Cerf Volant

Il vole dans le vente frais d’avril tel un planeur des temps modernes. Il sillonne le ciel, Goéland aux ailes d’or. Les fils qui le retiennent au sol sont invincibles. Seuls les cris de l’enfant courant sur le sable fin en contrebas trahissent leur existence.

Il virevolte, se cabre, dessine des histoires dans les nuages. L’enfant rit en suivant des yeux cet oiseau coloré brillant de milles feux. Sa course s’arrête d’un coup net quand l’attention de l’enfant faiblit. Il s’abat alors comme un avion fou sur le sable doux.

Advertisements