieu d’être heureux pour vous, ils vous accusent presque de changer. Vous prendrez vos distances. Et l’emprise redoublera. Tous vos choix seront dictés par un instinct de survie. Mais vous l’ignorez encore à ce stade.

S’ensuivra une jalousie excessive, la violence, les humiliations, le harcèlement, un / des actes sexuels forcés, des menaces. Privés du recul nécessaire vous abdiquerez. La paix. Avoir la paix, voilà ce qui primera. Tous vos faits et gestes seront calculés pour ne pas « brusquer » l’autre. Toute atteinte aux règles fixées, par l’autre, sera assortie d’une sanction. Vous vous retrouverez comme un gosse pris en faute pour une vulgaire bêtise et il vous faudra presque ramper jusqu’à l’autre pour implorer son pardon. Qu’il ne daignera vous accorder qu’à certaines conditions, établies par lui bien entendu. Vous serez prêt à tout pour que l’autre vous regarde, vous parle. Vous deviendrez ce qu’il attend de vous depuis le début. Et vous serez convaincu qu’il ne fait ça que pour votre bien. Encore une fois. Pire, que c’est vous qui êtes fou à lier quand il vous fait une énième crise de jalousie, vous bouscule dans le couloir, vous intime l’ordre d’aller changer de tenue, vous avez l’air d’une pute, jette votre repas à la poubelle. Ne vous en faites pas, il sera le premier à vous le dire. Vous n’êtes rien. Avec lui. Ou sans lui d’ailleurs.

Il s’en sortira presque avec les félicitations du Jury. Et vous, le cerveau complètement retourné, votre estime de vous-mêmes réduite à néant, votre corps couvert de cicatrices visibles et invisibles. Vous ne serez plus que l’ombre de vous-mêmes.

Et tout le monde se demandera comment vous avez pu adhérer à CA.

Vous vous demanderez comment vous avez pu adhérer à CA.

Et puis vous vous souviendrez de l’araignée qui tisse sa toile, de cette impression omniprésente de ne pas pouvoir respirer, de patauger dans des sables mouvants, d’avoir envie de sortir mais de vous cognez dans des portes fermées à double tour. Vous vous souviendrez de la première fois où il vous a dit « si tu m’aimais ». Et vous comprendrez que dans cette relation, les cartes distribuées ne l’étaient pas en votre faveur, les dés étaient pipés d’avance, la chute prévisible.

Il ne devrait jamais y avoir de « si » avant le verbe « aimer ».

Advertisements

18 thoughts on “Les ressorts de l’emprise (et pourquoi c’est si difficile à expliquer)

  1. J’aime bien quand tu parles de toile d’araignée : c’est exactement ce que tisse le manipulateur et toi tu n’es plus que la pauvre mouche qui tente désespérément de t’en sortir ! Bon après midi Marie Grosses bises

    Like

  2. L’emprise pour quelqu’un qui affectionne la liberté, est une prison sans barreaux.
    On crève de l’intérieur !
    Des bisous ma petite Marie.
    Tony

    Like

  3. Article très intéressant une fois de plus et tu l’as très bien expliqué 😉

    Comme tu l’as bien décrit il existe cette forme d’emprise où certains s’oublient et se perdent pour plaire à l’autre, vendant corps et âmes.

    Il existe aussi des personnes pour qui cette emprise est nécessaire et salvatrice, elle leur permet de franchir des caps pour peut-être plus tard, un jour, se libérer totalement.

    Like

  4. Ce que j’écris ne concerne pas tout le monde, je ne fais que rapporter les paroles de plusieurs personnes que j’ai croisées. Ce sont des exemples et cela ne peut en rien être exhaustif 😉
    L’emprise permet de franchir ses propres limites, de les mettre de côté pour l’autre et de réaliser des choses dont on ne se serait pas cru capable.
    L’emprise permet d’obtenir des choses que l’on n’ose pas demander. En fait le manipulateur est celui qui semble sous emprise dans ce cas.

    Je pense qu’il existe d’autres cas que je n’ai pas observé directement

    Like

    • Dans ce cas là, je ne suis pas d’accord avec ces personnes.
      Ou alors elles ne connaissent rien à l’emprise, n’ont jamais vécu une telle relation (couple ou pas). Ou alors elles utilisent les mauvais mots (et les mots ça a du poids).
      Quand on franchit ses propres limites pour l’autre, c’est qu’il y a confiance et respect dans l’équation. Dans l’emprise, ça n’existe pas, parce que l’autre n’existe pas.
      Je ne pense pas qu’un manipulateur ne peut pas être sous emprise . Parce qu’il n’a pas conscience de manipuler l’autre (c’est un mécanisme inconscient). Celui qui manipule en conscience est soit pervers, soit une personne ordinaire qui a juste compris comment arriver à ses fins…

      Merci pour l’explication. Je n’y adhère pas. Mais le sujet est peut être un peu trop sensible pour moi (à plusieurs niveaux) .

      Liked by 1 person

  5. A travers ton article je comprends mieux les mécanismes de l’emprise si pernicieux et dévastateurs que tu décris. Tu as eu beaucoup de courage et de force d’en sortir et le recul pour en parler.

    Liked by 2 people

Comments are closed.