Ne jamais dire jamais

L’histoire s’écrit à l’encre brûlante. On la croit terminée avec le mot fin, avec le dernier souffle. Et puis la vie reprend dans un autre corps. Les « jamais » se transforment. Le cercle s’ouvre à nouveau et le fauve entre dans l’arène, prêt à semer le trouble. Déstabilisant. Inquisiteur.

Les « jamais » prennent des allures de toujours. Encore une fois, on cède. La peur d’être jugée, d’être abandonnée. On inverse la vapeur. On croit qu’on s’en sortira indemne. Et on plonge, le cœur en papier mâché et le corps en mille morceaux, avant même d’avoir commencé.

Les souvenirs douloureux de la femme humiliée, de l’enfance volée reviennent nous hanter, quand nos heures noires se multiplient à l’infini. Les « jamais » ne font plus le poids. Pourtant on y croyait dur comme fer quand on disait « ça ne m’arrivera pas à moi ».

Elle est là, fatiguée, anéantie. Elle est là, criant à qui veut bien l’entendre que « jamais » elle ne reviendra. Son corps ne la porte plus. Elle voudrait arrêter les heures, suspendre le temps à un fil solide qui lui permettrait de s’y accrocher pour refaire surface, pour ne pas succomber une énième fois à ses promesses mensongères. Elle tient debout. Elle est liée par une promesse, une de celles qu’on ne peut pas bafouer.

Les « jamais » prennent tout leur sens quand on peut à nouveau ouvrir les yeux et regarder le soleil en face. Les nuages gris se transforment en pluie. Les larmes lavent ces maux qui nous oppressent.

On voudrait croire que nous sommes liés au passé de ceux qui nous ont précédés, que ce qui existe existera toujours, qu’il n’y aucune sortie de secours pour échapper au poids intense des secrets enfouis, des coups en cascades, des silences lourds, du chaos initial.

« Jamais », un mot qui vient et revient, sans nous protéger vraiment. Mais « Jamais plus », lui, nous rend à la vie.

8391ca005059cb24320fe83ae7a4e797_resized

Advertisements

20 thoughts on “Ne jamais dire jamais

  1. Orlane Astrid Boudier says:

    Ton texte est très beau, porteur d’une idée fondamentale de la vie : attends-toi à tout. On dit toujours que ça n’arrive qu’aux autres. Pourtant, une fois confronté au problème en question, on fait quoi? On reste con. Et cela vaut pour tous les sentiments, toutes les catastrophes du monde entier. Tout n’arrive pas qu’aux autres. C’est une sorte de… de protection oui, mais surtout d’aveuglement.

    En tout cas, j’essaie de ne jamais dire “jamais”. C’est importante de rester lucide sur les choses de la vie. Mais le “jamais plus”, une fois passé l’obstacle, est l’espoir d’un renouveau.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Tu as raison Orlane, tout n’arrive pas qu’aux autres. Il faut le savoir, y être préparé en quelque sorte.
      Mais le renouveau est toujours possible, même après les drames les plus douloureux.
      Merci à toi et bonnes fêtes de fin d’année!

      Like

    • Marie Kléber says:

      Je crois que l’espoir est nécessaire quand on souffre, sinon on coule, on panique et on se noit. Et puis, pour chaque épreuve, la route avance toujours vers le soleil, la lumière. Il y a une vie après le désespoir.
      merci Fedora et Joyeux Noel!

      Like

  2. Marie says:

    Des lignes qui laissent deviner des moments difficiles et l’impression de ne pas en voir le bout, pour soi-même ou par procuration. Des pensées lointaines que je souhaite apaisantes, Marie.

    Like

    • Marie Kléber says:

      Mille merci pour tes pensées Marie. Elles sont toujours rassurantes.
      Mais dans ce cas, c’est par procuration. Ca fait quand même mal

      Like

      • Marie says:

        Je crois que je vois très bien ce que tu veux dire…
        Je ne sais pas, je n’ai peut-être rien compris à ton texte que j’ai lu pourtant plusieurs fois, mais j’y distingue ce sentiment d’un éternel recommencement que j’ai pu ressentir dans mes années difficiles ; l’impression de reproduire les mêmes erreurs qu’une autre – ou pour toi, peut-être, de voir une autre reproduire les mêmes erreurs que toi – et d’être comme coincée dans un cercle qu’il faudrait briser.
        C’est comme ça que je l’ai compris. Je suis peut-être complètement à côté 🙂
        Bon courage, en tout cas, Marie. Passe de très belles fêtes avec ton petit bonhomme. Ce sont des moments magiques, un peu hors du temps.

        Like

      • Marie Kléber says:

        C’est tout à fait cela Marie. Tu as compris le sens de ma pensée.
        Ca me donne parfois l’impression que les dés ont été lancés de la même façon, que l’histoire se répète, et qu’on ne peut rien y faire, ou si peu.
        Nous allons pleinement profiter de Noel. Mille merci Marie. Passes toi aussi de bons moments avec les tiens, ils sont précieux

        Like

  3. Petitgris says:

    Comme tes mots sonnent justes ! Dans la vie tout peut nous tomber dessus sans crier gare. On ne se protège jamais assez . Mais une fois les larmes versées , le “jamais plus” peut servir de leçon alors que l’on se tourne vers l’avenir ! Beau billet Marie 🙂 Bisous

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s