Neuf ans plus tard…

Je viens tout juste de commencer le livre de Cristina – une carte postale du bonheur et forcément ça résonne fortement en moi. Mais aussi quelle idée de le commencer un 13 mars! Jusqu’à ce matin, je n’avais pas fait le rapprochement.

Le 14 mars je m’en souviens facilement c’est l’anniversaire de mon père. Le 14 mars il y a 9 ans, à cette heure ci, mon amie Camille et moi nous préparions à sortir danser. Le 14 mars, avant que les douze coups de minuit sonnent, j’avais rencontré celui qui allait faire vaciller ma vie, que j’allais vouloir sauver, à qui j’allais m’offrir en sacrifice, pour lequel j’allais me battre envers et contre tous. Pour du vent.

En lisant les lignes de Cristina, je me rends compte à quel point je me suis menti à moi-même, dès le départ, dès les premières heures, dès le début de cette relation biaisée, basée sur des émotions erronées. Les dés n’étaient pas seulement pipés, je n’étais pas heureuse. J’ai essayé de l’être, j’ai réussi à me prouver que je l’étais. C’est peut-être ça le pire, les mensonges dans lesquels nous berçons nos propres illusions. J’ai rêvé mon bonheur. Je l’ai rêvé lui aussi. Je l’ai vu différent de ce qu’il était – il ne m’a pas aidé non plus à le voir tel qu’il était, je crois qu’il n’avait aucune idée de qui il était d’ailleurs.

Puis les choses que nous connaissons ont eu lieu. Loulou est arrivé dans ma vie. Sa présence, sa joie de vivre, son sourire ont effacé les blessures. Petit à petit. Je me souviens de lui, bébé, et des heures passées à le regarder, à me faire à l’idée de ce miracle, qui m’avait sauvée à temps d’un futur tragique, dans lequel je me serais encore plus renfermée, j’aurais perdu tout contact avec moi-même. Ce que je pouvais envisager pour moi, je ne pouvais pas le faire vivre à mon enfant. Il a été celui qui m’a fait prendre la décision de mettre un terme à cette relation dévastatrice.

Quand l’Amour est revenu dans ma vie, j’ai eu terriblement peur. Bien sûr j’avais les clés en mains pour ne pas revivre ce que j’avais vécu. Mais comment le savoir? Comment être sûre? Comment ne pas passer au crible de l’expérience chaque acte, chaque geste, chaque mot? Un pari incertain. Sans compter les souvenirs douloureux avec lesquels il fallait composer, les peurs, les blocages. Sans compter les images, cette angoisse du corps, le mien, celui de l’autre. Puis tout s’est fait naturellement, si naturellement que c’en était troublant…

Aujourd’hui, je me surprends encore parfois à m’excuser pour un rien, à craindre qu’un mot soit pris de travers. Puis je me raisonne. C’est une autre histoire.

Neuf ans plus tard, je suis si différente de la jeune femme que j’étais. J’ai l’impression d’avoir vécu plusieurs vies dans ce cycle là, d’avoir été tantôt perdue, tantôt soumise, tantôt guerrière, tantôt frondeuse, tantôt humiliée, tantôt victime, tantôt victorieuse, tantôt fragile. Maternelle jusqu’au bout des ongles. Avant de redevenir souple, femme, sensuelle.

Les premières “dates anniversaires” m’ont laissé un goût amer. J’étais dans le combat, contre moi, contre lui, pour la vie, contre tout ce que j’avais encaissé sans broncher, contre tout ce qui m’attirait vers le bas, contre le chagrin, les mensonges, les fausses promesses.

Neuf ans plus tard, quand je jette un bref coup d’œil en arrière, je suis juste fière du chemin parcouru. Sur cette route je me suis découverte, je me suis crée, j’ai donné la vie, réalisé des rêves et choisi cette fois ci, envers et contre tout, d’accueillir l’amour, le bonheur, au présent simple! Et d’y croire aussi!

Et vous, quelles décisions, quelles expériences ont radicalement changé vos vies?

Advertisements

32 thoughts on “Neuf ans plus tard…

  1. 14 mars l’anniversaire de ma mère aussi, ainsi que ma fête…..
    Tellement de choses ont modifié le cours de ma vie, la naissance de mes enfants, les diverses séparations mais aussi de belles rencontres…..
    Je suis comme toi, je dis toujours merci par peur de …. je m’excuse toujours de tellement de choses…..

    Liked by 1 person

    1. Il y a des dates comme ça…
      Les rencontres, les naissances, les séparations nous obligent à faire des choix, souvent salvateurs, parfois destructeurs. L’important c’est de toujours retomber sur ses pieds.

      Like

  2. Ce qui a changé ma vie : la séparation avec le père de mon fils après mes 7 années ” sous emprise” et la violence ! un choc qui te remet les idées en place et qui te fait travailler sur toi forcément ! je vais lire le bouquin de Cristina et te raconter du coup ce qui s’est passé aujourd’hui avec les édition Séramis ( par mail ). Bisous

    Liked by 1 person

    1. Je te l’accorde Kathou, ça te remet les idées en place en effet, pas de la meilleure façon, mais il n’y a que le résultat qui compte.
      Hâte de lire ton mail alors!!
      Le livre de Cristina est vraiment bien écrit. Je ne savais pas à quoi m’attendre mais c’est riche d’enseignements. Même si ça bouscule bien. Grosses bises

      Liked by 1 person

  3. 2 évenements marquants : la naissance des enfants et la décision de quitter le bateau pour reprendre ma vie en main. Ce que je pensais impossible à atteindre. Seule, sans soutien, je l’ai fait! Là je suis plus consciente que jamais que cette liberté pour laquelle je me suis battue, avec mes griffes et mes dents, m’est très chère. Je ne la troquerai contre rien à moins que ce soit quelqu’un qui mérite ce sacrifice. Les relations à moitié et vides de sens, c’est fini! C’est Grâce à mes enfants que j’ai tenu le coup, que je suis ce que je suis devenue.
    Je suis fière de ton parcours Marie! Tu es un modèle de femme douce mais forte. Bisous

    Liked by 1 person

    1. On sous-estime souvent ses forces Dina. Il faut être confrontée à ses limites pour s’en rendre compte. Et alors on se sent investi d’une énergie incroyable.
      Comme je le disais dans un précédent article, plus d”à peu près dans les relations. C’est tout ou rien.
      Merci pour tes mots. Je t’embrasse fort.

      Liked by 1 person

    1. C’est important de témoigner en effet Stéphanie. Plusieurs femmes ici ont vécu des situations douloureuses, violentes, éprouvantes. Oui on en revient. On apprend sur soi, on grandit, on retrouve goût à la vie.
      Merci beaucoup

      Like

  4. lacapacitedemerveillement

    “Ce que je pouvais envisager pour moi, je ne pouvais pas le faire vivre à mon enfant. ” Exactement ce que j’ai ressenti aussi dans cette relation mortifère. Quand un soir, mon ex est rentré bourré et a rampé jusqu’à moi qui tenais mon bébé, je me suis dit que je n’allais pas lui faire vivre çà. Mon fils avait 18 mois à la séparation. Ce fut libérateur ! Mais pour ma part, la famille paternelle qu’il voyait régulièrement a continué son emprise malsaine, et avec le recul, j’aurais dû changer de région afin d’espacer les visites, cela fut dissonant et perturbant pour lui d’où ses fragilités d’aujourd’hui. Et puis sa maladie où il a fallu se battre constamment pour qu’il soit accepté dans la société.. bref, je suis moi aussi une autre femme en quelque sorte grâce aux épreuves à défaut de l’avoir appris au niveau éducatif 🙂 Même si aujourd’hui pour moi tout est en suspens avec un gros point d’interrogation. Aujourd’hui, j’apprends le lâcher prise avec l’affectivité et ce n’est pas évident tous les jours…

    Like

    1. Pas facile quand il y a la famille de l’autre à gérer aussi. Mon fils n’a jamais vécu avec son père et sa famille à lui vit dans un autre pays, c’est plus simple de ce côté là.
      Les épreuves nous font grandir, même si cela se fait dans la douleur souvent.
      “Aujourd’hui, j’apprends le lâcher prise avec l’affectivité” – tout un programme en effet. Reste bienveillante envers toi. A chaque jour suffit sa peine.

      Liked by 1 person

  5. missfujii

    En ce qui me concerne ça a été d’entamer un travail sur moi : une psychanalyse et de suivre en parallèle une didactique suite au suicide de mon frère… Je suis allée jusqu’au bout de cette expérience qui a durée une dizaine d’année. Mais fini ton un jour de travailler sur soi ?

    Like

  6. Je ne sais pas si quelque chose a radicalement changé ma vie… Sans doute. Peut-être chaque grandes prises de conscience de pourquoi j’agissais de telle ou telle façon. Chaque travail important sur moi m’a permis de changer profondément et ça, ça a tout changé pour la suite… Bisous Marie ❤

    Like

  7. Et je dirais ainsi donc 9 ans plus tard tu peux être fière du chemin parcouru d’avoir traversé ces années et au bout du chemin avoir trouvé le bonheur celui qui attendait tout simplement au bout de ces épreuves …plein de bises marie

    Like

  8. Ton texte me parle beaucoup. Perso, je ne m’excuse plus mais j’ai encore souvent l’impression d’avoir dit quelque chose de travers. Ce “naturel” dont tu parles avec ton nouvel amoureux, j’ai vraiment du mal à l’envisager. Je me dis que ça doit exister, j’y crois mais je ne sais pas où il est ni comment le trouver. Je travaille beaucoup sur moi, depuis fort longtemps, car je reviens de loin. Félicitations à toi pour ce chemin parcouru et le bonheur qui est venu frapper à ta porte 🙂

    Like

    1. Merci beaucoup Stéphanie. Savoir que mes mots/maux partagés accompagnent d’autres personnes, cela me rend heureuse. Nous apprenons des autres, de leurs chemins de vie. L’échange est souvent enrichissant.
      Grosses bises

      Like

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.