L’absolue vérité

L’as-tu senti toi aussi l’atmosphère particulière de ce matin ?

La douceur du ciel, l’éclat du froid, comme un souffle de paix sur la ville qui s’éveille, comme s’il n’y avait rien à trouver, juste à reconnaître ce qui est là, ce qui se présente comme une chance à saisir, une identité à apprivoiser.

La fièvre de la nuit a laissé place à l’apaisement. Le corps a retrouvé son équilibre. La lutte finale s’est jouée dans les heures d’insomnie. Le chaos a plié face aux mots qui attendaient de poser les ressentis. L’esprit a abdiqué, l’inconnu s’est manifesté. L’amour l’a accueilli dans le silence qui suit les déclarations les plus enflammées. Quand tout est dit, que reste t-il…

Au réveil, le contact de sa peau chaude entre mes bras, la douce caresse de mes mains sur son petit corps endormi. Les fantômes se sont évanouis, les peurs se sont tues, les doutes ont perdu de leur intensité. Ne reste plus que l’absolue vérité que tout est parfait, que nous sommes où nous devons être, que nous vivons ce que nous devons vivre, que nous seuls décidons, avons le pouvoir de dire “oui” et celui de dire “non”.

Le vent s’engouffre sous le manteau du jour, comme une invitation à lâcher prise, à faire confiance. Dans les promesses qu’il entraine dans son sillage, le risque attend l’heure d’être saisi par la main qui le fuit.

Advertisements

15 thoughts on “L’absolue vérité

  1. Un beau texte écrit m’a-t-il semblé après une nuit d’inquiétude auprès d’un enfant malade . J’espère que le jour qui s’est levé t’a apporté le retour de la quiétude ! Bon après midi Marie Grosses bises

    Like

  2. Je ne suis pas bien sure de tout comprendre de quoi il retourne, mais en tout cas la dernière phrase me percute… Le risque, toujours le risque. Quelle douce sensation ce doit être, cette absolue vérité 😉

    Like

    • Je laisse à chacun le choix de l’interprétation Cléa…
      Pour moi il s’agit des suites d’une nuit d’insomnie. Mon fonctionnement est complexe mais je le comprends de mieux en mieux avec le temps (et je l’accepte). Un mot, une idée peut déclencher un chaos phénoménal dans ma tête. Tout s’entrechoque. Tant que je n’ai pas mis le doigt sur la peur, l’évènement, le souvenir qui provoque ce chaos, mon corps, mon coeur ne sont pas en paix. Je me bats contre des fantômes. C’est très physique parfois.
      Cette nuit j’ai libéré ce que je retenais en moi…
      Le risque encore et toujours. La confiance aussi.

      Liked by 2 people

      • Et mettre le doigt dessus ce n’est pas toujours évident, parfois on ne se rend même pas compte qu’un élément déclencheur est à l’origine de ce chaos… Mais comme tu le dis cela fait partie de l’apprentissage de sa propre personne (et quand on le met, le doigt, quel soulagement !)

        Liked by 1 person

Un mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.