Il faut que je vous raconte..

Il faut que je vous raconte un weekend, sous le soleil, une autre ville, le temps qui se suspend, les minutes éphémères, les heures qui s’accélèrent, le cœur qui bat, l’amitié qui déploie ses ailes, des sourires au bord des lèvres.

Il faut que je vous raconte le charme fou des enfants, les pas de danse qu’on esquisse, une soirée en plein air, des notes de musique, un voyage, des notes de liberté dans la fraîcheur du soir.

Il faut que je vous raconte le soleil qui fait des étincelles, qui se lève puis se couche en douceur, les yeux fermés et les nuits courtes, la pluie au bord de la rivière, le charme d’un village du sud et le claquement sec des boules de pétanque sur le sol poussiéreux de la place vide.

Il faut que je vous parle de nos mots, qui s’envolent, se font, se défont, nous enivrent, nous intiment l’ordre de ne jamais cesser de croire que nous pouvons tout, que nous pouvons plus, que nous sommes talentueux, de ces mots qui portent loin, qu’il faut saisir avant qu’ils ne disparaissent, qu’on note à la va vite, sur un coin de table, complètement ailleurs.

Il faut que je vous raconte nos questions sur la vie, sur nos choix, nos certitudes, nos passions communes, nos partitions à deux, quatre, six mains, nos blessures, nos failles discrètes, nos victoires secrètes, notre manque de confiance en nous, pour nous, nos encouragements authentiques pour les autres.

bulles_volant

Il faut que je vous raconte l’envol, la danse, les mains moites, la barre qui semble indomptable, l’échauffement intensif (elle m’avait dit que je la détesterais au bout de cinq minutes – je lui disais « je t’adore » au bout de dix), la grâce de certaines, l’absence de la mienne (on s’en fiche), le premier tour inattendu, magique et l’amie à côté qui esquisse de belles poses, me surprend, certaines maîtrisées depuis peu, d’autres tentées et tout juste domptées. Et puis le corps qui ose, qui se lâche, qui libère la tension, qui tourne, glisse, se hisse, dégringole, se tord, s’effondre sur le sol, reprend vie.

Il faut que je vous montre…

2016-07-11 15 45 56_resized

Il faut que je vous raconte l’entre-aide, les fous rires, les essais manqués, les courbatures, le corps qui tire, la découverte de muscles à des endroits inconnus de mon squelette, la satisfaction d’avoir essayé, d’être sortie de ma zone de confort, l’envie de recommencer.

Il faut que je vous raconte le matin et le soir, les grillades et les salades, les moments à deux et les moments plus nombreux, les yeux pétillants, les cailloux en forme de cœur, le vent qui soulève les jupes, l’amitié qui profite de chaque seconde, qui respire l’air pur de cette parenthèse arrachée à un quotidien à cent à l’heure.

Il faut que je vous raconte la fin, une journée à Avignon, des tapas partagées, un troisième cœur qui s’invite à la danse, le Palais des Papes sous un soleil de plomb. Il faut que je vous raconte, nous trois, notre amour des mots, nos initiales notées sur le papier, des anagrammes tentés, des drôles de nom trouvés et assumés, des histoires apprivoisées, des photos prises en rafale, des vidéos complètement loufoques, des idées à travailler, des vœux et des dédicaces qui laissent des papillons au creux du ventre, au bout des doigts.

Il faut que je vous dise l’envie de stopper l’horloge, de retenir les minutes, de prolonger à l’infini ce moment de grâce, si rare, cet instant magique.

Il faut que je vous dise que moi aussi, comme elle ou elle, je suis nostalgique de ce souvenir gravé sur les photos et le papier, entre les lignes de nos vies. Il faut que je vous raconte nos rêves qui se complètent, nos envies qui prennent vie, le chemin qui se dessine dans l’ombre et nous promet de belles découvertes, des rencontres divines. Il faut que je vous raconte comment chacune y croit pour l’autre, à défaut d’y croire pour soi, à quel point chacune donne, avec amour, tendresse, à quel point c’est bon de se sentir sur la même longueur d’ondes, de se savoir si bien entourée, appréciée, aimée pour ce que nous sommes.

Il faut que je vous dise un secret…

2016-07-11 15 47 11_resized

“Love is our resistance”

Advertisements

20 thoughts on “Il faut que je vous raconte..

  1. Donc en fait, tu t’es dis “tiens, je vais les faire chialer” et t’as écris ça?
    Ben voilà, je ne sais pas quoi dire en fait, alors je vais te faire le même commentaire qu’à Laurie:
    Que dire à part que je t’aime?

    Like

    1. Tu sais bien que j’adore te faire pleurer! C’est pas de l’amitié ça…
      Déjà de lire “je t’aime” ça me donne envie de pleurer. On est quitte non?!

      Like

  2. Tu m’as entraînée dans le tourbillon d’une belle journée souvenir . Tes mots rendent ces moments magiques ..;ils appellent d’autres moments semblables 🙂 Belle semaine Marie Bisous

    Like

    1. Ce moment magique m’a remis sur le chemin Paulette. C’est le début d’une autre belle page de vie. Grosses bises à vous 2.

      Like

  3. J’étais passée à côté de cet article !! Je viens de le découvrir et j’en ai des frissons … Ce n’est pas la première fois que je te le dis mais tes mots, Marie, sont vraiment sublimes !! J’en reste sans voix, c’est si joliment raconté !

    Like

    1. Merci beaucoup Laurie. Contente d’avoir réussi à transmettre tout ce que j’ai pu ressentir pendant ces 3 jours. Des bons et beaux moments gravés en moi.

      Like

  4. Ah ! … Si seulement on pouvait immortaliser certains moments !! Faire durer le temps des bonnes choses… Mais les secondes filent l’une après l’autre qui font que les bons moments ne resteront pas présent mais des souvenirs… Gros bisous !

    Liked by 1 person

    1. Je les immortalise dans mon coeur Marie, avec l’appareil photo. Mais c’est vrai qu’on aimerait qu’ils ne s’arrêtent jamais…
      Grosses bises et merci.

      Liked by 1 person

  5. C’est vrai que cela met les larmes aux yeux, comme le fait remarquer Laurie, alors que je ne suis même pas acteur de ce que tu racontes… A moins que, finalement, mes souvenirs soient les seuls moments dans lesquels j’existe vraiment ? Et que c’est ce sentiment de pleine existence que tu écris si bien qui m’émeut… ??? Bravo en tout cas et bisous caniculaires à vous deux.

    Liked by 1 person

    1. Merci Sophia. Parfois les souvenirs des autres viennent raviver les nôtres. Et nous aimerions pouvoir revivre certaines sensations, qui n’existent que dans ces instants là. Mille merci et belle fin de journée à toi (les températures baissent prochainement…)

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s