Sur le chemin du pardon…

Vous croyez que tout va mieux, que vous avez fait votre deuil, que vous avez pardonné, que vous vous êtes pardonné. Quelle libération !

Et quelqu’un arrive, vous parle et met le doigt sur un ressenti, un sentiment. Et voilà que vous vous trouvez confronté à vos vieux démons. Tout n’est pas réglé. Pourtant selon certains, c’est aussi simple que lâcher prise et voir la vie en couleurs. Vous vous le dites aussi. La réalité est tout autre.

La réalité c’est que vous avez encore beaucoup de colère en vous, beaucoup de culpabilité, de honte, de chagrin. La réalité c’est que quand on vous demande de vous regarder dans le miroir et de vous dire, les yeux dans les yeux « je te pardonne », vous vous retrouvez submergé par un flot d’images, de souvenirs, qui vous brassent. Un nœud se forme dans votre gorge, au creux de votre ventre. Et quelques larmes se glissent même.

8cd3409f50d11f3bc40ed8e16dd99fe1_resized

La tentation est grande de vous dire que vous êtes nul, que vous n’avez toujours pas dépassé des choses du passé justement, que vous avancez pour mieux reculer ensuite. Vous entrevoyez un bilan en demi-teintes. Ou vous vous reprenez en jetant un coup d’œil en arrière, histoire de voir d’où vous venez, où vous êtes et où vous souhaitez aller. D’accord, il reste encore pas mal de pages à écrire pour que vous puissiez parler de cet épisode de votre vie, sans émotion, sans regret, sans colère ni ressentiment, avec plein d’amour pour vous, pour l’autre. Vous vous regardez à nouveau et vous vous promettez de vous atteler à la tâche, de vous offrir à vous-mêmes ce beau cadeau : pardon, paix et liberté. Ca prendra le temps que ça prendra. Le changement est en marche.

Alors oui au creux de vos nuits, à l’évocation de certaines histoires, de certains chagrins, en regardant les autres vivre des évènements similaires au vôtre, vous vous sentez vulnérables, vous ressentez le besoin de parler, de pleurer, de vous isoler ou bien de vous épancher sur une épaule amie, de prendre davantage soin de vous, de reprendre contact avec le présent. Chaque chose en son temps. Vous avancez vers un mieux-être avec chaque respiration, chaque prise de conscience. Et toujours avec bienveillance…

Advertisements

23 thoughts on “Sur le chemin du pardon…

    • Je confirme Carrie. J’en ai les larmes aux yeux à chaque fois. Il parait que ça fait du bien alors je continue l’exercice..
      Merci à toi pour tes mots doux.

      Liked by 1 person

  1. Les choses prennent du temps et c’est sans doute le seul chemin vers l’acceptation et le pardon. Le coeur met du temps à cicatriser et à permettre que l’on repense aux événements du passé sans les reproches, les regrets ou la colère. Petit à petit, marche par marche, la vie reprend le dessus en toute légèreté. Je t’embrasse Marie.

    Liked by 1 person

    • Merci pour tous tes encouragement Elodie. Le facteur temps, j’ai du mal avec lui. Tien j’aurais dû mettre “une baguette magique” dans la liste de mes envies…
      Je t’embrasse moi aussi et bon weekend.

      Like

  2. J’ai cessé de croire que je pourrai ne plus ressentir de colère un jour, et pardonner est si difficile… ton texte est si beau Marie … j’aimerais tant me dire qu’avec le temps … mais ce n’est pas si simple …
    Douce journée à toi

    Like

    • C’est loin d’être simple Christine. Il faut peut-être aussi faire le chemin avec quelqu’un, se faire aider pour voir le bout du tunnel. C’est ce que je fais, mais je trouve encore que ça prend du temps. J’ai envie de te dire de ne pas cesser d’espérer. Tout est toujours possible. Je t’embrasse moi aussi et merci.

      Like

  3. Je tombe par hasard en passant de blog en blog sur votre si beau et intense message. Que je comprend. Je n’ai pas de conseil à vous donner, loin de moi cette prétention, juste envie de partager une lecture : Le don du pardon de OLivier Clerc. On prends la chose a l’envers avec ce livre et tout d’un coup le champ des possibles s’ouvre, en tout cas pour moi qui me disais que je n’arriverais jamais a pardonner…bon courage à vous.

    Liked by 1 person

    • Merci beaucoup pour votre partage et pour avoir déposé ici de si gentils mots. Je note votre livre et s’il peut m’aider sur ce chemin, je saisis l’occasion avec le sourire.
      Très belles journée à vous et encore merci.

      Like

  4. Il faut laisser du temps au temps et ce n’est pas facile ! Avec le recul les souffrances semblent s’atténuer et au hasard d’un événement la blessure que l’on croyait cicatrisée suinte à nouveau et le travail sur soi doit reprendre ! Ne jamais baisser les bras, La vie sereine et harmonieuse est à ce prix ! Bonne soirée Marie Bisous

    Like

    • J’ai l’impression que c’est un travail sans fin Paulette. Mais on avance, c’est ce qui compte. Merci pour ton soutien et tes mots qui font du bien.
      Bises et belle semaine de préparatifs!

      Like

  5. Paradoxalement, continuer à nourrir des sentiments de rancune et de haine à l’encontre d’un agresseur attache à lui. Il encombre nos pensées et parasite notre quotidien. C’est dans ce sens que le pardon peut devenir libérateur. Non pas qu’il soit synonyme d’absolution béate, mais il permet de ne plus rester figé dans la position de victime, tentée par une vengeance qui ferait basculer du côté du bourreau, enfermant ainsi dans un cycle sans fin…

    Liked by 2 people

    • C’est pour cette raison que je souhaite pardonner en effet Sabine. Sinon j’ai en effet l’impression que nous tournons en rond, au coeur d’une relation qu n’a plus rien à nous offrir depuis très très longtemps (ni à moi, ni à lui, ni à notre enfant)

      Like

  6. Devant la glace pardonner pas si évident avec le temps l’indifférence fait son chemin c’est la cicatrisation des plaies et blessures infligées… mais l’indifférence peut telle signifier pardon? Cela permet en tout cas d’avancer en regardant devant soi pas derrière. .. bises Marie lescargot est il parti à la mer? Un moment de répit pour toi profite de ces moments à bientot

    Liked by 1 person

    • Je crois que je ne suis pas totalement indifférente, encore un peu en colère pas pour ce qui s’est passé entre nous, mais pour ce qui se passe entre lui et son fils. Mais il ne changera pas, il faut accepter et passer à autre chose. Toujours plus facile à dire qu’à faire.
      L’escargot profite pleinement du bord de mer et moi d’un peu de calme – j’en avais besoin. Grosses bises et à cet été.

      Like

  7. Est-ce vraiment à soi de se pardonner ou faut-il pardonner aux autres ? Je me pose la question en lisant tes mots et à la lumière de mes “maux”… Je réfléchis sur ma vie et je n’ai pas de regret… cetaines choses auraient pu être faites autrement mais, au final, pas de regret… Et est-ce vraiment nécessaire de pardonner aux autres ? Je dirais que ça dépend… dans mon cas, j’ai juste “digérer” et j’éprouve un grand “rien” pour une personne qui m’a fait beaucoup de mal… Mais pas certain que je pourrait avoir un rapport amical avec cette personne, mais je n’ai plus aucune haine non plus…
    bisous Marie

    Like

    • Alors entre pardonner et avoir des rapports amicaux, pour moi aussi il y a un “gap” de taille. J’apprends à pardonner, à moi pour avoir agi d’une certaine façon, à lui pour m’avoir fait du mal mais je sais que même si j’arrive à me pardonner, à lui pardonner, lui et moi ne serons jamais amis et je ne pourrais plus jamais lui faire confiance. C’est un fait et rien ne pourrait changer ça.
      Merci pour ton partage Cécile et prends soin de toi.

      Like

  8. C’est complexe tout cela… Je pense qu’il est plus facile de pardonner aux autres qu’à soi-même. Après, je ne connais pas ton histoire personnelle, mais je suis persuadée que le pardon est le salut et le chemin vers la paix… Pour y arriver, c’est une autre histoire… Peut-être faut-il un peu de légèreté et d’égoïsme, de frivolité également La frivolité est le remède à beaucoup de chose… Je t’embrasse.

    Like

    • Je suis tout à fait d’accord avec toi. C’est étrange mais j’arrive davantage à me pardonner, ou c’est l’idée que j’en ai!
      Apprendre à prendre les choses telles qu’elles sont, comme elles viennent et ne pas chercher à tout comprendre. Lâcher du lest oui. C’est essentiel je pense.
      Mille merci et douce semaine à toi.

      Like

  9. Ce n’est pas évident Marie de pardonner. Ça demande une très grande force de caractère, déjà rien que de se dire qu’il faut pardonner … Alors, y arriver pour de bon, quel chemin ! Mais tu y arriveras, j’en suis sure et certaine !!!

    Liked by 1 person

    • Merci pour tes encouragements ma belle, je crois que ça me tient à coeur pour vraiment faire le vide de tout ça et libérer de la place pour ce qui arrive. Ca demande tellement d’efforts que parfois on a bien envie de jeter l’éponge.

      Like

  10. C’est dans le pardon, qu’on apprend la patience. Envers les autres, et envers soi surtout. Tes mots me parlent tellement, je fais des va-et-viens entre les moments où tout va bien, et le temps des larmes quand tout s’effondre et que l’équilibre trouvé disparaît. Guérit-on jamais entièrement de blessures profondes, de traumatismes ? Je finis par penser que la vie continue, avec les plaies parfois à vif, et parfois la douleur se calme et s’apaise. Je finis par ressentir qu’on se construit et se reconstruit jour après jour, avec nos blessures qu’il ne faut surtout pas nier, et qu’il n’est pas bon de cacher. Si nous les montrons, nous exposons nos faiblesses et nos vulnérabilités mais seulement à des personnes que nous jugeons dignes de confiance. Qui sauront écouter, ne pas nous juger, nous accompagner sans nous rabaisser. C’est dans la faiblesse alors que toute la force se révèle, et que nous cheminons le long de la route du pardon.
    Merci pour ce texte magnifique qui me réconcilie avec moi-même, et qui m’encourage à ne pas baisser les bras dans les moments difficiles. Je t’envoie mes plus tendres pensées.

    Liked by 1 person

Comments are closed.