Posted in Variations Littéraires

Le premier “je t’aime”

Crédit – Pixabay

Il explose. Il éclipse le reste, les mots tendres, les promesses.
Il se pose doucement sur les paupières du nouveau-né. Il investit le monde de la mère, du père. En silence. Dans la joie.
Il se dit de vive voix ou dans un murmure.
Il se faufile entre les lèvres, se fraye un chemin au centre des émotions. Il prend toute la place.
Tantôt discret, tantôt explosif, il nait dans le cœur de celui qui le prononce. Il atterrit par surprise, en colis suivi dans le cœur de celui qui le reçoit comme un cadeau à protéger.
Il n’ose pas, se demande si c’est l’heure. Il soupèse le poids de son impact, du contact. Il attend le moment où il pourra se dire sans peur.
Il ébranle les murs de la maison, jaillit tel un océan d’amour que rien ne peut contenir. Il se veut plus fort que tout, tous les démons, tous les fantômes de la nuit.
Il existe avant même d’avoir été prononcé. Il se promène dans l’air, un peu fou, un peu pressé.
Il se veut puissant, impossible à détruire. Il dit juste l’essentiel, rien de plus, rien de moins.
Ou il ne se dit. Il n’ose pas passer la barrière du vide, de l’inconnu. Il se tait.
Il se devine. Il se glisse sur une lettre, sur un début de déclaration.
Puis se livre quand tout s’effondre, il se tisse dans le brouhaha des larmes, des cris. Il se dit quand tout s’éteint, comme une dernière prière.

Ce texte m’a été inspiré par Delphine!

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

21 thoughts on “Le premier “je t’aime”

  1. Parfois il sort malgré soi, malgré toutes les protections et les murs qu’on a monté… Il sort naturellement alors qu’on sourit, qu’on est bien… et il explose. Le coeur se serre, le sourire se crispe. N’est-ce pas trop tôt? En tout cas c’est trop tard…

    Like

  2. Deux mots si importants mais si difficiles à prononcer. Savoir choisir l’instant et surtout ne pas le galvauder ! Le premier que j’ai dit à Junior reste gravé à jamais dans ma mémoire ! Bon lundi Marie Grosses bises

    Like

    1. Tout dépend les personnes j’imagine Paulette.
      Tout comme moi le premier à Loulou restera comme un instant magique, éternellement.
      Merci et bonne fin de journée.

      Like

  3. Parfois, on les retient parce que c’est trop tôt et parfois, on les dit mais ce n’est pas vrai ou pas vraiment. Je n’ai pas vraiment confiance en ces mots (sauf quand ils viennent de mon fils) …

    Like

  4. Oh ma Marie ben dis donc… j’ai lu en pleurant comme une madeleine tellement tes mots me parlaient et en même temps faisaient monter tellement d’émotions (positives comme négatives parce que je ne suis pas forcément bien depuis samedi). J’ai mis tellement de temps à vouloir le dire en sachant que je ne le dis pas facilement, par pudeur et pour que ce ne soit pas un mot banalisé. Je m’étais mise en tête qu’il pourrait y avoir un silence derrière ou un “je n’en suis pas encore là” et tout a explosé en moi quand j’ai entendu que c’était réciproque. Ca valait double quand il m’a dit qu’il ne pensait pas le redire un jour, parce qu’il pensait l’avoir banni, ce fameux mot qu’il “avait pris en grippe”. La peur que les gens le disent trop facilement juste comme ça, par habitude ou jeté comme ça. J’ai expliqué que je ne le disais pas si je ne le pensais pas, que ce soit en amitié ou en amour, c’est un mot à ne pas maltraité à toutes occasions. Je veux que ça reste magique, on n’a pas pu se revoir depuis, je l’ai écrit une fois et j’avais l’impression que tous mes sens se mettaient en éveil. Autant que quand je l’ai lu la 1ère fois. Quand j’ai vu mon prénom à la fin de ton magnifique texte, toutes les vannes se sont ouvertes encore davantage. Il me manque quand on passe trop de temps loin l’un de l’autre, pourtant on n’habite pas loin, mais parfois c’est compliqué à gérer. Quand il me regarde, j’ai l’impression qu’il consume tout de l’intérieur. J’ai les larmes aux yeux en me souvenant de notre 1er baiser, du 1er regard qui en disait plus long, de la 1ère fois qu’il m’a prise contre lui et que j’ai senti sa chaleur (j’avais tellement peur qu’il ne soit pas câlin que cette fois-là où il ne me lâchait plus, comme à chaque fois qu’il vient vers moi, je me suis dit qu’il avait tout ce dont j’avais besoin et envie). Et un jour, j’ai réalisé que l’affection que je lui portais augmentait progressivement au point d’arriver à la conclusion que je pouvais envisager de lui dire ce fameux “je t’aime”. Je ne pensais pas le redire moi-même un jour… et ça me touche à un point… ❤ merci ma Marie pour ces mots et ce mot de la fin. Je vous envoie de gs bisous à toi et mon ptit Arlo

    Liked by 1 person

    1. Je crois que chacun va à son rythme ma jolie Delphine. En amour il n’y a pas de règles ou il ne devrait pas y en avoir. Nous venons tous avec notre bagage, notre passé, une ou deux histoires pas évidentes. Et puis un jour quelqu’un fait tomber toutes ces barrières. Alors on se retrouve nu face à l’autre, à nous-même. C’est compliqué. Mais aussi porteur de vie, d’espérance, d’envies.
      Je te souhaite de la paix, du bonheur, de l’amour à revendre, plein de doux moments à partager. Prends soin de toi ma jolie.
      Je t’embrasse très TRES fort.

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.