Et si on laissait les autres prendre soin de nous !

Prendre soin de soi, c’est bien. Laissez le soin à un/une autre de le faire, j’ai envie de dire c’est encore mieux. Je vous parle de ça, alors que je n’ai jamais été fichue de laisser quelqu’un le faire pour moi. Les seuls qui ont eu ce privilège, ce sont mes parents bien entendu.

Mais dès que j’ai été grande, belle (évidemment), indépendante (enfin), j’ai largué les amarres, prête à me débrouiller seule, à m’assumer et à me bichonner (j’y croyais). Sauf que je ne m’en suis pas laissée le temps. Dès que j’avais une minute à moi, elle était pour les autres. Je me serais pliée en quatre pour démerder une amie. J’aurais traversé tout Paris pour éponger le chagrin d’une autre en pleine nuit. Écouter, conseiller, apaiser. Je prenais plaisir à faire plaisir.

Sauf que petit à petit je me suis laissée tomber. Je ne prenais pas soin de moi et je me disais (le pire) que je n’avais que peu d’importance. Les autres étaient heureux, tant mieux !

En amour, alors là, ça a été grandiose. J’ai tout donné. Sans compter. J’ai mis les bouchées doubles. Si dans mes relations amicales et familiales, je conservais encore un soupçon d’identité, dans mes relations amoureuses, je me suis totalement oubliée. Et je n’ai eu que ce que je méritais c’est-à-dire rien. Je suis souvent (1 seul échappe à cette règle) tombée sur des types immatures, cons, machos, prétentieux, égoïstes qui prenaient tout ce que je leur donnais (ils auraient eu tort de s’en priver) sans s’investir ou même imaginer que moi aussi j’avais des besoins ou envies, une existence en dehors d’eux. Je suis bien certaine qu’ils auraient été incapables de répondre à des questions aussi banales que « ma couleur préférée », « la ville où je suis née » ou bien « quel était mon plus grand rêve de gamine. »

Désintérêt flagrant. Est-ce moi qui ne leur ai pas laissé l’occasion de prendre soin de moi ? Où eux qui n’en ont jamais eu l’idée ? La question reste en suspens. Peut-être qu’à force de leur mâcher le travail, ils se sont vite sentis dépassés. Ou bien qu’ils s’en fichaient complètement.

On dit qu’on attire ce qu’on se donne à soi-même…

Et puis, après une grosse douche froide (où j’ai même donné plus que ce que j’avais – le summum de la connerie mais bon on fait tous des erreurs !), j’ai enfin, doucement, repris le chemin vers moi. Bon, j’ai mis du temps à savoir ce que prendre soin de soi voulait dire. Et enfin à mettre en pratique. Un pas en avant, un pas vers moi. Un pas chaque jour. Je me suis peu à peu donné de l’importance. J’ai retrouvé ma place dans ma vie. Et mes relations s’en sont trouvées transformées. J’ai cessé de me dire que « ça ne se faisait pas » ou « que je n’en valais pas la peine ».

J’ai appris à me donner de l’amour.

Et l’amour est passé par là, il m’a pris par la main. Et chaque jour il prend soin de moi, comme personne ne l’avait fait avant. Je peux vous le dire, c’est déroutant, ça prend par surprise, on finit par se dire que ce n’est pas très normal tout ça. L’esprit cogite et le cœur se libère. Et si on laissait les choses se faire !

Et vous, comment ça se passe? Est-ce que vous laissez les autres prendre soin de vous? Est-ce que vous y pensez ou vous vous oubliez encore trop souvent?

Advertisements

10 thoughts on “Et si on laissait les autres prendre soin de nous !

  1. Prendre soin de moi a toujours été la priorité numéro 1. Il n’y a là ni nombrilisme excessif ni égoïsme caractérisé de ma part. Je ne suis pas disponible systématiquement. Je me Libère des plages harmonieuses auxquelles les autres n’ont pas accès. Je pense que ce n’est qu’à cette condition que l’on peut être considéré comme on le mérite. D’ailleurs je considère qu’il n’est possible de transmettre et de distribuer le meilleur alentour qu’en étant fondamentalement en accord avec sa propre personne. J’ai appris à me détacher de situations qui ne me regardaient pas. Tout en restant une personne responsable, je sais mettre de justes limites entre mes proches et moi-même. Je refuse d’être leur otage, sachant de surcroît que je ne leur fait du bien en établissant cette saine distance.

    Liked by 1 person

  2. je ne sais pas ce que c’est qu’on prenne soin de moi pour le coup. A part mes parents et j’essaie de les épargner de celle que je suis. Et j’ai tendance à vouloir faire pareil en amour parce que je ne veux pas que ce soit une relation pansement à sens unique (que je ne puisse pas donner en retour, en gros). Mais des moments comme cette semaine où je ne sais pas vraiment vers qui me tourner pour ne pas déranger, je me dis que j’aimerais bien une épaule sur laquelle me déposer (je dis ça en pleurant comme une madeleine, vu mon super état…) Je suppose que j’étais quelqu’un de toujours dispo, toujours du genre à dire que si ça n’allait pas, la personne pouvait me joindre. Peut-être que c’était ma façon d’être une réelle amie. Du moins une amie sur laquelle on peut compter. Et puis je n’ai plus pu être là pour les bons moments mais surtout les mauvais et beaucoup n’ont pas compris le changement, on m’a reprochée de ne plus être présente. Le problème, c’est que même pour moi, je ne le suis pas, présente et je m’éteins un peu plus de voir que le vide s’est fait autour de moi aussi en même temps, parce que les remises en question sur ce que je suis pour les autres et pour moi finalement vont bon train. Ca fait aussi un peu cercle vicieux. Si je considère que je ne peux pas donner, alors je ne veux (enfin c’est plutôt devenu, je ne peux plus) recevoir. C’est un droit du coup que je ne me donne pas, de laisser quelqu’un prendre soin de moi et pourtant… Bisous ma Marie, prends tout cet amour et surtout qu’on prenne soin de toi pour toutes ces années où c’était bien loin d’être le cas. Peut-être que finalement c’est en rencontrant quelqu’un qui prend soin de nous, qu’on arrive à accepter et à laisser faire et mesurer à quel point on en avait besoin même si quelque part on le savait au fond de soi. Gs bisous pour toi et ptit escargot, j’espère que la rentrée s’est bien passée ❤

    Like

    • On devrait nous apprendre ces choses là à l’école ma belle. Parce que c’est aussi important que de se nourrir, c’est vivre.
      Quand on rencontre quelqu’un qui prend soin de nous, ça change la donne c’est vrai et ça nous donne envie de nous bichonner aussi et de bichonner cette personne. C’est un vrai cercle vertueux!
      Je t’embrasse bien fort et je pense à toi.❤❤

      Like

  3. Je n’ai jamais pris vraiment soin de moi beaucoup des autres le retour n’est pas tjs au rdvs vs y compris en amitié puis j’ai dit stop on arrête tout je veux vivre ce jour là cela n’a pas été simple jusqu’à ce qu’un jour je rencontre celui qui s’est occupé de moi (bon je me suis aussi un peu occupe de lui quand même ) nous nous sommes trouvés et avons Unis nos vies c’est dire! Et depuis quasi 10 ans il prend soin de moi encore plus depuis que j’ai des difficultés physiques j’avoue que c’est ce bonheur que je te souhaite douce Marie d’avoir enfin trouvé l’âme soeur: tu le mérites et tu sauras donner tout l’amour en retour a celui qui s’occupe bien de toi… gros bisous

    Liked by 1 person

  4. Comme toi les autres sont passes avant moi; ça me rendait heureuse de les voir heureux, de les aider, de les seconder. Et puis avec le temps, ai je récolte de l’amour, bonheur en retour?…. pas vraiment non.
    Je prends soin de moi, mais ça reste trop peu tant je suis prise dans un tourbillon en ce moment ou ce temps pour soi se fera plus tard… peut être.
    En tout cas très très heureuse pour toi Marie ❤
    Je t'embrasse. Belle journée

    Like

  5. Tu as une grande générosité en amour, c’est indéniable. Mais c’est vrai qu’il ne faut pas oublier de t’en donner un peu (beaucoup) de cet amour. J’ose croire que la force que tu as cultivée aujourd’hui te permettra de vivre pleinement une relation sans pour autant te dissoudre dedans.

    Je ne laisse personne prendre soin de moi. A. est pareil, probablement pour cela qu’on s’est attiré au départ, mais sur le long terme ce n’est pas viable. Dans un couple il faut accepter que le mot “indépendance” n’a pas toujours sa place et que parfois il faut accepter que l’autre soi là pour nous.
    Cela s’apprend probablement, comme tout le reste, et je suis heureuse que tu en sois là !

    Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s