Et Œdipe dans tout ça?

O fil des mois

Vous venez d’essuyer la phase du Terrible Two. Vous êtes sur les rotules. Vous reprenez des forces et savourez le calme après la tempête. On vous avait promis que ce serait rock’n’roll. Et que ça passerait. Ca a été plutôt funky. Et puis c’est passé. Vous soufflez.

Sans savoir qu’une autre phase de folie vous attend. Le complexe d’Œdipe se fraye un chemin, en silence, jusqu’à vous. Vous pensez aisément que votre ange devenu démon, redevenu ange n’aspire comme vous qu’à des congés bien mérités.

Qui a dit que c’était facile d’être parent ? D’être enfant ?

-483497_w1020h450c1cx1060cy707

Personne. On vous a juste vendu du rêve à la maternité, à une époque où vous n’attendiez que ça. On vous a bien parlé de frustration (un peu prématuré vis-à-vis d’un nourrisson de quelques jours), d’éducation (un enfant a BESOIN de limites). On a omis de vous préciser que ce ne serait pas facile, que vous alliez en chier (excusez du peu). Ce n’était pas le moment.

Et Œdipe dans tout ça ?

Il avance sur la pointe de pieds, complexé, bien évidemment. Il se sent peut-être un peu coupable aussi. Qui aurait réellement envie de vous asséner le coup de grâce, alors que vous remontez doucement la pente et retrouvez quelques couleurs ? Qui aurait réellement envie de gâcher ces nouveaux moments complices avec vos bouts de chou métamorphosés ?

Et puis Œdipe s’emballe. Après-tout, encore une fois, cette phase-là est sacrée dans le développement de votre progéniture adorée. Louloute tombe en amour avec papa, Loulou avec maman. L’autre parent devient un rival à évincer. Plus personne n’y comprend rien. Vos belles idées d’éducation positive ou bienveillante se font la malle. Vous encaissez. Vous supportez. Vous tolérez. Vous éduquez. Vous pestez. Vous essayez toutes les techniques possibles et imaginables pour venir à bout d’Œdipe Roi, qui commence légèrement à vous taper sur le système.

Ils crient tous, haut et fort, que vers quatre ans, ça va beaucoup mieux. Vous vous demandez s’ils disent ça pour vous faire patienter ou s’ils tentent juste une fois encore de vous amadouer.

Qui dit qu’il n’y a pas de Terrible Four ou d’Œdipe Bis ?

Advertisements

7 thoughts on “Et Œdipe dans tout ça?

  1. L’apprentissage est difficile car sans mode d’emploi établi ! L’enfant a ses phases et il les gère avec une exclusivité sans égale. Pas facile de l’aiguiller vers la modération et le partage …c’est MA maman !!! Heureusement les centres d’intérêt se multiplient et tu deviendras maman refuge 🙂 Gros bisous à tous les deux

    Liked by 1 person

    1. Pour lui comme pour nous Paulette! Mais c’est aussi ce qui fait le charme de cette relation unique!
      Je t’embrasse et merci.

      Like

  2. Un jour la poulette a dit très distinctement au chat : c’est ma maman, pas la tienne… Bon, sinon, pour l’instant, Oedipe n’est pas encore en action… mais bon, la poulette adore son papa, c’est clair… mais on est très très proche vu qu’on a commencé notre vie de famille à 2
    Bisous

    Like

    1. J’imagine Cécile, il se crée un lien particulier dans ces cas là.
      L’escargot est dans sa phase “c’est ma maman aussi!”. Je crois qu’il y a des étapes essentielles, il faut en passer par là et même si parfois c’est compliqué, c’est tellement bon de voir nos enfants grandir. Mille merci et belle journée à toi.

      Like

  3. Article très intéressant. Oedipe peut porter plusieurs nom. Pour ma part la maternité comme tu dis m’a “balancé” un rêve qu’elle savait déjà être un “calvaire” pour nous parents, surtout pour moi qui ai toujours tout géré seule car le père ne s’en ait jamais préoccupé ou presque pas. Cette maternité n’a pas été foutue m’aligner la vérité ni tous ces médecins, avant ni après la grossesse. Donc cet oedipe je lui en veux sérieusement d’être venu foutre notre vie en l’air… il savait déjà même avant la venue de ce qui était sensé être un cadeau magnifique qu’il allait nous pourrir la vie et aujourd’hui oedipe est toujours parmi nous et il ne veut pas me dire quand il partira, il se sent bien chez nous, nous sommes sa famille adoptive… Maintenant t’en a toujours qui vont se plaindre alors que tout va bien pour eux, mais c’est ça être parent, grandir est à chaque fois une étape, il y a plusieurs paliers à franchir qu’on aime plus ou moins certes, mais pour certains c’est ça oedipe…bref un bon coup de pied au cu de certains parents et non pas aux gamins…chacun son oedipe si vraiment il y en a un.

    Like

  4. Raconté avec autant de finesse, c’est drôle. Mais cela existe donc vraiment le complexe d’Oedipe ? Je ne sais pas… Jung, lui, dit que c’est le père qui désire la mort symbolique de l’enfant parce qu’il le sépare de l’amante en faisant d’elle une mère… Peut-être est-ce seulement une phase d’exclusivité que marque l’enfant sur un parent ? Enfin, bref 🙂 ce n’est pas calme tous les jours, de toute façon. Mille bisous à toi, et à ce sphinx mystérieux qu’est l’enfant 🙂

    Like

    1. Chaque spécialiste a son idée je crois Sophia. Chez nous le papa est absent donc c’est maman qui remporte l’exclusivité!
      Pas toujours facile de comprendre ce qui se passe dans la tête de l’enfant. On écoute l’autre et on apprend, doucement.
      Mille merci et bises de nous deux.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s