Ce que j’ai appris (dans le cours d’un WE)…

Ce weekend fut riche en rencontres, partages, échanges, rires et découvertes. Pour moi, le contact humain est très important. Même si j’arrive aisément à entretenir des relations amicales durables et vraies à distance. Au jour le jour, j’ai autant besoin de solitude que d’avoir une vie sociale riche. Comme on le dit beaucoup aujourd’hui, je suis une solitaire sociable !

Ce weekend on peut dire que je suis sortie de ma zone de confort. J’ai débuté par un atelier Cook& Go avec une trentaine d’autres célibataires, suivi d’un verre au pub du coin, avec un retour à la maison tardif (ou matinal). Puis j’ai entrepris un gros chantier de désencombrement de mon espace de vie (5h samedi matin). Je suis ensuite allée rendre visite à ma grand-mère. Dimanche, je me suis rendue à mon premier Meet Up « Let’s Speak English ». J’ai passé un très bon moment. En rentrant, j’ai pris du temps pour écrire et me cuisiner un bon dîner. J’ai remis le nez dans des enregistrements datant de 2010, qui m’ont beaucoup aidé à avancer sur mon roman et m’ont fait rire à gorge déployée, chose qui ne m’était pas arrivée depuis longtemps, sur ce sujet précisément.

2016-07-26 10 54 28_resized

Après ce long préambule, pour vous présenter les choses, je vous dis tout sur les leçons intégrées ce weekend:

  • Nous sommes souvent les seuls à nous mettre des barrières, à nous empêcher d’aller plus loin. Nous accusons facilement les autres. Quand un seul acte de notre part peut changer la donne.
  • Nous sommes responsables de nos choix, des routes que nous empruntons, des paroles que nous prononçons, des rêves que nous faisons, des actes que nous posons. Et ce constat est très libérateur. Nous sommes les acteurs de notre vie
  • Il n y a pas de petite victoire. Chaque fois que vous sortez de votre zone de confort, chaque fois que vous réussissez quelque chose, chaque fois que vous essayez, tentez, que vous osez, vous pouvez vous féliciter et être fier de vous.
  • Nous n’arrêtons pas de nous critiquer, de nous regarder comme de petites choses, sans intérêt. Alors même que nous sommes fabuleux. Et le dire, le ressentir ne fait pas de nous des êtres supérieurs ou égocentriques.
  • La routine est nécessaire, elle permet de se centrer, de se concentrer, de nous ancrer. La routine nous donne des repères. A condition de ne pas en devenir prisonniers.
  • Perdre l’équilibre est bon aussi de temps en temps : changer nos habitudes – accueillir l’inattendu avec bienveillance.
  • Nous ne voudrions faire que ce qui nous plaît. Seulement ce n’est pas toujours possible. Prendre du temps pour une personne, partager un moment avec un parent, aller boire un café avec un(e) amie(e) qui n’a pas le moral, appeler pour prendre des nouvelles, rendre visite à quelqu’un à l’hôpital…Ces choses nous pèsent et pourtant quand on voit ce qu’elles apportent à la personne en question, on se dit que ça en valait la peine. Après tout, qu’est-ce que quelques heures dans une semaine ou dans un mois ?  La vie, c’est aussi faire quelques concessions (sans ne faire que des concessions) et partager un peu de bonheur autour de soi.
  • Plus nous avons d’espace libre chez nous, plus nous nous sentons apaisés et sereins. Cela crée de l’espace libre en nous, dans notre esprit et notre vie.
  • Dire « l’argent est important » ne signifie pas que nous pensons que l’argent l’emporte sur le reste. Cela signifie juste que nous avons conscience que l’argent est nécessaire pour vivre, avoir un toit, s’alimenter, s’habiller. Aller dire à un mendiant, à une mère de famille qui n’a pas de quoi nourrir ses enfants, à un père de famille qui fait la manche dans le métro « l’argent ne m’intéresse pas » ou « je n’ai pas besoin d’argent ». C’est si facile à dire quand on a tout.
  • Si on m’offrait une deuxième chance, je crois que je revivrais la même histoire tumultueuse avec Roger. Juste pour le plaisir de me voir remonter la pente. Et parce que, sans cette rencontre, je n’aurais jamais pris conscience de celle que je suis vraiment, je ne me serais jamais réalisée pleinement, je n’aurais jamais pu prendre confiance en moi et envisager l’avenir sereinement, ou encore intégrer que tout commence par l’amour de soi, que la vie peut être une aventure passionnante, inspirante, enrichissante.
  • L’inspiration du créateur, de l’artiste (quel qu’il soit) vient de sa façon particulière de regarder le monde, d’être attentif à ceux qui l’entourent.
  • Quand on cuisine avec le cœur, tout est bon, même ce qui, esthétiquement, ne ressemble à rien !
  • La confiance en soi s’acquiert au fil du temps (à mesure que notre zone de confort s’étend). Les gens optimistes ont davantage confiance en eux, car ils ont davantage confiance en la vie. Tout est lié.
  • Nos paroles et nos pensées créent notre réalité.
  • Se protéger contre les agressions de l’extérieur est humain. Nous en avons tous besoin à un moment ou à un autre de notre existence. Mais nous ne pouvons pas sans cesse fermer les yeux. A chaque instant, il est essentiel de se rappeler que l’unique valeur qui a du poids, c’est l’AMOUR (c’est peut-être ma manière à moi de me protéger…). En acceptant que la souffrance, le chagrin et la mort font partie de la vie, on apprend à vivre pleinement.
  • On peut chercher longtemps et partout l’amour (relation amoureuse) mais tant qu’on ne s’aime pas, tant qu’on attend de l’autre qu’il comble le vide qui est en nous, on ne trouvera pas l’homme ou la femme faite pour nous. Tout commence par SOI.

Je crois que j’ai fait le tour. Je ne sais pas si c’est moi qui ai été davantage ouverte à l’autre, à l’écoute, davantage présente dans chaque rendez-vous, dans le présent. Mais j’ai beaucoup avancé en 48h. Et je me sens d’un coup plus légère et plus en phase. Parfait pour les vacances qui se profilent à l’horizon !

A vous de partager une leçon apprise récemment ou depuis longtemps et qui vous tient à cœur…

Advertisements

14 thoughts on “Ce que j’ai appris (dans le cours d’un WE)…

  1. carrie4myself says:

    J’ai des frissons de partout. On dirait moi, mais tu as sacrement mieux resumer tout ca que moi, et tu as réussi a bien travailler sur toi!
    Je suis actuellement sans travail :/ mais suite a des soucis de santé de mes parents, je suis chez eux pour les aider dans toutes les taches de la vie quotidienne. Ce n’est pas une vraie concession mais plutôt un choix, une envie: j’ai le temps de le faire! Et mieux vaut maintenant que … jamais.
    Merci encore Marie pour ces mots qui me touchent énormément.
    Belle journée. Bizz

    Like

  2. dhelicat57 says:

    Bravo Marie j’attends avec impatience que tu nous racontes notamment ces “meet up let’s speak english” dis nous quand tu seras dispo veux tu venir avec tes parents? Tu as fait un grand pas en avant et tu es une belle personne, merci tes mots reçus ce matin au courrier une bulle de bonheur ..Le petit escargot doré comme un abricot m’a fait rire bisous à très vite

    Like

  3. Dame Ambre says:

    J’ai appris quelque chose de très très important, d’un oncle canadien de mon mari. Nous étions donc au Canada, épuisés par des heures d’avion et le décalage horaire. Il m’a dit ça alors que mon petit, pas encore 3 ans, hurlait sur le sol : “tout est provisoire”.
    Et c’est vrai. Tout. Toujours. Cela fait un bien fou, en période de crise 🙂 Je me le répète souvent, et je le partage autant que je le peux 🙂

    Like

  4. escarpinsetmarmelade says:

    Je réclame une grande Une pour cet article! Franchement, tes mots m’ont mis du baume au coeur, ce sont de beaux principes de vie, applicables par tous:-)

    Like

  5. sweetiejulie says:

    Je ne vois rien à ajouter, à chaque alinéa j’ai souri, contente de te savoir dans un tel état d’esprit, et contente de te savoir beaucoup mieux qu’avant. Concernant les obstacles qu’on peut se poser, je crois qu’ils sont bien nombreux et nous empêchent de nous réaliser pleinement. Tu as raison de dire que notre vision des choses créé notre réalité dans laquelle nous progressons selon notre propre volonté. Il est alors de bon de laisser la place à l’autre pour élargir notre esprit et nous nourrir de ce qu’il a à nous donner. La solitude n’est alors qu’une phase de douceur pour nous reposer un peu, et pour que les expériences dans lesquelles nous prenons confiance nous forgent. Je ne regrette rien de mon passé, pas même les parts les plus sombres et pour lesquelles j’ai encore honte parfois. Il m’a donnée la possibilité d’être sensible, et de savoir que chaque jour compte pour être présent aux côtés de ceux qui souffrent, ceux qui nous font sourire. Il me pousse à sortir de ma carapace chaque jour, à repousser les limites que je me fixe. Et il suffit parfois de croiser le sourire d’un enfant pour réaliser que l’insouciance et la liberté d’être ne sont pas loin. Que nous pouvons briller, tout en amour et en bienveillance.
    Je te souhaite de douces et belles vacances ❤

    Like

  6. Bernieshoot says:

    Chaque mot montre combien tu avances.
    j’ai appris, depuis longtemps, qu’il ne servait à rien d’avoir raison trop tôt.

    Like

  7. Nature ... says:

    Ton coeur semble plus léger … j’admire … le mien est encore lourd mais je m’y suis habituée …
    Je t’embrasse Marie …
    Merci pour ton partage

    Like

  8. ptitedelph says:

    Je te reconnais bien dans ces mots là et te sens de plus en plus en adéquation avec toi-même comme si des chaînes justement avaient sauté et pouvaient te laisser vivre plus sereinement et en harmonie et ça fait du bien et remet les pendules à l’heure 🙂
    Merci pour ce superbe partage de vie et d’accomplissement sur soi, finalement (tu veux bien être ma coach ?? bon y a du boulot mais suis assidue et motivée ^^)
    De gs bisous pour tous les deux ❤

    Like

  9. Pidiaime Piwo says:

    Que de vérités qu’il est bon de se rappeler sans cesse, car en être intimement convaincus n’est pas toujours la solution, il faut les rabâcher pour ne pas se perdre…
    Un joli article qui donne le sourire !
    “Nous accusons facilement les autres.”
    J’ai lu je ne sais plus où que, souvent, nous reportons sur les autres ce que nous nous reprochons à nous même. Quand j’ai l’impression d’en vouloir au Major pour quelque chose, si je me pose la question “est-ce que ce n’est pas plutôt à toi que tu reproches ces choses-là ?”, la réponse est presque tout le temps oui, même si c’est parfois vexant voire frustrant de le reconnaître. Mais c’est aussi libérateur, de mettre le doigt sur un noeud en nous-même.

    Bonne continuation sur la pente positive Marie !

    Like

  10. una idea says:

    Merci Marie de partager toutes ces enseignements avec nous ! Quel week-end riche à tous les niveaux 🙂
    Tes mots me parlent beaucoup et je suis très heureuse pour toi pour toutes ces avancées 🙂
    Gros bisous !

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s