Si nous avions été plus intelligents, tu aurais été plus heureux…

Avant de faire moi-même mon entrée fracassante dans la cour des postulantes au divorce, j’avais des idées toutes faites sur les couples, avec enfants, qui se séparaient. Le divorce pour moi ne devait en aucun cas remettre en cause les liens qui unissaient l’enfant avec l’un ou l’autre de ses parents. C’était une évidence. Pour divorcer, il fallait être intelligent et faire des compromis pour que son enfant ne souffre pas inutilement.

Oui mais…

Mes grandes illusions, sur la façon dont moi, l’époustouflante Marie Kléber, j’allais gérer les choses, se sont cognées la tête contre le mur menaçant qui s’est dressé devant moi, quand j’ai osé demander le divorce.

La guerre était déclarée. Et mon enfant était désormais au centre d’un conflit qui n’était pas le sien. J’avais beau l’aimer de toutes mes forces, il se trouvait en terrain miné, et je ne pouvais rien faire pour lever la menace imminente qui pesait sur lui.

J’ai compris qu’être intelligent ne changeait rien à la donne. L’essentiel était au fond d’être humain. Mais pour que ça fonctionne vraiment, il fallait que les deux mettent de côté leurs différents d’ex-couple et se concentrent sur l’enfant, unique héritier de la force de leur amour passé.

Oui mais…

61672da9b13731061b8d03ad68f3dc39_resized

En grande naïve devant l’éternel que je suis, j’avais pensé que mes efforts suffiraient à entraîner l’ex à mes côtés, à lui faire changer d’avis sur pas mal de choses, pour le bien-être de notre enfant. Une fois de plus mes certitudes se sont fracassées contre le mur de silence et de mépris qu’il avait commencé à construire du temps de notre mariage. Pierre après pierre, il se coupait de moi, de nous, me reprochant de ne faire aucun pas vers lui.

A chaque bataille de gagnée, j’en perdais une autre. J’avançais pour mieux reculer, jusqu’au jour où j’ai avancé plus vite que lui, mettant un terme à la longue série de compromis, qui n’avait fait qu’emprisonner mon enfant dans un sas de non-dits.

J’ai compris qu’être humain ne suffisait pas quand l’autre ne lâche rien, quand il persiste dans sa folie, dans son envie de détruire. On ne change pas quelqu’un contre son gré, j’y croyais un peu sans en être totalement certaine. Je l’ai désormais intégré, accepté.

Comme on est deux dans un mariage, il faut être deux dans un divorce, pour que celui-ci ne se transforme pas en véritable guerre froide.

Si nous avions été plus intelligents, non, si nous nous étions vraiment aimé, si nous t’avions vraiment aimé, plus que tout, plus que nous et nos ego surdimensionnés, alors peut-être que nous t’aurions au moins épargné le sort de ces milliers d’enfants, dernière monnaie d’échange entre deux vies contrariées, entre son honneur sali et mon idéalisme amputé.

Advertisements

23 thoughts on “Si nous avions été plus intelligents, tu aurais été plus heureux…

  1. Emma June says:

    C’est très difficile de lire ces mots. Comme toi, j’ai des idées sur tout ça mais je n’y ai pas été confrontée donc…
    C’est dur de se dire que les enfants finissent par subir une situation de laquelle ils ne sont en rien responsables…
    Il semble y avoir des séparations qui se passent en bonne entente mais encore trop peu, la faute à l’égo, la souffrance et que sais-je encore…Pas facile et personne ne sait comment il s’en sortirait en pareille situation…

    Like

    • Marie Kléber says:

      Nous abordons tous différemment nos séparations, nos ruptures. Il n’est pas toujours aisé de se quitter amis et quand la colère et la rage s’en mêle, ça peut faire de sacrés dégâts. Merci Emma June et bienvenue chez moi!

      Like

  2. mcristina says:

    Oh Marie Marie, plus je te lis, plus je te lis plus je découvre de similitudes dans nos parcours. J’en souffre également beaucoup, pour moi mais surtout pour eux…comme tu dis, il faut être deux et intelligents pour le divorce aussi . Mes bises de courage.
    P-S : Peut-être que l’on pourra en discuter (et de plein d’autres choses bien sûr), en vrai un jour !

    Like

  3. petiteyaye says:

    Non malheureusement car pour toi l’idéalisme est au dessus de tout, et pour lui l’honneur est au-dessus de tout… une simple question : aurais-tu accepté de laisser la garde à son père ?! Ou de vivre dans la mêmz ville pour partager ? Jamais ! Avec 2 pays, 2 cultures, 2 langues, 2 religions ça complique encore plus… Donc non il n’aurait pas pu être épargné ton escargot, victime collatérale comme on dit… et avec l’amour que tu lui portes tu n’as d’autres choix que lui donner des clés pour aller de l’avant sans avoir à se sentir coupable de s’être retrouvé au milieu de cette guerre des tranchées. Plein de courage à vous deux marie !

    Like

    • Marie Kléber says:

      La garde non, mais fut un temps j’étais prête à vivre à ses côtés pour qu’ensemble nous donnions le meilleur à notre enfant. Mais si nous avions vécu côte à côte la vie aurait été un enfer. Merci pour tes mots si justes et vrais Petite Yaye. Entre les lignes, j’ai l’impression que tu comprends même ce que je n’écris pas.

      Like

  4. fedora says:

    j’ai arrêté d’avoir de grandes idées sur la vie quand, à 25 ans mon mari à demandé le divorce, après à peine un an de mariage et 6 ans de relation… et, pire, quand un an plus tard je suis devenue la maîtresse d’un homme marié… Je me suis alors brutalement rendue compte que je n’étais ni mieux ni pire que les autres… j’étais juste humaine, comme les autres… Depuis, j’avoue (c’est mal), j’ai un profond mépris pour les personnes pleines de certitudes… elles me fatiguent… J’aime ton réalisme, j’aime tes mots même s’ils sont parfois durs…

    Liked by 2 people

    • Marie Kléber says:

      Je crois que le jour ou on prend conscience qu’on est humain, imparfaits donc, on se libère d’un sacré poids de contraintes et d’idées toutes faites, qui souvent ne riment à rien. Merci Fedo.

      Like

  5. Orlane Astrid Boudier says:

    Ce texte, qui est en réalité un profond témoignage, me touche beaucoup. J’ai connu le divorce de mes parents, et puis après celui de mon père avec une autre femme. Ton enfant me fait penser à mon (demi) petit frère… tu mets des mots sur ce que je ressens, même en étant censée être “en dehors de tout ça”. Comme tu dis, ce n’est pas une question d’intelligence. C’est une question d’humanité… et ça, tout le monde ne l’a pas, malheureusement.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Tout le monde ne l’a pas en effet Orlane. Quand on se marie, on pense bien entendu qu’on ne divorcera jamais, qu’on sera plus fort que les autres. Et on se retrouve en face du précipice, coupables d’imposer une telle situation à nos enfants. Merci pour tes mots ma belle.

      Like

  6. Paulette Lesot says:

    Comme tes mots sonnent justes Marie ! Mais tu ne changeras jamais l’autre pour qui un supposé sens de l’honneur passe avant l’amour qu’il devrait porter à son fils. C’est malheureusement le cas dans bien des divorces. Je peux te dire que Junior a toujours su qui l’aimait et me le dit souvent 🙂 Bisous

    Like

    • Marie Kléber says:

      C’est très vrai Paulette. Comme si l’honneur sali, trahi était la première victime. Ce qui compte c’est bien l’amour. Bises et bonne nuit!

      Like

  7. Marie says:

    Je crois que tu as tout résumé parfaitement dans tes derniers mots, Marie. Son honneur “sali” qui l’emplit de colère et le rend aveugle, incapable de réfléchir à ce qui est le mieux pour son enfant. Ton idéalisme amputé, blessé, et la nécessité pour toi de te protéger et de protéger ton fils. Je ne crois pas que ce soit une question d’intelligence. Parfois c’est l’émotion qui prend le dessus.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Il y a toujours un moment où je me dis que ça y est, il a dépassé quelque chose, mais non il ramène tout à lui, toujours. Il n’y a rien à faire, juste à accepter et avancer le plus sereinement possible.

      Like

  8. Holly Goli says:

    Je … ne sais pas trop quoi dire. J’ai pas vécu ça (mes parents sont toujours mariés même si ça bat de l’aile assez souvent) mais pour avoir vu un de mes oncles s’entre déchirer avec ses ex (oui deux fois divorcé) pour le bonheur de ses enfants (dont malheureusement certains n’en n’ont pas conscience), je comprends. Tu t’entendrais bien avec lui, vous avez la même vision vis à vis de vos enfants. En tout cas je t’embrasse Marie.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Les miens c’est pareil Holly!
      Parfois on a beau refuser la guerre, il faut entrer dans l’arène, sortir les crocs pour au moins protéger ses enfants d’agissements qui pourraient les blesser voir les détruire. Mille merci pour tes mots en tous cas.

      Like

  9. lexieswing says:

    Arf, je suis aussi teintée de ces certitudes. Assez pour avoir abordé plusieurs fois le sujet avec mon amoureux. Il aimerait des certitudes, des réponses à “nous resterons ensemble toute la vie hein?” et moi je lui réponds “impossible à dire, mais promets moi que si ce n’est pas le cas, nous resterons corrects l’un envers l’autre et que nous ferons l’effort de nous côtoyer pr le bien de nos enfants?”. Il est d’un naturel jaloux, alors il met un frein “pas si tu m’as trompé et que…”, et moi : “y’a pas de si, y’a pas de condition, il ne s’agit pas de toi et moi, mais d’eux…” J’ai l’utopie de croire que ce serait le cas, mais difficile de savoir qui l’on deviendra, parfois l’autre prend un tout autre visage, un visage que l’on ne soupçonnait pas.
    Il n’y a pas si longtemps, mn pere m’a dit “si ta mere et moi on se séparait, c’est sûr qu’on se verrait plus jamais, et ne compte pas sur moi pour faire l’effort de venir aux fetes de famille…”. Je lui ai répondu que c’était la remarque la plus conne qu’il ait jamais faite, il a surenchéri en disant “oui ben je suis comme ça, je suis rancunier”. Et je sais qu’il dit vrai, et qu’il le ferait, et je deteste ce putain d’honneur et ces égos trop présents qui nous font oublier tout le reste… Désolée Marie je m’emballe… en tout cas tu fais au mieux, avec ce qu’on te donne, je ne sais pas pour son père mais ton enfant a une mère en or.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Merci beaucoup Lexie!
      Oui quand on y pense, on aimerait pouvoir se dire qu’on fera les choses dans les règles de l’art si possible. Mais parfois on découvre un autre visage, un visage borné et malsain, qui chercher en quelque sorte à se venger par tous moyens.
      Même les pacifistes se prennent les pieds dans le tapis…

      Like

  10. tetedelinette says:

    Dans un divorce, les enfants sont forcément touchés, plus ou moins suivant comment çà se passe. L’important, c’est d’en parler.Et je suis certaine que tu sauras trouver les mots pour expliquer à ton petit escargot pourquoi vous vous êtes séparés, et qu’il comprendra que c’était mieux aussi pour lui, étant donné la situation.
    Bonne journée, Marie.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Merci Linette. Avec le temps il comprendra. Aujourd’hui c’est encore un peu trop frais, trop douloureux pour moi aussi mais j’avance en asseyant chaque jour d’accepter cette situation. Belle soirée à toi.

      Like

  11. teparlerdemavie says:

    Je comprends tellement ces mots, ils sont plein de sagesse, d’humanité et pourtant on apprend qu’il ne suffit pas de croire ou d’espérer quelque chose pour y parvenir. C’est la dure réalité. Chacun agit avec ses propres blessures et si on agit soi-même avec honnêteté, on n’est malheureusement pas garant de la réaction de l’autre. C’est tellement douloureux de se heurter aux murs de cette réalité.
    Tu en parles si bien et avec une telle humilité que je tenais à le souligner et à te remercie pour cela. On gagne tous à lever les yeux et à accueillir ce qui est nous, ce qui nous anime profondément mais aussi ce qui est autre.
    Bise

    Like

    • Marie Kléber says:

      Merci beaucoup pour le partage de tes émotions à la lecture de cet article.Nous n’avons aucun pouvoir sur l’autre.Comme le dit ma thérapeute, il faut regarder où l’action est possible, où nous pouvons agir pour que certaines choses changent. Le reste, il faut l’accepter et avancer le plus sereinement possible, voir même aller contre sa nature pour protéger sa vie et celle de son enfant.

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s