Lettre à Roger (2)

Je reprends le fil de mon récit. Comment continuer ?

J’aimerais d’abord te dire que si aujourd’hui tu me trouves froide et distante, c’est parce que j’ai compris et intégré une chose : je ne pourrais jamais te faire confiance.

Au début, avant sa naissance, je croyais à tant de choses. Je croyais dur comme fer que, dans un premier temps, tu allais t’excuser de t’être emporté, de m’avoir traitée de la sorte, d’avoir proféré autant d’insultes à mon égard, d’avoir menacée de me quitter, pire de me tuer.

Puis j’ai compris qu’il n’en serait rien. Peu importe. Je m’en tiens à ma version des faits, toi à la tienne. Rien de ce que nous pensons ou retenons n’a le pouvoir d’influencer le passé, alors restons en-là.

Ensuite, j’ai cru qu’à défaut d’être amants (mauvais, mais c’est une autre histoire) nous pourrions être parents. J’étais même prête à passer sous silence notre relation sordide, tout le chaos qui avait précédé mon départ, prête à passer l’éponge, pour assurer à notre enfant un début de vie serein. Je ne tenais pas à ce que l’on se l’échange sur un quai de gare ou entre deux portes pour quelques heures, quelques jours. Rien ne s’est passé comme je l’avais imaginé. Et à cet instant précis, je peux dire FORT HEUREUSEMENT ! Ton mauvais comportement a joué en ma faveur, pour une fois.

Les premiers temps tu cherchais ta place, entre menaces, mensonges et excès de gentillesse. Tu me faisais croire que tu ne pouvais pas vivre sans moi et dès que je n’allais pas dans ton sens tu m’accusais du pire. J’étais complètement paumée, incapable de discerner le vrai du faux, incapable de savoir si je pouvais te faire confiance ou s’il fallait que je reste sur mes gardes. Je tenais bon, pour le petit. Je crois qu’il m’a donné tous les courages, surtout celui d’affronter ta présence deux samedi par moi, pendant un an. Lors de tes fameuses visites en espace médiatisé. Tu nous en as mis plein la vue, en te tenant à deux allers-retours par mois pendant plus de dix mois. Incroyable ! D’ailleurs tout le monde est tombé dans le panneau et à finit par admettre que tu étais un type bien, dingue de ton fils et très certainement terriblement malheureux.

Quel sketch !

C’est durant ces visites que j’ai commencé à prendre mes distances, à comprendre qui tu étais vraiment. Un menteur et un manipulateur. Tu ne m’impressionnais pas. C’est pendant ces quelques minutes, en face à face, avant la visite, que j’ai fini par pouvoir te dire « non » sans me sentir coupable.

Aucun échange n’est possible avec toi. Tu pars du principe que toi, tu sais et que ce que toi, tu dis, les autres doivent le suivre à la lettre. Pas étonnant qu’avec toi, j’ai perdu toute faculté d’analyse, de prise de décision. Je voulais la Paix, alors j’ai dit « amen » à tout. Plus facile. Moins angoissant.

Aujourd’hui je ne dis « amen » à rien et « non » à tout. J’ai repris mon identité. Je le vois dans tes yeux, ça t’étonne. Et ça t’énerve aussi terriblement – qu’une femme ose te tenir tête, quel outrage ! Tu n’y comprends rien. Tu t’escrimes à tenter de me faire plier. Tu t’en donnes à cœur joie d’ailleurs. Mais la réponse reste la même de mon côté. Mon « non » nous protège, lui et moi. Mais mon « non » c’est aussi une manière de te dire que cette partie-là, c’est moi qui la gagne jour après jour !

Advertisements

22 thoughts on “Lettre à Roger (2)

  1. Juste un mot Marie: bravo!
    Pour ce chemin parcouru, pour avoir réussi à proférer ce Non et à t’y tenir pour toi et le petit pour vous sauver définitivement et pour la partie que tu gagnes jour après jour … plein dd bisous à vous deux

    Liked by 1 person

    • Merci Catherine. Je crois que savoir dire “non” me fait beaucoup de bien. C’est un tout un parcours pour en arriver là. Mais comme nous en avons souvent parlé ensemble, on finit par poser nos limites et par comprendre l’autre, qui il est et qui il n’est pas. Grosses bises de nous deux.

      Like

  2. Bravo Marie! Félicitations pour tes avancées et continue de rester fidèle à ce “non” ! (et je comprends que tu aies cédé, quand tu te retrouves à subir des tonnes de messages et de blablabla, et que l’autre te fait comprendre que tu exagères vraiment en prenant cette décision, que tu le blesses, la seule chose dont tu as envie, c’est d’avoir la paix, donc tu cèdes pour qu’il te laisse tranquille…)

    Like

    • Tu as tout compris Illyria (soit tu es passée par là, soit tu as conscience de part ta sensibilité du poids du harcèlement en continu – très pesant).
      Merci pour tout. Le chemin semble infini mais le jour où on arrive à dire stop, quelle libération!

      Like

      • C’est surtout que mon ex était un peu comme ça, moins que Roger quand même, mais j’avais pas mal de pression avec lui, si quelque chose ne lui plaisait pas, c’était parti pour du blablabla….
        Et de rien, je suis contente de te voir avancer aussi!

        Like

  3. C’est un combat de tous les jours, d’autant plus difficile à vivre quand il y a un enfant au milieu et qu’on ne peut pas se permettre de couper les ponts .. Une lettre pleine de vérité.

    Like

    • Parfois je me demande ce que ça ferait pour notre enfant justement de couper les ponts, puisqu’il n’a jamais vécu avec son père. Mais je laisse le temps au temps. Je voulais qu’il puisse au moins mettre un nom et un visage sur lui. Merci Rozie.

      Like

    • Merci marie – Tu vois l’écrire noir sur blanc fait du bien. On se rend compte justement de ce chemin parcouru (chose qu’on a tendance à oublier quand on voit celui qu’il reste à faire!)

      Liked by 1 person

  4. Qu’il est dur le chemin à parcourir pour protéger son enfant ! Le doute et le renoncement de soi. Bravo de tenir tête à un tel manipulateur. Dès que votre petit sera plus grand, il s’en désintéressera : il ne pourra plus vous atteindre, d’ ici là, il en faudra du courage. Je vous embrasse.

    Like

    • Merci beaucoup Mamily pour votre message qui me touche. Le chemin semble long, même si ici et là il est parsemé de belles avancées. Le protéger reste ma priorité. Je pense aussi qu’un jour, il ne sera plus qu’un vague souvenir dans notre vie.

      Like

    • Déjà le fait de comprendre que la personne est manipulatrice, c’est compliqué. Compliqué d’accepter que l’autre se joue de nous. Compliqué aussi d’en arriver à comprendre que non, nous ne sommes pas fous. Lui tenir tête c’est encore un autre cap – c’est pour ça que je me tiens à ce non, même quand tout autour de moi les gens osent dire qu’au final il n’est peut-être pas si mauvais que ça!!!
      Bonne journée et merci pour tout.

      Liked by 1 person

      • Il te manipule, manipule l’entourage pour t’isoler et te détruire. C’est une situation cauchemardesque. Tu as du passer par des moments de doutes terribles. Maintenant c’est le passé et tu as toute la force pour avoir un beau présent et un beau futur avec ton fils. Bravo à toi. Bonne journée

        Like

  5. avec tout ce que tu as traversé, je trouve que tu es très forte. J’admire le courage que tu as eu il y a quelques années maintenant… et le marathon derrière pour arriver à t’affirmer face à lui aujourd’hui. J’espère que tout cela sera administrativement bientôt derrière toi. bisous et bon début de week-end 🙂

    Like

  6. Cette femme qui lui tient tête est magnifique, merveilleuse. Tu as su prendre la décision qui s’imposait pour protéger ton enfant, et pour te protéger également. J’imagine son comportement basé sur le mensonge et la manipulation, et cela me donne la nausée… Tu peux être fière d’avoir su te défaire d’une telle emprise sur ta vie, emprise qui aurait pu être forte sur la vie de ton enfant également. A travers votre libération, tu te donnes la chance de pouvoir te retrouver, et dans cette belle relation que tu tisses avec ton petit garçon, tu apprends à te reconstruire, pour toi comme pour lui.

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s