Aux Armes Citoyennes!

Je ne voulais pas écrire pour la “journée des femmes”, intitulé mal formulé à mon avis. Ce jour est pour moi la Journée Internationale pour les Droits des Femmes dans le Monde. Et puis j’ai eu l’idée de republier un article de 2014 important à mes yeux.

Paris le 22 mai 2014

En ce moment, je suis moins là. Et pour cause, je me suis lancée un défi et un défi de taille – Ecrire mon histoire. Non, pour parler de moi. Parce que bon un peu, ça va, mais parler de soi, ça ne fait pas avancer les choses. J’ai décidé de l’écrire pour m’en libérer. Et pour les autres. Pour les autres femmes. Pour celles qui souffrent et se sentent incomprises. Pour celles qui perdent goût à la vie. Pour celles qui s’enferment dans le silence, pour celles qui baissent la tête, marchent sur des œufs sans arrêt, entre deux cris, deux crises dont elles finissent par se rendre responsables.

Le déclic, c’est le psychologue clinicien (pour la mise en application du droit de visite) qui me l’a donné:  “Rien de grave”. Quel con ce type! Sur le coup je n’ai pas réagi. J’ai fermé ma gueule, j’ai bien été dressée, qu’est ce que tu crois. On ne contredit pas les paroles des sages. Foutaises.

Cela fait plusieurs jours que je réfléchis à ces 3 mots tous simples, plusieurs jours que je me dis que j’ai un entourage sur-mesure, des gens sur qui je peux compter autour de moi, que j’ai remonté la pente, pas complètement encore, mais je suis quand même plus vers le haut de la montagne que le bas, plusieurs jours pour me rendre compte que mon supplice n’a duré que 4 ans, que j’ai eu la chance de me tirer et de m’en sortir, chance que beaucoup n’ont pas.

Des jours pour me dire “et les autres?”. Ca fait quoi d’entendre ça, quand t’es complètement paumée, le derrière par terre, quand tu te crois folle (parce que l’autre ne cesse de te dire que ce traitement là, tu l’as bien mérité), quand le monde tourne autour de toi et que pour toi, tout tourne de travers?

Le déclic, c’est ça. C’est de se dire qu’un type est capable en 3 mots de tirer un trait sur ta souffrance, de la nier totalement. Aujourd’hui, on considère qu’un mec qui te méprise, te harcèle, te menace ne commet rien de grave.

Tu vas me dire, la chanson je la connais (et toi aussi sûrement, toi qui a été trahie, bafouée, humiliée, battue, violentée, niée, harcelée, menacée). Au commissariat, il y a un an et demi. Même rengaine. “Nous on intervient que quand il y a des coups”.

Même quand il y a des coups, ils attendent plutôt deux fois qu’une avant d’intervenir. J’en ai des exemples autour de moi, des plus balaises que ça. Je suis scandalisée que dans un pays comme la France, les femmes victimes de violences soient si peu considérées. Pour nous en parler, on nous en parle. Et pourtant, il y a toujours des connards pour dire “elle l’avait cherché” ou “quand une fille dit non, elle pense oui”. Et bien non mon gars, quand une fille, une femme dit non, elle pense NON. Mais comme toi tu t’en fous pas mal, tu entends un oui, et même comme tu t’en fous carrément, tu te dis que tu peux toujours tenter quelque chose. Parce qu’au fond CE N’EST PAS GRAVE.

Donc voilà, le déclic. PARLER. Ouvrir les vannes. Sortir tout ça. Les vrais noms. Les vrais faits. Parce que chaque atteinte à l’intégrité d’une personne, C’EST GRAVE. On ne peut pas continuer comme ça, on ne peut pas laisser des femmes souffrir le martyr, on ne peut pas rester là, les bras croisés et attendre que ça passe. On n’a pas le droit de ne rien faire. On n’a pas le droit de laisser nos garçons grandir avec ces idées fausses. On n’a pas le droit de laisser cette menace s’abattre sur nos filles.

Tout le monde est concerné. La violence choisit sa victime par hasard. On n’a pas de disposition particulière à la naissance pour vivre ou ne pas vivre telle ou telle humiliation. Je crois qu’aujourd’hui, au nom de toutes les femmes, il est temps de prendre les armes, d’élever nos voix et de dire STOP, à notre façon, avec nos mots ou nos actions, STOP à cet engrenage,  STOP à la violence. Et STOP aussi pour que ce fléau cesse de gangréner le Monde, Monde dans lequel la femme est toujours considéré comme un sous-produit de l’humanité.

Advertisements

34 thoughts on “Aux Armes Citoyennes!

  1. À ce tarif la: rien n’est grave pour ces psychologues de pacotille… il n’y à pas de problème puisque rien n’est grave sauf quil faut vivre avec cette souffrance, cette violence souvent non reconnue… Il faut quoi pour que l’on dise que toute forme de violence c’est grave? Pour se sentir concerne? Bisous Marie tu as raison de l’écrire afin qu’il en reste une trace….

    Like

    1. Psychologues de pacotille, tu as raison Catherine. Et dire que cet homme est responsable d’un espace rencontre, qu’il est là pour aider les gens. Toute forme de violence est grave mais personne ne veut vraiment l’accepter. Encore aujourd’hui…
      Bises et mille merci pour ton soutien.

      Like

  2. Coucou!
    Il semble évident que ton besoin d’extérioriser ce que tu as vécut et traversé est présent, et vivace. Il s’exprime dans bon nombre de tes billets. Et cela répond aussi à ton coté bienveillant et philanthrope….
    Tu as bien raison.
    C’est quelque chose que j’ai aussi envisagé souvent, et tout comme toi, j’ai les premières lignes en tête, mais également le titre depuis déjà longtemps…
    Je pense qu’arrivé à un certain âge, une période de sa vie, on peut être amené à avoir ce besoin.
    Alors fonce! Tu aideras sans doute bon nombre de tes lectrices, et en premier lieu toi même!
    Bisous mamzel K ^^

    Like

    1. Merci Nani. Ecrire peut permettre de passer à autre chose. Ecrire peut aussi aider d’autres personnes à voir les choses en face, à réaliser que ce qu’elles vivent, c’est de la violence. Il a fallut un gros travail sur moi pour prendre conscience de certaines choses que je ne voulais pas voir. Je crois qu’écrire, c’est a façon à moi de me reconstruire, de guérir.
      Douces pensées de Paris.

      Like

  3. La violence quotidienne et insidieuse est insupportable mais ce genre de jugements à la con l’est encore plus! Tu as bien fait de ne pas lui répondre, ça ne taurait apporté que colère et frustration… Tu dois le savoir mais sophie gourion lance un concours de nouvelles nommé “femme exceptionnelles” je crois que ça tombe à point nommé non? 😉 quoi qu’il en soit, bravo pour ton courage et de t’être lancée! Et très beau billet qui donne envie de se battre encore plus pour ses droits!!

    Like

    1. Merci ma belle pour ton engagement et pour la découverte de ce concours. Ca tombe a point nommé en effet. Il faut continuer à se battre. Nos droits ne sont pas encore acquis.
      Gardons la tête haute et battons nous pour nos idées et idéaux.

      Like

  4. Non mais attends… c’est un psy qui t’a dit ça??!!! Waouh. Je n’aime pas donner des conseils radicaux, mais je suis tentée de te dire : change de psy. Le premier que j’ai vu, il y a des années, m’a dit une phrase comme ça qui aurait du me faire fuir de suite (bon, j’ai arrêté peu de temps après, donc ça va) (je te raconterai si tu veux). Je suis sciée. Comment un type qui connaît (est sensé connaître) la souffrance psychologique peut dire un truc pareil? Les bleus, tu les as dans la tête, d’ailleurs c’est un peu son boulot… Bref, pardon, je suis outrée!
    Pour le reste, tu as tellement raison d’en parler, parler de toi ce n’est pas égocentrique, c’est nécessaire, d’une part pour te libérer de tout ça, et d’autre part pour apporter un témoignage, un exemple à celles qui vivent des situations semblables, peut-être à celles à qui ont a dit que ce n’était pas grave.
    Plein de bises ma belle, j’espère qu’on se parlera bientôt!!

    Like

    1. Merci beaucoup. Un psy qui dit ça, j’étais moi aussi outrée. Mais le pire c’est que sur le coup, j’étais prête à accepter ses dires comme si en effet ce n’était pas grave.
      Le hic, c’est que c’est le psy de l’espace rencontre, pas le choix de le garder ou pas. Ma psy quant à elle a été aussi scandalisée que moi.
      Ecrire pour se libérer, on en avait parlé je crois. je pense fort à toi et promis on se telephone vite, une fois que tout s’est un peu calmé, pour nous deux.

      Like

  5. Coucou Marie,
    Je crois que ce psy devrait changer de métier !
    C’est une bonne démarche d’écrire, bénéfique pour toi et pour celles et ceux qui te liront aussi.
    Et en plus, tu écris super bien 😉
    Grosses bises à toi 🙂

    Like

  6. Ces mots dans la bouche d’un psy sont inadmissibles ! Malgré les blablas que l’on nous serine à longueur de journée, la société refuse d’évoluer. Pour intervenir il faut du sang ! Les femmes restent des objets aux yeux de bien des mecs ! Tu as raison de faire cette levée de boucliers , je suis à tes côtés ! Bonne soirée Marie Bisous

    Like

    1. Merci Paulette, je savais que je pouvais compter sur toi. Aujourd’hui, il faut du sang pour que les violences soient prises en compte. C’est inadmissible dans une sociéte comme la nôtre. Il faut continuer à se battre.
      Je t’embrasse bien fort et te souhaite une belle journée.

      Like

  7. Marie !!!!! Bravo !!!!!!!!!!!! Je suis avec toi !!!! Je pense très souvent a toi. Tu as une force incroyable et oui il faut la partager. Ras le bol de toutes ces personnes qui écrasent les autres pour pouvoir exister. Ceux sont eux les faibles. Et je lisais que contrairement a ce que l’on peut penser leurs victimes sont souvent des personnes fortes qu’ils prennent un malin plaisir a détruire. Bref la victime n’est pas comme bcp aime se le dire pour se rassurer une personne plus faible, plus je ne sais quoi, trop sensible, qui dramatise etc. Et malheureusement c souvent l’image qu’on lui renvoie comme ton psy ( quelle nase !!!!) . Je suis tellement choquée !!!! Un psy avec ce type de discours ??!!! Continue comme ça Marie !!!!!!!! De tout cœur avec toi !!!!!!! La force est en toi !!!! Bisous

    Like

    1. Mille merci ma Vaentine. Je suis heureuse de te lire à nouveau. Je pense bien fort à toi aussi.
      Ras le bol qu’on n’écoute pas assez les victimes, qu’on les culpabilise, qu’on nie leur souffrance. Il y a encore des dicours qui font peur. Comme celui de ce psy, qui au final n’a pas entendu ce que je lui ai dit.
      Merci pour ton soutien. Chaque mot, chaque témoignage me pousse à raconter cette histoire, à agir à ma manière pour éradiquer ce fléau.

      Like

  8. C’est tellement ca. Aujourd’hui, un homme qui ne fait “que” t’harceler verbalement ou physiquement, ce n’est pas grave. Il faut qu’il y’ait des traces… Et c’est ca qui est affreux. Oui, le fait que personne ne nous croit que si il y’a des bleus, une sale apparence mais si c’est à l’intérieur, non, ce n’est pas grave… J’ai connu l’harcèlement, ca a été très rapide, j’ai vite claqué la porte quand j’ai compris mais au fond, ca a laissé une trace…

    Like

    1. Ca laisse des traces forcément Rose. Mais comme tu le dis, personne ne nous croit. Quelques fois j’ai du mal à dire les choses, à parler de ce que j’ai vécu, parce qu’au fond les gens finissent par n’écouter qu’un son, et rarement le mien. Après tout, c’est lui l’homme abandonné, c’est lui qui a mal…
      Il faut arrêter la machine, il faut changer le regard des gens sur ces blessures que nous portons et qui font aussi mal que des coups.

      Like

  9. Très bon article, tu as tout à fait raison Marie! J’en reviens pas que le psy t’ait répondu “rien de grave”, c’est incroyable de la part d’un professionnel! STOP à tout ça oui, ça serait bien qu’il y ait une réelle prise de conscience…

    Like

    1. Incroyable mais vrai Illyria. Dire STOP, je crois que ça devient une priorité si on veut que les choses bougent.

      Like

  10. Oui aux armes mesdames ! il y en a encore des combats petits ou grands !!
    Bien sur qu’il faut raconter ton histoire !
    A chaque fois qu’une femme arrive à dire non, à comprendre ce qui lui est arrivé, à comprendre pourquoi elle a subit, elle peut transmettre son expérience, apprendre aux enfants qu’on est pas obliger de subir, que la vie peut être autre chose que la violence verbale, physique ou autre. Elle peut stopper des schémas qui se reproduisent de génération en génération.. Alors oui écris ton histoire car un témoignage de plus ne sera pas de trop !!

    Like

    1. Mille merci Maîté. Je crois qu’en effet il faut arrêter la spirale de la violence, il faut oser dire non et témoigner. Ce sont les témoignages des autres qui m’ont aidé à m’en sortir aussi. Et puis écrire libère et j’en est besoin aussi.
      Continuons à nous battre, aujourd’hui et demain, jusqu’à ce que cela cesse.

      Like

  11. Je suis allée chez un psy(chiatre) la semaine dernière… et tu sais quoi ? rien n’était grave ! Je n’avais pas de problème… J’ai eu l’impression d’être jugée et cataloguée en 10 minutes…
    Les jugements ont la vie dure… il touche les 2 sexes à mon sens mais nous, les femmes, nos filles, nous restons des “victimes” de choix ! le sexisme a encore de beaux jours devant lui… Nous devrions être encore plus vigilentes, en tant que femmes, parce que les élections (et les choix simples du populisme) pourrainet laisser la place à des candidats pour qui la femme est bonne pour retourner derrière les fourneaux…
    Bisous Marie ❤

    Like

    1. J’ai vraiment du mal avec ces 3 mots. Comment les gens peuvent réagir de la sorte, des médecins en plus, eux qui devraient être dans l’écoute et le non jugement. Ca m’écœure Cécile et je suis désolée que tu ai eu à vivre ça. Oui je crois que les deux sexes sont touchés. Mais il y a encore tellement d’inepties qui touchent les femmes, les filles. Nous devons restées vigilantes et ne rien lâcher. Je t’embrasse et t’envoie de tendres pensées.

      Like

  12. Et je dirais que tu as eu raison de le republier cet article. Comment ce type peut il considérer qu’il n’y a rien de grave ? On devrait plus prendre en compte la souffrance des femmes, même quand il n’y a “que” des mots. Les mots peuvent parfois faire particulièrement mal.

    Liked by 1 person

    1. Oui ma belle. Ce type était complétement à côté de la plaque.
      On n’écoute pas assez les femmes, les mères. On leur oppose toujours des arguments grotesques quand elles auraient juste besoin d’une oreille attentive, d’une épaule solide pour avancer.

      Like

  13. tant qu’il y aura des machistes, il y aura des féministes. Comme le citait une de mes anciennes collègues, le féminisme n’a jamais tué personne, le machisme si…

    Liked by 1 person

  14. A istres dans la ville ou, je réside, la police travaille avec la maison du citoyen et les différentes association, de plus, c’est une femme qui est en charge du poste. J’ai souvent eu à faire à elle dans le cadre de mon travail, elle est très compétente

    Liked by 1 person

  15. Je suis toujours autant abasourdie et en colère quand j’entends que ce n’est pas grave, qu’il faut savoir tourner la page, comme si ce qu’il s’était passé était futile…
    Mais non ce n’est pas futile! , c’est grave, et si tant de personnes passent ces faits sous silence, c’est que souvent elles ont peur de ne pas être comprises ou simplement entendues…
    Courage, c’est une belle démarche que tu as là!

    Liked by 1 person

    1. Merci beaucoup pour ce retour. Oui en effet on banalise trop souvent la violence psychologique ou la pression sexuelle. Ca reste tabou. Alors même qu’il faudrait en parler justement pour mettre un point final à ces phénomènes très destructeurs. Car si les cicatrices sont souvent invisibles, elles sont bien là.

      Like

  16. C’est aberrant ces 3 mots là, venant de la bouche de soi-disant psy… ça me rend furax parce qu’il faut toujours aller dans l’extrême, en gros faut être morte sous des coups pour que ce soit considéré comme grave ??… 😦 je suis sûre que tu arriveras à trouver les mots pour que les choses bougent. Plus on s’y met, plus un jour il y a espoir de voir la gravité tellement plus tôt. Et je pense que ça fera parler aussi beaucoup de personnes qui ont peur, qui n’osent pas ou qui se culpabilisent. Il y a des phrases qui marquent décidemment… Pensées pour toi et ptit escargot ma Marie, gs bisous ❤

    Liked by 1 person

    1. C’est le problème de la France (et d’autres pays certainement) les lois passent sous silence la souffrance des femmes. Dire que pour qu’une plainte aboutisse et qu’il y ai condamnation il faut une attestation d’ITT. C’est scandaleux!
      Oui il y a des phrases qui marquent ma belle et j’espère qu’à l’avenir de moins en moins de personnes devront les entendre ou au moins pourront riposter.
      Plein de grosses bises de nous deux.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s