Je ne veux pas me protéger…

Ni les yeux. Ni le cœur.

Nous sommes dans une ère où nous refusons de nous faire polluer par l’extérieur, où nous disons « non » aux médias, aux informations qui passent, tristes, dramatiques, aux images qui heurtent nos sensibilités plus ou moins prononcées. Nous sommes avides de bonheur. Nous cherchons de belles images, de tendres clichés. Nous parlons bienveillance, amour, respect, unité, humanité.

Je n’ai rien contre ça. Je suis même la première à désirer faire le plein de sourires, de rires, de tendresse, de douceur, d’harmonie et de sérénité.

Mais je refuse d’oublier le reste, d’oublier les maux du quotidien, de fermer les yeux devant la pauvreté, la violence qui gangrène la société et la sphère familiale. Je ne veux pas avoir peur de regarder en face ce qui bouscule, ce qui fait mal. Je refuse de me retrancher derrière un silence absurde parce que « c’est dur ».

Je n’oublie pas que c’est le choc d’un évènement, d’une photo, d’un discours qui nous fait réagir, qui nous donne l’impulsion pour faire bouger les choses. Je ne veux pas passer sous silence la vieillesse, la mort, ignorer l’injustice, la maladie. Je ne veux pas oublier qu’à travers le monde des hommes et des femmes luttent sans cesse pour la dignité humaine.

Si j’ai longtemps porté ma sensibilité comme un fardeau, je sais qu’aujourd’hui elle m’offre cette chance de mieux comprendre le monde dans lequel je vis, la vie de chacun. Ma sensibilité me guide là où est la vie, même blessée, même torturée.

Je refuse de trembler devant les villes, tombeaux à ciel ouvert, devant la terreur, devant la haine farouche, devant les conflits, devant la violence qui s’acharne, devant les yeux pétris de peur des victimes qui survivent, devant la misère qui s’incruste ou la famine qui s’abat sur des peuples entiers, peuples décimés.

Je suis à fleur de peau souvent. Mais je suis vivante, mon cœur bat et mes pieds me portent. Je ne fermerais pas les yeux sur l’indicible. Ni aujourd’hui. Ni demain. J’ai besoin de sentir le monde vibrer pour dépasser tout ce qui me limite.

Je ne sauverais pas le monde. Je n’en ai ni le désir, ni l’envergure. Ma résistance à moi c’est de garder les yeux ouverts, de lutter pour la paix. A ma manière. Et de laisser passer la lumière…

c0rnthfw8aa1mff

Advertisements

30 thoughts on “Je ne veux pas me protéger…

  1. Ne pas fermer les yeux, jamais. Et apporter autant d’amour et de bienveillance que nous pouvons, chacune à notre façon, auprès des gens que nous pouvons atteindre. Et prier pour les autres, pour qu’un jour les images choquantes et les décisions insensées, les journaux télévisées emplis d’images violentes disparaissent…

    Liked by 1 person

    • Je suis bien d’accord Catherine. Je pense juste qu’il faut essayer de ne pas trop se voiler la face – la chute risque d’être plus douloureuse qu’autre chose. Passe toi aussi un bon weekend et repose toi avant Venise.

      Like

  2. Je pense qu’il y a un juste milieu à trouver. On ne peut pas non plus passer son temps à regarder, lire et écouter ces horreurs. Cela ne sert pas à grand chose. Je pars du principe que je saurai, bien assez tôt. Alors, non, je ne cherche pas à me protéger mais j’essaie quand même au maximum de m’en tenir un peu loin, tout en gardant les yeux ouverts.

    Ce qui me fait le plus “mal”, qui me dérange le plus, c’est mon sentiment d’impuissance. Je voudrais que les choses changent, bougent, je voudrais faire quelque chose mais je ne sais pas comment m’y prendre … C’est ça qui est finalement le plus dur à vivre.

    Liked by 2 people

    • Je te rejoins, on ne peut pas vivre que dans le noir mais pas non plus évoluer juste sur son petit nuage. Le tout est de trouver le juste milieu comme tu le dis.
      Je crois que nous pouvons chacun à notre échelle faire quelque chose pour que les choses bougent. Tu nous l’as prouvé ma belle avec ton projet pour l’éducation des filles. Tu as posé un acte pour un monde meilleur…
      Si chacun faisait un peu, le monde évoluerait autrement.

      Liked by 1 person

      • Merci pour tes mots Marie. Ils redonnent un peu de courage … Et merci de me rappeler ce projet pour l’éducation des filles.

        Tu m’as donné l’idée de monter un nouveau projet 😉

        Bises

        Liked by 1 person

  3. Très beau texte Marie… Ce thème m’intéresse beaucoup. Je t’avoue que j’ai tendance à faire l’autruche, pour me protéger. Car quand j’entends à la radio ou à la télévision qu’un enfant a été battu à mort par ses parents, et bien si vraiment je me mets à y penser sérieusement, je me mets dans des états pas possibles et je ne peux m’empêcher de pleurer et de me torturer avec des pensées morbides. A quoi bon finalement? Effectivement, le fait d’y penser ne changera pas le monde, je t’avoue que je ne sais pas trop comment me comporter face à ce sujet.

    Liked by 1 person

  4. Il faut bien sûr se garder des moments de tendresse ou de rire mais ne jamais oublier que le monde est une jungle où les plus cruels ne sont pas souvent les animaux ! Si nos frêles épaules ne peuvent supporter toute la misère du monde , il faut au moins se tenir informée. Passe un bon week end Marie bisous

    Like

    • Je te rejoins complètement Paulette. Et c’est peut-être justement parce que je les ai ces moments là maintenant que je peux gérer le reste. Nous ne pouvons pas gérer ou porter toute cette misère, je l’ai compris aussi, mais nous pouvons à notre manière faire quelque chose pour un monde plus juste – serein. Grosses bises, merci et doux weekend.

      Like

  5. Ton texte est très beau, ta posture est courageuse et noble.
    Moi je suis écartelée entre mon envie de savoir, d’affronter la réalité et mon hyper émotivité. Et si je ne veux pas me rendre malade, je dois me protéger. Je dirai que j’ai un oeil ouvert l’autre fermé, pas très pratique parfois, mais je ne vois pas comment faire autrement 😉

    Like

    • Merci Aileza
      Je me suis longtemps rendue malade, j’ai souvent par le passé eu mal à en crever. Puis un jour j’ai réussi à regarder ce qui me faisait souffrir et tout en le regardant j’ai réussi à m’en libérer. L’écriture m’y a peut-être aidé aussi. En tous cas ça ne me détruit plus comme avant, j’arrive à mieux me protéger.
      Le tout est je crois de trouver ce qui nous correspond le mieux. Le monde n’a pas besoin de davantage de souffrances ma belle. Je t’embrasse.

      Liked by 1 person

  6. La poésie soigne l’âme.
    Il est impossible de fermer les yeux sur ce qui nous entoure… Face à la joie, il y a la tristesse, face à la paix il y a la colère, face

    Like

  7. face à l’amour il y a la peur…
    Tout est dualité…
    Il est “juste” de regarder le monde tel qu’il est ! Je n’aime pas dire “il faut…”

    Merci pour ce texte.
    Fred

    Liked by 1 person

    • J’aime énormément ton approche Fred. Oui le monde est multiple. Il faut les ténèbres pour voir la lumière. Quand elle apparait au milieu des ténèbres c’est encore plus beau. J’ai l’impression que c’est l’écriture qui m’a libérée de tout ce que je ne pouvais gérer avant. Belle journée Fred.

      Like

  8. Je n’ai pas ton courage Marie. Depuis quelques temps, je me protège en me tenant à l’écart de l’information. Et du traitement de l’information, parfois tellement affligeant. Ça ne veut pas dire que je suis indifférente. Au contraire. Je sais parfaitement ce qui se passe et ça me fait parfois mal à crever! Je ne peux pas porter tout ça. Et je t’admire de pouvoir le faire.

    Like

    • Il y a un temps pour tout Marie. Je me suis protégée à un moment de ma vie où je ne me sentais pas “capable” d’encaisser tout ça. J’ai l’impression que c’est l’écriture qui m’aide à poser ce regard sur le monde. J’arrive aujourd’hui à évacuer davantage…

      Liked by 1 person

  9. Tu es courageuse. Depuis quelques semaines maintenant, je n’en peux plus, c’est intolérable, alors je fais l’autruche moi aussi.
    Et pourtant, si j’ai une grande sensibilité, je ne suis pas non plus hypersensible. Ca n’a jamais été un fardeau pour moi, alors j’imagine le travail sur toi-même que ça demande.

    Liked by 1 person

    • Il y a des moments aussi où je me réfugie dans ma bulle Rozie, quand je sens que je ne peux plus intégrer toute cette folie, ce chaos. Je recharge les batteries en quelque sorte.
      J’ai l’impression que le travail s’est fait à mon insu. L’écriture m’y a aidé très certainement.

      Like

  10. Je partage ton point de vue Marie! Le monde est ce qu’il est, la vie est ce qu’elle est , je veux les voir tels qu’ils sont! Ce sont les difficultés qui forgent, pas une vie dans la ouate. Et quand c’est trop dur, je me réfugie dans mon cocon pour me ressourcer.
    Bisous

    Liked by 1 person

    • Oui Rachel nous ne pouvons pas tout occulter! Ou alors nous vivons une histoire qui n’est pas la nôtre…
      Comme toi, quand c’est trop, je retrouve calme et sérénité au coeur de ma routine et au contact des miens.
      Je t’embrasse.

      Like

  11. Marie au grand coeur que tu es ! Aujourd’hui même, mon mari, moi et ma fille avons donné une petite participation pour aider à lutter contre la lèpre. C’est terrible qu’il existe encore cette affreuse maladie dans le monde mais heureusement plus en Europe à ce jour. Voilà, un petit geste qui ne sauvera pas le monde entier certes, mais que pouvons nous faire ? Nous ne pouvons pas rester nous lamenter sur tout ce qui se passe partout, nous nous tenons informés et notre coeur ne peut qu’entendre toutes ces souffrances mais nous ne pouvons pas forcément agir. Gros bisous Marie, passe un très bon week-end et ne pense rien qu’à profiter de ton week-end à toi ma belle…

    Like

    • Et si chacun faisait un petit geste Marie, je crois que les choses bougeraient. Nous sommes tous d’accord pour dire que ça ne changerait pas le monde d’un coup, mais ça apporterait un peu de réconfort autour de nous. Et les gens se mobiliseraient davantage aussi.
      Le partage engendre le partager et l’amour engendre l’amour. C’est une des lois de la vie!
      Merci et belle journée à toi et tes proches.

      Liked by 1 person

  12. Gardons les yeux et le cœur ouverts je suis d’accord avec toi. Je refuse que mon quotidien soit envahi des images que toutes ces chaines de TV nous diffusent en continue. Je reste informée mais je prend de la distance avec ces images là. Histoire de ne pas perdre confiance et de pouvoir encore sourire. Bisous et bon dimanche

    Liked by 1 person

    • Hier soir j’ai voulu regardé envoyé spécial sur ces femmes qui prêtent allégeance à Daesh – j’ai arrêté avant la moitié, les photos étaient insoutenables pour moi! Je sais que ça existe, mais je préfère lire des témoignages que de me prendre l’horreur en pleine figure.
      Il faut toujours sourire Stéphanie. Parce que la vie est belle malgré tout. Je t’embrasse.

      Like

  13. On dit:celui qui voit l’injustice et qui reste sans réagir en est aussi coupable. Je dirai :celui qui voit le malheur, l’ignore, ne fait rien pour lui apporter une solution y contribue aussi.
    Ton engagement est vivant. Et je te suis

    Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s