Posted in Carnets de route, Emprise et Renaissance

Pendant 4 ans, j’ai simulé…

C’est monnaie courante, beaucoup de femmes en sont réduites à ça, détailler le papier peint de la chambre à coucher pendant que l’autre s’active à la tâche, avec un objectif unique: son plaisir. C’est bien là que la bât blesse. Quand on parle du plaisir de l’autre, il y a ceux que ça indiffère, ceux qui n’y pensent même pas, les égoïstes purs et durs, ceux qui te balancent des histoires à la con de soumission, de religion et plein d’autres…Et puis il y a ceux pour qui ça compte. Heureusement!

Entre nous, tout avait mal commencé. Il ne fallait pas être devin pour imaginer que sexuellement ce serait un fiasco. Pourtant on pouvait espérer. Ça ne fait de mal à personne, encore que!

C’est dans une petite chambre, humide et moche que j’ai pris conscience, non sans m’être forcée à voir le côté positif des choses, que le Nirvana ce n’était pas une partie gagnée. De bon matin, après une soirée où j’avais tenu bon sur mes positions – avec préservatif ou rien – je me suis réveillée seule dans le lit froid aux draps à la propreté douteuse. Il était sorti, pour quoi faire? M’acheter des croissants sûrement. Il avait un corps de rêve et il était délicat. Si ça se trouve c’était un Dieu au lit. Je rêvais déjà. Quand il a passé la porte, le regard pétillant, en tenant à la main une boite de préservatifs, j’ai déchanté. Pas de croissants. J’allais passé à la casserole sans préambule. Sans préliminaire non plus – pourquoi faire long quand on peut faire court!

Au départ, je me disais que c’était peut-être à moi de lui montrer le chemin. Sauf qu’entre lui et moi il y avait tout le vacarme de la religion et son inaptitude à penser à quelqu’un d’autre qu’à lui-même. A chaque fois que nous nous retrouvions dans un lit, j’avais ni plus ni moins l’impression d’être une pute – l’argent en moins sur la table de nuit. Au départ, je mettais un peu d’ardeur à la tâche quand même, histoire de dire qu’on était deux à  vivre l’expérience.

Au fil du temps, j’ai appris. A faire semblant. C’est pas si compliqué, croyez moi. Et ça passe inaperçu puisque l’autre n’en a strictement rien à ciré. J’ai eu le temps en quatre ans d’étudier dans les moindres détails les murs, le plafond, la moquette, le carrelage de la salle de bains, un coin de ciel bleu, la couleur de la pluie, les vitres, les tâches, la peinture qui s’écaille, la qualité du coton des housses de couette, de refaire dans ma tête la décoration de l’appartement, d’établir la liste des courses, les recettes à tester absolument, les cartes à envoyer. Je me suis parfois demandé pourquoi ça prenait tant de temps, alors que certains jours, c’était emballé en moins de deux et qu’il filait sous la douche, avant même que j’ai mis un pied hors du lit. Je me suis souvent parlé à moi-même, me demandant quand il allait me demander de changer de position, si ça allait être mieux ou pire. Entre deux, je le regardais le sourire aux lèvres, histoire de lui faire croire qu’il était le meilleur amant de la terre – je crois qu’il n’a jamais douté. J’ai joué la comédie le matin, le soir, à midi, en pleine nuit, en plein jour, volés tirés, portes closes. J’ai crié, pleuré, espéré surtout que le déclic arrive, que je sente quelque chose, un début de quelque chose. Rien, le calme plat, un vide abyssal. La seule chose que je retiens c’est cette brulure au fond de moi qui n’a fait qu’enfler à mesure du temps qui passe. C’était nul et en plus ça faisait mal. Que du bonheur!

Puis je me suis avouée vaincue. Il fallait se rendre à l’évidence, le sexe avec lui c’était une perte de temps et d’énergie. Je devenais fade, je me dégoutais aussi, j’avais l’impression d’être un corps à disposition. Moi ou une autre, je crois que ça n’aurait pas fait grande différence.

Si au début l’envie l’emportait sur le reste – je me disais que ça viendrait, patience, patience – au bout d’un certain temps l’envie s’est évaporée, je m’offrais à lui dans l’espoir d’un ressenti quelconque qui aurait pu me redonner vie et surtout nous aurait permis de rétablir une communication chaotique, abolir un silence destructeur. Puis vers la fin, je désertais le lit conjugal le plus souvent possible. Sentir son corps contre le mien me donnait la nausée. Je ne pouvais plus voir mon corps offert en pâture à un animal en manque.

Quatre ans sans un vertige, sans une once de plaisir, sans une once de tact aussi, sans même avoir touché du bout des doigts un hypothétique orgasme, aucune sensation agréable. Quatre ans sans partage, sans respect. Quatre ans d’un jeu que j’ai joué jusqu’à l’épuisement, jusqu’à m’avouer que nous n’avions fait que nous croiser. Du sexe pour du sexe, sans émotion. Pour l’épanouissement, tu repasseras!

Alors pour ceux qui se disent que nous aurions dû en discuter, que ça aurait peut-être changer le cours des évènements, et bien je réponds que j’ai essayé, une fois, deux fois. A la troisième tentative, il m’a presque supplié de ne pas lui parler de ça, que ça lui faisait trop mal. Déjà je n’étais plus vierge, il ne fallait pas trop lui en demander!

Et pour ceux qui se demandent comment on reconnait une femme qui simule. Et bien là non plus ce n’est pas compliqué, il suffit juste de la regarder être, vivre, vibrer, de la respecter, de communiquer. Une femme qui simule n’est ni heureuse, ni épanouie. Ou alors ce soir, elle n’avait juste pas envie – ça arrive!

 

Author:

Auteur - Blogueuse et Poète. J'écris comme je respire... Author - Blogger and Poet. Writing is my breath, my voice, my dream...

33 thoughts on “Pendant 4 ans, j’ai simulé…

  1. Super article ! Ton texte me parle Oui moi aussi j’ai simulé Parce que je croyais que lui seul devait prendre son pied Parce que je me disais que c’était moi qui était nul et qui ne savait pas faire… Merci d’en parler si librement

    Liked by 1 person

    1. Merci Emeline.
      Le problème dans ces cas là c’est qu’on prend souvent la responsabilité de l'”échec”. Et que dans certains cas on a encore beaucoup de mal à évoquer le désir / plaisir féminin. C’est pour cette raison aussi que c’est important d’en parler. Surtout que l’amour ça se fait à deux!
      Merci à toi pour ton partage.

      Liked by 1 person

  2. Je dois avouer qu’il m’est aussi arrivé de simuler…
    Une fuite lorsque le dialogue est inutile ou serait trop blessant.

    Sinon c’est un petit peu la hantise de tout homme… Simule t’elle ou pas…..

    Like

    1. En écrivant cet article, je me suis demandée si les hommes pouvaient simuler aussi – j’ai ma réponse!
      Quand il n’y a pas ou plus de dialogue c’est atroce je trouve…
      Quand les deux partenaires se regardent, s’écoutent, sont attentifs l’un à l’autre, je pense qu’il n’y a pas à se poser la question.

      Liked by 1 person

  3. Tu sais que tu as réussi a me faire rire en décortiquant tout ce a quoi tu pensais pendant l’acte…. Tout comme cette phrase: “C’était nul et en plus ça faisait mal. Que du bonheur!” Oh comme je te comprends sur cette reflexion.
    Une fois de plus, sans dialogue(avant, apres) rien n’est possible
    Bizz Marie

    Like

    1. Je l’ai écris un peu au second degré Carrie et je suis même heureuse de t’avoir fait rire!
      On en revient au même, écoute, dialogue, respect, partage. Ça devrait être écrit dans tous les manuels scolaires, sur tous les murs des villes et dans les chambres à coucher!
      Grosses bises ma belle

      Liked by 1 person

  4. Il est touchant ton article sincère drôle et émouvant mais triste. 4 ans surtout au début et les premières fois sont les plus importantes!
    Je me souviens de ma première fois et elle m’a traumatisé sur un point en particulier et aussi un truc de mec avec l’huile de massage tu vois! La loose et pourtant j’avais 16 ans j’étais la dernière de mes copines à y passer! Mais j’aurai dû attendre encore parce que la seconde fois avec un homme qui est doux respectueux tendre et qui aime prendre soin et montrer que ce n’est pas juste le moment du sexe m’a révélé et m’a fait aimer cet acte! Je t’avoue que je n’ai jamais pris partie de simuler au pire je me tais!

    C’est compliqué de parler d’un sujet comme celui là alors bravo Marie

    Like

    1. Merci Amandine, si il t’a fait sourire c’est déjà ça – avec le recul c’est aussi possible pour moi!
      Il y a encore trop de pressions je trouve sur les jeunes filles et l’âge du premier rapport sexuel. Comme si c’était une fin en soi.
      Le respect, la confiance, le dialogue sont autant de points importants et d’atouts pour faire de l’acte d’amour quelque chose de beau et de vivant. Et pas juste un acte de passage, qui parfois s’avère traumatisant, comme ton expérience en témoigne.

      Il y a quelques temps je n’aurais jamais osé en parler. Comme quoi on change, les personnes que l’on rencontre nous accompagne parfois dans la bonne direction.

      Mille merci Amandine.

      Like

  5. Idem! Par contre ben plus long que ça! Ma vengeance était de le lui avouer plus tard….heureusement, j’ai appris plus sur moi avec un homme qui m’a vraiment aimée. Je pensais que c’était moi le prob. J’ai réalisé que j’étais capable de plaisir. Recevoir autant que donner. Ça prend deux personnes qui veulent donner…

    Liked by 1 person

    1. On finit par penser que c’est soi le problème. Jusqu’à ce qu’on rencontre quelqu’un de différent, qui nous regarde, nous aime. Parce que tout part de là quand même!
      L’amour ça prend deux personnes sur la même longueur d’ondes et ouverts au dialogue, au partage, au respect. Ce n’est pas donné à tout le monde Dina.
      Je suis heureuse que tu sois sortie de cette histoire là en tous cas.
      Grosses bises ma belle

      Liked by 1 person

      1. Merci Marie! Je me suis battue pour sortir et j’ai jamais été aussi bien de ma vie. Bcp de positif et peut-être de bonnes nouvelles bientôt😉. Bisous

        Like

  6. J’ai simulé aussi sur la même durée presque…. J’en ai fait des listes dans ma tête, listes de voyages, de courses, de livres à lire, de films à regarde. J’en ai vu des détails…… Bref….

    Liked by 1 person

  7. Très bon article ! Personnellement, rester 4 ans à simuler je ne pourrais pas. Je te trouve courageuse d’avoir tenu si longtemps. Le partage est important dans ces moments intimes. Il faut vibrer grâce au sexe !

    Like

    1. Merci!
      C’était juste un des paramètres. Le reste de l’histoire est un peu plus compliqué. Ce qui explique les 4 ans!
      Je suis d’accord le partage est primordial. Je me rends compte aujourd’hui dans une nouvelle relation.

      Liked by 1 person

  8. Cela m’est arrivé aussi… mon premier amoureux ne m’a jamais fait grimpé aux rideaux. Je pensais que c’était la norme. Heureusement, je me trompais 😀
    Bisous Marie

    Like

  9. Ah bordel quel enfer… Je te plains. J’ai simulé en tout et pour tout deux fois, avec deux très mauvais coups différents. Mais c’est vraiment pas de gaieté de coeur.

    Like

  10. Simuler, ça nous est arrivées à toutes, je pense, pour différents motifs mais être traitée comme un objet, ça ne m’est arrivé qu’une seule fois et j’ai directement mis fin à la relation. C’est la seule fois où j’ai eu l’impression d’être souillée de cette manière. J’ai vécu beaucoup de choses mais j’ai toujours eu une alarme qui m’a avertie quand c’était trop et j’ai, plus ou moins, toujours réussi à l’écouter.

    Like

      1. Non, ce n’est pas évident et ce n’est pas normal de ressentir de la honte parce que c’est lui qui aurait du avoir honte. La faute à notre éducation, je suppose. J’espère que les générations suivantes seront mieux préparées 🙂

        Like

    1. Je ne pourrais plus non plus Leti.
      Cette histoire était un peu compliquée pour me permettre de comprendre les tenants et aboutissants sur le moment.
      Heureusement c’est du passé!

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.