Un jour, je suis devenue maman…

Je suis devenue mère d’une façon un peu particulière. Une grossesse désirée au sein d’un mariage qui prenait l’eau de toute part – nous ne voulions juste pas l’admettre. Un enfant ne résout rien, je le savais et pourtant j’ai parié pour le contraire. Le risque était de taille, je l’ai pris et il m’a sauvée.

Mais ça, je ne l’ai compris que plus tard. Le jour où j’ai senti que l’avenir qui se dessinait sous mes yeux ce n’était pas celui que je voulais pour mon enfant. Alors j’ai fait la chose la plus sensée que je pouvais faire, je suis partie et je nous ai offert la chance de quelque chose de mieux.

Cela ne s’est toutefois pas fait dans la douceur. Lui (l’enfant) et moi,  nous avons morflé. Je l’ai rejeté avant de l’aimer. Ce n’était pas simple de donner la vie alors qu’à l’intérieur de moi, la vie se défilait. J’ai voulu accoucher sous X, l’abandonner.

L’évidence dont parlent nombre de mères ne m’a pas sauté aux yeux. Même si je peux assurer qu’à l’instant où l’on m’a posé mon fils sur ma poitrine j’ai ressenti un débordement d’amour sans précédent. Mais lorsque l’enfant nait, le chagrin ne se résorbe pas d’un coup, comme par magie.

Il nous a donc fallu du temps, à moi et à lui aussi, pour que chacun trouve sa place au cœur d’une histoire complexe, sur laquelle pesait une menace que je ne pouvais ignorer. Nous avons connu des bas conséquents et des hauts qui m’ont laissé un goût d’inachevé au bord du cœur. A mon rythme, j’ai appris à devenir mère, en laissant tomber la culpabilité en chemin. J’ai appris à accepter mon enfant, à le regarder à travers un autre prisme que celui des souvenirs douloureux. J’ai appris à lui consacrer du temps, sans avoir peur de mal faire. Je suis tombée bien des fois, j’ai appris à me relever sans me juger.

Aujourd’hui, alors que je me redécouvre femme, que je laisse l’amour envahir ma vie et me surprendre chaque jour un peu plus, je m’épanouis davantage dans ma vie de maman, je donne ce que je reçois avec beaucoup d’amour, tout celui que je n’avais pas, que j’avais perdu en cours de route.

Quand on dit qu’il faut être heureux pour rendre ses enfants heureux, savoir prendre soin de soi pour pouvoir prendre soin de ceux que l’on aime, j’y crois. Cela n’empêche pas les tempêtes, ni les coups de gueule, ni la course matinale ponctuée de « dépêche-toi » pour arriver à l’heure à l’école. Cela ne m’empêche pas d’avoir des doutes et la tête remplie de questions.

Il nous aura fallu ce temps pour être heureux ensemble, pour nous construire, pour être une famille. Il nous aura fallu ce temps pour avancer main dans la main, rire pour un rien, pour le regarder partir à l’école, serein. Il nous aura fallu ce temps pour sortir toute la colère, la rage que nous avions en nous, pour que la chagrin laisse place à une nouvelle page à écrire…

Advertisements

11 thoughts on “Un jour, je suis devenue maman…

  1. Bravo pour ta franchise ! Mais je me permets de te dire qu’à mon avis, ton enfant n’avait pas à ” morfler “. Un enfant doit être protégé des hauts et bas de la vie de sa mère, de ses parents.
    Je te souhaite de continuer dans l’apaisement – bises 🙂

    Like

  2. Comment peut on rendre un enfant heureux quand on ne l’est pas soi même ? Quand on se cherche ? Qu’on se reconstruit ? Déja, je trouve que tu as eu la meilleure des réactions en prenant conscience et en partant. Après, c’est un long chemin que tu as accompli.

    Pour ce qui est de devenir maman, je crois qu’on ne le devient pas toutes au même moment, voire même qu’on ne le devient pas forcément au même moment pour chacun de nos enfants.

    Liked by 1 person

  3. Un texte profondément touchant…
    Merci pour ce partage, quelle merveilleux chemin.
    Je pense qu’on peut naître mère enfant ou non et inversement, c’est un chemin, comme la vie.

    Encore merci.

    Avec Amour,
    Lisa.

    Liked by 1 person

  4. Tu as pris un risque en voulant un enfant et ensuite tu as paye le prix de ce risque. La reconstruction est en voie mais il y aura encore des (petits) accros. Cependant tu en es consciente car tu as vu le chemin parcouru et le meilleur est a venir 😉
    Je t’embrasse Marie ❤

    Like

  5. Un beau retour d’expérience pour une histoire douloureuse… Vous vous reconstruisez petit à petit, côte à côte, de ce départ difficile…

    Je vous souhaite de continuer votre chemin, main dans la main, vers le bonheur et la sérénité…

    *Virginie

    Liked by 1 person

  6. Je salue ton courage
    Celui d’être parti.
    Celui d’écrire tes sentiments pour ton fils et leur évolution.
    Celui de lui avoir donné sa chance et de tout mettre en œuvre pour son bonheur.

    Like

  7. Ton texte m’a mis les larmes aux yeux. J’ai; l’impression en lisant tes articles, que tu évolues de plus en plus. Tu nous confies de plus en plus de chose, tu mets des mots sur tes maux, on sent que tu as mûri tes deuils, tes problèmes. On te sent heureuse et presque apaisée. Cela me fait plaisir.

    Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s