Un lundi matin sur la terre

2015-11-16 10 40 14_resized

Il faudrait arriver à parler de tout, de rien. Il faudrait arriver à rire, à sourire. Il faudrait pouvoir faire comme d’habitude. Mais j’avoue ce matin je n’y arrive pas. J’essaye. Il le faut. Mais j’ai du mal.

Ce matin seulement, en allant allumer une bougie, je me suis offert le droit de laisser les larmes couler.

Ce matin, Paris est triste. Sur les visages se lit l’effroi, la peine, le chagrin, l’incompréhension. Paris est vide. Paris a peur mais surtout et avant tout Paris a mal.

Un vendredi ordinaire qui s’est achevé dans un bain de sang, sans précédent. Un acte gratuit et des victimes innocentes. Des milliers de vies brisées.

Ce matin, les rayons du soleil associés à ma prière, viennent me dire que seuls les mots Paix, Amour, Fraternité, Espérance ont du poids. Que notre foi en la vie nous porte et nous transporte. Que ce qui nous lit, notre humanité nous aide à avancer main dans la main et tête haute, contre la barbarie. Ce monde nous effraye, l’horreur nous paralyse. Mais nous devons lutter, comme d’autres ont fait face avant nous.

Pour nous, pour nos enfants.

Hier, avant-hier, c’est lui, son sourire, son innocence, ses yeux grand ouverts qui m’ont poussée à faire un pas dehors, à braver l’angoisse, à marcher sur les trottoirs nus de Paris, le cœur lourd, mais le pas un peu plus assuré que d’habitude. Paris a perdu de son insouciance, de sa joie de vivre. Mais après les larmes, après le deuil, la vie reprend ses droits. Toujours. Car la vie est plus forte que tout. La vie est le ciment. La vie nous intime l’ordre d’espérer, d’oser croire.

Au milieu de la terreur, les portes se sont ouvertes, les bras se sont serrés, les hommes et les femmes se soutiennent. Un regard en dit long sur ce que nous partageons. Il suffisait de voir nos yeux se croiser ce matin.

Je refuse que nous laissions la haine broyer nos cœurs. Je refuse que nous baissions les bras, que nous arrêtions de vivre libre, que nos visages se figent, que nos âmes se vident.

C’est notre siècle, c’est notre combat. Portons haut les valeurs qui sont les nôtres et que personne n’a le droit de bafouer. Toute vie est sacrée.

Ce matin, je n’ai pas le cœur à l’ouvrage. Certains semblent mieux vivre les choses que d’autres. Pour certains, travailler les empêche de penser. Certains arrivent à rire. Pour d’autres, comme moi, le temps semble s’être suspendu. Deux jours qui ressemblent à des semaines. Et puis ces nuits sans sommeil ou peuplées de cauchemars. Chacun vit les choses différemment. Chacun sa sensibilité, chacun sa peine.

Ce matin, j’ai envie de vous dire que ce sont nos rêves, nos idéaux, que c’est notre faculté à regarder le beau, le vrai, à noter les petits bonheurs du quotidien, que c’est notre capacité à rebondir, à faire confiance, que c’est notre foi, notre amitié, notre compassion, notre générosité, nos croyances profondes, quel qu’elles soient qui nous aideront à dépasser ce que nous venons de vivre, qui nous aiderons à construire ce monde dont nous rêvons.

A la vie!

6_resized

Advertisements

16 thoughts on “Un lundi matin sur la terre

  1. Ton message est magnifique et poignant, j’en ai le cœur encore plus serré…
    Tu as raison, il va falloir vivre encore, plus fort, mais pour le moment j’en suis incapable… Comme tu me l’as écrit sur mon blog, ça reviendra….
    bisous

    Liked by 1 person

    1. J’en parlais avec une collègue hier et on était d’accord pour dire que ce qui c’est passé est traumatisant. Il faut du temps pour digérer et repartir. Chacun à son rythme Loreleï. Bises et douce journée.

      Like

  2. Tu as su trouver les mots justes pour survivre à cette horreur ! C’est difficile , même si je suis loin de Paris, les radicalisés sont nombreux aux alentours ! Mais il faut vivre dignement selon nos habitudes. Peu à peu la vie reprendra ses droits…Bisous Marie

    Liked by 1 person

    1. Oui Paulette ils sont partout. Certains de mes amis se sentent protégés en Province. Je ne sais pas.
      Il faut arriver à dépasser cette horreur. j’avoue qu’il y a des moments où les mots me sauvent. J’espère seulement qu’ils pourront en apaiser d’autres.
      Je t’embrasse et prenez bien soin de vous.

      Like

    1. On a besoin de temps ma belle Delphine. Au bureau, j’ai l’impression d’être une extraterrestre. Heureusement que je vous ai vous. Ca m’aide énormément. Je t’embrasse fort et prends bien soin de toi ma jolie amie.

      Like

  3. A la vie Marie, oui …
    Comme disent mes petites “tu sais maman c’est les gentils qui gagnent pas les méchants alors ils vont pas gagner …” alors non ils ne vont pas gagner …
    Je t’embrasse fort et pense à toi
    Christine

    Liked by 1 person

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s