C’est quoi au juste le harcèlement ? – Mon histoire

Le dictionnaire définit le harcèlement comme étant un enchaînement d’agissements hostiles dont la répétition affaiblit psychologiquement l’individu qui en est la victime.

J’écris cet article pour partager mon expérience du harcèlement. Merci de bien vouloir noter avant de lire ces lignes, que je ne cherche ni à me plaindre, ni à me faire plaindre, ni à ce qu’on me dise qu’il est grand temps pour moi de tourner la page. Je l’ai tournée, c’est bien pour ça que je peux en parler aujourd’hui, dans les faits, sans états d’âme.

Mon mariage est le fruit d’un harcèlement qui aura duré près de deux ans. J’ai rencontré Roger en mars 2009. Il m’a parlé de mariage 1 mois après notre rencontre. Une évocation comme ça, pour justifier le fait qu’il ne pouvait pas être vu en ma compagnie, s’il croisait des amis. Le sujet du mariage est revenu sur le tapis 1 mois après. Cette fois-ci, c’était pour une histoire de religion.

J’ai dit ce que j’en pensais. J’avais des idées bien arrêtées à l’époque sur le mariage et il s’agissait pour moi d’un engagement important et sérieux, qui demandait un minimum de préparation et qui impliquait que les deux personnes se connaissent bien et sachent à quoi elles s’engageaient. J’avais osé aller à l’encontre des idées de Roger. C’est à partir de là que tout s’est compliqué.

Il a d’abord joué le jeu de la victime. J’étais son bourreau, incapable de voir combien il m’aimait et combien pour lui c’était important de se marier, de légaliser une union qui allait à l’encontre de ce que sa religion lui disait de faire.

Un mois après cette première « dispute », Roger voulait que j’emménage avec lui et qu’on se marie. Ce n’était plus une demande, c’était une décision, à laquelle je n’avais pas pris part.

Devant mon refus, il a commencé son numéro de jongleur professionnel, alternant silence et gentillesse, attention et indifférence. Si bien qu’en aout 2009, à peine 6 mois après notre rencontre, je ne savais plus où j’en étais. Il avait trouvé la faille. L’idée même de pouvoir lui faire du mal par mes agissements et mon refus de l’épouser me retournaient le ventre.

J’étais prise au piège. Jour après jour, il a tissé sa toile autour de moi, pour m’empêcher de pouvoir réfléchir posément, pour annihiler mon esprit, amenuiser mon énergie. Tout ce que je disais se retournait contre moi. Tout ce que je ne disais pas était interprété de façon négative. Il avait toutes les clés en main pour me faire plier. J’étais devenu un pantin. Je ne me reconnaissais plus. Entre ses cris et ses excès de gentillesse, j’étais paumée.

Je n’arrivais ni à le détester ni à véritablement l’aimer. Il me disait être prêt à me laisser le temps de décider et me lançait des ultimatums une semaine après. Et surtout il n’écoutait jamais mes doutes, mes angoisses. Il ne voulait pas comprendre pourquoi je ne voulais pas encore me marier, pourquoi je ne me sentais pas prête. Il jouait avec mes sentiments, me prouvant toujours pas A + B que si je ne me mariais pas c’est que je ne l’aimais pas, alors même que lui m’aimait comme un fou.

7a550677e6832a2f2b46e8e7e841379e[1]

Et puis, un jour il est passé à la vitesse supérieure. Il a commencé à me menacer de me quitter, à me dire des choses et à les nier quand je lui rappelais ses dires. Il a commencé à utiliser mon corps comme sa propriété, m’accusant de ne chercher que ça, de n’être qu’une fille facile (par opposition avec une fille bien, qui elle aurait depuis longtemps choisi le mariage, pour ne pas vivre dans le péché), donc faite pour assouvir ses moindres désirs.

Quand je croyais qu’il lâchait prise, quand je respirais enfin, me disant que le plus dur était passé, j’étais certaine de me ramasser quelques jours après. Je ne savais plus qui j’étais, ce que je voulais, ce en quoi je croyais. Je n’avais qu’une certitude, c’est que nos différences étaient trop grandes pour qu’un mariage produise du positif mais je ne savais pas comment me sortir de la situation dans laquelle j’étais. Plus d’une fois, j’avais voulu prendre mes distances, plus d’une fois il avait joué la carte du mauvais homme, qui n’attendait que moi pour que je le remette sur le droit chemin. Je croyais m’en sortir et je replongeais, tandis qu’il prenait un malin plaisir à me maintenir la tête hors de l’eau. Quand j’étouffais, il me prenait dans ses bras. Le lendemain, il m’ignorait.

Je devenais folle.

J’ai donc finis par dire oui, sans y croire une seconde. La lune de miel a duré quelques semaines. Et puis tout a recommencé de plus belle. Tout était prétexte à me rabaisser, à m’intimider, à minimiser mes désirs, à me négliger.

J’ai compris beaucoup plus tard qu’il s’agissait de harcèlement. J’ai compris quand je suis sortie de la dépendance affective dans laquelle je me trouvais, quand j’ai réussi à le quitter, à force de travail sur moi, quand j’ai commencé à me retrouver. Le harcèlement se fait en douce et assujetti une personne, avant que celle-ci ait pu comprendre ce qu’il lui arrivait. Je voulais écrire ces mots pour dire qu’au moindre doute, il ne faut pas hésiter à se faire aider. Il faut surtout arrêter de se dire « ce n’est pas grave », car en disant ça, on signe presque son arrêt de mort. Ce qu’on a laissé passer une fois, on laissera couler une seconde et on se perdra à la troisième tentative d’intimidation.

Parlons-en, témoignons, ne laissons pas le harcèlement gagner du terrain. Car c’est un mal qui ronge, qui affaiblit et laisse des cicatrices invisibles mais réelles dans l’esprit des hommes, des femmes et des enfants qui en sont les victimes. A vous la parole. Laissez les mots sortir si vous en avez besoin. Partagez vos expériences, vos maux, vos souffrances ou encore vos victoires…

Advertisements

47 thoughts on “C’est quoi au juste le harcèlement ? – Mon histoire

  1. Tu décris bien les manipulations subies lors du harcèlement. Croire que l’on pourra se faire de l’autre un allié et construire un bonheur…’est illusoire . Le manipulateur ne rendra jamais sa victime heureuse ! Que ton témoignage et le mien servent d’avertissement à celles qui rencontreront ce genre de situation. Bisous

    Like

    • Je pense que tu comprends chaque mot Paulette. Que nos témoignages aident d’autres, oui, c’est le but de mon partage. On aimerait tellement pouvoir sauver le monde, quand on s’en sort!
      Grosses bises et belle semaine

      Like

    • Merci beaucoup Bernard. Mon entourage était absent, je vivais à l’étranger. J’étais à sa merci. Quand ma famille et mes amis ont voulu m’aider, il était trop tard, je me suis braquée. J’avais réussi à me persuader qu’il était un homme merveilleux, qui allait changer la “mauvaise personne” que j’étais en quelqu’un de formidable.

      Like

    • Tout à fait Safia. Dès qu’il y a un sentiment de honte et de culpabilité chronique,c’est qu’il y a un problème. Merci et bienvenue chez moi

      Like

    • Merci Catwoman.Ca prend du temps mais quand on peut écrire avec le recul, sans haine ni colère, on se sent beaucoup mieux. On sait qu’on avance.

      Like

  2. Ton témoignage est très intéressant et explique bien les choses! Je suis un peu “choquée” par ta mise en garde au dessus, enfin je veux dire, bien sûr que non on ne pense pas que tu te plains ni autre, c’est important que tu en parles pour toi pour te libérer et pour que l’on sache comment ça se passe et éviter que des gens se fassent prendre au piège aussi.

    Et en tout cas les fans de 50 nuances de Grey devraient lire ton article avant de dire que l’héroïne est consentante tout ça machin, alors que Grey agit avec elle de la même façon que Roger a agit avec toi… Ca me fait mal que ce bouquin ait autant de succès et que les gens pensent que c’est une histoire de passion alors que c’est avant tout une histoire de domination manipulation maltraitance… Donc c’est important que tu racontes ton histoire, car beaucoup beaucoup de gens n’ont pas conscience de tout ça!

    Like

    • Merci Illyria.
      J’ai préféré ajouter ces mots, car parfois je reçois des commentaires qui me laissent sur le derrière et je dois avouer me font mal. Je sais que les personnes qui me lisent régulièrement connaissent ma démarche.
      Je n’ai pas lu ni vu 50 nuances de Grey, mais j’avoue ne pas avoir envie d’y accorder plus d’intérêt car c’est ce genre de choses qui font que beaucoup considèrent un tel comportement comme normal ou pas si grave. C’est grave. Très grave même. Et on ne devrait jamais en rire.
      Grosses bises Illyria et merci pour ton soutien.

      Like

  3. merci Marie, et quand on s’en est sortie, que l’on se croyait à l’abri de ce manipulateur là, on est parfois confronté à d’autres manipulateurs ceux qui touchent au cœur et petit à petit nous détruisent de nouveau parce que l’on s’en croyait sortie et que l’on a cette faiblesse… en ce moment je m’en veux de cette rechute pour une autre sorte de manipulation, j’ai tendance de nouveau à me dire que c’est moi, qui ne suis pas assez forte, pas assez tout… Je connais les rouages, j’en connais le visage quand samedi j’ai vu cet éclair de triomphe sur l’autre et son sourire … JE ME SUIS SENTIE MINABLE…alors oui il faut oser en parler en ce moment la boule est dans ma gorge, les larmes coulent je ne peux en parler, ni écrire plus, excuse moi c’est trop dur… BISOUS A VOUS DEUX

    Like

    • Malheureusement la manipulation nous touche à tout âge, à tout degré. On ne peut pas dire qu’elle ne nous touchera plus Catherine.
      Je voudrai juste que tu te souviennes que rien n’est de ta faute Catherine. Ca doit être le signal, quand tu commences à te poser des questions sur toi, c’est qu’il y a un truc qui cloche, c’est que l’autre a de l’emprise sur toi. Tu es forte Catherine, sinon tu n’aurai pas fait ce que tu as fait. Tu es forte et tu es une belle personne.
      Parfois je me retrouve comme toi devant les mails de Roger. Mais j’essaye de regarder en arrière et je me dis “non, je ne replongerai pas”.
      Prends soin de toi et sache que je pense fort à toi et que je t’embrasse.

      Like

  4. Ton témoignage m’a beaucoup émue et j’avoue que je ne sais pas tellement quoi te dire. Je te félicite cependant pour avoir réussis à parler si ouvertement de ton histoire et encore plus pour avoir eu le courage de sortir de cet enfer.

    Like

    • Merci Tinhy. J’ai eu un élan vital. Et je suis partie, bien entourée, c’est ce qui m’a sauvée.
      Merci pour ta lecture et ton commentaire. C’est important de se savoir compris et de voir que les gens sont prêts à se mobiliser pour contrer ce mal.

      Like

  5. Hello ma belle, je connais de quoi tu parles bien que je n’en ai jamais parlé ici! je ne me l’avoue pas encore mais la faiblesse physique qui va avec, le coeur au bord des lèvres qui picotent, les doigts engourdis et la langue endormie parce que la peur est là 7 jours sur 7, oui j’ai connu et je crois que si je m’en suis sortie c’est que c’est à mon insu! Vraiment! Un jour il est redevenu celui que je connaissais! Mais entre les deux ce fut l’enfer! Je t’embrasse!

    Like

    • Ma chère Marie-France, c’est dur d’accepter qu’on a été victime. La peur 7j sur 7, c’est tout à fait ça. La peur nous fait perdre nos repères, on glisse immanquablement.
      Je suis heureuse que ton enfer soit terminé et que tu ai retrouvé une vie plus sereine et moins troublée.
      Grosses bises et merci

      Like

  6. Quand il y a différence de culture, de religion, on met beaucoup de choses sur ce compte, on ne devrait pas car on finit par se perdre doi-même. Avant de quitter la france pour le sénégal une psy m’a dit : “ne jamais rien lâcher. Jamais”. Je n’avais rien compris, j’avais même trouvé ça bête car le couple est fait de concessions et pourtant maintenant pas un jour ne passe sans penser à cette phrase !

    Liked by 1 person

    • Je te rejoins Petite Yaye. Ne rien lâcher, oui elle avait raison. C’est ce que je tente de faire chaque jour, protégeant par la même mon petit homme.
      Pour certaines personnes, l’amour c’est “je décide tout et si tu fais ce que je veux tout ira bien”. On peut le faire un temps, pas à vie.
      Douces pensées pour toi ma belle;

      Like

  7. C’est vraiment de la manipulation dans toute sa splendeur ! J’ai vécu avec ce genre de personne (enfin, un autre genre d’expérience)… Il m’a fallu un an et demi de psychothérapie pour me rendre compte que c’était un manipulateur… Il a essayé de me détruire, de manière globale… c’est très douloureux de se rendre compte de cela… et pourtant, c’est aussi libérateur… courage Marie ! Tu fais bien d’en parler !!

    Like

    • Seul un regard extérieur peut nous aider à y voir clair Fedora. C’est vrai que c’est douloureux, on se sent souvent moins que rien. Mais une fois qu’on le sait, en effet, on peut revivre.
      Grosses bises et merci à toi pour ton soutien.

      Like

  8. L’experte en harcèlement que j’ai rencontré l’année dernière nous a dit que le harcèlement était une série de comportement anormaux. Et elle nous a démontré que Hitler il faisait du harcèlement contre les juifs.
    La difficulté dans le harcèlement c’est que, comme tu dis, on ne se rend pas forcément compte qu’on en est victime. Il faut des interventions extérieures pour ça.

    Liked by 1 person

    • C’est très juste Melgane. Malheureusement on se rend souvent compte après ou une fois qu’il est trop tard et qu’on est pris au piège. On ne s’en sort Jamais seul, jamais complètement.

      Like

    • Merci à toi pour avoir lu jusqu’au bout. Il faut parler de ses expériences bonnes comme mauvaises pour avancer et aider les autres à avancer aussi.

      Like

  9. Seulement, parfois, c’est après des mois, voire des années qu’on se rend compte qu’on a été harcelée et surtout manipulée. trop poire, trop gentille, trop…. tout ! L’amour est aveugle, indubitablement. La chute est rude. Super article qui remue.

    Liked by 1 person

    • C’est toujours après trop de temps Meghan. La manipulation détruit tout et plus on reste, plus en s’enfonce, plus on a du mal à s’en sortir.
      On croit que plus on donnera de l’amour, plus les choses iront mieux.Mais ca ne change rien.
      Merci Meghan pour avoir lu ces mots. C’est important pour moi et pour tous les autres.

      Like

  10. Ce sujet touche beaucoup plus de personnes que l’on peut imaginer, malheureusement. C’est bien que tu en parles, ça peut aider. Tu sais, je suis vraiment heureuse et soulagée que tu aies pû te sortir de cette emprise malsaine. Je t’embrasse bien fort.

    Like

    • Oui plus j’en parle, plus je me rends compte du nombre de personnes touchées, victimes. Mille merci pour tes mots qui font du bien Karine. Moi aussi je sui heureuse d’avoir eu cet élan vital, qui me donne la chance de partager avec vous aujourd’hui. Grosses bises de nous deux.

      Like

  11. Thank you for sharing your story, Marie. You explained it very well and I could really sense how imprisoned you felt. But your self-preservation and self-love won out in the end, and now you have something valuable to share with others. I don’t know about you, but the months and years after I left my abusive relationship, where my life and dignity had fallen into pieces, I felt a lot of shame and anger with myself, for letting it happen. I think the most important thing to remember is that our spirit, no matter how diminished, survived; that we survived and conquered and grew from this experience. And to celebrate that brave spirit, instead of remaining victims of our inner abuser after the facts. I think though, from what you wrote, that you are kind to yourself. 🙂

    (my excuses for replying in English all the time, I can understand French better than I can express myself in it 😉 )

    Love, Milena.

    Like

    • I think we both have it Milena.
      I know a bit about shame and anger. It’s normal to feel this way for a while. Slowly we are rediscovering who we are, we are rebuilding our lives.
      You are very right, what matters is that our soul survived, that we came out of this strong and beautiful again.Nobody can ever destroy us.
      Lots of LOve and thanks for sharing your story too.
      Take care

      Like

  12. Manipulation, harcèlement, violence…il faut en parler, montrer qu’il est possible d’en parler, d’être écouté(e), d’en sortir… Encore une belle spontanéité, digne : merci Marie !
    Comment ne pas évoquer ce qui se joue aussi sur le terrain professionnel ?
    Et puisque j’ai choisi de dire “mes vérités” sur la blogosphère avec le masque du jardin, comment ne pas montrer cette violence, partout, dans notre relation au vivant, vers tous les vivants ?
    Respect, écoute, douceur…nous ne parlons pas assurément du monde tel qu’il s’impose, à nous, à tous, partout ?
    Par quels chemins se réparer après avoir été maltraité(e) ?
    Comment résister ?
    Des îlots de résistance, il n’y en aura jamais trop, ils sont précieux : ton blog et tes mots sont devenus pour moi rares et précieux…
    Encouragements amicaux
    RV

    Like

    • Merci beaucoup Hervé. Merci pour tes mots qui témoignent de l’importance de dire les choses, de quelque façon que se soit.
      Résister est un mot que j’aime beaucoup, car c’est bien de cela dont il est question. Résister et avancer, faire reculer ce qui détruit la vie.
      Amicales Pensées
      Marie

      Like

  13. Merci Marie pour ce témoignage, qu’il puisse servir à d’autres ! Je trouve que les médias présentent souvent le harcèlement sous son versant le plus “évident” (= le type insistant, qui t’appelle sans arrêt, etc) alors que c’est avant tout un phénomène sournois, qui se met en place petit à petit à travers de toutes petites choses d’apparence insignifiantes… C’est bien pour ça qu’on ne se méfie pas et qu’on ouvre les yeux trop tard, quand le mal-être est déjà installé.

    J’ai connu le harcèlement dans un contexte très différent du tien, à 2 reprises. Dans un cas, c’est arrivé via Internet et c’est resté au stade des mails malsains, des commentaires accusateurs et de la diffamation vis à vis d’un client avec qui je travaillais en freelance à l’époque (en gros, la fille l’a contacté en lui racontant des mensonges sur mon compte). Dans le second cas, c’est allé au-delà : le type dormait devant la porte de mon appartement, me guettait le soir quand je rentrais pour essayer de me parler, avait appelé ma famille, déclenché l’alarme incendie de ma fac toute entière pour m’obliger à sortir de ma salle de cours… Bref, le grand malade ! Et c’est fou comme ils arrivent à installer un malaise progressif, si progressif qu’on ne s’en rend pas compte au début…

    Like

    • Tout à fait Lou. Le harcèlement se glisse en nous, à notre insu et il n’est pas facilement détectable.
      Merci de rappeler qu’il y a différents types de harcèlement et que tous sont à prendre au sérieux;et cela dès le début Lou. Plus on attend, plus l’autre prend de place voir le dessus sur nous. Et s’en sortir est très douloureux et difficile.

      Like

  14. Oui, c’est nécessaire d’en parler, Marie, et tu as raison de le faire. Tu nous rappelle que l’amour, ce n’est pas tout accepter, tout encaisser sous prétexte que l’autre risque de se fâcher. L’amour, ce n’est pas s’oublier soi-même en cours de route. Je pense qu’au delà de ton cas particulier, il est très facile pour un couple de s’installer dans ce genre de relation, même sans avoir affaire à un manipulateur maladif. Il suffit que l’un se permette de toujours décréter et que l’autre accepte de suivre… Une question d’éducation peut-être ? Je ne sais pas. En tout cas, tu viens nous rappeler de rester nous-même quoi qu’il arrive.
    Merci 🙂

    Liked by 1 person

    • Je crois en effet qu’il est très facile de se laisser couler de la sorte. Comme tu le dit il suffit qu’un des partenaires décide de tout et que l’autre se laisse faire sans rien dire.
      Tant qu’on reste soi même Marie, on est sauvé. Dès qu’on cède sur des choses importantes, qu’on change de comportement, on perd pied et c’est le début de la fin.
      Merci à toi de nous avoir rappelé que nous sommes tous concernés.

      Liked by 1 person

  15. L’important, c’est d’en prendre conscience. Car on peut souffrir de longues années avant de comprendre qu’on n’est pas responsable et cesser de culpabiliser pour quelque chose dont on n’est pas coupable.
    Bise

    Liked by 1 person

  16. Je suis fière de te connaître ma Marie. Je me doute du courage qu’il faut pour dire stop et partir, surtout que les manipulateurs ont un don pour bien maintenir leur victime près d’eux. Je suis contente que ton témoignage soit présent ici et qu’il ait pu être lu par beaucoup de monde ❤ j'ai espoir que le silence ne soit plus la seule solution pour les personnes qui traversent les mêmes situations. De gs bisous

    Like

    • J’ai le même espoir que toi ma belle. Il faut en parler pour que le silence ne soit plus de mise. Le silence enferme et tue. Il faut que cela cesse. Je t’embrasse fort et te remercie pour ton soutien.

      Like

  17. J’ose enfin commenter ce billet si intelligent et… humain. Je crois que tu as tout dit et ce qui fait chaud au coeur c’est également de voir tous les commentaires du dessous qui arrivent à redonner foi en le genre humain, et si je vais plus loin : foi en la gente masculine. Alors évidemment, il n’y a pas les hommes d’un côté et les femmes de l’autre mais il faut admettre que souvent, ça va dans le même sens si j’ose dire. Alors merci à toi et merci aux hommes qui ont commenté ici…

    Like

    • Je suis assez d’accord avec toi Anna, voir des hommes s’engager à nos côtés, ça redonne espoir. Merci d’être revenue sur ce billet et d’avoir laissé ces quelques mots importants.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s