Pour des papiers

Entre Nous

Le jour où elle a annoncé son mariage à son père, il lui a dit une phrase très juste mais qui lui a fait très mal : « il achète sa liberté en te volant la tienne. »

Il était arrivé comme tant d’autres, par bateau. Sans papier sur une terre étrangère, dont il ne parlait pas la langue.

Comme tant d’autres, il avait un passeport, un passeport sans visa.

Comme tant d’autres, il n’avait pas la liberté ni de voyager, ni de rentrer chez lui.

Il l’a rencontrée dans une soirée. Le coup de foudre. Ou du moins c’est le motif qu’il a évoqué pour la revoir, pour intégrer sa vie, pour déranger ses pensées, encore un peu naïves.

Une histoire un peu bancale. Et l’envie d’un mariage un peu précipité. Il en trouverait facilement une autre, qui pour 200€ consentirait à devenir sa femme, rien que sur les papiers.

Mais c’est elle qu’il voulait. Elle, rien qu’elle. Pour autre chose que ces fichus papiers. C’est ce qu’il lui disait. Et c’est ce qu’elle a cru.

Après des mois de harcèlements, plus ou moins intenses, elle a dit oui. Elle avait presque finit par oublier les papiers.

Un beau mariage. De beaux sourires. N’était ce qu’une image ? L’envie d’éblouir, de montrer aux autres ce qu’il trouvait ridicule de lui dire à elle. « Je t’aime ».

Un beau mariage. Et le retour à la réalité. Les papiers.

Courir à droite, à gauche. Réunir des dizaines, des centaines de documents administratifs. Faire des dossiers. Prendre des rendez-vous. Annuler des rendez-vous. Elle a tout géré. Lui, il donnait les ordres.

Un long chemin pour un tampon sur un passeport et une carte de résident lui offrant la liberté de circuler dans un espace jusqu’alors interdit. La possibilité aussi de partir en visite, là-bas, dans son pays.

La longue attente au bureau d’immigration. Le seul matin où il a réussi à se lever tôt. Les autres matins, il n’a pas fait l’effort. Ni pour une fête. Ni pour l’échographie du premier trimestre. Ni pour une visite chez le docteur quand des douleurs atroces dans le bas-ventre lui faisaient craindre le pire. Jamais. Sauf ce jour-là.

Et puis le départ pour 2, 3, 4 mois. Ces papiers, c’est son cadeau de mariage à elle. Une légitimité dans son milieu. La liberté de circuler, de vivre comme il l’entendait.

Lui. Il n’était question que de lui. Sa famille. Ses amis. Ses rêves. Ses envies. Sa liberté. Sa fichue liberté.

Il lui a pourtant dit qu’il la protégerait, qu’il serait là en cas de coup dur. Mais il n’était jamais là. Sa famille, elle était ailleurs. Le quotidien avec elle, c’était un peu son sacrifice à lui. Et il le fuyait autant que possible. Il avait toujours un prétexte pour se tenir à l’écart d’elle, ne revenant dans son lit que pour assouvir ses besoins, ne revenant dans sa vie que pour la contrarier, lui donner des ordres, lui demander d’être forte et de sourire.

Des vies gâchées.

Pour des papiers.

Elle n’a pas de regrets. C’est comme ça. C’est la vie.

Elle aurait juste voulu qu’il ait le courage de lui dire qu’il ne l’avait épousée que pour ces foutus papiers.

be0b764efa0d97a45d473665695e30c3_resized

Advertisements

18 thoughts on “Pour des papiers

  1. Ces pères sont d’une clairvoyance qui fait peur, qui fait mal et qu’on ne veut pas écouter …

    Malgré la dureté de cet épisode, c’est ce qui fait aujourd’hui et pour l’avenir ta force. Regretter ne sert à rien. Il faut apprendre et avancer …

    Like

    1. Les parents ont l’air de tout savoir, mais en tant qu’enfant on reste perduadé qu’on sait mieux qu’eux!
      Sans regrets c’est certain. Oui J’avance avec toutes les forces prises en chemin. Grosses bises

      Like

  2. Tu y a cru parce que ton cœur est pur et que tu es celle que tu es, généreuse et sincère. Ne regrette pas d’avoir agi selon ta nature profonde ! Au fond, ça aurait pu être vrai. Ça aurait pu être un combat juste et légitime pour une belle histoire. Tu ne pouvais pas savoir.

    Like

    1. Ca aurait pu être vrai. Je crois que tu me l’as déjà dit et j’aime cette idée que mon combat aurait pu être un combat pour une belle histoire. J’ai pris un risque, comme tout un chacun. Merci beaucoup Marie pour tes mots justes qui chassent les mauvaises pensées.

      Like

  3. J’ai une copine à qui “il” lui a dit… ils sont mariés pour des papiers… pas d’enfants, des besoins partagés assouvis et des papiers… de l’amitié finalement… ça aurait été plus “correct”, moins “lâche”… :/

    Liked by 1 person

    1. Ca à le mérite d’être correcte. C’est un choix entre deux personnes qui savent dans quoi elles s’engagent. Chacun sa liberté. Moi, je n’en avais plus aucune. Je crois que si j’avais conservé la mienne, si j’étais restée libre de mes choix, de mes actes, les choses auraient été très différétents Fedora…

      Like

  4. Une histoire violente, malheureusement criante de vérité (même si, heureusement il existe des mariages sincères … Avec Mr Charmant).

    L’amour est cruel, ne donne des ailes pour les brûler une fois les yeux ouverts sur une situation.

    Mais il faut ce dire, que les ailes … ça repoussent et toujours plus fortes et plus belles =)

    Bisous

    Like

    1. Huereusement il y a des mariages qui fonctionnent. Mais rares sont ceux qui fonctionnent bien sur la base du mensonge.
      J’aime bien l’image des ailes qui repoussent. Merci Angie et bienvenue chez moi.

      Like

  5. c’est dur de se rendre compte après coup, les enfants ne croient jamais les parents c’est ainsi c’est la vie, nous avons la clairvoyance de l’age, les années derrière nous, l’expérience, les doutes, la clairvoyance… Quand je dis ce que je pense à mon fils il me répond c’est ma vie je ferais ce qui me plait et il a raison aussi je n’ai pas à me mêler de ses amours sauf que parfois dire les choses une bonne fois pour toute … essayer juste de prévenir, pour que nos enfants ne souffrent pas… c’est dur le métier de parents Marie, surtout quand on voit ses enfants souffrir comme tu as souffert, mais cela aurait pu aussi être le début d’une belle histoire… ne pas avoir de regret pour ce qui est passé et se tourner vers l’avenir en profitant du présent, et de ce merveilleux cadeau que t’a fait la vie: ce merveilleux petit garçon qui fait ta joie et celle de tes parents! Je vous embrasse tous les deux

    Like

    1. Les parents veulent protéger leurs enfants et les enfants veulent faire leur expérience, seuls. On ne changera pas les choses Catherine.
      C’est vrai que j’aurai pu me battre pour une histoire qui en valait la peine. C’était le risque à prendre je crois. Comme je l’ai dit, je n’ai pas de regret mais quand je le vois minauder, jouer l’homme meurtri, je me dis quand même Quel culot!
      Grosses bises de nous deux et mille merci pour tout

      Like

  6. Si tu savais le nombre d’histoires que j’ai à raconter sur le sujet….. Et toutes contiennent une personne qui voulait croire que… prouver que… Facile à dire quand on ne le vit pas, hein ?! pour ma part, vraiment bien contente que cette question de papier ne soit pas un enjeu dans mon couple (enfin ce qu’il en reste !)…

    Like

    1. Je n’ose imaginer ma belle.
      J’ai sincerement cru à cette histoire. Ou voulu que ça marche. Il y avait certes le problème des papiers mais je pensais qu’on était au delà de ça.
      Pour ton couple ma belle, je dirais que tu fais ce que tu peux avec ce que tu as…

      Liked by 1 person

  7. Une amie y a été confrontée, elle y croyait, lui avait trop souffert/galéré à force de soulever tant de barrieres il ne savait plus qu’agir en survie je pense, ca c’est fini deux ans apres. Et donc contrairement à ton histoire, sans carte de resident puis adios le titre, ainsi ils y ont tout perdu à deux. On a eu la chance dans mon couple comme de nombreux autres, si ce n’est la majorité, de ne pas avoir cette pression. En revanche des gens de notre entourage restent persuadés du contraire, adios aux violents qui ne voient pas ton couple comme un couple comme le leur (j’avais ecris la dessus). Mais pour en revenir au sujet, et si cette galere de papier n’avait pas été là, si la barrière n’était pas aussi dure à franchir, est ce que ce couple aurait été autre ? Et l’histoire plus belle ?
    Je me demande à quel point la pression pref’ bousille des relations… Bien du courage… Bises

    Like

    1. Merci pour ton témoignage. La pression est suffocante. On a l’impression que ça sort de toutes parts. Il n’y a presque plus de place pour les sentiments ni une part de rêve. Bien entendu, certaines histoires finissent bien. Je crois que c’est une alchimie de plusieurs choses positives ou plusieurs négatives. Parfois, ce n’est ni une histoire de papier, ni de culture, ni de religion, c’est tout simplement une absence de communication, une envie de modeler l’autre à son image. En fait c’est une histoire comme tant d’autres, sauf qu’elle finit mal.

      Like

  8. Les parents savent parce qu’ils ont l’expérience de ce monde où la lutte de tous contre tous fait rage 😦 Je n’excuse en aucune façon cet homme qui a répondu à la misère de sa situation par l’exploitation d’une plus fragile. Mais si les peuples n’étaient pas affamés et réduits à la misère chez eux, ils ne deviendraient pas des loups (et c’est diffamatoire pour les loups.) Il faut conserver ses idéaux, mais il ne faut pas oublier que les idéaux, dans certains conditions matérielles, sont du luxe. Cela étant, une de mes amies a vécu la même chose et son mariage est une réussite. 😉

    Like

    1. L’expérience fait toute la différence Sophia. Je suis moi aussi sensible au sujet des sans papiers, des clandestins, des réfugiés. On leur vend tellement de rêve qu’ils finissent par y croire et par tout faire pour le vivre. Sauf que le rêve n’est que pure illusion. Et tout le monde sort dévasté de ces histoires qui finissent mal (quoique certaines se terminent bien, fort heureusement!)

      Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s