“La Reine Crucifiée” – Gilbert Sinoué

index

Entre Gilbert Sinoué et moi, c’est une grande histoire d’amour qui a commencé avec le Cri des pierres et le Souffle de jasmin, où nous suivions la destinée de quatre familles – israélienne, palestinienne, irakienne, égyptienne, au gré des années tourmentées du Moyen Orient.

Mais il faut bien l’avouer mon coup de cœur va au roman Les Silences de Dieu, qui sur fond d’intrigue policière nous entraine dans les méandres des trois grandes religions monothéistes.

A la suite de ce livre que j’ai depuis relu deux ou trois fois, et sur avis d’une lectrice aussi passionnée que moi par cet auteur, je me suis plongée dans Le Livre de Spahir. Marie en parle très bien dans son article ICI.

A mon fils à l’aube du 3e millénaire m’a profondément touchée, alors même que j’étais moi-même en passe de donner naissance à un enfant.

C’est donc tout naturellement que j’ai cédé à la tentation de lire La Reine Crucifiée, un des livres qui était disponible à la bibliothèque du quartier. La Reine Crucifiée est une histoire d’amour sur fond cette fois ci de drame historique. Nous sommes en 1340, Don Pedro est appelé à succéder à son père à la tête du Portugal, il est sur le point d’épouser Dona Constanza, quand son regard croise celui d’Ines de Castro. Leur histoire d’amour est celle d’un amour avec un grand A et tout le talent de Gilbert Sinoué est de nous faire ressentir la force de cet amour, entre deux êtres qui n’ont pas le droit de s’aimer.

Ils se retrouvent contre leur gré au cœur d’une machination, qui n’a de cesse que de les broyer, au cœur d’un secret que chacun cherche à s’approprier. Seront-ils assez fort pour faire face aux complots ?

A vous de le découvrir. Je vous laisse tout de même avec ces quelques mots :

« Je vous ai aimée avant même de savoir que vous existiez. Je vous aime comme on aime le bonheur et l’espérance et le jour qui se lève et l’impatience de celui qui guette à l’horizon le retour de l’être aimé. Je vous aime comme le peuple aime le roi, comme le fracas des armes aime la paix. »

Advertisements