Ces traumatismes de l’enfance

Je viens de te déposer à un anniversaire, ton premier. Et force est de constater que je n’ai pas été à la hauteur. J’ai copié le modèle appris, celui de mon père. J’ai eu les mêmes mots que lui, ces mots qui m’ont si longtemps fait douté de moi. Il ne savait pas. Il pensait bien faire. Moi j’aurais dû savoir. A peine sortis que je les regrettais déjà.

Qu’est-ce qui m’angoisse tant à l’idée que tu mettes du temps à t’habituer à un nouvel environnement, que tu ne rentres pas dans les jeux à la même vitesse que les autres, que tu ai besoin que je reste, quand d’autres parents passent la porte sans un regard de leur enfant de 4 ans?

cause-abus-sexuel-oorzaak-seksueel-misbruik_493x200

Une peur qui remonte à l’enfance. On croit avoir guérit de ses blessures, avoir passé l’éponge. Et puis, un jour on a un enfant. Et comme un boomerang les souvenirs du passé se mêlent au présent. Les images se superposent. On perd ses moyens devant l’enfant qui n’a besoin que d’une chose, être rassuré.

Mon enfance. L’école. La solitude. Ma timidité. Il y a tellement de moi en lui. Puis il y a lui, unique, différent. Comme chaque enfant. Moi, j’étais celle qu’on invitait parce qu’elle était calme et gentille. J’étais celle qui restait dans mon coin, qui ne se mélangeait pas. J’étais celle dont on se moquait à l’école primaire et qui encaissait sans élever la voix. J’étais celle qui ne parlait pas en classe, qui tremblait de tous ses membres quand il fallait passer au tableau, celle dont on riait avec ses vêtements inadaptés à sa taille, à l’époque. Je n’étais jamais à ma place nulle part. Je croyais avoir pardonné, dépassé tout ça. Je trouvais que je m’en étais bien tiré, que j’avais bien rectifié ma trajectoire.

J’ai réussi à m’éclipser. Il m’a regardé partir, confiant. Il avait juste besoin que je reste, que je l’accompagne dans cette nouvelle aventure. Et moi je n’ai eu de cesse que de le gronder, d’avoir recours à des menaces complètement disproportionnées pour le faire plier. Mon erreur c’est d’avoir peur, peur qu’il vive ce que je moi j’ai vécu et qui m’a profondément affectée. A ce goûter d’anniversaire, j’étais redevenue une petit fille de 4 ans, une petite fille que son papa gronde parce qu’elle met trop de temps à aller jouer avec les autres, les autres qui eux, sont si heureux de se retrouver et sautent dans tous les sens…

A la différence près que lui, à l’école, il se sent comme un poisson dans l’eau, il joue, il rit, il a des amis.

Aujourd’hui un gouter d’anniversaire banal m’a mis en face d’une nouvelle réalité. Il devient essentiel que je fasse le deuil de mon passé, des traumatismes tenaces de l’enfance, pour accompagner au mieux mon enfant sur son chemin de vie.

Advertisements

43 thoughts on “Ces traumatismes de l’enfance

  1. carrie4myself says:

    Ne transmet pas tes peurs a ton escargot, prends soin de lui, donne lui confiance, dis lui tes peurs a toi enfant mais les raisons aussi, et tu dires pourquoi maintenant tout est different. Apprends lui la joie, le bonheur, le rire mais pas les peurs

    Liked by 1 person

      • Marie Kléber says:

        C’est pour moi et lui que je fais tout cela. Car je ne veux pas d’un bonheur de façade (chemin que j’ai souvent choisi, faute de mieux!), je veux non seulement lui montrer la voie, mais la vivre aussi. D’où l’importance de faire mes deuils (dont le deuil de l’enfant “rêvé” – même sans le vouloir, nous passons tous par là) et de reconstruire sur des bases solides et stables. Chaque jour me rapproche de cet objectif…

        Like

  2. sweetiejulie says:

    Maintenant que tu en as conscience, tu sauras faire pas à pas le deuil de ses blessures d’enfance afin qu’elles n’aient pas d’emprise sur ta relation avec ton petit garçon. Je ne suis pas Maman mais tu as certainement formulé des craintes qu’une Maman ressentirait, les tiennes exacerbées par ce que tu as pu vivre quand tu étais toi-même enfant. Et puis, tu sais… on peut être isolé étant petit, être la source de moqueries et de violences… mais le vent tourne et on finit par rencontrer des gens biens, on finit par connaître la beauté de l’amitié – je te dis ça par expérience personnelle. Et si ton petit traverse des moments difficiles similaire aux tiens, alors tu seras là pour l’écouter, le rassurer et l’accompagner. Tu sauras également voir, une fois libérée de tes blessures, que pour lui tout va bien et que tu n’as pas trop de souci à te faire.
    Bon courage devant cette épreuve, nous sommes là pour toi ❤

    Liked by 2 people

    • Marie Kléber says:

      Je pense que la prise de conscience a été salutaire Julie!
      Oui d’expérience je sais que ce que l’on a vécu enfant ne détermine pas l’avenir. Chaque parent aimerait juste que son enfant ne vive pas les mêmes souffrances que lui.C’est inhérent à notre nature humaine. Même si je sais que chacun, son destin.
      L’autre point positif c’est qu’il y a du travail à faire. Je ne m’ennuie jamais! Mille merci.

      Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      J’y travaille jour après jour. J’ai choisi il y a longtemps de ne pas être forte pour lui (il y a eu des moments où je ne pouvais tout simplement pas), mais de reconstruire chaque jour ma vie, pour lui offrir le meilleur. Je pense vraiment que cette fête m’a replonger des années en arrière, je ne m’y attendais pas du tout. Certains diront peut-être que ça a avoir avec la Nouvelle Lune.
      Merci.

      Like

      • Isabelle Rouet says:

        je pense que la Lune a une influence sur nous quelque part 😉 ma mère n’étant pas d’accord, nous avons une dispute pendant les vacances à ce sujet!!!! tu le crois ça?!

        Like

  3. Petitgris says:

    Difficile de dominer ses souvenirs ! Je retiens l’essentiel : à l’école il se sent bien 🙂 Là il entrait chez des gens dont il ne connait que le petit , normal qu’il ait eu peur. Tu dois le rassurer en souriant , même si tu te fais du souci 🙂 Tu verras, d’autres anniversaires viendront et tout se passera bien ! Bonne soirée Marie Bisous

    Like

    • Marie Kléber says:

      Oui Paulette c’est un enfant équilibré, heureux! C’est vrai que c’était l’inconnu – en fait c’était très étrange les filles étaient très à l’aise mais les garçons ont eu un moment de flottement – avec le recul je me dis que c’était normal qu’il ne se sente pas à l’aise tout de suite. Mais je me suis sentie démunie face à sa peur. Et la mienne a pris le dessus. Dans ces cas là je tente d’afficher un sourire qui se veut rassurant. Mais ça ne suffit pas toujours. Merci et grosses bises.

      Like

  4. maman délire says:

    l’être humain apprend de ses erreurs ! tu t’en aies rendue compte, c’est déjà énorme ! tu as eu conscience de ce que tu lui disais. et puis honnêtement, mes enfants sont d’abord des observateurs.. ils ne se précipitent pas avec les autres d’emblée. ma fille, à 3 ans, a mis un mois avant de mettre les pieds dans la cour de récré.. heureusement qu’elle est tombée sur une maîtresse bienveillante qui l’a gardée avec elle, et qui progressivement, l’a amenée vers la cour, un petit plus, chaque jour… moi même j’étais perdue sans ma maman pendant bien longtemps.. 4 ans c’est petit ! fais toi confiance, tu es une maman pleine d’amour, ça se sent !

    Like

    • Marie Kléber says:

      Le mien aussi est très observateur. Je le sais pourtant. Il a besoin de rester en retrait avant de se mêler aux autres. Mais là en arrivant, il était sollicité de tous côtés, et du coup je pense que ça l’a un peu bousculé. Il a vu les autres parents déposer les enfants puis partir. Il a paniqué. Et dans ces moments là mes peurs ressurgissent et c’est compliqué à gérer. J’oublie souvent que 4 ans c’est petit! Mille merci pour tes mots qui me rassurent.

      Liked by 1 person

      • maman délire says:

        on projette forcement un peu de notre enfance et de nos parents sur nos enfants.. combien de fois je me suis dit lorsque je parlais a mes enfants “mon dieu on dirait maman !” tout ce que je lui reprochais, je fais pareil…

        Liked by 1 person

  5. chatpensant says:

    Si ça peut te rassurer on est tous pareils. .. on fait avec notre héritage. .. Certains et certaines en ont conscience et d autres pas…
    Nos enfants sont encore des êtres purs .. la sincérité et la vérité sans filtre marche bien avec eux…

    Like

    • Marie Kléber says:

      J’avoue que de me voir dans la peau de mon père m’a fait peur (je crois qu’à l’époque, lui qui n’avait guère confiance en lui, ne souhaitait qu’une chose, c’est que nous ses enfants soyons différents – il s’y prenait juste de la mauvaise façon.) Je crois qu’en avoir conscience nous aide à aller de l’avant…
      Mille merci!

      Liked by 1 person

      • chatpensant says:

        De rien Marie… un cap est un cap… passe le .. oubli le … fonce … la vie est courte , je suis persuadé que l on peut se contenter que des bonnes choses et faire une croix sur tout ce qui est toxique. . Bien à toi

        Liked by 1 person

  6. escarpinsetmarmelade says:

    Ce n’est pas le fait de faire des erreurs qui est grave, à mon sens. On en fait tous. En revanche, en prendre conscience et essayer de les réparer, ça c’est important, et ça compte.
    Ne sois pas trop dure avec toi-même ♡

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Merci ma belle! Tu as raison, je devrais davantage faire preuve de bienveillance envers moi même. Quand on a une chance de renverser la vapeur, c’est une opportunité à saisir. Je t’embrasse.

      Like

  7. Cléa Cassia says:

    ça doit être si dur, de ne pas reporter ses propres angoisses et/ou traumatismes sur ses enfants, de les laisser mener leur vie dans leur individualité différente de la nôtre. Mais ça s’apprend, j’en suis sûre, et que déjà tu en aies conscience est une si bonne chose. Tu analyses tout cela avec beaucoup de perspicacité, tu mets le doigt où il faut, je t’admire car nous n’en sommes pas tous capable !

    Liked by 1 person

  8. Rozie & Colibri says:

    Etre parent .. C’est une tâche difficile et en même temps qui en apprend sur soi et sur les autres au quotidien, semble-t-il ..
    Tu t’en es rendue compte, c’est déjà énorme ! Nous sommes beaucoup à récréer des schémas hérités de nos parents, grands-parents, oncles et tantes … Sans nous en apercevoir !
    Est-ce parce que tes propres blessures ressurgissent ? Peut-être aussi. Mais tu sais faire la différence entre toi, petite fille de 4 ans et lui.
    Merci pour cet article touchant et plein de vérité.

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Bien sûr Rozie,après tout, ces schémas sont ceux avec lesquels nous avons grandi. Il faut du temps pour s’en défaire et en construire de nouveaux; propres à nous.
      Merci à toi pour ta lecture bienveillante et tes encouragements.

      Like

  9. La Carne says:

    J’ai été cet enfant là aussi. Sauvage même ils disaient à l’école. Si ça se trouve, aujourd’hui on dirait inadaptée… en réalité, je ne répondais simplement pas à ce qu’ils attendaient d’un enfant, d’un élève etc.
    Comme toi… mes enfants… le boomerang… bing… je ne gère pas tout… certaines choses pas du tout même. Pour les anniversaires et autres sorties… j’ai trouvé ma petite solution. Je ne fais que déposer, échanger de très brèves politesses… et je pars… avec la conscience à peine tranquille… mais au moins, ils n’auront pas mon regard bousculant sur eux…

    Liked by 1 person

  10. Isabelle Rouet says:

    pas facile de ne pas avoir de peurs pour son enfant, qu’il subisse les mêmes problèmes qu’on a connus. Je travaille avec des 4è cette année sur le thème du harcèlement, et notamment sur les conséquences à long terme (je radote sans doute un peu). Je l’ai déjà dit, mais quand j’entends quelqu’un qui se marre dans la rue, ma première impression c’est toujours “encore quelqu’un qui se fout de ma gueule”, et après seulement je comprends que non. Il n’y a aucune raison qu’un enfant subisse les mêmes brimades que ses parents, c’est pas génétique! Mais je comprends tout à fait ton inquiétude. Tu sais que ça existe, tu sais le mal que ça fait, et viscéralement, tu veux l’éviter à ton enfant. Tu vas réussir à faire la part des choses 🙂 bisous (et encore merci pour ton SMS de l’autre jour, je crois que j’en avais bien besoin à ce moment là 😉 )

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Tu as raison, on se défait difficilement des “brimades” du passé. Le harcèlement, encore plus aujourd’hui, peut être destructeur. J’aime la façon dont tu sensibilises tes élèves à cette réalité. C’est essentiel ma belle.
      Les amies sont là pour les coups de coeur et de blues…
      Je t’embrasse, prends soin de toi Zabou.

      Like

      • Isabelle Rouet says:

        justement ce matin, on a finalisé les tracts “non au harcèlement” avec quelques élèves! Merci pour le petit courrier d’aujourd’hui, petit rayon de soleil de ma journée 🙂 bisous

        Liked by 1 person

  11. misstexasblog says:

    Tu as déjà fait un grand pas en mettant des mots sur ta peur… En tant que parent, je trouve qu’il est très difficile de ne pas reproduire des schémas qui nous ont blessés enfant, et de ne pas transmettre nos angoisses. On a tellement envie de faire pour le mieux ! Tu te poses les bonnes questions, celles qui te permettront de faire avancer ton enfant au mieux sur le chemin de sa vie 🙂

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Oui c’est ça, dans notre envie de faire pour le mieux, on oublie parfois que nos enfants sont différents et que leur réalité n’est pas la nôtre. Ca s’apprend aussi la parentalité. Merci pour tes mots ma belle!

      Liked by 1 person

  12. Rachel says:

    On a toutes tendance à vouloir trop bien faire au risque parfois d’obtenir l’effet inverse! Ne culpabilise pas trop Marie! Tu en as pris conscience, tu ne recommenceras plus 🙂
    Grosses bises

    Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s