Le poids d’une vie

Elle ne l’a pas gardé. Elle a décidé de dire « non » au petit + sur le test. Elle ne sait plus ou pas, ni comment ni pourquoi. C’est son choix. Un choix réfléchi, un choix dont elle a parlé avec le père ou qu’elle a gardé pour elle. Le père ne sait même pas. Un choix qu’elle confesse sans culpabilité, un choix qui la libère. Elle est trop jeune. Ou bien ils ne s’aiment pas. La vie passe vite et les regrets s’accumulent comme autant de doutes qu’on ne maîtrise pas.

Quand on parle de la vie qui grandit, on oublie parfois qu’une autre vie est en jeu, celle de la femme face à l’avenir. Qui peut dire qu’une vie est plus importante qu’une autre ? Laquelle ?

Qui peut juger nos choix, nos passés, nos présents douloureux, nos rêves qui volent en éclat ?

Elle l’a gardé. Elle a décidé de dire « oui » au petit + sur le test. Elle le sent, elle le sait, elle est prête. Le père aussi. Ou pas. Elle l’imagine déjà et s’inquiète des premières démarches à faire. Un choix posé et assuré. Elle se fiche de l’âge et des quand dira-t-on. Elle se sent en accord avec son cœur, ses rêves, les lignes de son destin gravées dans la paume de sa main.

Quand on parle de la vie qui grandit, on parle de celle de l’enfant à naître, du fœtus en devenir. On oublie souvent que la femme aussi existe, qu’au creux de son ventre un désir nait ou se perd.

Face à son choix, ici, en France, elle le bénit. Pour tant d’autres femmes encore aujourd’hui, l’enfant qui grandit a plus de poids que leur propre vie.

cest-ma-vie-je-choisis

Advertisements

7 thoughts on “Le poids d’une vie

  1. Que tu as raison d’en parler Marie : derrière ce choix de garder ou pas, il y a la vie d’une jeune femme qui sera ou détruite ou au contraire auréolée de joie . Les lois ne tiennent jamais compte des cas particuliers ! Et les autres n’ont pas à juger ! Beau billet Marie Bisous

    Like

  2. Tu en parles si bien, si posément, avec tant de douceur. J’aime énormément, Marie. J’aimerais pouvoir évoquer ce sujet comme toi, sans m’énerver…

    Effectivement, il n’y a pas que la vie hypothétique d’un embryon mais aussi celle de la femme qui le porte à prendre en compte. On ne devrait pas juger ces choix.

    Liked by 1 person

    • J’apprends juste à dompter ma colère Catwoman. Mes mots m’aident en ce sens. Car ce choix est si difficile parfois, si douloureux…
      Pas de jugement oui, juste être là, écouter, soutenir. C’est tellement compliqué parfois une vie.
      Mille merci!

      Like

  3. Sans l’avoir vécu, je comprends pourtant la question qui se pose : oui ou non ? C’est comme tu le dis, le poids d’une vie. Et d’une autre, intimement mêlée car physiquement liée d’abord. C’est un changement tellement grand qu’il ne devrait pas y avoir de place pour le jugement. Nous devrions plutôt faire preuve de soutien, et d’amour.

    Like

    • Je crois que les femmes en face d’un tel choix doivent en effet être très soutenues et savoir que quelque soit ce choix il sera respecté et le meilleur pour elles à un instant T.
      On pense souvent à l’enfant Julie mais on oublie trop la femme et son avenir propre.

      Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s