Je choisis de ne pas fermer les yeux

J’ouvre les yeux. Je peux choisir de ne pas le faire. Je peux choisir d’occulter la réalité, m’enfermer dans ma bulle, me protéger. Je peux choisir de ne pas voir, de ne pas avoir mal, de ne pas sentir mon cœur trembler à l’évocation de ce qui se passe, la-bas, dans ce pays que je ne connais pas, dont les images défilent sur mon écran de télévision, pays décharné et meurtri, pays massacré, pays que l’on laisse à la merci de martyrs sanguinaires. Je peux refuser l’indifférence du monde occidental. Je peux fermer mon cœur face aux rues, jonchées de cadavres, tombeaux à ciel ouvert. Je peux objecter que ça se passe loin, que je suis impuissante, que mes prières n’y changeront rien.

Mais je ne le fais pas. Je choisis de me prendre en pleine figure l’image de la mort qui balaye les rues, qui fauche les vies d’hommes, de femmes et d’enfants innocents. Je choisis d’ouvrir les yeux sur l’insoutenable, sur la cruauté qui décime, sur les rats qui courent parmi les restes de ce qui fut jadis une ville classée au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO. Je choisis de prier pour que ce bain de sang cesse, pour que les hommes au pouvoir du monde mettent un terme à ce massacre. Je choisis la vie face à la terreur. Je choisis le regard des enfants comme soutien, les promesses et l’espoir inhérents à chaque existence. Je choisis la colère à la place du chagrin. Je choisis de ne pas fermer les yeux.

Et je me tourne vers le ciel, ensoleillé ici, ensanglanté la-bas. Je prie pour ceux qui partent, ceux qui restent, ceux qui résistent, ceux qui agonisent, ceux qui luttent, ceux qui aident, ceux qui fuient, ceux qui espèrent, ceux qui aiment, ceux qui avancent coûte que coûte, ceux qui défient les armées de leur yeux perdus dans l’immensité de l’éternité.

02ec7c7eab851266ac66331e9f1f770e

 

Advertisements

16 thoughts on “Je choisis de ne pas fermer les yeux

  1. Quelle tristesse, quelle angoisse. Quelle horreur.
    Devant ma télé, je vis la culpabilité de l’occidental. Je culpabilise d’être née au bon endroit, d’être heureuse, d’avoir tant.
    Et j’ai tellement peur de ne pas pouvoir vivre ma vie sans vivre la guerre à mon tour, autrement que par écrans interposés.
    Notre impuissance est terrible. J’ai l’impression de faillir à mon devoir d’être humain.
    Tu choisis de ne pas fermer les yeux et c’est honorable.

    Liked by 1 person

    • On ne faillit jamais. On fait ce qu’on peut. Nous avons cette chance d’être nés du bon côté. C’est peut être notre devoir alors d’être heureux et d’aider notre prochain Rozie. Courage.

      Like

  2. Impossible d’ignorer les horreurs que vivent les habitants d’Alep mais à part prier pour qu’ils puissent retrouver une vie de paix que pouvons-nous faire à notre échelle ? Les “chefs” vivent bien à l’abri des bombes eux , c’est pourtant eux qui détiennent le pouvoir du mot” fin” pour ces atrocités ! Nous ne sommes malheureusement pas à l’abri d’une telle situation ! Pauvre Terre ! Bisous Marie

    Liked by 1 person

  3. Je ne suis plus croyante donc inutile pour moi de prier. Il faut essayer d’avoir encore foi en l’être humain mais je me demande si cela signifie encore quelque chose pour la Syrie.
    Les puissants ne font rien et nous, nous sommes spectacteurs de l’horreur.
    J’aimerais que l’on se réveille, j’aimerais avoir le pouvoir de faire bouger ces Nations Unies.

    Liked by 1 person

  4. Malgré l’horreur qui me rend dingue, ça fait du bien de te lire.
    Malheureusement tu ne peux pas tout guérir avec mais tu es un Baum à toi toute seule… Merci petite Marie😘

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s