Irlandaise de coeur

Si j’ai les deux pieds bien ancrés dans le sol français, j’ai le cœur en Irlande. Est-ce la saison qui me remplit de nostalgie ? Est-ce le souvenir de ce dernier automne passé sur la terre de ce pays qui au fil des ans était presque devenu le mien? Est-ce les mots que je lâchais sur le papier pour évoquer ces souvenirs chers à mon cœur, alors que deux petits pieds dessinaient quelques bosses sous mon ventre ?

Quand je repense à Dublin, aux vertes vallées, aux matins frais et à cette sensation de liberté qui m’habitait, mon cœur fait quelques bonds dans ma poitrine. Je revois mes pas sur le bitume, mon visage offert au vent froid, mon appartement avec vue sur le soleil qui se lève sur les toits de la ville, encore endormie. Je connaissais chaque endroit, chaque petite rue. Je flânais souvent dans de nouveaux quartiers, appareil photo autour du cou, pour glaner des scènes de la vie quotidienne. J’aimais m’arrêter dans Temple Bar pour écouter la musique qui se déversait sur le pavé devant les pubs. Ou bien devant un groupe, quelques artistes, qui nous faisaient presque danser sur place et avaient le don de nous faire oublier nos mains glacées et nos lèvres gercées. Je me souviens des doux souvenirs, de nos soirées dans les bars à parler à de parfaits inconnus, que nous croisions à nouveau quelques semaines plus tard, à la même table, même sensation de déjà-vu. Et nos danses endiablées sur des musiques que nous connaissions par cœur. Nos fous rires mémorables au bord de la Liffey. Et tous ces coins un peu plus loin, près de la mer. Des randonnées décousues mais qui nous faisaient découvrir des paysages splendides, parfois improbables. Je revois tous ces endroits où nous nous arrêtions pour prendre un café, et un scone aussi, un carrot-cake parfois, et pour refaire le monde.

06f6a5f88b3788ac6bd04bc1c90955af_resizedCredit Image – Wee Go

Dublin, que j’ai laissé par un matin de novembre, le corps en vrac et des larmes plein les yeux. Dublin que je ne revois pas souvent. Plus d’un an maintenant que je n’ai pas foulé son sol, que je n’ai pas retrouvé la chaleur du foyer qui a accompagné mes premiers pas, que je n’ai pas embrassé mes amies, mes princesses qui ont bien grandi. Un an que je n’ai pas déambulé dans ces quartiers que j’aimais, repris mes habitudes le temps de quelques jours, pour calmer les battements de mon cœur.

Il me tarde d’y retourner, de respirer l’air empreint de pluie qui ne ressemble à aucun autre. Il me tarde de retrouver l’accent, de me créer de nouveaux souvenirs dans ce pays qui a su calmer mes doutes et me libérer de bien des questions existentielles.

Et vous, un pays que vous aimez, qui vous renverse, qui vous transporte ?

Sur le même sujet:

Dublin mon amour – Skinny Love

Interview sur C’est Parti Mon Kiki!

Et puis mon coeur va à l’Irlande – Lexie Swing

Advertisements

22 thoughts on “Irlandaise de coeur

  1. Petitgris says:

    Tu parles très bien de ce pays que j’ai visité et aimé 🙂 Je ne suis pas étonnée qu’après y avoir séjourné tu ressentes ce besoin d’y revenir ! Pour moi , hormis les coups de coeur lors de visites, le pays qui a pris mon coeur c’est la Suisse car ces splendides paysages abritent mes enfants 🙂 Bisous Marie

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je crois que le pays ou les pays qui nous parlent sont ceux qui détiennent un peu de notre coeur Paulette! La suisse, ça doit être assez joli aussi.
      Merci et belle soirée

      Like

  2. Marie says:

    C’est le blues de l’automne Marie, celui qui revient chaque année à peu près à la même période. Ça doit être le temps qui fait ça. En tout cas, tu me donnes très envie de découvrir l’Irlande. Moi, depuis que je vis au Maroc, je suis très attirée par les contrées du nord !!! 🙂

    Liked by 1 person

  3. mamancadeborde says:

    Je n’ai pas visite Dublin mais mes 2 séjours à l’ouest de l’Irlande m’ont également transporté ! C’est un pays tellement chaleureux et dépaysant. ..à chaque fois j’ai ressenti une impression de grande liberté et de grande sérénité ! J’y retournais sans aucun doute avec grand plaisir ! Gros bisous Marie

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Quelles villes ou quels coins as tu visité Séverine?
      On s’y sent bien et libre, oui. Contente de voir que je ne suis pas le seule à avoir ressenti cela.
      Grosses bises et belle soirée.

      Like

      • mamancadeborde says:

        J’ai visité Cork, toute la région de Kenmare, les falaises de Moher le Burren avec son paysage lunaire, les Îles d’Aran et Galway. Des paysages plus époustouflants les uns que les autres ! Gros bisous Marie

        Liked by 1 person

      • Marie Kléber says:

        Les Îles d’Aran et Galway, un souvenir inoubliable. J’ai beaucoup apprécié Cork aussi. Bises ma belle…

        Like

  4. Sophia says:

    N’est-ce pas merveilleux d’avoir plusieurs appartenances ? 🙂 Tu décris tellement bien ce que je ressens pour certains endroits dans lesquels j’ai vécu. Je trouve que c’est une richesse incroyable, de pouvoir, “revenir”. C’est une émotion particulière, un agrandissement de l’âme, une ressource intime. Mille bisous à vous deux 🙂

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Oh si j’aime ce sentiment Sophia! Se sentir chez soi dans un endroit si peu commun.
      J’aime tes mots pour parler de ces sentiments uniques. Grosses bises de nous deux de Paris sous le soleil.

      Like

  5. Nature ... says:

    e bien, c’est un de mes rêves, et j’espère qu’il se réalisera … j’y crois très fort en tout cas …
    L’Irlande m’attire, sa musique, ses vertes contrées, ses flamboyantes chevelures 🙂 et les gens si charmants …
    Peut être un jour … merci pour ce tendre partage …
    Belle soirée à toi Marie

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      J’espère que tu auras l’occasion d’y aller Christine. Je ne sais pas pourquoi mais je pense que ce pays te plaira… Intuition!
      Je t’embrasse et te souhaite de passer une bonne soirée.

      Like

  6. pidipiwo says:

    Que tu en parles bien, de cette ville où tu as vécu ! Je connais ce sentiment, j’ai fait mon erasmus à Barcelone. Même si je n’y suis restée que 10 mois, j’ai appris à apprivoiser la ville et à l’apprécier, la savourer. J’y retourne toujours régulièrement, et à chaque fois, c’est comme si je rentrais chez moi 🙂

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Je crois qu’on se fait vite ou pas à un nouvel endroit. On l’aime d’un coup ou on le déteste. Mais quand on l’aime, difficile de s’en séparer…

      Liked by 1 person

      • pidipiwo says:

        Je pense qu’on peut ne pas aimer au premier abord, et avec le temps, apprendre à connaître des coins qui nous plaisent. Mais quand c’est un coup de cœur, c’est vrai que c’est le bonheur… Je me dis que d’autres belles villes m’attendent, ça m’aide à les quitter !

        Like

  7. Miss Tamara says:

    Il y a une période de ma vie pendant laquelle je ne jurais que par l’Afrique. Le Kenya, le Ghana, le Burkina Faso ont été des pays qui m’ont beaucoup apportée et qui ont changé le regard que je portais sur le monde. Ils m’ont aidée à grandir… Aujourd’hui, mon engouement pour ces pays n’est plus le même de part les problèmes de sécurité qu’ils posent mais j’en garde de précieux souvenirs. Très bel article, Marie. Bises

    Liked by 1 person

    • Marie Kléber says:

      Quel bonheur de trouver quelques mots de toi sur ce billet Karine. J’imagine à quel point ces pays t’ont bouleversée. C’est certain qu’aujourd’hui il faut faire plus attention avant de s’y aventurer. C’est dommage. Mille merci et grosses bises.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s