Je fais du sport, ne m’en demandez pas trop !

Pendant longtemps, j’ai eu en horreur le mot « sport ». Le sport s’apparentait pour moi à une série de mouvements tordus, qui ne m’apportaient aucun plaisir.

Cette haine censée remonte à l’enfance. Si toi non plus, tu n’aimes pas le sport, c’est peut-être tout simplement parce que tu as des sales souvenirs de tes cours de primaire, de collège ou encore de lycée. Avant de devenir cocasses, avant que tu puisses les évoquer avec le sourire, ces moments ont été horribles à vivre, tu priais même peut-être chaque semaine pour qu’un coup du sort t’empêche de devoir y assister. Mais contre toute attente, la vie étant définitivement dégueulasse avec toi, tu étais bien là et au moins une fois dans ta vie tu as entendu un truc dans le genre :

  • J’ai une fille dans mon cours, elle a peur du ballon !
  • Bon allez, quelqu’un va bien se dévouer pour prendre miss K dans son groupe …
  • Vous n’êtes vraiment pas douée ou vous le faites exprès ?
  • Je ne sais pas ce que je vais faire de vous…

Vous avez sûrement aussi dû gérer la mine complètement ravagée de vos chers camarades de classe, scandant à tout va « avec miss K dans notre groupe, c’est sûr, on va perdre », comme si l’important c’était de gagner. Alors que vous, dès votre plus jeune âge, vous avez compris que l’essentiel c’était bien de participer (pas d’autre choix vous me direz)!

Le sport et moi, ça a toujours fait deux. Mais surtout ce qui me déplaisait le plus je crois c’était les sports d’équipe. D’abord parce que j’étais la tête de turc de la classe et que dès qu’il était de bon ton de rire, c’est de moi qu’on se moquait. Et puis parce qu’il faut bien l’avouer, je vivais beaucoup dans ma tête, dans mes rêves et du coup j’étais souvent complètement à côté de la plaque.

Par contre, l’été, c’était avec un plaisir non dissimulé que je rejoignais le bord de mer et me payais des après-midi dériveurs avec mes cousines. En fait je crois surtout que l’école ne m’a pas aidé à aimer le sport et l’esprit de compétition érigé en valeur morale première, non plus.

J’ai tout de même réussi à décrocher un 16/20 au bac. L’endurance, c’était ça ma marque de fabrique.

Pendant les années qui ont suivi, j’ai eu des drôles d’idées, comme celui de rentrer dans la gendarmerie ou de passer le concours de l’armée. Attends, il ne faut pas être sportif pour l’un comme pour l’autre ? Si,si. Moi, je ne voyais que la gloire de l’uniforme ou plutôt l’amour en uniforme…Enfin bref, je me suis jetée dans le sport corps et âme et j’ai rendu les armes avant d’avoir enfilé l’uniforme. Décidément le sport et moi, nous n’étions pas faits pour nous entendre. J’ai donc pris le parti de le rayer de ma carte de visite. Et j’ai pris des cours de danse. Je m’éclatais enfin !

Dernièrement, après 9 mois de grossesse, une année de « requinquage » nécessaire, il a fallu se rendre à l’évidence. Le sport c’est bon pour la santé. Et zut !

J’ai donc consenti à filer m’acheter une paire de basket et devant les mille et un articles vantant les bienfaits du « running » (c’est plus entraînant que « course à pied »), je me suis remise à courir. Et j’ai détesté ça. Et je m’en suis même voulu de détester ça. Tout le monde m’avait tellement dit que c’était génial que j’en suis arrivée à me demander s’il n’y avait pas quelque chose qui clochait chez moi. On était bien parti !

Mais comme je suis une battante, j’ai cherché ailleurs et j’ai finalement signé pour un abonnement annuel pour des cours entre midi et deux. Qui aurait cru qu’un jour, moi, Marie Kléber, je ferai du sport entre midi et deux, deux fois par semaine !

C’est chose faite. Abdos-fessiers et Step sont devenus deux rendez-vous hebdomadaires que je ne manquerai pour rien au monde. Mais bon, point trop n’en faut non plus…

37b969c90e64dab7a4636fd48efce24d

Source

Advertisements

32 thoughts on “Je fais du sport, ne m’en demandez pas trop !

  1. apprendre à aimer l’activité physique et ls différences dans le sport collectif, c’est sur que l’école n’y contribue pas vraiment

    Like

  2. Ah là là ! Je te lis et c’est moi aussi du début à la fin ! Sauf qu’ici je cours en plus avec mon mec (mon ironman). Mais j’avoue, je commence à aimer ça, suer, bouger et surtout voir mon corps changer petit à petit. Ce qui me manque, la régularité : entre ma fille, ses horaires pour pouvoir prendre le relais c’est pas toujours évident ! Alors autant chez Ikea ils te collent un espace pour les gosses le temps que les parents galopent dans les rayons, autant ce serait vachement utile de faire pareil dans les complexes sportifs.

    Like

    • Je pense que les salles de sport devraient s’aligner sur IKEA sur ce coup là. C’est vrai qu’avec des petits, faire du sport relève du miracle accompli!!

      Like

  3. L’essentiel dans le sport est de faire une activité qui nous convienne :). Et je te rejoins le sport tel qu’il est pratiqué à l’école à de quoi dégoûter – je me souviens encore de mon angoisse face aux cours de gym moi qui ai toujours détesté ça…

    Like

    • Angoisse, le mot est juste ma belle.
      L’essentiel c’est bien le plaisir qu’on tire à faire du sport, sinon à quoi bon!

      Like

  4. Trop bizarre, moi j’ai toujours adoré le sport, même à l’école, et même si je n’ai jamais été vraiment douée, je me débrouillais pour “coacher” les autres, j’étais toujours enthousiaste et ça me rapportais pleins de points ! Comme quoi ça tient à peu de chose : un prof sympa, une activité plutôt qu’un autre… Bien contente que tu y prennes du plaisir maintenant !

    Like

  5. Je te rassure, tu n’es pas la seule à ne pas aimer courir, je trouve ça vraiment ennuyeux, ça m’intéresse pas du tout…
    Je préfère de très loin faire du vélo 🙂
    Et je comprends que tes cours de sport de jeunesse t’aient traumatisée…

    Like

  6. A l’école, j’étais celle qu’on ne prenait pas dans son équipe de relais natation… Et pourtant par la suite (la suite = quand j’ai quitté l’école), j’ai toujours fait du sport… mais à mon rythme, sans cette obligation de résultat de l’école… sans cette compétition permanente… Actuellement, je suis (et depuis plusieurs mois) une non sportive qui culpabilise… 🙂

    Like

    • Je crois que le sport à l’école n’est pas convaincant pour grand monde Fedo!
      Je viens juste de sortir de cette phase non sportive qui culpabilise et je suis certaine que tu vas en sortir un de ces jours toi aussi…

      Like

  7. En te lisant, je me suis revue étudiante. Les “autres” m’appelaient Calamity Jane quand j’étais nommée dans leur équipe…celles-là même qui arrivaient , mielleuses, me demander la solution du devoir de maths ! Très vite j’ai décidé de m’entretenir en solo, j’ai l’équipement chez moi 🙂 Bel après midi Marie Bisous

    Like

  8. Je me reconnais bien dans ton article. Au collège et au lycée, y’a qu’en agrès (barres parallèles ou asymétriques) que j’étais bonne. Et ma hantise, c’était qu’il ne fasse pas beau et qu’on se retrouve tous à faire des matchs de hand dans le gymnase; déjà que j’étais pas celle après qui les garçons couraient, alors me ridiculiser encore en plus devant eux, bonjour l’angoisse!
    Après çà, je n’ai plus fait de sport; certains me faisaient envie mais ma timidité m’empêchait d’aller m’inscrire dans un cours où je ne connaissais personne. Depuis, j’essaie de me rattraper : j’ai testé le tir à l’arc, j’ai fait un peu de fitness, puis 4 ans de yoga, 3 ans d’escrime. Là, je me suis lancée dans l’escalade, et je cours seule 3 fois par semaine : je me suis préparée mentalement pendant plus d’1 an et j’ai ma musique qui me permet de me concentrer sans me demander ce que les autres pensent de moi en me voyant passer! J’ai surtout commencé par courir en alternant marche et course, ce qui m’a permis d’y aller progressivement. Depuis, je suis contente de courir et de voir que je tiens mes 30 minutes sans m’arrêter, qu’à 42 ans, je ne suis pas encore en voie de décrépitude, que j’élimine les toxines et me maintient en forme.
    C’est vrai, l’essentiel, c’est de trouver ce qui convient à chacun.

    Like

    • Ta conclusion est très juste Linette. Il faut peut-être essayé plusieurs choses pour savoir ce qui nous convient le mieux.
      Le sport a l’école n’est pas très encourageant…Une fois qu’on a dépassé ce stade, on tente plusieurs expériences et on choisit ce qui nous convient et puis basta. Le tout est de se faire plaisir avant tout.

      Like

  9. enfant, j’aimais le sport. Ensuite j’ai moins aimé… l’endurance n’était pas mon amie. 🙂 Puis j’ai détesté… je ne trouvais pas MON sport… celui que j’aimerai pratiquer même si c’est dur… j’ai tenté plein de trucs… je tente encore… et parfois je me force… parce que je n’ai pas le choix. 🙂

    Like

    • Quelques fois nous n’avons pas le choix La Carne. C’est comme pour tout, on chercher, on se plante et on finit un jour par trouver ce qui nous convient le mieux!

      Like

  10. Je me retrouve beaucoup dans ce que tu dis, à part pour l’endurance… J’arrivais toujours dans les derniers au cross… Ce qui m’aide à faire du sport c’est la marche et la danse zumba ! Bonne continuation Marie ! Grosses bises !

    Like

  11. On a fait du step l’année dernière au lycée, j’ai bien aimé !
    Et je devais me mettre à courir à partir de cet été mais je me suis fait mal au pied avant même de commencer (une sombre histoire de dépôts calcaires, je n’ai pas bien compris) du coup j’ai acheté mon short pour rien (le short de l’équipe de France de foot en plus !). Enfin bref.
    Je crois que tout le monde a un sport adapté à ce qu’il lui faut/à ce qu’il aime, il faut juste le trouver !

    Like

  12. Tout pareil pour le parcours ! J’ai détesté le sport à l’école et du coup j’ai longtemps cru que je n’aimais pas le sport tout court. Il m’a fallu du temps et une super prof pour découvrir qu’en fait j’aime beaucoup les sports d’extérieur. Tout ce qui se pratique en contact direct avec la nature, j’adore, même si c’est doucement doucement ces temps-ci…

    Like

    • Un peu comme toi Marie, l’école nous en a dégoutté. Quelques fois il suffit de pas grand chose pour reprendre gout et même découvrir des sports que nous n’aurions jamais pensé pratiquer!

      Like

  13. Pareil, le sport et moi ça fait deux mais récemment, j’ai dû me rendre à l’évidence: je ne peux plus me permettre de ne rien faire. Il y a le poids d’un côté mais surtout, il y a eu une envie d’être plus “énergique”. J’ai commencé par danser sur la wii (psychologiquement, j’associe ça à un jeu donc ça passe), ensuite je me suis acheté un stepper que pratique 10mn le soir, et depuis cette semaine, je cours…pas beaucoup mais je trottine avec un petit programme que m’a filé un collègue….

    Like

    • Un peu de sport c’est essentiel et ça donne de l’énergie, en plus de relaxer Bulle.
      Bonne continuation dans tes résolutions sportives. Tu vas y arriver!

      Like

  14. Et oui même si “le running” est très à la mode il ne convient pas à tout le monde !! Idem pour moi, je déteste quoi ! (on court après quoi au juste ? ^^)
    Très bonne idée tes cours, c’est chouette !!! Bon courage alors !!!
    Bisouuuus

    Like

  15. C’est le truc : il faut vraiment trouver le sport qui nous plait. Je pense que tout le monde peut aimer le sport, mais qu’il faut chercher (après, si on n’a pas envie de chercher, ce n’est pas grave non plus ; chacun ses envies et occupations).
    personnellement, je suis plutôt running + musculation car il n’y a aucune comparaison directe et tout ne dépend que de moi : pas d’équipiers, pas d’adversaires…juste mon score à améliorer. Je trouve ça moins stressant et plus encourageant 🙂

    Like

Un petit mot doux pour la route...

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s